Sociétés secrètes hier, « nouvelles religions » aujourd’hui ?

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 25 novembre 2009
Étiquettes : ,
  • 3
    Apprenti63
    25 novembre 2009 à 22:08 / Répondre

    Je trouve pour ma part le raisonnement qui est à l’oeuvre dans cet article malheureusement assez habile. C’est une façon de dire : voyons, vous, francs-maçons, comment pouvez-vous vous associer à une lutte contre les « nouvelles minorités religieuses » qui présente de troublantes similitudes avec la lutte contre les sociétés secrètes dont vous avez été victimes sous l’occupation?

    Cette rhétorique est peut-être plus subtile qu’on pourrait le croire, et il ne faut pas sous-estimer l’impact qu’elle peut avoir.
    Cette association avance masquée, en défendant de façon détournée et habile les mouvements sectaires : dans son nom-même, elle réussit l’exploit de se revendiquer de la « liberté de conscience »!
    Plus que jamais il convient d’être vigilants.

  • 2
    Franck
    25 novembre 2009 à 18:32 / Répondre

    Le lobby pro-sectes est violemment antimaçonnique, donc rien de surprenant à cela. De plus, il n’est ni à une contradiction, ni à une approximation près.

  • 1
    fluo
    25 novembre 2009 à 11:20 / Répondre

    J’avoue ne pas très bien comprendre où ils veulent en venir avec et article… Des accents maçonniques, avec une petite pincée d’antimaçonnisme, puisqu’il stigmate certaines obédiences. Et que veut-il dire par « maçonnerie dure », en citant le GODF, la GLFF et la « Grande Loge Mixte » (de France, Universelle???). Et je trouve aussi qu’il insiste beaucoup sur les Témoins de Jehovah….
    Personnellement (et peut-être me trompé-je), je trouve cet article inintéressant, je ne vois pas ce qu’il peut apporter…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous