Tambouille mexicaine, un courrier de Samuel Aguilar

Publié par Géplu
Dans Divers

Les prochaines élections à la présidence du Clipsas risquent d’être à haut risque pour l’institution, suite à la candidature du très contesté Samuel Aguilar, actuel vice-président de l’institution au titre du Grand Orient du Mexique bien que ce dernier l’ait radié depuis, ce qu’évidemment il conteste en se présentant comme le Grand Maître en titre de l’Obédience. Suite à des articles très critiques à son égard (Voir le 10 juin : Tambouille mexicaine au Clipsas, le 13 juin : Tambouille mexicaine au Clipsas : Droit de réponse de Samuel Aguilar, et le 29, Tambouille mexicaine, suite…), Samuel Aguilar a souhaité se défendre et se justifier en m’envoyant le long texte ci-joint : Courrier Samuel Aguilar

Notons que dans ce courrier Samuel Aguilar fait état de nombreux documents, mais qu’aucun d’entre eux ne témoigne de l’historicité de son GODM. Il inclut aussi dans sa présentation d’avocat talentueux quelques flatteuses références journalistiques, mais passe évidemment sous silence toutes les affaires qui ont terni son image et celle de la franc-maçonnerie mexicaine : nulle référence aux publications accablantes dans les médias mexicains, y compris gouvernementaux, dénonçant ses pratiques dans des opérations foncières et immobilières et mettant gravement en cause sa probité. Même si la présomption d’innocence doit prévaloir, ce sont des éléments qui ne peuvent être ignorés et qui ont surement pesé dans la décision du Conseil de l’Ordre du GODF du 27 juin de suspendre à titre conservatoire le traité d’amitié avec son obédience jusqu’à plus ample informé. Enfin, concernant le poids de chacun, le GODM présidé par Nieto doit représenter entre 200 et 300 loges et une bonne dizaine d’ateliers des Hauts Grades là où Aguilar n’aurait au mieux qu’une vingtaine de Loges et un seul atelier des HG dans son état du Quintana Roo.

Devant la complexité de la situation locale, difficilement compréhensible vue d’Europe (en précisant que le Grand Orient du Mexique travaille au REAA sans séparation entre les 3 degrés bleus et les suivants, de sorte que l’Obédience et le Suprême Conseil interférent et se confondent), j’ai redemandé son avis sur tout cela à un des meilleurs et des plus respecté connaisseur de la franc-maçonnerie mexicaine, Victor Ramirez Izquierdo (Victor est, entre autres, le Grand Chancelier du « Collège des Rites Maçonniques » mexicain, qui est la réunion créée en 1990 des principales obédience et Suprêmes Conseils Mexicains : Lucerna 56, Alvarado 90, Ordre du Rite National mexicain, Grande Loge de la Vallée de Mexico… C’est à l’initiative de ce Collège des Rites mexicain qu’a été ratifié le 15 décembre 2018 par le GODM de Nieto un concordat de reconnaissance maçonnique national regroupant la plupart des obédiences mexicaines, à l’exception notoire du GODM de Samuel Aguilar…). Il m’a autorisé à le citer et à reproduire in extenso le texte qu’il m’a envoyé (étant traduit du mexicain (l’espagnol en fait), les formulations y sont parfois stylistiquement un peu lourdes, excusez-nous), me précisant que des représentants des diverses obédiences citées pouvaient aussi témoigner de ce qu’il avance :

En référence à votre aimable demande et pour clarifier parfaitement le statut du Conseil Suprême de la REAA dans mon pays, je vous informe de ce qui suit :

Les membres du Conseil Suprême du Rite Ecossais Ancien et Accepté fondé en 1860 par Laffón de Ladebat à Veracruz, lorsqu’ils ont pu retourner à Mexico, en 1867, ont pourvu leurs postes vacants avec le général Porfirio Díaz 9e degré du RNM (Rite National Mexicain), Alfredo Chavero et Rafael Gonzales Páez, également membres du Rite National Mexicain et, avec les membres de l’autre Conseil Suprême existant déjà à Mexico, ont fusionné pour créer le Conseil Suprême qui obtient la lettre de brevet de 1868. En juillet de la même année, est formulé un traité solennel d’alliance et d’amitié avec le Conseil Suprême du Rite National Mexicain par les plénipotentiaires des deux rites. Jusqu’en 1945, les diplômes supérieurs du REAA étaient administrés par ce seul Conseil Suprême, mais après un différend entre les Frères ils furent administrés en deux endroits : Pont d’Alvarado 90 et Lucerne 56.

Les deux groupes étant à Mexico. La lettre de brevet et le livre d’or étaient en possession de Sa Majesté le Puente de Alvarado 90. Le bâtiment du siège était en possession de l’Association civile « Union fraternelle » pour l’usufruit de ce Conseil Suprême. Le SGC de ce Conseil Suprême étant l’Illustre et Puissant Frère Oscar Ferráez Lepe, la crise de 2009 survient et ce dernier remet la Lettre de Brevet et le Livre d’Or à l’Illustre et Puissant Frère José de Jesús López Nieto pour sa garde et ses effets conducteurs. Le sous-signé et ancien Grand Luminar du Rite National Mexicain Zeferino Aguilar Olivares ayant été convoqué à une réunion avec l’Illustre et Puissant Frère Oscar Ferráez Lepe dans son bureau de Puente de Alvarado 90, nous avons été témoins de la violente irruption de mercenaires dirigés par le commandant Ferráez dans lesdits locaux, qui ont été détruits et pillés pour expulser ses occupants légitimes.

En conséquence, les locaux ont été laissés entre les mains d’un groupe de Frères, dont certains sont également membres de l’Association civile « Union fraternelle », dirigée par l’Illustre et Puissant Frère José Padilla, tandis que la lettre de brevet et le livre d’or sont restés en la possession de l’Illustre et Puissant Frère José de Jesús López Nieto.

En raison de la nécessité de promouvoir l’unité et la compréhension entre tous les Frères, un premier Concordat maçonnique a eu lieu, qui réunissait les Frères de Puente de Alvarado, Lucerne, le Rite National Mexicain, la Grande Loge Unie du Mexique, entre autres. Dans le même but, le 20 mai 2017, avec la présence de l’Illustre et Puissant Frère Alain De Keghel, un deuxième Concordat maçonnique a été signé à Mexico, qui a été ratifié, également en présence de l’Illustre et Puissant Frère Alain De Keghel, par le Conseil suprême du REAA dirigé par l’Illustre et Puissant Frère José de Jesús López Nieto le 15 décembre 2018.

En vertu de cela, et en considération de votre demande, je peux vous assurer que le pseudo-Conseil Suprême de Samuel Aguilar n’est pas reconnu par les organisations maçonniques basées à Mexico, telles que :
– Conseil suprême de Lucerne REAA 56,
– Conseil suprême de la REAA «Union Fraternelle» (occupant du siège social),
– Collège National des Rites,
– Rite National Mexicain.
Il n’est pas non plus reconnu dans l’État de Quintana Roo par :
– Le Très Respectable Grand Maître de la Sovereign Lodge de Quintana Roo,
– Le Très Respectable Grand Maître de la Lodge Andrés de Quintana Roo.

Victor Ramirez Izquierdo 

Le même texte en version originale espagnole : V.R. Izquierdo 300620 

jeudi 2 juillet 2020
  • 8
    pierre noel
    5 juillet 2020 à 11:38 / Répondre

    Un commentateur impartial (ils le sont tous sur Hiram.be) pourrait-il donner un tableau d’ensemble de la maçonnerie mexicaine, les bons et les mauvais, les libéraux et les dogmatiques, les « reconnus » et les autres, les mono-genres et les mixtes … avec une idée de leurs effectifs ? Le Mexique a plus de 100 M d’habitants et un trentaine d’états !

  • 6
    Edmond
    3 juillet 2020 à 21:28 / Répondre

    Jusqu’il y a quelques temps cette vidéo, précédée de ce bel avertissement, était disponible sur YouTube et l’on y voyait, paraît-il, Samuel Aguilar se faire arrêter et passer les menottes par la police.
    Maintenant elle est « non disponible ». Quelqu’un l’aurait fait retirer ?…. 🙂
    Mais si quelqu’un d’autre en a une copie ou peut la retrouver, qu’il l’envoie à Hiram.be !
    .
    Hello good day, apparently you have been deceived, in the following video is shown and refers to you signing a treaty of friendship and cooperation with a criminal from Mexico: Samuel Aguilar Ibarra. A well know lier and fraudster, in the video there is proofs of all his lies, be careful, he want to own CLIPSAS for his evil purpouses. WARNING HE Betrays everyone to be the number one.

    https://www.youtube.com/watch?v=8VQkYBfOkAI

  • 4
    FrereAnonyme
    3 juillet 2020 à 05:28 / Répondre

    Samuel Ibarra Aguilar est un fraudeur connu dans les médias, il n’est pas difficile de trouver des articles sur google qui expliquent les fraudes qu’il a fait avec ces hotels à Cancun. Il y a 2 ans, il y avait un video qui était disponible sur Youtube que probablement Samuel a fait effacé qui le montrait se faire arrêter devant les caméras.

    Si le CLIPSAS ne réponds pas présentement c’est parce que ce n’est pas une Super Obédience. Elle doit avoir l’avis des membres avant d’agir et ce n’est pas la faute du Président François Padovani. Il faut aussi donner la présomption d’innocence, et il faudra certaine avoir une enquête indépendante pour avoir le fond de vérité.

    Quand je vais le SC du Mexique qui affirme qu’ils sont les légitimes, ma question pour eux est :  » Pourquoi que vous avez pas enregistrer légalement le nom de l’obédience?? »

    Si ca fais depuis 1860 qu’ils sont actifs, je crois qu’ils ont eu assez de temps pour rendre le tout légalement… Je comprends que l’on aie des doutes à propos de Samuel mais je doute aussi de la légitimé de ce GODM original qui n’est pas foutu de s’enregistrer auprès du Gouvernement.

    Un maçon n’est-il pas supposé de respecter les lois de son pays?

    Je crois avoir dit!

    • 5
      uneSoeur
      3 juillet 2020 à 19:08 / Répondre

      Bonjour @FREREANONYME,
      Le Frère Samuel Ibarra Aguilar est membre du CLIPSAS puisqu’il prétend à la présidence….. oui ou non ?
      En conséquence il est connu des membres du CLIPSAS et bien sûr de son président muet…ou confiné.
      Tu ne trouves rien de curieux par ces révélations la veille du renouvellement de présidence.. ? et à qui faut il accorder une présomption d’innocence ?
      Il y a quelques années ce blog a communiqué un article sur la grande loge mixte d’Afrique….. c’est tout de même curieux ces répétitions d’0bédiences dites fantômes ? Cela peut poser question, à minima non ?
      et surtout obtenir des réponses, car la trésorerie du CLIPSAS est bien alimentée par tous les FF et SS membres d’obédiences adhérentes ou pas ? Il semble que le temps des balivernes a assez duré, ne penses tu pas ?

  • 3
    uneSoeur
    2 juillet 2020 à 19:00 / Répondre

    Bonjour,
    Enfin, le CLIPSAS a un président, oui ou non ? Français de surcroît…… qu’attend t il pour faire une « mise au point » claire et fraternelle de cette situation. N’a t il pas planché un nombre incalculable de fois sur « ce qu’est un Franc Maçon au XXIème siècle..
    Samuel Aguilar Ibarra est forcément un proche puisqu’il prétend la présidence, à moins que son espoir dérange les projets…
    En tout état de cause toutes ces interventions pour ou contre, cette chasse aux sorcières détruisent encore un peu plus la Franc Maçonnerie. Mais une course au Tablier……… ça n’a pas de prix !!!

  • 2
    Sophie
    2 juillet 2020 à 18:13 / Répondre

    Je lis depuis quelques jours les nombreux articles sur le Frère Samuel Aguilar… Tambouille mexicaine… Tambouille mexicaine suite… ainsi que tous les commentaires apportés.

    Malgré le barrage de la langue et le fait que nous sommes à des « années lumières » du Mexique, la seule chose que je retiens de cette triste affaire, c’est que le Frère Samuel Aguilar a créé son GODM en 2018 à CANCUN, faisant ainsi un doublon avec le GODM du même nom créé en 1860 et présidé par le Frère Lopez Nieto à MEXICO… Comme dit GEPLU « créant ainsi volontairement une confusion dans nos esprits »…

    Quelle tristesse pour la maçonnerie censée incarner des valeurs humanistes qui perdurent depuis la nuit des temps.

    Le Frère Samuel Aguilar, avec certains articles parus dans la presse mexicaine (j’ai pu en lire quelques-uns car évidemment ces articles circulent sur Internet) relatant ses problèmes judiciaires dans des opérations foncières et immobilières, donne une image bien négative de notre Ordre. Loin de moi l’idée de douter de son intégrité, car il a droit comme tout un chacun à la présomption d’innocence, mais malheureusement toutes ces rumeurs ont sérieusement entaché sa réputation. Pour moi, il n’est plus crédible.

    Fort heureusement, le GODF a suspendu toute relation avec le GODM du Frère Samuel Aguilar, en attente d’éclaircissement sur cette sordide affaire.

    Espérons que le CLIPSAS prendra la même décision de bon sens.

    Surtout que j’ai également lu son intention de se présenter à la présidence du CLIPSAS. Quelle image donnera-t-il de cette Institution avec une réputation aussi douteuse ? Etant au centre d’un scandale qui est maintenant connu de tous, son sens de l’éthique voudrait qu’il épargne les Associations dont il fait partie et qu’il se retire de lui-même.

  • 1
    SCRMX33
    2 juillet 2020 à 01:13 / Répondre

    SAVOIR

    Que depuis 2018 nous avons donné une diffusion ponctuelle et large des dommages que notre profane a enfreint le profane SAMUEL AGUILAR IBARRA, qui a été expulsé de l’ordre à jamais par notre conseil suprême depuis cette année, pour des crimes graves de l’ordre maçonnique parmi lesquels figurent l’emprunt d’identité, la contrefaçon de signatures et le vol de biens par le Conseil suprême.

    Qu’en supplantant une obéissance fallacieuse fondée par la même sous le nom de « GRANDE ORIENTE DE MEXICO » en 2018, avec son siège social et son domicile légal dans la ville de Cancun, Quintana Roo à notre Conseil suprême, elle s’est abusivement approprié les reconnaissances et les adhésions internationales qui appartiennent à notre obéissance, comme en témoignent les documents signés à l’époque par les soussignés, en notre possession.
    Que SAMUEL AGUILAR IBARRA et ses complices se sont appropriés les médias de diffusion appartenant à notre obéissance, tels que les réseaux sociaux et les pages Internet.

    Que sachant les intentions de SAMUEL AGUILAR IBARRA d’occuper la présidence du corps maçonnique dit CLIPSAS, nous nous engageons à avertir à nouveau la communauté maçonnique internationale, afin d’éviter que la bonne foi de plus de frères ne soit surprise par les mensonges de cette personne, réalisant que le GRAND ORIENT DE FRANCE rompt les relations avec le faux GRAND ORIENT DU MEXIQUE. Suite à nos réclamations, le conseil d’administration de CLIPSAS a engagé un processus d’auscultation visant à suspendre le faux GRAND ORIENT DU MEXIQUE, et doit rendre compte du résultat dans les plus brefs délais.

    Nous avons proposé à CLIPSAS l’intégration d’une commission d’enquête pour examiner toutes les preuves sur place et corroborer nos affirmations, sur la base des FAITS suivants:

    1. Que SAMUEL AGUILAR IBARRA a été définitivement radié de l’ordre, à la demande unanime de tous les membres du Conseil suprême.
    2. Que le faux GRAND ORIENT DU MEXIQUE est une organisation fondée en 2018, qui est facilement vérifiable en vérifiant la date de sa constitution légale et la date de promulgation de sa « constitution »
    3. Que absolument AUCUN membre actif du CONSEIL SUPRÊME DES TRÈS PUISSANTS GRANDS INSPECTEURS SOUVERAINS GÉNÉRAUX DU TRENTE-TROISIÈME ET DERNIER DEGRÉ DE L’ANCIEN RITE ÉCOSSAIS ET ACCEPTÉ POUR LA JURIDICTION MAÇONNIENNE DE LA RÉPUBLIQUE MEXICAINE rejoint Samuel Aguilar pour former son faux « Grande Oriente de México »
    4. Qu’il a illégalement conféré la qualité de GRANDS INSPECTEURS SOUVERAINS GÉNÉRAUX DE L’ORDRE aux personnes qui se font passer pour des membres de son faux CONSEIL SUPRÊME, que nous refusons de reconnaître.
    5. AGUILAR IBARRA déclare qu’en 1860 Charles Laffon de Ladebat a fondé le « GRAND EST DU MEXIQUE ». La vérité historique et incontestable est que ce qui a été établi à Veracruz par les instructions d’Albert Pike était un CONSEIL SUPRÊME du Rite Écossais Ancien et Accepté, pas un Grand Orient. AGUILAR IBARRA a kidnappé le « Livre d’or », où est l’acte qui témoigne de la fondation d’un Conseil suprême, qui a été fusionné en 1868 avec celui fondé par Manuel Basilio de Cunha Reis, donnant lieu à notre obéissance. Le document qui atteste de la fusion des deux conseils suprêmes et qui est à l’origine incontestable de notre régularité, est en possession du Souverain Grand Commandeur et est passé de main en main en détention permanente depuis 1868.

    Nous réaffirmons que tous les éléments de preuve (procès-verbaux, listes de présence aux sessions de haut niveau, nominations et traités) sont à la disposition de la commission d’enquête internationale créée à cet effet.

    FACTA NON VERBA

    ———————————
    SABED

    Que desde el año 2018 hemos dado puntual y amplia difusión de los perjuicios que a nuestra obediencia ha infringido el profano SAMUEL AGUILAR IBARRA, quien ha sido expulsado para siempre de la orden por nuestro supremo consejo desde el citado año, por graves delitos del orden masónico entre los que se cuentan suplantación de personalidad, falsificación de firmas y sustracción de la propiedad del Supremo Consejo.

    Que suplantando con una obediencia espuria fundada por el mismo bajo el nombre de “GRANDE ORIENTE DE MEXICO” en el año 2018, con sede y domicilio legal en la ciudad de Cancún, Quintana Roo a nuestro Supremo Consejo, se apropió indebidamente de reconocimientos y membresías internacionales que de origen pertenecen a nuestra obediencia, como se evidencia en documentos signados en su momento por el suscrito, en nuestro poder.

    Que SAMUEL AGUILAR IBARRA y sus cómplices se han apropiado de medios de difusión propiedad de nuestra obediencia, como son redes sociales y páginas de internet.

    Que enterados de las intenciones de SAMUEL AGUILAR IBARRA de ocupar la presidencia del organismo masónico conocido como CLIPSAS, nos avocamos a la tarea de advertir de nueva cuenta a la comunidad masónica internacional, a fin de evitar que la buena fe de más hermanos sea sorprendida por las mentiras de dicho individuo, logrando que el GRANDE ORIENTE DE FRANCIA rompa relaciones con el espurio GRANDE ORIENTE DE MEXICO. A raíz de nuestras denuncias el consejo directivo de CLIPSAS ha iniciado un proceso de auscultación tendiente a suspender al espurio GRANDE ORIENTE DE MEXICO, debiendo informar el resultado en corto tiempo.

    Hemos propuesto a CLIPSAS la integración de una comisión investigadora que in situ examine todas la pruebas y corrobore nuestras aseveraciones, basados en los siguientes HECHOS:

    1. Que SAMUEL AGUILAR IBARRA fue expulsado para siempre de la orden, por solicitud unánime de todos los miembros del supremo consejo.
    2. Que el espurio GRANDE ORIENTE DE MEXICO es una organismo fundado en el 2018, cosa que es fácilmente comprobable verificando la fecha de su constitución legal y la fecha de promulgación de su “constitución”
    3. Que absolutamente NINGUN miembro activo del SUPREMO CONSEJO DE LOS MUY PODEROSOS SOBERANOS GRANDES INSPECTORES GENERALES DEL TRIGÉSIMO TERCERO Y ULTIMO GRADO DEL RITO ESCOCÉS ANTIGUO Y ACEPTADO PARA LA JURISDICCIÓN MASÓNICA DE LA REPÚBLICA MEXICANA se unió a SAMUEL AGUILAR IBARRA para fundar su espurio GRANDE ORIENTE DE MEXICO
    4. Que él mismo confirió ilegalmente la calidad de SOBERANOS GRANDES INSPECTORES GENERALES DE LA ORDEN a los individuos que se hacen pasar como los miembros de su espurio SUPREMO CONSEJO, a los cuales negamos reconocer.
    5. AGUILAR IBARRA afirma que en 1860 Charles Laffon de Ladebat fundó el “GRANDE ORIENTE DE MEXICO”. La verdad histórica e incuestionable es que lo que se constituyó en Veracruz por instrucciones de Albert Pike fue un SUPREMO CONSEJO del Rito Escocés Antiguo y Aceptado, no un Grande Oriente. AGUILAR IBARRA ha secuestrado el “Libro de Oro”, en donde está el acta que atestigua la fundación de un Supremo Consejo, que se fusionó en 1868 con el fundado por Manuel Basilio de Cunha Reis, dando origen a nuestra obediencia. El documento que atestigua la fusión de ambos supremos consejos y que es el origen indudable de nuestra regularidad, obra en poder del Soberano Gran Comendador y ha pasado de mano en mano en custodia permanente desde 1868.

    Reiteramos, todas las pruebas (actas, listas de asistencia a sesiones del alto cuerpo, nombramientos y tratados) están a disposición de la comisión investigadora internacional que para tal efecto se constituya.
    FACTA NON VERBA

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif