Audioconférence avec Macron : le DH donne un compte-rendu

Publié par Géplu
Dans Divers

La Fédération française de l’Ordre Mixte International LE DROIT HUMAIN a récemment mis en ligne sur son site un compte rendu de l’audioconférence du 21 avril. Rappelons que le Président avait déjà réuni ses interlocuteurs le 23 mars.

_____________________________________

Il y a un mois maintenant, le 23 mars 2020, le Président de la République avait réuni les autorités morales et religieuses pour évoquer ensemble l’après Covid-19 sachant que c’était une première prise de contact.

Les obédiences maçonniques présentes :
la Grande Loge Nationale française,
le Grand Orient de France,
la Grande Loge de France,
la Fédération française de l’Ordre maçonnique Mixte International LE DROIT HUMAIN,
et la Grande Loge Féminine de France.

Et différents comités et conseil :
le Comité Laïcité République,
le Conseil Scientifique,
le Comité National d’éthique.
L’ensemble des représentants des cultes.

Et ce, en présence du Ministre de l’intérieur.
Nous avons décidé entre les obédiences de prendre chacun la parole sur des sujets précis et complémentaires
La réunion a duré un peu plus de 2 heures. Nos interventions ont porté sur les sujets suivants :

Une attention particulière sera portée aux personnes les plus démunies face à la Pandémie comme par exemple les gens du voyage et les personnes étrangères non régularisées. Le Président a redit qu’il demandait à son gouvernement de régulariser au plus vite possible le statut des personnes classées « ni- ni ».

La plateforme de soutien psychologique accessible via le numéro vert pour le Covid-19 est opérationnelle et est à la disposition de tous les Français et Françaises adhérents ou non à une religion.

Une remarque a été faite concernant l’emploi du mot spiritualité dans un communiqué de presse du Ministère de l’Intérieur en date du 9 avril 2020 au sujet de cette plateforme. La spiritualité est partie intégrante de tout être humain, elle n’est pas l’apanage des croyants et des religions

Concernant les quotas de rassemblements de personnes : un dispositif est à l’étude pour ne plus parler d’un nombre de personnes mais d’un taux de remplissage par rapport à un espace donné (quand il s’agit d’un lieu fermé). Cette information devrait être affinée dans les quinze jours.

La notion de distanciation sociale est mal perçue par la population, le remplacement de cette locution par la distanciation physique ou sanitaire est à l’étude.

Les associations loi 1901 pourront différer leurs assemblées générales au-delà du 31 juillet 2020, le décret de prolongation de l’ordonnance du 25 Mars pourra être rédigé si nécessaire.

Une demande a été faite auprès du Président de la République pour que les obédiences maçonniques soient reçues à part des autorités religieuses, nos démarches intellectuelles et nos apports n’étant pas les mêmes.

Concernant l’application mobile pour tracer les personnes infectées, il a été mis en évidence qu’il faut un renforcement de la protection des données personnelles. Cette méthode si elle est mise en place devra être appliquée à tous sans distinction au nom du principe d’égalité de notre République. De plus les zones blanches accentuent la fracture numérique à laquelle les citoyens français sont confrontés

Concernant les traitements contre le Covid-19, un vaccin ne pourra voir le jour que dans 24 mois.

Une remarque a été faite sur l’emploi du mot « résilience » qui est inapproprié et lui préférer le mot « reliance ». Il s’agit de mettre en œuvre des relations réciproques entre les personnes pour sortir du confinement, de notre isolement.

Nous vivons une rupture anthropologique majeure dans laquelle il nous faudra aussi mettre en œuvre un processus de mémorialisation et de mémoire (L. Affaizio).

Beaucoup de craintes sont exprimées concernant la fragilisation des liens sociaux chez nos concitoyens, et en particulier sur les difficultés financières auxquelles ils font et devront faire face. Le thème de la Santé Publique nécessite une réelle coopération venant de l’ensemble des secteurs d’activités de notre pays . Une des questions à laquelle il faudra répondre est de savoir comment prolonger le cadre de cette concertation dans la durée. (F.Worms)

Le Comité Laïcité République a rappelé la vigilance dont nous devions faire preuve vis à vis de la perte de liberté, la rationalité du peuple français, dans le respect de nos lois laïques et le renforcement du service public.
L’ensemble des obédiences a répondu positivement à la demande du Président pour une réflexion sur l’Après Covid, Nous avons rappelé l’importance du respect des lois et de notre démocratie ,tout en étant vigilants sur la protections des données personnelles. Elles ont aussi informé la Présidence des réflexions en cours, à savoir : Livre blanc du GODF, Réflexions sur « l’Après et l’Avec Covid » au DROIT HUMAIN, Groupes de travail GLFF et GLDF.

A la demande du Président de la République, c’est la construction du « jour d’après » en présence du virus qui est le sujet sur lequel nous sommes invités à réfléchir dès à présent. Une structure est mise en place en relation avec le cabinet du Premier Ministre. Nous serons appelés à participer à ces réunions.
Notre rendez-vous est fixé semaine 18 avec un conseiller du Premier Ministre.

Une nouvelle audioconférence avec le Président de la République est programmée dans deux semaines (semaine 19) pour structurer ce groupe de travail.

vendredi 1 mai 2020
  • 11
    Lazare-lag
    6 mai 2020 à 19:42 / Répondre

    MTCF Luciole, je demeure somme toute relativement prudent sur la capacité d’écoute présidentielle, ne nous emballons pas.
    Il n’en demeure pas moins qu’il me semble préférable, en tant qu’obédiences et instances maçonniques ce n’est absolument pas notre rôle, de ne pas jouer la politique de la chaise vide. Laissons cela aux syndicats par exemple, ou à certains politiques.
    Et je le dis d’autant plus sereinement que je suis syndiqué, et qu’à un moment donné j’ai même été un petit peu plus que simple adhérent à une organisation syndicale.
    De mon point de vue, mais on peut ne pas le partager, le gouvernement souhaite nous recevoir? Allons-y.
    Notre parole n’est pas écoutée autant que nous le souhaiterions? Peu importe.
    A partir du moment où on a un pied déjà sur le seuil de la porte c’est plus délicat de nous la refermer dessus .aussitôt.
    Et même si on nous écoute modérément, je suis de ceux qui pensent qu’établir des contacts ce n’est jamais négatif. Ce qui peut paraître improductif à court terme, qui sait si cela le demeurera à terme plus long?
    Le temps maçonnique est-il le même que le temps politique? Que le temps syndical? Que le temps médiatique?

  • 10
    marcos testos
    6 mai 2020 à 16:35 / Répondre

    « Une demande a été faite auprès du Président de la République pour que les obédiences maçonniques soient reçues à part des autorités religieuses, nos démarches intellectuelles et nos apports n’étant pas les mêmes. »
    Peut on savoir qui a fait cette demande abérrante ?

  • 9
    Luciole
    6 mai 2020 à 11:52 / Répondre

    Je rejoins Pascale et Lazare..Pour une fois un Président qui écoute,Bien sur il faudra faire mieux.Séparer les religieux des FM,alors que c’est une occasion de mieux se connaitre et vivre ensemble? quelle drôle d’idée.Nous devrions déjà être contents d’être traités sur un plan d’égalité au vu des différences d’effectifs.

  • 6
    RVX
    5 mai 2020 à 19:45 / Répondre

    Le Président Macron en homme responsable et bien éduqué est capable d’écouter poliment tous les avis…..Alors je crois que nous les FM avons fait du très bon travail, comme aurait pu le dire un certain Président US

  • 5
    briand
    4 mai 2020 à 02:06 / Répondre

    Nous n’avons rien à faire à collaborer avec ce gouvernement.

    • 7
      Lazare-lag
      5 mai 2020 à 21:02 / Répondre

      @ Briand (5):
      1/ Pourquoi n’avons nous, pardon n’aurions-nous, rien à faire à converser avec ce gouvernement?
      1.bis/ S’agit-il d’un refus visant uniquement ce gouvernement-là?
      Eussiez-vous préférer discuter avec un autre gouvernement que celui-ci? Mais alors, lequel?
      2/ Pourquoi s’agirait-il ici d’une collaboration?
      3/ Le contexte (sanitaire, pandémique, coronaviral, etc.) n’est-il pas suffisamment grave, exceptionnel, inédit pour établir ce type d’échanges? Ici et maintenant.
      Ne pas entretenir de rapports avec les gouvernants, n’est-ce pas un luxe qu’on peut se permettre quand le temps est calme, et pas en pleine tempête?

  • 4
    Bibou
    3 mai 2020 à 12:34 / Répondre

    Bonjour,
    Félicitations à PASCALE qui met en exergue un fondement essentiel de la maçonnerie : « S’enrichir de nos différences » !
    Rapprocher les autorités religieuses et obédiences maçonniques était une excellente initiative.
    Pourquoi entretenir des clivages qui ne devraient plus exister avec les moyens d’informations dont nous disposons.
    Dommage que certains d’entre nous n’aient pas encore compris ! Pourtant tout est écrit dans l’ART. I du règlement du GO.

  • 3
    Brumaire
    2 mai 2020 à 16:28 / Répondre

    2h pour une telle prestation! et pour faire de la sémantique…comme s’il n’y avait rien de plus important.

    • 8
      Lazare-lag
      5 mai 2020 à 21:57 / Répondre

      @ Brumaire (3):
      Rien de moins important que de faire de la sémantique….
      – – –
      Citons une anecdote, issue d’un livre:
      « La délégation venue de la cour s’incline devant Confucius. « Les enfants ne respectent plus leur père, ni les pères leurs engagements. Les digues n’étant plus entretenues, le fleuve Jaune sort de son lit et noie les récoltes. Les paysans affamés ont mangé leurs semences pour survivre et ne peuvent plus semer ni payer l’impôt. Les gouverneurs gardent l’argent du Trésor et les soldats sans solde dévastent l’Empire. Le Mandat céleste est interrompu. Maître, que faire? » Confucius répond: « Un dictionnaire. »
      Pour s’entendre, il faut d’abord entendre, c’est-à-dire comprendre. En France aussi. La confusion du langage traduit le désarroi des moeurs publiques, l’incertitude née de la crise sur l’avenir de chacun, le doute sur le rôle et l’existence du pays ». (…) La démocratie, c’est savoir écouter ».
      – – –
      C’est extrait d’un livre datant de 1994, dont l’auteur est unanimement respecté autant à droite qu’à gauche, bien qu’issu de l’une d’elles et pas de l’autre.
      Je préfère ne pas en donner le nom de l’auteur craignant qu’on n’apprécie le texte non pas pour lui-même mais à travers l’idée qu’on peut se faire de l’auteur, même sans l’avoir lu.
      On notera cependant que cet extrait est inclus dans un chapitre intitulé: « Les Mots »
      Lequel chapitré est sous-titré ainsi:
      « Parle à cet homme; si tu ne lui parles pas, tu perds un homme.
      Ne parle pas cet homme: si tu lui parles tu perds une parole.
      Sage est celui qui ne perd ni un homme ni une parole ».
      – – –
      Alors, pas importante la sémantique?

  • 2
    kuntz
    2 mai 2020 à 10:18 / Répondre

    merci d’avoir souligné l’inadaptation de la notion de résilience et lui préférer celle de « reliance »

  • 1
    PASCALE
    1 mai 2020 à 14:20 / Répondre

    Si je comprends bien…
    « le Président de la République avait réuni les autorités morales et religieuses pour évoquer ensemble… »
    Plutôt une bonne idée de se faire rencontrer des personnes qui ne se connaissent pas pour apprendre à se connaître car nous partageons tous le même espace public pour une question qui concerne tous le monde, non ?
    « Une demande a été faite auprès du Président de la République pour que les obédiences maçonniques soient reçues à part des autorités religieuses, nos démarches intellectuelles et nos apports n’étant pas les mêmes. »
    Alors, on ne se connaît pas (c’est aussi un peu pour ça qu’on est là réunis) et comme on ne se connaît pas, il faut continuer à pas se connaître… Parce qu’on est trop différent… Hum Hum..
    « Une remarque a été faite sur l’emploi du mot « résilience » qui est inapproprié et lui préférer le mot « reliance ». Il s’agit de mettre en œuvre des relations réciproques entre les personnes pour sortir du confinement, de notre isolement.
    Mais sans vouloir avoir connu ceux qu’on ne connaissait pas au motif qu’il est différent, on demande à changer une appellation qui induit de se connaître les uns les autres… pour vivre ensemble… Wouai…

    Je ne sais pas ce que notre Président a pensé de cette singulière méthode de communication et de fraternité universelle…
    Et ils s’y sont mis à plusieurs pour publier ça…Whaouh… En même temps, après la déclaration d’Istanbul, que pouvait-on attendre de nos si chers « plus grands représentants de la plus grande pensée éclairée du monde et de l’humanité»
    Je suis époustouflée… Quelle crédibilité pour notre Ordre ! Quel bonheur de vivre parmi les siens !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif