Un petit Pakistan à Grenoble

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 22 décembre 2021
  • 6
    Phil DEBAY
    24 décembre 2021 à 12:47 / Répondre

    Cette violence symbolique est très généralisée dans tous les domaines de notre vie sociale.
    On ne débat plus les problématiques sur le fond avec des arguments de raison et de savoirs … on exécute symboliquement l’Autre « zêtes …….phobe »
    On peut ainsi effacer l’adversaire en le médicalisant sans trop se fatiguer les méninges.
    Le message subliminal envoyé serait que l’adversaire est un malade qui nécessiterait des soins médicaux et que finalement il serait un homme diminué qui nécessiterait une mise sous tutelle médicale, en l’absence de possibilités de le faire interner manu-militari au moins le faire disparaître symboliquement et socialement.
    Dans islamophobe il y a phobie c’est à dire une pathologie relevant de soins médicaux.
    En effet au lieu de « Pakistan » on pourrait plutôt parler de disciple de Khrouchtchev qui envoyait, si mes souvenirs sont bons, ses adversaires en hôpital psychiatrique, c’était un progrès par rapport à Staline qui les envoyait au goulag où un quart d’entre eux périssaient.

    • 7
      PDeriemont
      25 décembre 2021 à 01:42 / Répondre

      On oublie qu’Althusser présidait la rue d’ULM et Georges Boudarel enseignait l’histoire à Jussieu !!! Alors la «pakistanaise » de Grenoble me semble bien fade !!

  • 4
    Jack Chaboud
    22 décembre 2021 à 17:51 / Répondre

    Tout à fait d’accord, ou presque, avec Richard Malka, mais l’IEPG est cher à mon coeur. Et pour le fun, Fukuyama, le réalisateur du dernier James Bond, est diplômé de l’IEPG.
    Jack Chaboud

  • 3
    PDeriemont
    22 décembre 2021 à 14:51 / Répondre

    Certes Klaus Kinzler ne mérite pas d’être qualifié de fasciste, mais Sabrina Saurugger mérite t’elle d’être traitée de «pakistanaise » ?

    • 5
      JMB
      23 décembre 2021 à 14:15 / Répondre

      3-Pderiemont
      Tu as entièrement raison. Vu son niveau et ses décisions aberrantes, elle mérite un titre beaucoup plus fidèle à la réalité et à son image, du style: « Sabrina Saurugger, la nouvelle ayatollah pakistanaise ! ». Après si on veut adoucir l’expression, on peut remplacer « ayatollah » par « extrémiste »

  • 2
    Luciole
    22 décembre 2021 à 14:00 / Répondre

    A lire ces faits révoltants on ne peut que s’indigner de la dérive des universités qui nous ramènent à des temps de dénonciations, de mise au pilori, de menaces de tout ordre, de renaissance d’une police de la pensée que nous pensions révolus.En fait il faut rester lucides, attentifs et actifs pour défendre les courageux qui risquent même leur vie pour que les esprits restent (ou deviennent) libres.

  • 1
    Cécile Revauger
    22 décembre 2021 à 13:26 / Répondre

    Merci pour ce très bel article de Richard Malka, l’avocat de CharlieHebdo qui fait un travail remarquable. La position scandaleuse de sciences po Grenobledoit être condamnée fermement. Comment se prétendre universitaire et censeur à la fois? Qu’est il advenu de la liberté d’expression et du sens critique, indissociables de l’esprit scientifique ? Bravo Hiram. Be merci de nous rappeler tout cela.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous