Le sénateur Jean-Louis Masson, habitué des dérapages...

Un sénateur s’en prend aux francs-maçons

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 28 septembre 2021
  • 10
    Abel de Fervren
    7 octobre 2021 à 17:31 / Répondre

    Ce qui est certazin, c’est que ce Masson là n’est pas très franc…

  • 9
    Orchidoclaste
    30 septembre 2021 à 15:01 / Répondre

    la messe est dite : https://actu.fr/politique/elections-regionales/regionales-grand-est-masson-rejoint-le-rn-en-moselle-les-ecolos-deposent-leurs-listes-les-5-infos-du-jour_41817152.html
    Extrait :
    À cinq semaines du premier tour, prévu le dimanche 20 juin, on fait le tour des cinq infos de ce mercredi 12 mai 2021.
    1/ Le sénateur Jean-Louis Masson (ex-UMP) rejoint le RN en Moselle
    Nous l’écrivions dans le point de mardi. C’est désormais confirmé. Le sénateur Jean-Louis Masson (ex-RPR devenu UMP), qui siège chez les « non inscrits » au Sénat depuis les années 2000, rejoint le RN.
    L’élu de Moselle va conduire la liste du Rassemblement national dans le département, a annoncé la tête de liste régionale Laurent Jacobelli depuis Metz ce mercredi. Le sénateur Masson avait pris ses distances avec la droite classique en rejoignant le parti Debout la France.
    Cette fois, il va plus loin et rejoint une liste du parti de Marine Le Pen auquel il ne sera pas encarté.

  • 6
    lazare-lag
    29 septembre 2021 à 19:53 / Répondre

    On pourra observer que sénateur de l’Est a déjà fait un passage remarqué sur Hiram.be, c’était en 2016.
    Voir lien ci-dessous:
    https://www.hiram.be/limmigration-daujourdhui-cest-les-terroristes-de-demain/
    On ne s’étonnera pas de son manque d’évolution dans l’analyse entre ces deux interventions parlementaires distantes de cinq ans.
    La fiche Wikipedia à son nom est également assez « instructive » sur ce quidam qui démontre qu’être polytechnicien et bardé d’autres diplômes, il n’en manque pas, n’est pas toujours un gage de finesse intellectuelle.

  • 5
    Loïc Eréac
    29 septembre 2021 à 14:14 / Répondre

    Un Masson sans tablier, de toute évidence.

    • 7
      JMB
      29 septembre 2021 à 21:04 / Répondre

      5- Laïcité Eréac
      Et sans intelligence qui plus est !

  • 4
    Orchidoclaste
    28 septembre 2021 à 14:44 / Répondre

    Comment peut-il être désigné par les grands électeurs au titre de sénateur ?
    Peut-être un problème de patronyme ? deux SS insupportables ? Mais il lui manquera toujours la cédille comme dit la chanson …

    • 8
      JMB
      29 septembre 2021 à 21:06 / Répondre

      4- C’est une bonne question en effet !

  • 2
    DURRUTI
    28 septembre 2021 à 11:49 / Répondre

    Cela mérite tout de même une réaction des obédiences de notre pays.

    • 3
      JMB
      28 septembre 2021 à 13:28 / Répondre

      2- Durruti
      Mon cher F. je ne suis pas sûr qu’une réaction des obédiences de notre pays soit la meilleure réponse dans le cas présent car ça ne fera qu’amplifier, comme une caisse de résonance, les propos scandaleux de ce guignol. Sans parler du semblant de notoriété que ça pourrait apporter à ce triste sire.
      La démarche de la Fraternelle Parlementaire est une étape importante. Si en plus elle pouvait être suivi de sanctions ce serait parfait.

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    28 septembre 2021 à 05:57 / Répondre

    Monsieur Jean-Louis Masson, un antimaçon primaire et viscéral… ?
    Déjà en 1997. À lire aussi sur :
    https://questions.assemblee-nationale.fr/q10/10-1471QOSD.htm

    « Question N° : 1471 de M. Masson Jean-Louis ( Rassemblement pour la République – Moselle ) QOSD
    Ministère interrogé : justice
    Ministère attributaire : justice
    Question publiée au JO le : 16/04/1997 page : 2505
    Rubrique : Justice
    Tête d’analyse : Fonctionnement
    Analyse : Francs-maçons. influence
    Texte de la QUESTION : M. Jean-Louis Masson attire l’attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, sur le fait que si les sectes peuvent constituer une menace pour les individus, le noyautage de la société par des organisations occultes peut de meme déstabiliser les intérêts de la collectivité. Le journal Le Monde du mardi 8 avril 1997 publie ainsi un article indiquant qu’a l’initiative du parti travailliste une commission parlementaire en Grande-Bretagne vient de proposer que les francs-maçons soient obliges de se faire inscrire sur un registre officiel ouvert au public. Le journal note que cette mesure reçoit un large soutien dans l’opinion : « Que reprochent donc aux francs-maçons les parlementaires et une partie de l’opinion, soutenus par des organisations de défense des droits de l’homme, l’ordre des avocats et meme le Financial Times ? D’avoir infiltre la police et la magistrature et d’y entretenir des structures parallèles de décision qui nuisent a un bon exercice de la justice. Rien ne mine plus la confiance du public dans les institutions publiques que de savoir que des fonctionnaires sont membres d’une société secrète dont un des buts est l’autopromotion… La suspicion persiste envers ce qui est perçu comme une hiérarchie clandestine, un instrument de promotion, voire de copinage. La télévision s’est inquiétée de ces poignées de main» qui sont des signes de reconnaissance entre inities. C’est sans doute ce qui explique pourquoi l’association des grades de la police soutient l’initiative de la commission parlementaire… « De nombreux exemples à l’étranger et meme en France prouvent l’infiltration du systeme judiciaire et administratif ou le noyautage des cercles dirigeants économiques et politiques. L’exemple le plus célèbre est celui de la loge P 2 en Italie ou les réseaux de copinage de la franc-maçonnerie étaient liés a la mafia et bénéficiaient de puissantes protections dans l’administration, dans la justice et au niveau politique. Pour la France, le meme journal Le Monde du 8 avril 1997 évoque l’affaire Elf dont le PDG, M. Loïc Le Floch-Prigent, a été incarcère. Le journal s’étonne en particulier de l’influence maçonnique, au-delà du raisonnable, d’un obscur collaborateur du PDG. Le journal écrit notamment : » Supérieur hiérarchique de Loïc Le Floch-Prigent au sein de la loge maçonnique du Grand Orient, M. Sirven se vit confier, outre une réserve « de 10 a 15 millions de francs par an, qu’il gérait avec discrétion, les missions les plus délicates Alfred Sirven tirait sa puissance de sa proximité avec M. Le Floch-Prigent… Ce Toulousain ne en 1927 fut le plus proche conseiller du PDG d’Elf, son éminence grise, son mauvais génie Menace par lui, un directeur adjoint du groupe, qui s’était aventure a s’opposer aux options du PDG, s’empressa de déposer une lettre chez son avocat, au cas ou il lui arriverait malheur… » Cet exemple n’est pas le seul. Dans le scandale de l’OPAC de Metz, des membres éminents de la municipalité, ayant profite des détournements, le principal auteur de ces détournements et une personnalité importante du monde judiciaire local font partie de la meme loge. Cela explique qu’en dépit d’un trou de 194 millions et de preuves consignées dans un rapport officiel du ministère du logement le parquet ait fait appel contre l’ouverture d’une enquête par le doyen des juges d’instruction. Il souhaiterait donc qu’il indique s’il ne faudrait pas interdire aux membres du parquet ainsi qu’aux juges du siège d’intervenir ou de prendre des décisions concernant toute affaire susceptible d’impliquer des personnes faisant partie d’une meme organisation maçonnique ou d’une meme structure occulte qu’eux. »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous