Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances

Rendez-vous le lundi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,
et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 14 160 articles y sont stockés !

Un vent mauvais souffle sur notre République

Accès libre
Publié par Géplu
Dans Divers

Un communiqué du Grand Orient de France

 

Un vent mauvais souffle sur notre République, qui sème la haine et la violence et que nous espérions ne jamais voir enfler dans notre pays.

Quand la Franc-Maçonnerie est attaquée, ce sont nos libertés qui le sont, c’est la démocratie qui est menacée, c’est la République qui est en danger.

Depuis ses origines il y a plus de trois siècles, la Franc-Maçonnerie est poursuivie par la haine d’adeptes du « complot maçonnique », vieil épouvantail inventé pour frapper une pensée humaniste, universaliste et fraternelle.

Il y a un peu plus d’un mois, comme beaucoup de Frères et Soeurs, nous avons appris l’arrestation d’un groupuscule dans la région Est projetant des actions contre nos Temples. Plus récemment, des inscriptions misérables ont dégradées les façades d’un de nos sites de la Région Centre.

Cela est intolérable et nous apportons notre soutien le plus fraternel aux Frères et aux Soeurs ainsi que notre solidarité avec toutes les personnes et institutions, concernés par ces actes aussi stupides que lâches.

Le Grand Orient de France s’associe aux institutions républicaines régaliennes dans son extrême vigilance à l’égard de la progression des idéologies mortifères qui font peser les plus graves dangers sur la République.

Fait à Paris, le 18 juin 2021

vendredi 18 juin 2021
  • 6
    Renuccio
    20 juin 2021 à 09:44 / Répondre

    Un vent mauvais se combat vent debout, car tel il faut être face à un vent de boue.

    Merci LAZARE-LAG

  • 4
    Pierre Noël
    19 juin 2021 à 18:59 / Répondre

    Ce film, que j’ai vu à sa sortie, a surpris plus d’un « étranger » qui n’avait de la France en guerre que la vision gaulliste (« de Koufra à Strasbourg ») ! J’avais pourtant vu, enfant, les épaves dans la baie de Toulon (et l’hôtel du Parc !).

    • 5
      lazare-lag
      19 juin 2021 à 21:04 / Répondre

      Mon père, né en 1925, était pensionnaire dans un établissement scolaire proche quand la rade de Toulon s’est sabordé. L’explosion a réveillé tout le pensionnat. Il en a gardé un souvenir ému…

      • 7
        Pierre Noël
        20 juin 2021 à 12:38 / Répondre

        Permettez-moi une diversion qui n’a rien à voir avec le débat, mais que me rappelle LL (# 5). A sa sortie (en 1951), j’ai vu le film Casabianca qui m’avait enthousiasmé. J’ai gardé un souvenir ému de l’arrivée du sous-marin dans Alger-la-blanche (comme on disait), escorté par un destroyer de la Royal Navy (le film en soi est assez nul mais je ne l’avais pas remarqué !).
        Le revoyant bien plus tard (il se trouve sur you tube), j’ai été surpris des non-dits politiques ! Le commandant du sous-marin est accueilli à Alger par l’amiral Darlan, il convoie ensuite en Corse des résistants d’allégeance communiste et, enfin, il débarque à Ajaccio des soldats français dans cette opération qui valut à Giraud d’être écarté de toute responsabilité par De Gaulle ! Or ce débarquement est décrit comme une grande victoire, ce qui ne dut pas plaire à ce dernier (le film est tourné pendant sa « traversée du désert » à Colombey et après le décès de Giraud), en une époque où nombreux étaient les sympathisants communistes (Jean Vilar, acteur du film, s’opposera plus tard à DG).

  • 3
    lazare-lag
    19 juin 2021 à 18:27 / Répondre

    Lorsque souffle un vent mauvais, que dire d’autre, sinon qu’il faut s’efforcer de le contrer en se maintenant vent debout?
    Et que lorsqu’un vent mauvais souffle plus particulièrement sur la République, être vent debout pour elle c’est déjà être debout dans un isoloir, puis encore debout devant l’urne pour y déposer son bulletin.
    Un vent mauvais ne se combat pas vissé à son canapé.
    Un vent mauvais se combat vent debout, car tel il faut être face à un vent de boue.

  • 2
    Yonnel Ghernaouti
    19 juin 2021 à 05:47 / Répondre

    « Vent mauvais sur la France », c’est aussi le titre de l’éditorial de Laurent Sourisseau, dit Riss, caricaturiste, auteur de bande dessinée et directeur de publication du journal Charlie Hebdo.
    Un édito mis en ligne le 28 novembre 2018 paru dans l’édition 1375… À retrouver sur https://charliehebdo.fr/2018/11/politique/vent-mauvais-sur-la-france/
    et qui commence justement par cette phrase de Pétain citée par notre TCF Pierre.

  • 1
    Pierre Noël
    18 juin 2021 à 22:29 / Répondre

    « Un vent mauvais souffle … », on reconnaît le rythme de Verlaine (« Les sanglots longs ») ! Mais cela rappelle aussi (involontairement sans doute) le début d’un discours de Pétain du 12 août 1941, « De plusieurs régions de France, je sens se lever un vent mauvais », immortalisé par le film « Section Spéciale » (1975) de Costa-Gavras, sur un scénario de Jorge Semprun.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous