Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le vendredi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 16 600 articles y sont stockés !

Hufftington Mingam
l'article du Huffington Post

Une bien étrange affaire à La Rochelle

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles gratuitement.
samedi 2 janvier 2016
  • 29
    MOULIN
    5 janvier 2016 à 18h45 / Répondre

    La vérité EST ,négationnistes ou pas; pourquoi ne pas faire de débats une bonne fois pour toutes et mettre les négationnistes devant les preuves que les choses soient claires pour tout le monde;je ne comprends pas toutes ces bisbilles

  • 20
    Pierre-Philippe Baudel
    2 janvier 2016 à 19h51 / Répondre

    Malveillance, négligence perverse et ou récupération à bon compte qui, au final, n’a jamais encouragé qu’à la suspicion, et par après à l’hostilité puis à la haine; Aussi, qu’en est-il exactement ? L’allégation a-t-elle véritablement un quelconque fondement ? A ce stade, je n’en suis personnellement pas convaincu. A lire (le livre) donc.
    La critique est aisée ensuite mais l’art est difficile, tandis que l’analyse défavorable porté par R. Dachez, notamment à partir de sa lecture desdits « Posts sur les Rites égyptiens,. . . » rédigés certes, avec quelques erreurs mais aussi bien minimes, par l’incriminé, n’illustrera auprès des connaisseurs des Rites dits « égyptiens » que l’histoire de la poêle qui se moque du chaudron.

    • 23
      MINGAM
      2 janvier 2016 à 22h51 / Répondre

      Malveillance certes, et je pense que tu me connais assez pour savoir que je suis très éloigné du monstre que ce Golberg tend à vouloir condamner.
      Bonne année

  • 18
    MINGAM
    2 janvier 2016 à 19h38 / Répondre

    Je pense que prendre parti pour ou contre un livre que personne n’a jamais lu, citant des personnages qui ont défrayé la chronique et qui ont été ridiculisés par crainte de devoir les écouter, n’est pas un bon procès.

    Si des références paraissent douteuses elles devraient permettre à tout un chacun d’en rechercher les failles et découvrir le semblant de vérité qui pourrait s’y trouver.

    Si plutôt que considérer l’autorité de la chose écrite comme des vérités révélées nous étions à même d’en douter, et de pouvoir envisager d’y travailler à postériori en toute liberté.

    Si enfin plutôt que de répéter à l’envie ce que d’autres ont pensé, nous faisons le travail nous-même pour rechercher cette vérité qui nous fait parfois si peur dans ce fatras d’informations que nous assènent les médias.

    Alors effectivement nous serons de vrais maçons libres et de bonnes mœurs car notre propre vérité primera sur celle de ceux qui parfois nous enfument. Il est si facile, sur la base de lectures dirigées, de critiquer ce que l’on n’a pas traité soi-même. Alors, soyons indulgents pour ceux qui cherchent leur propre vérité, même si parfois ils se fourvoient. Combien de planches lues en Loge sur un même sujet se contredisent allègrement ? Leurs auteurs sont-ils condamnables pour avoir des avis différents ?

  • 17
    SylvainZ
    2 janvier 2016 à 18h57 / Répondre

    Je n’ai pas lu le livre en question et ne connais pas Roger Mingam. J’avoue que la dénonciation publique d’un franc-maçon antisémite dans un journal a attiré mon attention, qui plus est, dans ce cas précis, en tant que membre du Droit Humain. Je suis très perplexe et j’attend d’en savoir plus sur ce cas. Les extraits mentionnés dans l’article sont indubitablement négationnistes. Les propos de ce frère sur ses blogs ne laissent pourtant rien apparaître d’un quelconque antisémitisme. Même si ces articles pseudo historiques sont assez affligeants, surtout pour quelqu’un qui visiblement a réussi si j’en juge par le titre de ses publications à atteindre certains grades.
    Je reste également sur ma faim quant à la possibilité d’exclure aussi rapidement un membre du Droit Humain, il existe des procédures contradictoires et même l’article 115 des règlements généraux qui définit la procédure d’urgence est clair quant au caractère contradictoire de la procédure.

  • 16
    Patrice Deriémont
    2 janvier 2016 à 18h04 / Répondre
  • 12
    357
    2 janvier 2016 à 16h05 / Répondre

    J’ai sans doute mal lui mais où est-il fait référence au DH dans l’article de Goldberg ?

    • 13
      GépluAdministrateur
      2 janvier 2016 à 16h17 / Répondre

      L’Acacia est bien le nom d’une loge du Droit Humain de La Rochelle, ami 357.
      J’ai pu m’entretenir quelques minutes au téléphone ce midi avec sa Vénérable, ainsi qu’ensuite avec Robert Mingam. Un nouvel article donnera quelques renseignements complémentaires et éclaircissements à cette affaire demain matin.

  • 8
    ce78
    2 janvier 2016 à 13h54 / Répondre

    Malgré ce qu’en dit Dan Brown dans le « Da Vinci Code », le Prieuré de Sion est un mythe total. Il s’agit en fait d’un canular créé par un Français, Pierre Plantard. Avec son complice et ami Philippe de Chérisey, ils ont rédigé un certain nombre de documents appelés « Dossiers secrets d’Henri Lobineau » (un nom inventé), lesquels furent déposés à la Bibliothèque nationale de France par petits bouts entre 1964 et 1967. Pierre Plantard y présentait le Prieuré comme une sorte de confrérie remontant à 1099, liée à l’ordre du Temple. D’après ses documents, le Prieuré de Sion serait une société secrète fondée par Godefroy de Bouillon lors de la première croisade. Elle aurait compté parmi ses membres des personnages aussi illustres que Botticelli, Leonardo da Vinci, Isaac Newton (largement cité dans le « Da Vinci Code »), Victor Hugo, Debussy ou Cocteau. En 1993 Pierre Plantard avoue que cette liste et le dossier Lobineau ne sont que le fruit de son imagination. Fin du game.

    • 9
      Roger Dachez
      2 janvier 2016 à 15h00 / Répondre

      Il n’y a rien à ajouter à ce qu’écrit CE78, c’est parfaitement exact. S’agissant de ce Robert Mingam dont je n’ai jamais entendu parler, je peux simplement préciser que sur son site « Ordo ab Chaos (sic) » on trouve un « Historique de la franc-maçonnerie » qui est un tissu d’inepties en ce qui concerne les origines de la maçonnerie, et que deux autres posts, sur les Rites Égyptiens et Le Rite Oriental de Misraïm, valent également leur pesant de cacahuètes. Je ne sais pas si c’est un mythomane ou s’il croit vraiment ce qu’il dit, mais il est certain que tout cela n’a aucun intérêt et relève de l’élucubration pure.

      • 21
        MINGAM
        2 janvier 2016 à 19h57 / Répondre

        Lorsque l’on se prétend historien, on vérifie ses sources avant de parler de sujet qu’on ignore. Je pense que notamment, avant de critiquer les informations sur la toile concernant les rites égyptien encore faut-il y avoir adhéré. On pourrait tout aussi bien avoir un avis différent sur tes livres sans pour autant te calomnier comme tu sais si bien le faire.

    • 10
      DLD
      2 janvier 2016 à 15h32 / Répondre

      Il faut lire tout le livre de Dan Brown, et en particulier la première page sur laquelle est indiqué le mot « roman »

    • 11
      GépluAdministrateur
      2 janvier 2016 à 15h34 / Répondre
    • 15
      Patrice Deriémont
      2 janvier 2016 à 18h00 / Répondre

      On peut aussi citer Gino Sandri, ancien syndicaliste, qui s’est présenté comme le Secrétaire Général de cette organisation et qui prétendait l’avoir « réveillée » en 2002. Il avait selon ses dires été le secrétaire particulier de Pierre Plantard. J’ai eu l’occasion de le croiser lors de Congrès. C’était un homme intelligeant et cultivé.

    • 19
      MINGAM
      2 janvier 2016 à 19h48 / Répondre

      Il est vrai que le prieuré de Sion dont parle Pierre Plantard est sujet à caution. Cependant, peut être ne faut il pas s’arrêter aux critiques des uns et des autres et creuser le sujet. Par exemple pourquoi Jean Cocteau s’est-il commis dans l’enregistrement de cette association loi 1901 le 5 juin 1956.

      • 28
        ce78
        3 janvier 2016 à 15h49 / Répondre

        C’est tout simplement que Jean Cocteau ne s’est commis dans rien qui puisse avoir un rapport avec la légende du Prieuré de Sion. Cocteau détestait les affabulateurs en tout genre qui voient des complots partout et des OVNI. En 1956, un mois et demi avant sa prétendue participation à la création de l’association « Le Prieuré de Sion » ayant son siège à Annemasse (voir mon autre commentaire), il préfaçait un livre, « Black-Out sur les soucoupes volantes », dans lequel il écrivait : « Seuls, les charlatans drapés dans leur imbécillité peuvent croire aux ballons-sondes, aux phantasmes et aux hallucinations toutes les fois que l’univers s’exprime dans un langage non conforme à cet amas de concepts traditionnels et d’idées préconçues qu’ils considèrent comme la seule vérité » (24 avril 1956). Pas du tout le genre à croire à un pseudo Prieuré…

    • 25
      MINGAM
      2 janvier 2016 à 23h33 / Répondre

      Pierre Plantard, attaqué de toutes parts ne pouvait qu’avouer que le Prieuré de Sion était une invention sortie de son imagination. Pour avoir la paix et calmer les esprits échauffés par ses révélations il ne pouvait agir autrement. Cependant, nier l’existence d’une association loi 1901 déposée officiellement en préfecture par Jean Cocteau peut faire réfléchir sur ses dénégations tardives.

      • 27
        ce78
        3 janvier 2016 à 15h35 / Répondre

        Pierre Plantard n’est qu’un affabulateur d’extrême-droite, dont le rêve était de se faire passer pour le descendant des rois de France afin de revendiquer la couronne et les honneurs qui vont avec à son profit.
        En 1937, il a créé « Alpha Galates », un mouvement d’extrême droite qui a soutenu le régime répressif de Vichy.
        En 1993, il a été auditionné par la justice dans le cadre de l’enquête sur la mort de R. Patrice Pelat. Ce dernier, décédé en 1989 avait été nommé, selon Plantard, grand maître du Prieuré de Sion à titre de posthume. Suite à une perquisition organisée à son domicile par le juge Thierry Jean-Pierre, au cours de laquelle furent retrouvés toute une série de faux documents tentant de démontrer qu’il était le descendant des rois de France, Plantard avoua que le Prieuré de Sion n’était que le fruit de son imagination, et que Patrice-Pelat n’avait évidemment aucun rapport avec ce pseudo ordre. On s’en doutait un peu.
        Quant à l’association « Le Prieuré de Sion » (par référence au Mont-Sion près de Genève, rien à voir avec Jérusalem) fondée en 1956 par Plantard et quelques amis, dont les statuts furent déposés à la sous-préfecture de Saint-Julien-en-Genevois, et qui avait son siège à Annemasse (association dont Cocteau n’a pas fait partie, et dont il a encore moins été le président !), elle avait pour seul et unique objet la défense… des droits des foyers HLM et ne durera qu’un peu plus d’un an.
        Tout est limpide. La justice a tranché, et Plantard avoué. Il n’est pas plus le descendant direct de Dagobert II que je ne le suis de la reine Victoria. Un imposteur c’est tout, qui s’est bien amusé à nos dépens.

  • 7
    ce78
    2 janvier 2016 à 13h49 / Répondre

    Le document intitulé « Les Protocoles des Sages de Sion » ou « Protocoles des Sages d’Israël » est un faux qui est l’œuvre d’un Russe, Mathieu Vassilievitch Golovinski (1865-1920). Golovinski est un propagandiste qui travaillait à la fin du XIXe siècle pour l’agence de la police politique russe à Paris, et qui fut plus tard embarqué dans l’aventure des bolcheviks. Ce texte illustre le mythe d’un plan secret des Juifs pour dominer le monde, qui est en fait la reprise du « Discours du grand rabbin au cimetière de Prague », devant les représentants des 12 tribus d’Israël (Biarritz, 1868). C’est en fait dans ce livre, un roman à 100%, que se trouve l’origine du mythe.
    Un article du « Times » publié le 8 mai 1920 a révélé au grand public l’existence de ce texte. Mais dès 1921, le journal admet, après vérifications, qu’il ne s’agit que d’un faux. Il faudra attendre 1992 pour qu’un historien, Mikhail Lépekhine, identifie l’auteur du faux (Golovinski, donc) grâce à l’ouverture des archives russes. L’enquête de cet historien a été publiée dans « Le Figaro ». Il s’agissait à l’époque de convaincre le tsar qu’un complot judéo-maçonnique se tramait derrière le courant réformateur russe, et c’est pour cette raison que le clan orthodoxe avait commandé ce faux à Golovinski.
    Il n’y a pas plus de complot judéo-maçonnique que de beurre en broche, comme on dit en France. Mais le mythe a la vie dure…

    • 22
      MINGAM
      2 janvier 2016 à 20h06 / Répondre

      Il s’agit très vraisemblablement d’un faux. Cependant, ces protocoles sont presque le copié collé d’un ouvrage écrit 50 ans plus tôt nommé Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, par un certain Maurice JOLY, sioniste notoire,intime d’Adolphe Crémieux, le fondateur de l’alliance israélite universel. Comme quoi il faut toujours chercher la vérité plutôt que d’accepter celle des autres.

      • 26
        ce78
        3 janvier 2016 à 14h59 / Répondre

        Quitte à chercher la vérité, autant le faire bien. Le document intitulé « Les Protocoles des Sages de Sion » est repris d’un roman intitulé « Biarritz » écrit par Hermann Goedsche alias Sir John Ratcliffe et publié en 1868. Dans l’un de ses chapitres, l’intrigue se déroule à Prague et décrit un complot juif visant la conquête du monde.

        Goedsche s’est en effet inspiré d’un auteur français, Maurice Joly, que vous citez, et plus précisément du « Dialogue aux enfers entre Montesquieu et Machiavel » publié trois ans avant en 1865. Joly y décrit un complot visant Napoléon III, et non pas la domination du monde. Goedsche a modifié la substance du texte de Joly pour attribuer aux juifs des visées sur le monde entier.

        C’est donc logiquement à partir de « Biarritz » qu’on peut dater l’apparition du Protocole des Sages de Sion en tant que complot juif destiné à la domination du monde.

  • 4
    Jack Chaboud
    2 janvier 2016 à 12h21 / Répondre

    Une chose m’inquiète souvent dans les références aux publications traitant du sujet maçonnique. Tout y est souvent mis sur le même plan : ouvrages autoédités, micro-sociétés d’édition, productions fumeuses parues sans aucun contrôle éditorial … Par exemple, je ne trouve aucune édition répertoriée de cet auteur, ignoré de Google ou des références éditoriales. Chez qui a été publié cet « Ordre du Prieuré de Sion » par Robert Mingam ?
    Jack Cha

    • 6
      GépluAdministrateur
      2 janvier 2016 à 12h32 / Répondre

      C’est exact Jack, j’ai cherché aussi hier et n’ai trouvé de références de livres de Robert Mingam nulle part. Sans doute publié « à compte d’auteur »… Cela ne présageant en rien de la qualité de ce qui est publié à compte d’auteur, où l’on trouve parfois de petites perles même si le médiocre voir le douteux y est plus courant. Les auteurs, bien sûr amateurs, qui se résolvent à ces autopublications n’ont simplement généralement pas accès aux grands éditeurs, où ceux-ci n’estiment pas les œuvres susceptibles d’une édition professionnelle dont la couverture des coûts demande un minimum de ventes. Cela fait que ces livres aux éditions confidentielles ne sont généralement référencés nulle part, et donc encore moins connus et vendus…

    • 24
      MINGAM
      2 janvier 2016 à 23h00 / Répondre

      Ce livre, ou plutôt ce mémoire à compte d’auteur n’a pas été édité officiellement. Seuls une quarantaine de personnes de mes amis intéressées par le sujet en ont eu connaissance. Il semble que ce Goldberg s’en soit procuré un et s’en soit inspiré pour cracher sa haine en transformant mes propos pour salir la Franc-maçonnerie.

  • 3
    Luciole
    2 janvier 2016 à 11h57 / Répondre

    Il aurait pu commencer par signaler que « Le protocole des Sages d Sion » est un faux propagé par la police secrète du Tsar et inspiré par des écrits d’un Français Maurice Joly qui raillait Napoléon III.
    Sans cette élémentaire précision tout ce qui concerne ces « Protocoles »est pris au pied de la lettre et justifie l’antisémitisme le plus primaire.

    • 5
      GépluAdministrateur
      2 janvier 2016 à 12h23 / Répondre

      Luciole,
      Si je lis bien la présentation que Mingam fait de son livre, il y a une phrase qui dit : « Depuis leur parution, nos dirigeants n’ont de cesse de faire correspondre sa fiction avec la réalité ». C’est pour ça qu’avant de juger, il faudrait voir le livre…

      • 14
        jean mabuse
        2 janvier 2016 à 16h30 / Répondre

        Cette phrase est du pur jus conspirationniste à la mode

  • 2
    Nato973
    2 janvier 2016 à 11h39 / Répondre

    Du coup on reste sur notre faim au sujet du contenu du fameux livre .
    Reagir à chaud est nécessaire quand il s’agit d’antisémitisme, mais pour juger il faudrait attendre un peu.
    Les Franc Maçons n’aiment pas les méthodes expéditives qu’ils laissent à d’autres.
    Donnes nous des nouvelles mon cher Geplu!
    Jean-Marc

  • 1
    HOUVER Marc
    2 janvier 2016 à 9h22 / Répondre

    Dans une société éprise de sensationnalisme, la prudence est en effet de mise. C’est toujours tellement facile de régir dans l’immédiateté, sans avoir vraiment pris connaissance de la réalité des faits. Et si ceux-ci sont avérés, il ne faudra pas se cacher derrière un silence complice, mais savoir sanctionner. A suivre, donc…
    Hervé MOURAC

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous