Vive Saint-Nicolas !

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 6 décembre 2022
  • 7
    Jean van Win
    7 décembre 2022 à 12h44 / Répondre

    Merci à notre TCF Bernard Vercruyce pour avoir mis en scène le personnage le plus important de nos enfances. Je me joins aux Lorrains qui sont intervenus, étant moi-même un peu Lorrain par mon grand-père maternel. D’où mon grand intérêt pour Charles de Lorraine !
    Dans sa création, notre F Bernard a opté pour un âne, et non pour une mule et encore moins pour un cheval, noir ou blanc. L’iconographie varie beaucoup dans les zones européennes concernées.
    Néanmoins, tous les ingrédients sont déjà présents dans notre petit débat, mais dans un grand désordre : le Père Fouettard est noir, pourquoi ? Zwarte Piet est un pauvre petit ramoneur de cheminée (à l’époque où l’on ne se chauffait qu’au charbon !) ; Saint Nicolas monte une mule, un âne, un cheval ?
    J’ai écrit il y quatre ans un conte surréaliste à propos de la violation des tabous : l’Allée des Tilleuls espagnols. J’y donne une analyse assez précise des variations de la fable de Saint Nicolas selon les régions européennes où elle est encore honorée de nos jours. Avec toutefois une vigueur chancelante… C’est un peu trop long pour figurer sur Hiram.be Pour ceux que ce sujet intéresse (Lorrains ou non !) j’en transmets une copie à Géplu qui acceptera probablement de l’envoyer à ceux que ce petit débat intéresse. Merci de votre attention.

    • 8
      GépluAdministrateur
      7 décembre 2022 à 13h19 / Répondre

      avec plaisir Jean

    • 9
      Brumaire
      8 décembre 2022 à 18h51 / Répondre

      Je suis très intéressée par ce que tu écris, Jean! j’ai commis par le passé des contes à l’intention de mes FF et SS pour des occasions festives, sortant des planches traditionnelles. et je remercie Géplu de bien vouloir transmettre le tien qui m’intrigue. Je me réjouis de te lire prochainement!

  • 5
    JMB
    6 décembre 2022 à 19h47 / Répondre

    Je me souviens que du côté de la famille de ma mère, Lorraine comme Brumaire, ils associaient systématiquement le Père Fouettard à Saint Nicolas dans les histoires. Est-ce encore d’actualité aujourd’hui ?

    • 6
      Brumaire
      6 décembre 2022 à 22h39 / Répondre

      JMB-St Nicolas était toujours accompagné du Père Fouettard ( Hans Trapp en alsacien) qui essayait de faire peur aux enfants On laissait une carotte sur le bord de la fenêtre pour la pauvre mule trop chargée. Dans mon village, St Nicolas passait dans la soirée, et comme il faisait froid, les gens lui offraient le café… souvent arrosé. Si bien qu’il n’était pas très clair en arrivant à la maison, une des dernières du village.
      Je n’ai jamais compris pourquoi le Père Fouettard était noir. Comme Othello? Ou Monostatos?

  • 4
    Pierre Noël
    6 décembre 2022 à 18h35 / Répondre

    Je me souviens de ces soirées délicieuses du 5 décembre où, du haut de mes quatre ou cinq années d’âge, je déposais fébrilement devant la cheminée (feu ouvert, on dit dans le plat pays !) une carotte et des épluchures de pomme de terre pour l’âne du grand saint. L’émoi était plus grand encore le lendemain matin lorsqu’on se précipitait pour découvrir ce qu’il avait déposé !
    J’ai toujours entendu que le zwarte Piet était un petit ramoneur, noir de suie parce que passé dans la cheminée.

  • 3
    Jean van Win
    6 décembre 2022 à 17h10 / Répondre

    Ceci est un addendum au post (1).
    Car il y a aussi le Père Noël. D’importation récente en Europe (1945 ?) il semble dire à Saint Nicolas « pousse-toi un peu, ôte-toi de là que je m’y mette ». Vae victis ! Il a débarqué avec le Coca Cola, les Mac-do, les Car Wash, les Call Centers, et tutti quanti pour ne pas parler français. Quant au sapin de Noël, il accompagnait la crèche, avec le petit Jésus, entre le bœuf et l’âne gris, sauf chez les incroyants rabiques.
    Le Père Noël est une déspiritualisation agissante des vieilles traditions poétiques de notre vieille Europe que j’aime.
    Le Père Noël, c’est la dinde truffée, le homard à l’armoricaine ou thermidor, les huitres par douzaines, les décors rigolos, les trompettes en carton et tout le reste qui accompagne la bonne bouffe. Je ne suis pas contre, mais pas au détriment de notre Saint Nicolas, milliards de mille sabords ! Car il me semble qu’il y a comme un cousinage entre notre Saint Nicolas et le Père Noël des anglo-saxons. Savez-vous comment s’appelle le Père Noël overseas ? … Santa Claus.

  • 2
    Brumaire
    6 décembre 2022 à 12h56 / Répondre

    La Lorraine que je suis vous remercie, Bernard, et Géplu de nous avoir transmis ce magnifique St Nicolas, et d’avoir accompagné sa mule par ses chats « pavé mosaïque »!
    Joyeuse fête de St Nicolas!

  • 1
    Jean van Win
    6 décembre 2022 à 12h08 / Répondre

    Ha! ha ! voici un Saint Nicolas « rectifié » !!
    D’abord, Saint Nicolas est grec à l’origine. Se référer à la chanson :  » ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs »… La légende parle d’un boucher sanguinaire qui les a tués, mis au saloir, d’où ils furent ressuscités par Hagios Nikolaos, adopté dès lors comme saint patron par tous « les enfants sages » du Nord de l’Europe.
    Son règne couvre un grand territoire, allant de l’Est de la France et couvrant toute la Belgique et la Hollande. Ailleurs, je ne sais.

    Je remarque sur l’illustration rectifiée ci-dessus que le valet de Saint Nicolas, traditionnellement un noir, ou homme de couleur, nommé chez nous  » zwarte Piet » soit  » Pierrot le noir  » ( à Bruxelles « zwette Piet »), est devenu un chat noir. Bel exemple de transsubstantiation politique.

    J’ai développé tout ceci dans un conte privé intitulé:  » L’Allée des Tilleuls espagnols ». Ce passage sera envoyé sur demande.

    Depuis des années, les Hollandais se sont hérissés avec les Ecolos contre l’usage d’un noir comme valet du grand saint. Chez ces calvinistes, cela est plus ou moins interdit, et je vois aussi sur l’illustration ci-dessus que Zwette Piet est devenu… un chat noir ! Quant au chat blanc, il me paraît être une hérésie, valant le bûcher.

    Bref, de mon temps, dans la nuit du 5 au 6 décembre, Saint Nicolas se promenait sur les toits des maisons avec son âne portant des sacs énormes bourrés de jouets, et, avec l’aide de son valet, les déversait dans les cheminées. Ils atterrissaient dans le salon, où une assiette contenant une carotte, un navet, du sucre (pour l’âne) avaient soigneusement été disposés afin de rassasier le pauvre âne, qui avait tant de travail…

    Je m’arrête, car il y a encore tant de choses à dire à propos de cette belle tradition aujourd’hui bien chancelante. Mais le coca a bien remplacé la grenadine. Nos traditions vont sur une fesse commentait Julos Baucarne….

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous