Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances entre le 14 juillet et le 15 août.

Rendez-vous le mardi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article, et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : plus de 15 000 articles y sont stockés !

Pozarnik
Alain Pozarnik

Alain Pozarnik interviewé par Jacques Carletto

Publié par jissey

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 23 septembre 2018
  • 1
    Désap.
    24 septembre 2018 à 16:07 / Répondre

    La Réalité est le plan de réalisation de la Manifestation universelle, elle est une des déclinaisons de la Vérité, c’est l’ « existence ».
    L’Etre est le Principe de la Manifestation, il est notre Principe dont les deux pôles sont l' »essence » et la « substance ».
    La « substance » est Matière, l' »essence » notre égo, l’ensemble conditionne notre existence dans la réalité.
    De même qu’il est incohérent de chercher à se défaire de la substance, il est parfaitement illusoire d’imaginer se défaire de l’égo.
    Il est en revanche nécessaire de le dépasser de sorte de ne pas être prisonnier de la Réalité et se donner une possibilité d’approcher, voire d’accéder à la Vérité, non par curiosité, ni par vanité ou tout autre raisons guidées par l’égo, mais parce que c’est le seul plan où le terme « liberté » ait un sens.
    Je partage l’avis de notre Frère, le retour dans le Cabinet de Réflexion est le meilleurs vecteur maçonnique pour dépasser l’égo. Mais à mon sens il ne devrait s’agir que du Cabinet de Réflexion et non celui-ci ramené à l’introspection. Dépasser l’égo c’est « se dépasser » pour placer la réflexion sur le plan de l’Etre, c’est à dire sur le plan des Principes universels.
    Je crains que l’introspection ce soit tourner autour de nous même et qu’elle nous ramène, quoique l’on fasse, invariablement à l’égo. L’Homme ne peut trouver sa place qu’à partir du moment où il sait où il se trouve, qu’à partir du moment où il comprend ce qui l’entoure ; la compréhension de soi-même vient en dernier, comme un complément ou une confirmation parce que nous sommes de la même « essence » et de la même « substance » que ce qui nous entoure, avec ceci de différent et d’avantageux que nous voyons ce qui nous entoure, et alors que nous ne nous voyons pas et qu’ainsi nous ne pouvons que nous interpréter avec toute l’illusion que cela comporte, c’est là la possibilité objective, complète et exacte de nous comprendre.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous