de gauche à droite Bernard Delpech, Vénérable Maître de la Loge Gambetta, Pierre Juston, l'Intervenant,
et Audrey Desplanques, Conseillère de l’Ordre du Grand Orient de France.

Après la conférence « Mourir dans la dignité » à Cahors le 18 Janvier

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 1 février 2022
  • 1
    PDeriemont
    1 février 2022 à 11:03 / Répondre

    Bien sûr, personne ne conteste le droit à des francs-maçons de militer dans les associations de leur choix. L’ADMD en fait partie. Je serais plus réservé sur le fait que l’Obédience le fasse, car on a aussi le droit de ne pas être d’accord avec le fait de légiférer en la matière. On prend souvent le cas de Vincent Lambert pour argumenter sur la nécessité de la loi sur l’euthanasie active. Pourtant si la loi avait existé, son cas ne serait pas entré dans son application. Vincent Lambert n’avait pas écrit sa volonté d’y recourir par écrit. Il n’avait pas non plus désigné formellement une personne de confiance. Par ailleurs il n’était pas atteint d’une maladie incurable, et qui pouvait certifier qu’il était en fin de vie alors qu’hormis son alimentation il ne bénéficiait d’aucune assistance médicale. Sur un autre plan , j’entends dire que cette loi est à la fois laïque et républicaine. Je ne savais pas que la Belgique était une république laïque.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous