Droit à mourir dans la dignité : le combat de Francs-Maçons

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Le décès de Chantal Sébire qui s’était vue refuser par la justice française (Tribunal de Grande Instance de Dijon) le droit d’être euthanasiée a rappelé ce combat qui, en Belgique, a débouché sur une loi sur la dépénalisation de l’euthanasie (loi du 28 mai 2002 publiée au Moniteur belge du 22 juin 2002 et entrée en vigueur le 23 septembre 2002).

En France, comme le rappelle Le Monde, ce combat est mené par l’Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD). Dans son édition du 19 mars 2008, Le Monde indique que L’Association pour le droit à mourir a doublé ses effectifs en cinq ans. Créée en 1980 par l’écrivain Michel Lee Landa, l’ADMD a été présidée par Henri Caillavet, radical de gauche et Franc-Maçon. Celui-ci a déclaré : Quand j’étais président, il y avait beaucoup de francs-maçons dans le conseil d’administration. Il est certain que cela a pu contribuer à brouiller l’image de l’ADMD, qu’on prenait parfois pour une officine de la Grande Loge ou du Grand Orient..

Henri Caillavet avait préfacé le livre de Catheriine Leguay Mourir dans la dignité. Quand un médecin dit oui (Pocket, 2005) (disponible chez Amazon). Il avait lui-même écrit Comment mourir dans la dignité ? (Pleins Feux, 2003) (disponible chez Amazon). Son portrait a été tracé par Paul Marcus dans le livre Un esprit libre (Le Cherche Midi, 2007) (disponible chez Amazon).

samedi 22 mars 2008 6 commentaires
  • 6
    Masy 16 novembre 2010 à 10:44 / Répondre

    Il est temps que la France ne soit pas encore à la traîne.
    L’être humain a le droit de mourir dignement. Pourquoi penser qu’il puisse y avoir des excès?
    Quand la loi sur IVG a été vôtée, y a t-il eu plus d’avortement? NON, mais au moins de bonnes conditions sont respectées.
    Il y a toujours eu des dérives et il faut tout mettre en oeuvre pour les éviter.

    Comme dans la Bible il est dit « tu enfanteras dans la douleur » et moi je dis tu mouras dignement comme tu le veux. Laisssons « la religion » de côté qui se mêle de ce qui ne lui regarde pas.

  • 5
    Stéphane 26 mars 2008 à 05:25 / Répondre

    Dans son homélie pascale, Monseigneur Wilfried Daneels, Primat de Belgique, le même qui avait très (trop ?) gentiment croisé le fer avec le Grand Maître du GOB à la dernière Foire du Livre de Bruxelles, a affirmé, évoquant l’euthanasie, que le fait de « contourner la mort » n’est pas un « acte héroïque ». Il est vrai que mettre fin à ses souffrances est un concept incompréhensible pour un mouvement qui a toujours mis la douleur et la malheur en avant comme moyen de rédemption. Encore une fois, l’Eglise catholique belge se permet de porter un jugement définitif sur quelque chose qui ne la regarde pas. C’est tout simplement lamentable, mais bien digne d’eux.

    Incidemment, je suis assez d’accord avec Stolkin, même si je ne l’aurais pas dit de manière aussi abrupte…

  • 4
    STOLKIN 25 mars 2008 à 19:09 / Répondre

    Droit à mourir dans la dignité : le combat de Francs-Maçons

    3 commentaires…

    Rassemblement francilien et débat sur la spiritualité maçonnique avec la GLNF

    Querelle d’école (maternelle) : 13 commentaires

    Bonsoir La FRANCE !

  • 3
    Connais-toi toi-même 24 mars 2008 à 14:34 / Répondre

    Il ne devrait pas être necessaire de voter quoi que ce soit…ce devrait rester un choix personnel.

    Que des professionnels risque leurs carrières et donc leurs vies pour aider l’autre…est un beau geste…mais quel honte !

    Nous nous prétendons supérieur à l’animal ?

  • 2
    DrXu 24 mars 2008 à 09:55 / Répondre

    Cette affaire me fait très peur à long terme.
    Entre le DROIT de mourir et l’OBLIGATION de mourir, il y a un glissement possible, graduel et insensible, qui peut nous mener jusqu’à une situation proche de celle imaginée dans le film « SOLEIL VERT ».
    Dans la pratique, je préfère que l’on ne légifère pas trop sur ces questions. Je SAIS qu’à plusieurs reprises, il est arrivé que des soignants aident, en leur âme et conscience, des malades incurables à ne pas prolonger d’inutiles souffrances… Nul n’en n’a rien su, et c’est très bien ainsi.
    Il est bon que cela représente toujours un risque pour celui qui aide à mourir, pour que les dérives soient limitées.
    La dérive de notre civilisation conduit à supprimer tout ce qui gêne. Ne l’encourageons pas…

  • 1
    Trazom 23 mars 2008 à 03:54 / Répondre

    Encore un combat d’avant-garde que les franc-maçons ont mené… Pardonnez ma vision simpliste (et profane des choses) : d’autres personnalités non franc-maçonnes ont également mené (et continuent de mener) ce combat, mais je trouve que la franc-maçonnerie a sa place dans de tels débats. La politique de communication du GODF est parfois excessive (« l’église de la république » ?), à mon avis, mais si elle aide parfois à débloquer les choses sur les sujets éthiques comme le droit à mourir dans la dignité, n’est-ce pas un mal nécessaire ?

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
venenatis, ipsum dictum dolor. non venenatis