Une place pour les femmes en Franc-Maçonnerie?

Par Jiri Pragman dans Dans la presse

Ce jeudi 23 septembre 2010, de 13h30 à 14h30, Michel Field recevra en radio le Grand Maître de la Grande Loge de France, Alain-Noël Dubart, et la Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France, Denise Oberlin, ainsi qu’un ancien Grand Maître du Grand Orient de France, Alain Bauer, auteur du Dictionnaire amoureux de la franc-maçonnerie, et Magali Aimé, auteure de Femmes et franc-maçonnes. Le thème de l’émission: Les femmes ont-elles désormais leur place dans la franc-maçonnerie?

L’ émission Café Découverte est diffusée sur Europe 1

  • Dictionnaire amoureux de la franc-maçonnerie d’Alain Bauer (Plon, Dictionnaire amoureux, 484 pp., 2010) disponible chez Amazon et à La Cale Sèche
  • Femmes et franc-maçonnes de Magali Aimé (Dervy, 2010) bientôt disponible chez Amazon
mercredi 22 septembre 2010 32 commentaires
  • 32
    Ronan 28 septembre 2010 à 18:02 / Répondre

    Eh bien, (…) Marcel, c’est ce que je vous souhaite du fond du coeur au DH, mais ce n’est pas gagné!

    Cela dit, j’ai plein d’amis très chers au DH, et nous soutenons, les mêmes combats « sociétaux » (le vilain mot) au sein des Obédiences « libérales » françaises, DH et GLFF en tête. Ce qui ne m’a pas empêché, malgré ma préférence pour la mixité, d’entrer au GO plutôt qu’au DH pour les raisons évoquées plus haut.

    Du coup, je ne peux que comprendre une femme qui, aujourd’hui, vient frapper à la porte du GO plutôt qu’à celle du DH.

    Encore faut-il, évidemment, qu’elle soit informées des réalités structurelles des différentes Obédiences, ce qui est rarement le cas : il suffit de constater, ici même, combien peu de frères sont au courant de l’histoire de l’Ordre (au point de privilégier une pata-histoire entretenue par quelques gros malins qui cherchent à faire mousser leur organisation en propageant de gros bobards sur une antériorité fantasmatique).

    Je suis vraiment heureux de constater que la raison est en train de prévaloir, et que la fraternité semble plus forte que la volonté de quelques idéologues (ceux qui entretiennent en ce moment le climat de putsch dans une cabine téléphonique) qui préféreraient tout démolir que d’admettre que des loges préfèrent travailler en mixité au GODF.

    Au-delà de ces positions caricaturales, nous devons travailler à garantir aux loges qui veulent rester masculines un climat de sécurité et de paix. Pour ce faire, il faudra bien retoucher, aussi peu que ce soit, le RG. Comme pour régler le problème du droit de visite des soeurs du GODF dans les loges masculines : il est évident que la position des extrémistes du GO qui refusent actuellement le droit de visite aux soeurs ne sera plus tenable, dès lors que ces dernières appartiendront à la même Obédience.

    (…)

  • 31
    Marcel le Bel 28 septembre 2010 à 17:19 / Répondre

    Merci, (…) Ronan, pour cet argumentaire éclairant.
    Nous, au DH belge, luttons pour nous libérer de la mainmise des hauts grades et des 33es. Notre objectif : une structure similaire à celle du GO; Quand nous aurons réussi, ton argumentation deviendra caduque … du moins chez nous. (…)

  • 30
    Ronan 28 septembre 2010 à 13:22 / Répondre

    Simple, Marcel, mon bien cher frère, et déjà dit ici, et de nombreuses fois…

    Le DH est une association de membres, les loges ne sont que des entités évanescentes sans statut associatif, sans finances. Tout est géré au centre. Et, enfin, tout est sous la mainmise des hauts grades. Par exemple, l’allumage des feux d’une nouvelle loge n’est pas assuré par des Conseillers de l’Ordre élus par les Congrès, comme au GO, mais par les 33e du REAA, ès-qualité. Enfin, le DH est mono-rite (REAA).

    Pardonne-moi, mais, au-delà de l’amitié fraternelle que je peux avoir pour beaucoup de frères et de soeurs du DH, ça fait beaucoup. Et ça peut, légitimement, en bloquer certains, dont moi. Encore faut-il, en effet, faire l’effort de s’informer ! Ainsi, toujours pour ma part, je prends comme un honneur le fait que des femmes, soucieuses d’une structure plus transparente et démocratique, sollicitent leur entrée au GODF.

    Rappelons que le GODF est une fédération de loges souveraines (mais soumises à un réglement fédéral, bien évidemment, qui marque certaines limites à cette souveraineté… laquelle s’étend désormais et complètement à son recrutement sans distinction de genre);

    -qu’il est composé de loges multi-rites (et non une fédération de rites, ce qui impliquerait que l’on ne puisse passer du RF au REAA par exemple, ou réciproquement, en allant dans les « hauts grades »);

    – de la même façon, on ne peut stricto-sensu dire que le GODF est devenu mixte. Fédération de loges, il est désormais composé de loges multi-genres (pour l’heure, masculines ou mixtes, en raison d’un protocole signé avec la GLFF… mais on verra bien de quoi l’avenir sera fait), comme il l’était de loges de rites différents, et de loges travaillant ou non à la Gloire du Gadlu;

    – qu’il offre la liberté de travailler ou non à la Gloire du Grand Archi;

    – last but not least, que l’exécutif du GODF est maître chez lui, sans que les hauts grades n’aient le moindre droit de regard sur la gestion des loges, ni sur les rituels. Le GODF délègue l’administration des filières de hauts grades à des chambres spécialisées, Grand Chapitre Général pour le RF, Suprême Conseil pour le REAA, etc. Contrairement au DH, chacun est ici à sa place, et cela me va aussi très bien.

    Etonnant de voir à quel point l’Histoire de l’Ordre mais aussi les structures sous-jacentes aux différentes Obédiences peuvent être ignorée par des frères, par ailleurs prompts à juger et à stigmatiser ceux qui osent penser différemment…

  • 29
    Marcel le Bel 28 septembre 2010 à 09:33 / Répondre

    je le répète : je suis pour l’initiation des femes et la mixité des obédiences. Expliquez-moi pourquoi il faudrait mixifier le GO alors que le DH existe pour ceux qui souhaitent oeuvrer dans la mixité ? Veut-on la mort du DH ??? Ronan a raison : faute de garde-fous les tensions intra-loges vont persister et prospérer. Et cela n’a rien à voir avec les notions de « progrès » et de « modernité » (profane).

  • 28
    Ronan 27 septembre 2010 à 23:31 / Répondre

    Puisque j’en suis à rappeler un passé récent, j’avais suggéré aux agitateurs patentés de la masculinité que, plutôt que leur combat perdu d’avance, ils seraient bien inspirés d’oeuvrer à la fondation d’un système qui interdise l’entrisme d’éventuels pro-mixité acharnés dans les loges souhaitant rester masculines.

    C’est là, le vrai combat : permettre à chaque loge de choisir librement son destin, sans pressions extérieures et dans des conditions qui préservent la sérénité.

    j’avais suggéré un article stipulant deux choses : que le vote sur le passage à la mixité soit réservé aux frères de la loge et nécessite une majorité des trois quarts (ou des deux tiers) des présents.

    Le jusqu’auboutisme réglementaire a interdit tout débat sur le fond, jusqu’à ce qu’une solution, simple et d’application immédiate, émerge enfin.

    Inconvénient : du coup, il n’y a pas de garde-fou.

    Il serait dommage que les « mixistes » adoptent à leur tour des positions aussi extrêmes que celles de certains de leurs adversaires et mettent le feu en tentant de peser sur des votes d’admission de femmes, par exemple (rappelons tout frère peut, théoriquement, exiger de participer au vote dans une autre loge du GO que la sienne).

    Il faudra aussi avoir la sagesse de ne pas faire basculer une loge sur une majorité infime, sous peine de tensions extrêmes, voire de démissions.

    Bref, beaucoup de patience et de fraternité.
    Fraternité qui n’est pas un donné ontologique, mais fondée sur et entretenue par le partage de valeurs communes.

  • 27
    Ronan 27 septembre 2010 à 20:05 / Répondre

    La décision du convent permet à chaque loge de définir pour et par elle-même sa propre politique de recrutement, monogenre ou mixte, dans la plus grande liberté et transparence.

    Je ne vois donc pas où ce cher Emerek, comme à son habitude friand de complots, voit que « Certains (ils se reconnaîtrons …) ne sont pas d’accord et voudraient que leur désir forcené d’être « le coup » soit une règle pour tous. »

    Du reste, et je l’avais déjà dit, bien que « forcené de la mixité », je ne voterai pas l’admission d’une femme dans ma loge, par respect pour ceux, légèrement minoritaires, qui ne souhaitent pas « basculer » et en souffriraient terriblement. Bien que ne partageant pas leur vision de l’Obédience ni leurs craintes, je les aime et les respecte.

    En revanche, avec un groupe de frères, nous allons fonder une loge mixte dans notre Orient pour permettre à chacun de travailler selon ses préférences. Il est d’ores et déjà parfaitement clair que c’est ainsi, et là encore je l’avais prédis, que beaucoup d’Orients évolueront en douceur vers une « mixité de proximité » !

    Comme je le répète depuis le début, tout cela se passera dans le calme le plus complet, à l’image de l’atmosphère sereine du Convent au moment de la décision. Il y aura beaucoup moins que les 2.000 défections que l’on pouvait redouter lorsque les forcenés de la masculinité à tout crin vociféraient ici même leurs imprécations et fulminaient leurs bulles. Et ce ne sont pas les quelques jusqu’auboutistes qui s’agitent autour des mouvements « 1913 » ou « Pour un GO masculin » qui y changeront quelque chose (du reste, combien sont-ils vraiment ? 20, 100, 200?? Un putsch dans une cabine téléphonique!).

    La guerre est terminée, sans bataille, sans vainqueur ni vaincu (si l’on excepte l’exécutif descendant qui a été proprement viré et ne l’a pas vraiment volé!).

    Et si nous nous remettions enfin au travail, entre hommes ou dans la mixité, quelle importance? Et, bien sûr, en y associant le plus étroitement les frères et soeurs des autres Obédiences libérales comme, notamment, le DH et la GLFF? Il y a quelques chantiers qui nous attendent. Par exemple de réfléchir au rapport entre identité et universalisme: l’esprit des Lumières n’est pas mort, et la société française aura bien besoin, en ces tristes moments, d’un exécutif plus attentif à pousser la réflexion des loges qu’à se pavaner sous les ors d’un pouvoir devenu littéralement exécrable pour tout « honnête homme de bonnes moeurs ».

    Là où je me détache complètement des opinions précédemment exprimées, c’est que, pour moi, et pour beaucoup de frères et de soeurs, la question de la mixité n’en est même pas vraiment une. C’est une simple modalité de fonctionnement qui, pour moi, va de soi. Je ne crois pas davantage à l’initiation monogenre qu’aux esprits frappeurs ou à l’homéopathie, et je laisse les relents de religion parallèle qui trop souvent embrument les esprits en maçonnerie, à ceux que ces sornettes amusent.

  • 26
    Marcel le Bel 27 septembre 2010 à 14:40 / Répondre

    Cher Emerek,

    merci pour cette clarification. nous sommes donc (pour l’essentiel) totalement dans le même registre. Cela me rassure et je m’en réjouis.

  • 25
    EMEREK 27 septembre 2010 à 13:21 / Répondre

    @marcel le Bel
    Je suis d’accord avec toi pour respecter les volontés monogenre ou mixte de chacun . Certains(ils se reconnaîtrons …) ne sont pas d’accord et voudraient que leur désir forcené d’être « le coup « soit une régle pour tous .
    Leurs buts,parfois ,sont loin de la philosophie et de l’initiatique mais plus proche de volontés hégémoniques bassement matérielles.
    J’aime la diversité,je fréquente très souvent les loges mixtes ,j’y trouve rigueur travail et fraternité.Et pourtant je continue à aimer par dessus tout ma loge monogenre….
    Voilà ce que je voulais écrire….

  • 24
    Marcel le Bel 27 septembre 2010 à 10:26 / Répondre

    Cher Emerek,

    « On (qui?)est pas dans le même registre » : qu’entends-tu par là ?

  • 23
    Marcel le Bel 27 septembre 2010 à 10:24 / Répondre

    Cher Michel, chère ma belle,

    La fraternité : une réalité anthropologique, un rêve humain, une initiation maçonnique (une « oeuvre à réaliser, un lien à créer et recréer chaque jour ..). Voir Marcel Bolle De Bal, La fraternité maçonnique, Paris, Edimaf, 2001 …

  • 22
    EMEREK 27 septembre 2010 à 08:06 / Répondre

    @Marcel le Bel

    Que dire de plus sur ta proposition…Tu incarnes ,en plus, avec ta double appartenance ce que je pense profondément….
    Les agitations marketing et publicitaires de certains, pour conserver un chiffre supérieur à une obédience concurentielle ,commencent à me gêner beaucoup.Suivez mon regard.
    La discussion semble fermée,car on n’est pas dans le même registre.

  • 21
    Michel, ma belle.... 27 septembre 2010 à 06:38 / Répondre

    Marcel,
    Penses-tu vraiment que la Fraternité a été « retrouvée »? – Perso, je pense que tous les Hommes de bonne volonté ne font que la chercher avec ardeur et courage – (pas d’autres explications ici – merci)
    Penses-tu vraiment que la Fraternité n’est qu’un objet esthétique qui ne supporte que les gens bien élevés ou plutôt « élévés » comme on voudrait qu’ils soient?
    Amitiés

  • 20
    marcel le Bel 26 septembre 2010 à 21:47 / Répondre

    quelqu’un(e) pourrait-il (elle) élever le débat en répondant à l’ébauche d’argumentation que j’ai proposée (voir intervention n°5 ci-dessus) sur le thème de ce forum (la place des femmes en FM) ?
    Pour être clair : ayant la double appartenance (GO et DH) je suis pour l’initiation des femmes et pour la mixité des obédiences, non pour celle du GO ou de la GLF : pourquoi perdre la chance d’avoir la diversité et la possibilité de choisir mixité ou non mixité ? Rappel : nous sommes une association initiatique, non un service club …

  • 19
    EMEREK 26 septembre 2010 à 21:01 / Répondre

    @Ronan

    C’est de la diarrhée verbale qui frise l’encoprésie….!
    En fait ,tout le monde se fiche pas mal de ces histoires d’Histoire.
    On vous laissera gentiment avec vos certitudes et votre prurit.
    Simplement la manipulation et les insinuations délivrées ici et là deviennent préoccupantes.
    J’oserais dire » à qui profite le crime » …..?
    La GLDF est avec la GLFF et le DH parmi les obédiences sans problèmes ces derniers temps .
    Pourquoi vouloir attiser des ressentiments fictifs?
    Vous ne parlez ,sans retenue,que de politique maçonnique,rapports de force et affrontement.
    Vous confondez Blog avec « concours de B… »
    Encore une fois modérez vos hormones ,vous êtes entré en Mixité …….!!!
    Pas moi et c’est mon choix.!!!

  • 18
    Ronan 26 septembre 2010 à 21:01 / Répondre

    Désolé pour « couinant »… en effet, c’est une attaque gratuite, alors que le reste n’est qu’une réponse argumentée!:=))

    De mon côté, j’attends toujours des arguments en réponse à des remarques fondées sur des faits et non des opinions.

    Quant à savoir qui est responsable de cet état de fait, que tu déplores à juste titre (l’invasion du profane…), il suffit d’écouter l’émission à la minute 32 + 20 secondes pour le savoir : il s’appelle JND et il est GM de la GLDF.

    Ces comportements sont récurrents chez les GM de cette Obédience depuis un bon moment, et les braves frangins « bien gentils et sympas et tout et tout » du GODF en ont par dessus le tablier de subir ce genre de pique gratuite.

    Si vous ne voulez pas de rectification, n’avancez pas d’arguments biaisés, mes bien chers frères, et réclamez de vos élus l’honnêteté historique. Enfin, lisez quelques bons ouvrages sur l’histoire de la maçonnerie pour cesser d’être des jouets dans les mains intéressés des falsificateurs. La manipulation ne peut faire son lit que sur l’ignorance…

    Cette fois, pour de bon, bonne soirée.

  • 17
    Marcel le Bel 26 septembre 2010 à 20:31 / Répondre

    michel la belle:

    je suis vraiment navré du niveau auquel se situe (s’abaisse) cet échange entre frères (« hypocrites, », « rétrogrades », « couinant », « âneries », « goujats », etc ) triste spectacle !!! Et où est la fraternité dans tout cela ??, D’autant plus que nul ne semble vouloir débattre du fond de mon argumentation …Sur tous les plans, décidément, l’invasion du profane en FM …

  • 16
    Ronan 26 septembre 2010 à 19:43 / Répondre

    @Marcel le Bel…

    Propager des bobards pour se hausser du col est en effet un signe patent de haute fraternité. et une spécialité des GM de la GLDF… Comportement récurrent qui autorise, à tout le moins, une rectification (d’autant que les âneries avancées par Emerek prouvent si besoin était que beaucoup de maçons adhèrent à cette « pata-histoire » délirante).

    Pour le reste, je te laisse, très cher frère, le soin de rechercher le sens du terme hypocrite dans un bon dictionnaire : le comportement de la GL à l’égard des femmes cadre parfaitement avec ce terme et ce n’est pas en vous voilant la face ou en couinant lorsqu’on vous en fait la remarque que vous y changerez quelque chose, mais en modifiant des comportements, effectivement, d’un autre âge (traduire : rétrogrades).

    Bonne soirée à tous…

  • 15
    Ronan 26 septembre 2010 à 19:34 / Répondre

    Un oubli : les soeurs de la GLFF sont tellement outrées du comportement officiel de la GLDF à leur égard que, si elles acceptent les frères de cette Obédience en tenue (et font même l’honneur à leur Véné lorsqu’il est de la partie de le recevoir à l’Orient), elles n’en refusent pas moins toute délégation officielle de la GL à l’issue de leur Convent annuel.

    Manière de bien montrer que, n’étant pas réellement considérées comme des soeurs par les membres de la GL, elles n’ont pas à honorer outre mesure ceux qui les ostracisent ainsi !

    Dommage, peut-être, que Denise ait cru bon de se montrer aussi gentille et consensuelle avec JND ! Sa conception de la fraternité maçonnique est très large, bien plus que celle de son interlocuteur… Peut-être est-ce simplement de l’intelligence, après tout ? Ou un comportement naturel chez une femme ? Si c’est le cas, il y a urgence à généraliser une mixité de fait… Nous, les « mecs », aurions tout à y gagner, à commencer par un peu d’humanité !

  • 14
    Marcel le Bel 26 septembre 2010 à 19:18 / Répondre

    message rédigé ce matin … mais appremment non enregistré

    Traiter les loges qui ne partagent pas votre avis de rétrogrades et hypocrites me paraît peu fraternel, peu maçonnique et ne fait guère avaner le nécessaire débat. Le souci du politiquement correct profane ne doit pas, selon moi, revenir à assimiler notre association initiatique à un banal « service club » (style Rotary ou Lions …)…

  • 13
    Ronan 26 septembre 2010 à 18:56 / Répondre

    Non Emerek, désolé, mais c’est absolument n’importe quoi : le GODF procède directement de la première GL, alors que la GL actuelle procèd, elle, du GO, et cela au mieux un siècle plus tard. Tout amateur de l’histoire de la maçonnerie en Europe continentale sait cela, et les ouvrages ne manquent pas (j’ai déjà cité trois auteurs).

    Il n’y a en revanche strictement aucun rapport entre la GL initiale, celle qui se forgea dans la première moitié du XVIIe siècle, et la GL actuelle, qui date officiellement de la fin du XIXe siècle. Ou encore (comme quoi il n’y a pas que des méchants au GO), plutôt de sa première moitié selon l’analyse dont j’ai fait mention et que l’on doit à Pierre Mollier.

    Par ailleurs, il est amusant de voir les provocateurs, les éternels falsificateurs de l’histoire, venir couiner lorsqu’ils sont remis en place. En fait, de leur part, c’est peut-être une stratégie payante : sortez une énormité en comptant sur l’ignorance de la masse et pleurez à la persécution lorsqu’on vous recadre… Rien de tel pour jouer les martyres. Le pire est que ça marche.

    Enfin, cher Emerek, bien conscient du hors sujet, j’ai veillé à revenir au coeur du débat, la place de la femme dans la maçonnerie, en guise de conclusion. La GLDF actuelle, la toute jeunette GLDF donneuse de leçons, est une fieffée hypocrite en la matière avec sa reconstitution d’une para-maçonnerie d’adoption via son rituel « spécial » permettant de recevoir les femmes une fois l’an avec apparat, certes, mais sans l’appareil maçonnique.

    Après ça, les GM de la GLDF peuvent agiter leurs petits bras autant qu’ils le voudront, voire sauter comme des cabris en répétant « ma soeur, ma soeur », ils n’en ont pas moins fait la démonstration que, pour eux, les « femelles » ne sont pas de véritables maçonnes, mais d’aimables animaux de compagnie qu’il convient d’honorer périodiquement pour ne pas paraître exagérément goujats !

  • 12
    EMEREK 26 septembre 2010 à 16:26 / Répondre

    Ronan ,est vraiment le grand spécialiste du débat dans le débat qui risque de nous entraîner une fois de plus hors du chemin de la question initiale ….
    On ne peut cependant rester insensible à ces attaques directes si peu fraternelles .

    Les obédiences cherchent toujours à se donner les origines les plus anciennes possibles.
    Le GODF lui aussi céde à cette tentation en inscrivant sur son sceau la date de création 1728…Alors que tout le monde sait que c’est en1773 que cette obédience apparut.
    La GLDF a elle aussi cédé à cette facilité en ajoutant à sa date de naissance 1894 ,la date 1728 …(1738 eût été plus exact si l’on se référe à l’histoire et à la première GLDF)
    Soit ……on ne peut cependant nier que le GODF fut une scission de la GLDF initiale et que ces deux obédiences ont coexisté pendant quelques années.
    La révolution Française ,qui balaiera tout le paysage maçonnique, fut fatale in fine à la GLDF.
    Le GODF s’en sortira mieux….c’est tout…..

  • 11
    Ronan 26 septembre 2010 à 14:24 / Répondre

    Etant à l’étranger, je viens seulement d’écouter le podcast de l’émission…

    Triple salto arrière avec double boucle piquée !!!

    C’est la figure de style, particulièrement audacieuse, à laquelle s’est livré le GM de la GLDF, le ci-devant Alain-Noël Dubart, à la 32e minute et 20s de l’émission.

    « Le GODF, scission de la Grande Loge… »

    Ah! Bien sûr, si Denise avait eu la présence d’esprit de le tacler, le grand homme s’en serait aisément tiré en indiquant que, bien évidemment, il ne parlait pas de l’actuelle GL, de « sa » GL, mais de la Grande Loge de France, ancêtre du GODF. C’est l’épisode bien connu de la « scission de Clermont » sur l’abandon du Vénéralat ad vitam, première révolution de la jeune maçonnerie française (laquelle se nommait alors effectivement Grande Loge de France »), qui donna naissance au Grand Orient.

    Le GODF est le descendant naturel, en droite ligne, de la GL des origines. Ce sont les mêmes personnes que l’on retrouve avant et après la crise (à la GL « originelle » avant et au GO après, puisqu’il faut mettre les points sur les « i »). Et le GO n’est pas une scission de la GL, puisque ses fondateurs étaient majoritaires, de manière écrasante (Clermont – la scission c’était eux – étant tellement minoritaire que l’aventure ne fit pas long feu).

    Rappelons que le thème de la querelle concernait le maintien ou l’abandon du Vénéralat ad vitam. Bien évidemment, le GODF né de cette querelle choisit, dans l’esprit du temps et contre les tenants aveugles de la « tradition », la voie élective.

    La naissance officielle de la GLDF remonte à la fin du XIXe siècle. Elle eut pour origine la querelle sur l’abandon de l’obligation de faire référence au GADLU, mais des historiens particulièrement sérieux (en l’occurrence, Pierre Mollier, Directeur de la Bibliothèque et des Archives du GODF) indiquent que les responsables de la GLDF actuelle seraient bien inspirés de la faire remonter un peu plus loin, aux années 1820-30, via le Suprême Conseil du REAA.

    J’avais eu l’occasion de me heurter avec le prédécesseur de JN Dubart au sujet des mêmes contorsions historiques. A ceci près tout de même que, lui, faisait montre de davantage de subtilité et d’adresse dans la distorsion de l’Histoire en faveur de sa jeune Obédience.

    La GLDF n’a pas besoin de ces mensonges historiques éhontés pour exister, bien au contraire. Ses dirigeants ne se grandissent pas, et ne la grandissent pas, en tordant de manière aussi grossière, bête et improductive la réalité historique, que chacun peut aisément vérifier à partir des ouvrages sérieux qui ne manquent pas (Mollier, Porset, Marcos…).

    Une déclaration de guerre qui autorise à rappeler, pour en revenir au sujet, l’hypocrisie de la Grande Loge à l’égard des maçonnes.

    D’une main, les GM déclarent reconnaître l’initiation féminine et, partant, nos soeurs comme maçonnes; de l’autre, ils leur interdisent tout droit de visite maçonnique, ayant eu besoin de créer un pseudo-rituel d’adoption pour, une fois par an, les recevoir dans leurs locaux, mais sans l’appareil maçonnique !

    Même les loges les plus rétrogrades du GODF – qui se bornent à recevoir une fois l’an les soeur en tenue mixte – le font à cette occasion avec l’appareil maçonnique régulier, reconnaissant par là leur statut plein et entier de maçonnes.

    L’hypocrisie fait mauvais ménage avec la fraternité… D’aucuns seraient bien inspirés d’y songer d’un peu plus près !

  • 10
    Michel, ma belle.... 25 septembre 2010 à 20:03 / Répondre

    Marcel, le Bel
    Restant dans le sujet du post, je me référais à l’émission sur Europe 1 que notre hôte nous a signalée.
    Bonne écoute!

  • 9
    marcel le Bel 25 septembre 2010 à 17:47 / Répondre

    Qui parle de « valoriser » ? plus simplement de « reconnaître » : cela enrichit … même si les deux sexes, enfouis en chacun de nous, décident, légitimement, de vivre ensemble en dépassant les différences traditionnelles. C’est cela la liberté et la valeur initiatiques …
    Que vient faire la Princesse de Lamballe là-dedans ?

  • 8
    Michel, ma belle.... 25 septembre 2010 à 15:43 / Répondre

    Marcel le bel,
    pourquoi valoriser une différence? c’est quoi cette différence? (à part celle que me reconnait mon mec et mon docteur et qui n’a rien à faire ici) –
    Regardez ou écoutez plutôt : cette TR Princesse de Lamballe , alors qu’elle a été fidèle à son engagement jusqu’à la mort (et quelle mort!) et bien plutôt que de parler de la force de l’engagement, de la fidélité au serment etc etc…. et bien croyez-vous cela? Les commentaires portent sur l’initiation féminine – et blablabla mille sept cent ceci ou mille huit cent cela , etc etc… incroyable non?……

  • 7
    Marcel le Bel (???) 25 septembre 2010 à 10:02 / Répondre

    Même les féfinistes d’aujourd’hui reonnaissent et s’efforcent de valoriser la différence entre le masculin et le féminin : une richesse, celle dela biodiversité …

  • 6
    Michel, ma belle.... 24 septembre 2010 à 19:50 / Répondre

    la différence entre le masculin et le féminin et vice versa est un truisme – le disque est rayé – le sous-chapitre mixité apparait comme du poncepilatat – l’ Initiation est ou n’est pas – et « les initiés » dans leur globalité, quand ils s’adressent au monde dit profane devraient être en mesure d’apporter quelque chose de consistant – les gens s’en foutent des « réguliers » ou autres « authentiques  » !

  • 5
    BOLLE DE BAL 23 septembre 2010 à 23:17 / Répondre

    Enfin une bonne et honnête émission sur la FM ! Michel Fields s’est voulu courtoisement provocateur; enfilant les stéréotypes communs … mais les autorités maçonniques présentes ont répondu avec franchise et pertinence sans se laisser démonter. Même l’intervenante externe a affirmé avec force que la FM n’est pas sexiste. La mixité existe en son sein. Sa forme à mes yeux la plus pertinente est celle des obdiences (masculines, féminines, mixtes). Cette différenciation se justifie par le caractère initiatique du travail maçonnique, travail sur l’identité (notamment sexuée) qui a été bien évoqué au cours de l’émission. Vouloir supprimer cette nécessaire différenciation au nom du momentanément politiquement correct me paraît n’avoir rien compris à cette spécificité de l’initiation maçonnique …
    Marcel Bolle De Bal

  • 4
    Hayt 23 septembre 2010 à 12:40 / Répondre

    J’avais déjà apprécié le débat de l’émission Historiquement Show (chaîne Histoire), modéré par le même Michel Field, et portant sur la franc-maçonnerie. Un vrai tour de force: même Eric Zemmour y avait parlé de manière calme, posée et intelligente (ça le change du spectacle parfois déplorable qu’il donne sur le plateau de Ruquier… je pense qu’il y joue un rôle calculé de « méchant » mais c’est un autre débat…)

    Bref, si cette émission-ci est du même tonneau que celle-là, elle sera certainement d’une grande qualité!

  • 3
    René 23 septembre 2010 à 03:43 / Répondre

    D’autres ont dit:

    « Que dans la Franc-Maçonnerie « régulière » elles y participent mais avec des rituels qui sont plus adaptés à la psyché féminine, comme l’Ordre de l’Étoile Orientante et les Filles du Nil… pas avec les outils des travailleurs de pierre qui sont propres à la psyché masculine. « 

  • 2
    Flupke 22 septembre 2010 à 20:52 / Répondre

    « Sans compter que des femmes participaient à des travaux maçoniques avant la Révolution Française. »
    Notamment au GODF

  • 1
    Fox7ans 22 septembre 2010 à 18:01 / Répondre

    J’aime bcp le « désormais » !
    Heureusement que le DH existe depuis plus d’un siècle et la GLFF depuis plus d’un demi.
    Sans compter que des femmes participaient à des travaux maçoniques avant la Révolution Française.

    GOcentrisme quand tu nous tiens !!!

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
nunc amet, consequat. tristique id massa