Bande dessinée, imaginaire et Franc-Maçonnerie

Par Jiri Pragman dans Edition

Les 3 éléments du titre ont toute leur importance. Il ne s’agit pas ici d’un ouvrage sur la  Franc-Maçonnerie dans la BD, même s’il sera bien sûr question des personnages de Francs-Maçons célèbres dans la BD ou des oeuvres d’imagination pure sur un argument maçonnique. L’ambition est beaucoup plus grande puisque les auteurs fournissent des informations et analysent chacun des éléments de ce triptyque BD – Imaginaire – Franc-Maçonnerie.
 
Ce duo d’auteurs n’est pas composé d’inconnus: Joël Gregogna s’est particulièrement intéressé  à l’univers de Hugo Pratt et à son Corto Maltese tandis que le critique Manuel Picaud assume, entre autres, la fonction de rédacteur en chef d’Auracan.com. Dans l’avant-propos de l’éditeur, Alain-Jacques Lacot rappelle que l’idée de ce livre est né à Epinal, la ville des images et Imaginaires, lors d’une discussion dans une maison d’hôtes dont la décoration était constituée de symboles de tous les continents et invitait ses hôtes à toutes les formes du voyage, à commencer par le voyage intérieur…
 
Ce travail d’analyse vient à point au moment où explosent les BD sur des thématiques ésotériques et maçonnniques. Quel est l’éditeur qui ne rêve pas de reproduire le succès du Triangle secret? L’approche des auteurs fait apparaître des relations entre neuvième art et Art royal: Le discours maçonnique et l’écriture graphique apparaissent similaires parce que faits d’ellipses, d’analogies, de symboles.

En remontant l’histoire, en observant les évolutions, en livrant des analyses, exemples et illustrations à l’appui, en démontant des mythes également, le duo d’auteur fait oeuvre utile sans pour autant être pesant (malgré le nombre de pages) ni pédant et tout en intéressant un public qui n’est pas nécessairement familier de la Franc-Maçonnerie ou de la bande dessinée (ou des univers de la BD aussi divers que « les » Francs-Maçonneries). Ils ne sont pas pris de « délire interprétatif » même si on peut être intrigué par une phrase relative aux quatrièmes de couverture des éditions 1945-1975 (série B) de Hergé, qui a aussi vocation à rassembler les symboles des albums et les acteurs importants de Tintin.  Son ordonnancement rappelle le tapis de loge qui, dans la plupart des rites maçonniques, reproduit les symboles du grade sur un dessin placé au centre du temple. 
 
Les Belges noteront que les auteurs font évidemment régulièrement référence à la BD de leur pays (au moins ils comprennent l’allusion dans le nom de Monsieur Lambique dans Bob et Bobette) et on trouve dans leurs ouvrages de nombreuses planches tirées du travail de Willy Vassaux. 
 
Un regret: que Zorro, juste cité pour son signe n’ait pas retenu l’attention des auteurs, alors que sa légende a été popularisée par le Franc-Maçon Johnston McCulley et que le « Renard » est connu sous les traits d’un autre Franc-Maçon, Douglas Fairbanks. Et une remarque: pourquoi utiliser l’anglicisme caractères (chapitre V) lorsqu’il s’agit de traiter des personnages?

Livres de Joël Gregogna

Vidéo

Manuel Picaud sur les réseaux sociaux
mercredi 25 septembre 2013 3 commentaires
  • 3
    ALTEC 14 août 2014 à 14:09 / Répondre

    @ OHOLIAB

    je ne suis pas dans la confusion, enfin je crois,la GLNF et la GLTSO (par exemple) sont des Gdes Loges (?) et comme je le dit les Loges pratiquent plusieurs rites et idem pour le GODF ; par contre la GLDF ne pratique qu’un seul rite (peut être qq Loges ne sont pas au REAA ?)
    Donc la théorie ne m’explique rien ….sauf si je n’ai rien compris.
    Merci d’avoir répondu.
    A suivre ?

  • 2
    Oholiab 14 août 2014 à 11:38 / Répondre

    @ Altec.

    Il ne faut pas confondre.
    Une obédience est une association, fédération de Loges. Qui n’a rien à voir avec la notion de rites.
    En théorie, la différence entre une Grande Loge et un Grand Orient est que dans un Grande Loge, il n’y a qu’un rite pratiqué (sauf exceptions tout à fait marginales), et qu’au sein d’un Grand Orient plusieurs rites peuvent y être pratiqués.

    Bonne journée.
    .

  • 1
    ALTEC 14 août 2014 à 09:29 / Répondre

    Bonjour,
    Je suis en train de lire ce livre très intéressant .
    Je me pose une question concernant le chapitre II « vous avez dit Franc-maçonnerie? » : l’auteur écrit qu’une Obédience ne pratique qu’un seul rite alors qu’un Grand Orient en pratique plusieurs …?
    La GLNF et la GLTSO sont des Obédiences (?) et elles pratiques 6 rites différents ; il s’agit donc d’une erreur?
    bONNE JOURN2E

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
non Nullam id diam Aliquam Aenean Sed nunc