Le Blog Maçonnique Hiram.be est en vacances jusqu'au mercredi 15 août.

 

Rendez-vous le jeudi 16 août pour la reprise

 

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important, on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,

et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes vous bien abonné ?)

.

Profitez de ces vacances pour visiter la base de données du site : plus de 11 000 articles y sont stockés, sur tous les sujets maçonniques !

Edouard Habrant

Interview d’Edouard Habrant, nouveau GM de la GLMF

Par Géplu dans Interviews

Édouard Habrant est un avocat parisien de 48 ans. Il vient d’être élu Grand Maître de la Grande Loge Mixte de France après avoir occupé une première fois ce mandat en 2016. Il a accepté de répondre à quelques questions du Blog Maçonnique.

Edouard, peux-tu tout d’abord nous rappeler en quelques chiffres ce qu’est la GLMF aujourd’hui ?

La GLMF, créée en 1982, compte aujourd’hui 236 loges pour près de 5 100 membres, 48 % de frères et 52 % de sœurs. Elle travaille sur sept rites. A la fondation de l’obédience, le Rite Français (qui est le rite officiel des réunions réglementaires, à l’instar de notre Convent) et le REAA étaient prédominants, puis très rapidement se sont agrégés le RER, Source et Lumière, le Rite Ancien et Primitif de Memphis Misraïm, ainsi que le Rite Emulation. Depuis deux ans, des loges travaillent également au Rite le Standard d’Écosse.

Un ouvrage sera publié cette année sur l’histoire de la GLMF afin de comprendre ses origines mais également esquisser son avenir. Connaître l’histoire permet de comprendre notre rôle et les raisons de notre présence, qui demeurent très prégnantes aujourd’hui.

Notons aussi que depuis mai 2017,  le président du Clipsas est notre frère François Padovani, ancien grand maître de la GLMF. Cela prouve qu’il n’est pas nécessaire d’être une très grande obédience pour prendre une part active dans le paysage maçonnique international.

Peux-tu me définir les spécificités de la GLMF ? Ce qui la différencie des autres obédiences ?

Disons que c’est le cumul d’un certain nombre d’attributs. Tout d’abord, la mixité, qui est consubstantielle à la Grande Loge Mixte de France, même si à l’origine les loges avaient la possibilité d’être mixtes, exclusivement féminines ou exclusivement masculines. Récemment le Convent a décidé d’aller plus loin en matière de mixité, en proclamant que toutes les loges de la GLMF sont obligatoirement mixtes. Nous considérons que le travail en mixité procède de notre construction personnelle et de notre parcours initiatique, tout en contribuant à la suppression des rapports de domination.

Deuxièmement, la multiplicité des rites, qui contribue à l’équilibre et au désir d’explorer des chemins divers. En outre, et la diversité des rites y contribue probablement, les loges de la GLMF sont très attachées à leur souveraineté et à leur liberté. Cela n’est pas propre qu’à la GLMF, mais c’est un marqueur fort chez nous. Elles estiment qu’elles n’ont pas à être dirigées plus que nécessaire par l’obédience. C’est pourquoi cohabitent des loges très diverses dans leurs orientations et dans leurs travaux, mais également dans la vision qu’elles ont du rôle d’une obédience, ou même de l’engagement des francs-maçons et des francs-maçonnes, notamment en termes d’extériorisation. Ainsi il y a d’un côté des loges extrêmement orientées vers le combat humaniste, l’émancipation, l’égalité des droits, l’universalisme et la laïcité et, d’un autre côté, d’autres loges qui souhaitent travailler le symbolisme, l’initiatique et la recherche spirituelle.

Aussi il est peut-être plus délicat au sein de la GLMF de dégager des consensus sur des questions comme celle de la bioéthique, ce qui n’est d’ailleurs pas un problème s’agissant de sujets relevant de la conscience individuelle de chacun. C’est certes à l’image de la société, comme le laissent voir les états généraux 2018 sur la bioéthique, mais c’est sans doute plus marquant au sein de la GLMF que dans d’autres Obédiences qui prendront parti par exemple sur les questions de fin de vie. A la GLMF, ce n’est pas envisageable.

Avec un panel aussi étendu de représentation, nous devons avoir présent à l’esprit que ce qui est important ce n’est pas forcement d’arriver à une solution ou à un consensus, mais plutôt de créer les conditions d’un dialogue. En définitive, ce qui fait la singularité de la GLMF, c’est du point de vue de l’extérieur un marqueur fort vers le combat pour les droits, la liberté et l’humanisme, un esprit d’ouverture et, de l’autre côté, en interne, le souci permanent de respecter la liberté de chacun.

Quelles sont les régions d’implantation et de développement de la GLMF ?

Même si on observe un développement global et continu, il n’existe pas de progression semblable dans toutes les régions. Les Loges de la région parisienne subissent peut-être plus qu’ailleurs les conséquences de l’évolution du Grand Orient sur la mixité. Nous sommes présents sur tout le territoire, ainsi qu’en outre-mer. Il existe trois loges à la Réunion, presque une dizaine en Martinique et Guadeloupe où il y a aussi une très forte tradition maçonnique, deux loges également en Guyane.

En métropole, il y a des zones très dynamiques comme Montpellier, Marseille, Toulon ou le Nord, et d’autres, dans le Centre et dans l’Ouest, où l’on rencontre un peu plus de difficultés. Dans l’Ouest, par exemple, nous n’avons que trois loges actuellement ce qui est insuffisant pour une telle région. Dans l’Est aussi, nous rencontrons des difficultés, qui s’expliquent aussi historiquement. C’est pourquoi nous avons décidé de soutenir l’action de ces loges, notamment à travers l’organisation d’événements (conférences, colloques, etc…).

Édouard, tu as déjà été Grand Maître d’octobre 2015 à Octobre 2016. Tu viens d’être réélu lors de la première année de ton second mandat de trois ans au Conseil de l’Ordre de la GLMF, ce qui te laisse la possibilité d’être Grand Maître pendant trois ans, si tant est que le Conseil te renouvelle sa confiance trois fois. Qu’est-ce qui t’a motivé pour te représenter à la présidence de la Grande Loge Mixte de France ?  Quelles vont être tes priorités pour ton nouveau mandat ? 

C’est toujours un peu frustrant d’engager un certain nombre d’actions et de ne pas pouvoir avoir une visibilité au-delà d’une année pour leur mise en application. Le temps que tu prennes la mesure de la fonction, et ce n’est pas toujours facile, et l’année s’est déjà écoulée. J’avais envie de voir un petit peu plus loin.

Pour l’avenir, il y a plusieurs priorités. D’abord, les priorités en interne, qui sont d’ordre administratif ou technique. Nous avons engagé à la GLMF un processus de dématérialisation en vue d’alléger les tâches des administratifs et, en même temps, de faciliter les communications entre loges et obédience. Il y a ce processus à mener à terme. L’un de nos gros chantiers internes est également d’accompagner la refonte de notre Règlement Général. Notre Convent a chargé une commission de remettre à plat le règlement, celui-ci étant devenu plus une contrainte qu’un instrument. C’est désormais un palimpseste de normes qui se contredisent les unes les autres et polluent notre fonctionnement. Il serait souhaitable de parvenir à quelque chose de plus souple, qui s’appuie plus sur des grands principes que sur une hyper réglementation à outrance.

Et cette réflexion, qui est technique au départ, va se doubler d’une réflexion sur ce que doit faire l’Obédience pour être plus proche des loges et de leurs besoins. Comment renforcer un fonctionnement réellement démocratique, comment faire pour être un catalyseur, non pas au-dessus des loges, mais au milieu d’elles ? Au niveau des initiatives autour des loges, ce peut être les encourager à faire plus de TBO, de conférences, d’événements, de tenues communes pour favoriser les rapprochements. Essayer aussi d’identifier les difficultés qu’elles peuvent rencontrer, en amont, et pas au moment où elles sont en crise. J’ai fait un constat lors de mon premier mandat. Quand une loge est en crise, quand on intervient il est souvent déjà trop tard, et la loge se dissout sans que l’on puisse y remédier. Il faut donc pouvoir intervenir plus en amont pour fournir plus de soutien. Ce peut être un soutien financier, mais aussi un soutien logistique, montrer tout ce que peut apporter la maçonnerie. Je constate qu’il y a beaucoup de loges et de membres qui sont isolés, qui n’ont pas conscience de toutes les virtualités en termes de mise en relation et de mises en perspective qu’offre la franc-maçonnerie.

Ensuite je souhaiterais aussi au cours de mon mandat une plus grande ouverture, notamment vers les nombreux soeurs et frères qui n’ont pas de mandat électif mais qui ont quelque chose à apporter. Ainsi, notre frère Michel Miaille, ancien professeur à l’université de Montpellier, est un spécialiste reconnu de la laïcité. J’ai l’intention d’en faire un référent en termes de laïcité.

Au-delà, je pense aussi qu’il est nécessaire de faire aujourd’hui quelque chose de neuf. Pas seulement pour la GLMF, mais pour toute la franc-maçonnerie. Il me paraît indispensable de réfléchir au moyen de changer vraiment et de manière drastique notre image et notre action. Les maçons doivent s’impliquer davantage. Nous avons un rôle à jouer dans la construction de la société de demain pour construire un avenir habitable. Il me semble que nous avons peut-être tendance à nous laisser dicter nos réflexions par les débats à chaud, et qu’on anticipe ainsi moins ce que devrait être la société de demain et les grandes tensions qui la traversent. La maçonnerie doit de nouveau être un creuset, un bouillonnement, une effervescence. Ce qu’elle est déjà, certes, mais ce qu’elle doit être encore plus. Tout cela appelle des changements massifs en termes de communication. Pour ce faire, il convient d’unir encore plus les obédiences entre elles, car le maître mot c’est l’union.

Notre temps est marqué par le repli sur soi et les communautarismes de plus en plus étroits. Parallèlement, nous connaissons les effets d’une mondialisation accélérée. Ces deux phénomènes mis côte à côte doivent nous interpeller. Alors je pense que même si ce n’est pas forcément notre culture, il nous faut créer davantage de ponts avec la société civile et les profanes. Il faut donner envie à ceux qui ne sont pas maçons de nous rejoindre et à ceux qui le sont de le rester. Donc créer plus d’échanges. Nous devons garder à l’esprit que rien ne dure vraiment et que beaucoup de phénomènes ne sont que des parenthèses. Si on n’y prend pas garde, la République, la démocratie, ne pourraient être qu’une parenthèse. De même la maçonnerie, même si elle s’abreuve à des traditions très anciennes, pourrait aussi n’être qu’une parenthèse.

Il faut savoir avancer en ayant conscience que l’on vit des temps inquiétants et qu’il est urgent d’accélérer. Il y a une citation de Poincaré qui donne beaucoup à voir : « La pensée n’est qu’un éclair au milieu d’une longue nuit, mais c’est cet éclair qui est tout ».  On pourrait presque remplacer le mot « pensée » par franc-maçonnerie…

Pour conclure, il faut rappeler que la maçonnerie est là pour créer du lien. À chacun de nous de réfléchir comment de son côté, il peut créer du lien avec ce qui fait sens, c’est-à-dire notre lien au monde, notre lien aux autres, notre vision de nous-mêmes. On voit que la réflexion philosophique initiatique nous mène forcément vers le dehors, nous projette vers l’extérieur, vers l’exploration du monde, vers la construction. C’est ce que l’on s’efforce tous de faire, mais cela doit être intensifié, sans relâche.

mardi 19 juin 2018 19 commentaires

Étiquettes : ,

  • 16
    michel 20 juin 2018 à 23:54 / Répondre

    Nous observons tous les qualités oratoires de ce brillant avocat, sa plaidoirie est remarquable sur la forme…Je n’ai pas les éléments pour juger sur le fond.
    Pour ce que j’ai pu voir dans ma ville, la GLMF est cosmopolite, elle a ouverte la porte et s’est adaptée pour pouvoir accueillir toutes les loges qui le souhaitaient…après si vous lisez entre les lignes, le grand maitre reconnait lui-même que ses loges sont très diverses…il omet de nous en donner l’origine…
    Ce qui me gêne le plus, c’est la dénaturation des rites pour les adapter à une obédience ou à tous les frères et soeurs…je pense au RER et plus particulièrement au rite ancien et primitif de memphis-misraim…que je préférerais nommé rite égyptien moderne à la GLMF…un peu dans l’esprit du rite français qui se décline en de nombreuses versions…

  • 13
    GUIGLION 20 juin 2018 à 13:39 / Répondre

    Bonjour
    Les auteurs du livre cité.

    A la lecture de cet interview et des commentaires, nous nous devions d’intervenir.
    Il n’est pas utile de déplacer l’histoire dans un temps qui ne lui appartient pas. Tournons plus avant les pages :
    L’expérience, le travail, les échanges ont eu raison des difficultés. L’Homme est appelé à se perfectionner et nous aurons appris que la légitimité reprend toujours sa place et ce quelque soit la situation.
    Aujourd’hui nous prenons part et saluons les avancées, les chantiers mis en œuvre, la volonté farouche, le courage de l’ensemble des Sœurs et Frères pour donner à la Grande loge Mixte de France sa place d’excellence.

    Notre S.G.M Edouard HABRANT a dit : « Il faut rappeler que la maçonnerie est là pour créer du lien ».
    Martin BOLLE de Bal a écrit : « La fraternité maçonnique va bien au delà de la fraternité classique….Elle est initiatique. Elle n’est pas acquise, mais conquise. Elle est à la fois pari et défi. Elle est le travail à faire sur soi et entre soi. »
    Tel est notre engagement.

    • 14
      Binah 20 juin 2018 à 14:22 / Répondre

      Si l’écriture est la science des ânes (d’après mon vieil instituteur), la FM serait-elle la science des liens ?
      De quel lien ?
      Je ne sais pas de quel temps il s’agit : passé, présent, futur
      D’après une autre citation, quitte à faire citation pour citation : « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre ».
      Mais celle que je préfère (dixit Winston Churchill) : « un conciliateur, c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé « .
      Voilà mon inspiration déjeunatoire de citations…c’est toujours sympa les citations. En attendant de dîner ce soir.

      • 17
        lazare-lag 21 juin 2018 à 20:57 / Répondre

        En attendant de dîner ce soir?
        ….. Euh, c’est toi le crocodile?
        Bon, d’accord, c’est de l’humour caïman déplorable. Promis, je ne recommencerai plus!

        • 18
          Binah 23 juin 2018 à 23:46 / Répondre

          Ah ah un franc-maçon qui a de l’humour, c’est de plus en plus rare…maintenant que je suis un « vieux » maçon comme Templum, j’ai le recul du temps et de l’observation
          Pas encore crocodile mais qui sait, je finirai peut-être par le devenir..plutôt un lion qui marche seul pendant que les moutons marchent en troupeau…par sentiment grégaire.
          Un lion pépère ….qui regarde le manège, les faux-semblants, les jeux de Cour, les jeux de rôle comme au théâtre mais parfois avec la réalité en plus…et les grands orateurs qui baissent la tête quand on les jauge d’un simple regard….les plus purs francs-maçons que j’ai connus étaient peu dans l’art du langage mais dans l’art du geste et des actes. D’un autre temps…et à lire entre les lignes…
          J’ai bien ri avec ton humour caïman, Lazare Lag…Lag cela sonne comme « lag » en anglais pour décalage (humour en décalage), « lag » pour lenteur dans la communication informatique, « lag » pour lager/läger en allemand qui rappelle de sinistres camps …quant à Lazare « aimé du Christ et ressuscité de la mort »…j’espère Lazare que tu trouves ta nourriture spirituelle en franc-maçonnerie…
          D’un autre temps….un humour de vieux lion en face d’un humour de caïman….

          • 19
            lazare-lag 24 juin 2018 à 08:01 / Répondre

            Tiens, c’est curieux cette façon de vouloir expliquer un pseudo.
            Surtout que, dans mon cas, le choix de Lazare comme de Lag est très personnel.
            Pour Lazare, c’est justement parce que je ne souhaitais pas lui conférer une référence christique, que j’y ai accolé autre chose. Pour Lag, au moment du choix, je n’en connaissais pas encore la signification anglaise, et comme je ne suis pas non plus familiarisé à la langue allemande, ça ne vient donc pas d’une explication linguistique.
            Tout ça a donc d’autres inspirations.
            Celà dit laissons faire: me prêter une référence christique, et pas la plus mauvaise, plus un état d’esprit en décalage, au fond, pourquoi pas?
            Du coup, m’ouvrant des perspectives avec ton commentaire, je me suis permis de fureter un peu au sujet de Binah.
            Cela m’a (ra)mené aux sephiroth, qui me sont connues, mais pas sur le plan religieux, je préfère le préciser.
            Mais peut-être parce que je suis « lag », en décalage donc si j’ai bien compris, je n’ai pas en tête le nom de toutes les portes.
            Pas assez d’intelligence pour comprendre Binah à son évocation, si je puis dire?
            Et voilà que je m’essaye encore à un peu d’humour décalé, mais pas sûr d’y réussir cette fois-ci.
            Cela dit, ici même, sur ce blog, l’étude des pseudos peut être intéressante.
            Certains cherchent à donner à voir. De leurs goûts, de leur personnalité, de leur histoire propre. D’autres font tout pour brouiller les cartes.
            Quand quelques uns s’affichent sans se cacher aucunement.
            Pour ma part, j’y tiens à mon pseudo, je travaille dans un environnement où j’ai déjà pu entendre des propos antimaçonniques, et j’ai même eu un directeur dont l’activisme catholique, plus précisément catho radical intolérant, était connu de tous.
            Donc prudence nécessaire.
            Et sur ce, sur cette digression, en total « décalage » donc, accolade fraternelle et bon dimanche.

  • 5
    uneSoeur 19 juin 2018 à 14:52 / Répondre

    Bonjour,
    Bien luisant et…… re…luisant … ce discours…..
    Afin d’étoffer ce texte, je vous conseille la lecture de : « deux francs maçons dénoncent » écrit par des S et F de la GLMF (ça tombe bien😂😂) collection jets d’encre au prix de 20.– euros.

    • 9
      Binah 20 juin 2018 à 07:36 / Répondre

      Si deux FM dénoncent (dans quelle obédience ?)…alors il est Grand temps de soulever le voile des « petits » …égos …quand on « voit ou connaît (en substance) » certains personnages, et autres « petits canards » qui pensent que nous sommes des « enfants du bon dieu. », prêts à tout gober.
      Lire (ou relire) aussi « La ferme des animaux » de Georges Orwel….salutairement maçonnique. Si les cochons, les ânes, les chèvres, les chevaux, les chattes et toute la basse-cour deviennent des rois…alors il devient peut-être salutaire que la « véritable FM  » (dit le rituel) se révolte face à la ferme aux animaux (doux rêve) pour recréer la « ferme du Manoir…ou du Temple maçonnique » à échelle humaine et non océanique…A méditer, lire et relire ce « sain » récit d’Orwel

  • 4
    briand 19 juin 2018 à 13:07 / Répondre

    Templum, Yasfaloth que de mépris de votre part…

    • 6
      yasfaloth 19 juin 2018 à 19:17 / Répondre

      Quel mépris ???

    • 7
      templum 19 juin 2018 à 22:43 / Répondre

      désolé Briand…du mépris?
      si la solution aux problèmes posés par les FF est de créer à l’infini de nouvelles GL loin de régler les affaires ça les complique!

    • 10
      Binah 20 juin 2018 à 07:54 / Répondre

      C’est quoi le mépris…de mépriser les « lucides, les contestataires, la pensée différente, les oppositions nécessaires et fécondes » ou de « mépriser les médiocres, les encenseurs, les tartuffes en tout genre »
      Les mots ont-ils un sens ?
      J’aimerais comprendre parce que je suis un peu bête.
      Je ne sais pas qui méprise le plus l’autre…Templum et Yasfaloth ont le droit d’exprimer une pensée différente et je me battrai jusqu’au bout (comme dit l’autre jeune maçon….Voltaire) pour qu’ils aient le droit de le dire….ici c’est le pays de Voltaire …alors le mépris, comme le blasphème, je ne connais pas entre francs-maçons. Or en FM aujourd’hui, dès qu’un mot est dit, le manteau du mépris nous est sorti. notre ami Desproges nous le dirait à la fin de ses 5 Minutes : « curieux, non ? »

  • 3
    templum 19 juin 2018 à 09:56 / Répondre

    Oceano Nox (Victor Hugo)

    « Oh ! combien de marins, combien de capitaines
    Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines,
    Dans ce morne horizon se sont évanouis ?
    Combien ont disparu, dure et triste fortune ?
    Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
    Sous l’aveugle océan à jamais enfoui ? « ….
    …….sans ironie, la solution à notre infortune FM « consubstantielle » est-elle dans la création à l’infini?

    • 8
      Binah 19 juin 2018 à 23:18 / Répondre

      FM Consubstantielle composée de « con » (avec, tous ensemble, tout)… et de « substance »(corps,matière dont est constituée une chose, essentiel, essence…)…dois-je en déduire que le corps (corpus) est constituée en masse de con-substance ?
      Par Oceano Vox (titre d’un auteur latin dont s’inspire Hugo), Templum, veux-tu dire en substance que face à l’océan maçonnique qu’on nous promeut et promet, la FM sera soumise à sa force destructrice ?
      Peux-tu m’éclairer de ta lumière…qui loin d’être un mépris est bien au contraire une « pensée vivifiante » face à cet océan con-substantielle ?
      Puis-je avoir une exégèse ?
      La question à résoudre est-elle la suivante : plus nous sommes (serons) nombreux, moins nous avons (aurons) d’influence, de substance ?
      Merci de ta réponse lumineuse

      • 11
        templum 20 juin 2018 à 08:14 / Répondre

        Binah, lumineuse ma remarque? je ne sais pas…
        mais plus de 35 ans de pratique ça marque!
        l’initiation devrait nous rapprocher de notre centre intérieur(d’équilibre!)mais beaucoup de FF le cherche à l’extérieur avec une cour aussi
        con-sidérable que possible..c’est même à cela qu’on apprend que l’étymologie de Diable c’est « division ».
        le coup de la « reine » qui reconstitue sa ruche en FM c’est « con »….je te l’accorde. et la « substance »…c’est la Lumière lorsqu’elle est déviée par l’orgueil.
        D’accord, pas chez ce GM qui m’a l’air exceptionnel.

        • 12
          Binah 20 juin 2018 à 10:22 / Répondre

          Exceptionnel ????? Je m’interroge. .. .l’épreuve des faits démontre parfois le contraire. Il convient de connaître avant de qualifier…n’est-ce-pas ?
          Puisque tu parles du diable (ce qui divise contrairement au symbole qui unit)…n’avance-t-il pas parfois avec un masque ?
          Je ne prends pas pour exceptionnel ce qui est dit…puisqu’il est proposé la vaste étendue.
          océanique….que tu avais for à propos soulevée.
          Bonne journée,
          Bien fraternellement

        • 15
          yasfaloth 20 juin 2018 à 15:20 / Répondre

          Je suis assez d’accord que JP Servel a mené de main de maître le redressement spectaculaire d’une obédience que beaucoup donnaient comme condamnée…
          .
          Maintenant, sa lettre au Président Macron aurait eu plus de poids si elle avait représenté l’opinion de l’ensemble d’une maçonnerie spiritualiste réunie, chance historique que nous avons eu avec la CMF (dont la « nouvelle » GLNF aurait été un membre de droit) et qui est maintenant bel et bien passée.
          .
          Quand à sa « petite phrase » prononcée en 2007, elle peut avoir plusieurs lectures, et si elle sonne aujourd’hui comme déplacée c’est peut être surtout parce que Mr Stifani à qui elle était adressée en a trahi l’esprit en n’en entendant que l’aspect « pouvoir », alors que, d’après ce que j’ai pu comprendre JPS y signifiait surtout un rappel de ses responsabilités …

  • 1
    Condorcet 19 juin 2018 à 07:53 / Répondre

    Voilà un discours lucide qui concilie autonomie des loges, tolérance, égalité des sexes, ouverture d’esprit et humanisme, et remet le rôle d’une obédience à sa juste place. Voilà qui nous change de certaines obédiences dogmatiques et ségrégationnistes. Il a raison de mettre l’accent sur « les parenthèses » constituées par certaines valeurs construites au cours des siècles et d’insister sur le fait que la FM elle même ne pourrait être qu’une simple parenthèse. A méditer.

    • 2
      yasfaloth 19 juin 2018 à 09:35 / Répondre

      Bah voilà, tu as trouvé la bonne chaussure pour ton pied ! Félicitation Condorcet !

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
Sed vulputate, efficitur. Praesent ultricies diam ipsum Lorem mi, luctus