Ça chauffe à l’Observatoire de la Laïcité

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 17 janvier 2015
  • 3
    Rainette
    20 janvier 2015 à 9h46 / Répondre

    Pourquoi ne pas expliquer les religions comme on lirait un livre avec une histoire ?
    Libre à qui le veut de choisir si elle est vraie, si c’est de la fiction, si c’est romancé … s’il y a une leçon philosophique à en tirer.
    Après tout, il y a tout pour faire d’excellents romans , des miracles, des morts, des gentils, des méchants…. Blanche Neige et les 7 nains est une belle histoire , Jésus et ses 12 apôtres ou Mahomet ou Abraham en sont d’autres…. A-t-on déjà vu les admirateurs de blanche neige se battre contre ceux de la belle au bois dormant ???? Ah oui, ce n’est pas une religion !!!!! En fait, c’est ce que l’on en fait !

  • 2
    danielDH
    18 janvier 2015 à 19h53 / Répondre

    Un des problèmes de la laïcité est de ne pas se faire piéger par excès de dogmatisme.
    C’est ce que lui reprochent les tenants de toutes les religions révélées.
    la limite est étroite, et ceux qui peuvent la promouvoir ont un travail délicat , surtout les enseignants dans les écoles.
    Comment expliquer les faits religieux en restant neutre?

  • 1
    Marih
    18 janvier 2015 à 13h49 / Répondre

    Depuis une vingtaine d’années, les faits religieux apparaissent en permanence dans l’actualité, parfois, comme on le sait, de façon dramatique. C’est pourquoi il est nécessaire d’apprendre aux élèves à en reconnaître les formes multiples, à en comprendre la diversité, à en saisir le sens.
    Les faits religieux ne font l’objet d’aucun enseignement spécifique mais sont présents dans les programmes de nombreuses disciplines, comme l’histoire, les lettres, l’histoire des arts ou la philosophie car il sont un des éléments de compréhension de notre patrimoine culturel et du monde contemporain.
    Le rapport annexé à la loi pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005 souligne l’importance de cet enseignement dans les disciplines : « il convient dans le respect de la liberté de conscience et des principes de laïcité et de neutralité du service public, d’organiser dans l’enseignement public la transmission de connaissances et de références sur le fait religieux et son histoire ».
    Ne serait-il pas temps ? Qu’en pensez-vous ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous