Trebuchet Ecossisme Tome IV

De l’Écosse à l’Écossisme t.4, de Louis Trebuchet

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 5 mars 2017
  • 6
    Michel Lecour
    12 mars 2017 à 08:28 / Répondre

    Samedi 25 mars, Louis Trebuchet sera en conférence sur l’histoire du REAA, et donc notamment sur les développements des rituels des trois premiers degrés, dits symboliques. L’occasion de l’entendre, mais aussi de partager analyses, points de vue, vécu initiatique, idées, dans le cadre de la tenue collective de la loge régionale de recherche Mare Nostrum et de la loge La Voie Initiatique Ecossaise à l’Orient de Menton, dans les Alpes Maritimes. C’est donc une tenue de la GLDF, au 1er degré, ouverte aux Frères visiteurs, sur inscription préalable à marenostrum1306@gmail.com. La tenue débute à 10h, suivie d’agapes blanches (sur réservation).
    Louis Trebuchet reviendra sur les points clés de sa monumentale étude sur le REAA, des prémices de l’écossisme à ses développements depuis deux siècles.
    Et en complément il sera très instructif (comme l’évoque Chicon) d’assister, dans le cadre d’ICOM 2017 (www.icom.fm) à la cérémonie de reconstitution d’une tenue d’initiation au 1er degré de Saint Jean d’Ecosse ; ce ne sera pas la première, mais elle sera alors portée à un degré de véracité historique jamais atteint jusque là, donnant l’opportunité de voir comment se déroulait une telle tenue au XVIIIe siècle et au début du XIXe.
    Louis Trebuchet en est le conseiller historique, et co-organisateur d’ICOM 2017.

  • 4
    Chicon
    8 mars 2017 à 17:26 / Répondre

    Et si « l’allumage des feux » etait l’apport de « la lumière » dans la loge, de la connaissance. Un moment important qui se fait à deux mains et avec ostentation car elle est précieuse. La canne gêne alors le « geste »

    • 5
      Emmanuel
      9 mars 2017 à 09:55 / Répondre

      Il suffit de confier un instant la canne au Frère le plus proche sur les colonnes… c’est plus élégant que de se la coller entre les cuisses. Pour le reste ok avec toi.

  • 1
    Chicon
    8 mars 2017 à 09:30 / Répondre

    Tres interessant cette psychose de la gestuelle.
    On m’a demandé un jour s’il fallait croiser son deplacement devant le VM, comme cela pour faire un X sans doute.
    J’ai repondu qu’il n’ y avait rien d’ecrit dans le rituel et qu’on se deplaçait simplement, calmement, comme l’aurait fait un gentilhomme du XVIIIeme, et surtout qu’il n’y avait aucun symbolisme particulier.

    • 2
      Emmanuel
      8 mars 2017 à 11:11 / Répondre

      Oh que oui! Dans ma loge on voit encore un maître des cérémonies qui claque des talons à chaque angle lors de l’allumage mais se colle la canne entre les cuisses pour allumer plus facilement les bougies???? Ou comment confondre rigueur et rigorisme.
      Perso je pense que les obédiences devraient être ce qu’elles n’auraient jamais dû cesser d’être : des assoc de gestion de moyens communs totalement détachées des questions initiatiques.
      Pour moi actuellement et après 37 ans d’assiduité constante la maçonnerie = grande fatigue.

      • 3
        Chicon
        8 mars 2017 à 17:02 / Répondre

        Et oui, pendant que des Frères tatillons ergotent sur la gestuelle, ils « passent à côté » du sens réel de la cérémonie, qu’ils n’ont pas comprise, pas réellement approfondie. Avec ta longue pratique tu dois voir les choses au delà des apparences et peux partager ton expérience. N’hésite pas à te « reformater » en visitant.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous