Droits des Femmes : Violence masculine, le coût des coups.

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 2 mars 2020
  • 5
    marcos testos
    3 mars 2020 à 16:22 / Répondre

    JOAB’S, je te prie de bien vouloir m’excuser de t’avoir pris pour un sexiste masculin alors qu’en fait tu es une sexiste féminine…

    • 6
      Joab’s
      3 mars 2020 à 19:04 / Répondre

      @mt : A part une ânerie de plus a l’image de ton conditionnement a te soumettre a ton gourou “ultime lien”, rien, le désert?
      Reponse a la hauteur de tes commentaires.

      • 7
        marcos testos
        4 mars 2020 à 13:04 / Répondre

        @joab’s Tu ne fais que confirmer le dicton : « il n’y a que la vérité qui blesse ».
        Mais je ne pensais pas que cette vérité te mettrait dans un tel état de démence. « Conditionnement, soumission, ultime lien, rien, … » C’est du vocabulaire digne d’une personne sado-maso. Je ne savais pas que tu faisais aussi dans ce registre…

  • 4
    joab's
    3 mars 2020 à 12:28 / Répondre

    Nb : Il est aussi bon de rappeler aux sexistes masculins qu’ils ne peuvent pas pretexter les constitutions d’Anderson :
    La simple lecture des dites constitutions montrent que l’exclusion EN 1717 des femmes est nullement liée à la nature féminine, mais au STATUT JURIDIQUE des femmes EN 1717, en Angleterre. : Elle ne peuvent prêter serment !
    L’exigence de sexisme par des obediences est donc en 2020 totalement farfelue.
    cf Travaux de Philippe Langlet

  • 3
    joab's
    3 mars 2020 à 12:20 / Répondre

    La GLFF se montre complaisante avec le sexisme maçonnique masculin officiel qui est une forme de violence aussi faite aux femmes.
    Il est vrai que GLFF, à un moindre degré, affiche aussi un sexisme inverse.
    On ne peut être crédible lorsqu’on affiche ostensiblement une discrimination entre FrancMaçons sur la base du sexe.
    NB : pour préciser, car la lourdeur habituelle des militants du sexisme est sans limite, ce nn’est pas tant le choix des critères de chaque loge qui pose problème, mais le diktat obédentiel de sexisme à ses loges…
    Il est vrai que si la GLFF renonçait au sexisme, elle devrait changer de nom … alors que les GL sexistes masculines semblent en avoir honte et ne l’affichent pas dans leur appelation.

  • 2
    cousseau
    3 mars 2020 à 06:49 / Répondre

    oui pour toutes ces actions sur la violence…..
    mais on n’oublie toujours la violence faite aux HOMMES ???
    le plus souvent verbale bien sûr ; cependant ultra exaspérant pour déclencher……une suite fatale !
    frats

    • 8
      Domilithe
      8 mars 2020 à 18:38 / Répondre

      Une suite, je veux bien… mais « fatale » ? !!! Cela n’a aucune excuse, aucune explication acceptable ! Ni de l’âme, ni du corps, ni de l’esprit !

  • 1
    marcos testos
    2 mars 2020 à 11:39 / Répondre

    De la propagande féministe caché sous le voile de allégorie maçonnique ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous