E Badinter 151018

Elisabeth Badinter répond aux propos du pape François sur l’avortement

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 15 octobre 2018
  • 24
    Anne-Marie ROUZE
    22 octobre 2018 à 08:46 / Répondre

    je suis catholique par ma naissance mais je désapprouve complètement les dires du pape François (que je pensais être quelqu’un d’intelligent et humain) comment ose-t-il prendre position dans cette affaire du « droit à l’avortement » ? Merci à Simone WEIL d’avoir fait voter cette loi qui déculpabilise les femmes et évite des morts par les « faiseuses d’anges »… Etes-vous trop jeunes pour avoir entendu ces histoires horribles des femmes qui se faisaient avorter avec des aiguilles à tricoter et souvent y laissaient leur vie, en plus des viols…. et il faudrait suivre l’épouvantail qu’un pape essaie de brandir devant nous ? et Dieu est amour dit-il dans ses discours ? mais si Dieu est amour et si il a pardonné à la femme adultère, et si il revenait, il serait le premier à aider ces femmes dans l’acceptation de l’avortement.
    C’est facile pour les détracteurs, qui sont, pratiquement TOUJOURS des hommes juste bons à prendre une femme pour un morceau de viande………Eh bien, messieurs, les femmes ont raison de choisir si elles désirent ou pas une grossesse, ne vous en déplaise. Nous ne vivons plus sous un patriarcat ou les hommes avaient de droit de vie ou de mort sur leur épouse pendant qu’ils allaient à leur « club » qui n’étaient ni plus ni moins que des lupanars…. mais ça, messieurs, vous le trouvez normal…. et vous pouvez dormir la nuit après avoir exigé « le devoir conjugal » ????

    • 25
      luciole
      22 octobre 2018 à 13:02 / Répondre

      Chère Anne Marie
      S’en prendre au Pape pour ses propos est une chose (que j’admets nécessaire) l’élargir ainsi,avec majuscules! à toute la gent masculine est une maladresse coupable.

      De nombreuses femmes approuvent les positions de l’Eglise catholique et de nombreux hommes,(même des FM) sont tout à fait respectueux des femmes,féministes et bons compagnons.

      • 26
        Anne-Marie ROUZE
        23 octobre 2018 à 07:53 / Répondre

        cher Luciole,
        j’ai dit « pratiquement toujours des hommes » je n’ai pas dit « exclusivement des hommes » mais reconnaissez au moins que notre pape n’a pas à entrer dans ce problème ! De quel droit, lui qui n’a (ou ne devrait avoir) jamais été confronté aux histoires de sexe sauf de pédophilie qui emplissent les murs de certaines églises et arrivent au oreilles du Vatican par la force des choses.
        Je sais qu’il y a des hommes qui respectent la femme et DIEU MERCI. Je plains les pauvres femmes qui approuvent ce que dit le pape… parce qu’on leur a inculqué qu’elles iraient en enfer si elles se faisaient avorter…. et dire que nous sommes en 2018 !
        cordialement à vous Luciole

        • 27
          luciole
          23 octobre 2018 à 12:45 / Répondre

          Chère Anne Marie
          J’admets tout à fait que l’on critique le Pape(je le fais moi aussi)
          puisque lui même se mêle de choses qui concernent des personnes qui ne dépendent même pas de ses fonctions.
          Cela dit, si les personnes justement concernées sont les seules à pouvoir s’exprimer sur un problème d’ordre général nous allons vers un émiettement des critiques possibles car qui décide du droit à la critique?
          Le Pape dit quelque chose,il est dans son rôle,nous protestons et la caravane passe!

          C’est dans l’action,davantage par l’éducation et la persuasion que nous pouvons agir,c’est peu,j’en conviens mais par rapport aux siècles passés nous avançons tout de même.
          Bonne suite.

  • 23
    mcdopo
    21 octobre 2018 à 19:52 / Répondre

    cet homme qui a donné naissance à la religion catholique a surement été quelqu’un d’exceptionnel, le problème est ce que les hommes en ont fait. On raconte des dizaines d’années après les faits cette histoire en y rajoutant ses propres idées, on écarte quelques centaines d’années plus tard les textes qui ne correspondent pas afin de garder le Pouvoir et enfin on oblige le Peuple qui a peur a se plier à des règles d’une Eglise qui se dit unique et la seule à pouvoir aider chaque humain. Pourtant quelques règles de morale simples suffiraient à vivre en communauté.
    Pour en revenir à l’avortement, je ne pense pas que les femmes qui avortent prennent cet acte à la légère.
    il est pourtant vrai que ceux qui accusent sont souvent des hommes qui ne sont pas toujours conscients de ce que c’est de donner naissance à un nouvel être humain. Les hommes n’ont pas été conçus pour cela. Ils donnent seulement, alors que la femme reçoit ou est obligée de recevoir et elle seule peut, en son âme et conscience dire si elle accepte ce cadeau ou cadeau empoisonné.

  • 22
    Papygrincheux
    21 octobre 2018 à 11:43 / Répondre

    A bas la calotte !!!

  • 21
    Anne-Marie ROUZE
    21 octobre 2018 à 11:08 / Répondre

    je pense seulement comme beaucoup d’entre vous, que l’avortement n’est pas une affaire de « pape » (qui ne devraient pas être au courant des choses du sexe…… en principe… et qui devraient s’occuper UNIQUEMENT des affaires qui concernent l’église (y compris les problèmes de pédophilie dans ses murs) mais du libre choix des femmes.
    Quand au reste, ça ne sert à rien de polémiquer, chacun y va de sa vision des choses… nous ne serons jamais d’accord et vous le savez bien… alors laissons les intéressées faire ce qu’elles ont à faire sans mettre notre venin au milieu et ayons plutôt une pensées « fraternelle » pour ces femmes en souffrance.

  • 20
    réboussié
    19 octobre 2018 à 14:31 / Répondre

    détruire une vie ? d’abord ? la vie commence quand ? à la rencontre fortuite ……soit 9 mois plus tard ? à la naissance ? ou bien quand à vingt ans ils-elles quitteront la maison ? liberté de conscience et de pensée pour chacun-cune …..?
    Mais la pédophilie ? laissez venir à moi ……j’ai envie de dire « mon dieu ?  » comment prendre ces crimes à la légère ? faire silence , protéger les coupables ? mais d’ou sortent ces monstres ? l’avortement , contre ? je peux comprendre …..imaginez notre mère Marie …..mais comment je vais pouvoir leur dire qu’il avait des ailes ? pire ? j’ai aussi ……imaginez notre seigneur Jésus , béni soit son nom , victime pendant son enfance ……que ceux qui savent quelque chose se taisent à jamais ….finalement , humour (déplacé Jean conviens, et Polo aussi …seul Matthieu doute ??) c’est assez cohérent , cette histoire dans l’ensemble ….

  • 15
    vj.guitton@laposte.net
    17 octobre 2018 à 13:39 / Répondre

    C’est confondant de voir que quelqu’un d’aussi bien informée qu’Elisabeth Badinter s’étonne que le pape condamne radicalement l’avortement. Ce n’est pas possible : donc c’est du pur militantisme, donc c’est peu intéressant.

    • 16
      Condorcet
      17 octobre 2018 à 16:04 / Répondre

      Du militantisme soit, mais un militant qui combat pour la liberté d’autrui est plus respectable qu’un militant qui défend un dogme sectaire qu’il veut imposer aux autres.
      Il n’y a que ceux qui ne se posent pas de questions et sont enfermés dans leurs certitudes qui affirment « ce n’est pas possible » et la charité chrétienne affirme précisément le contraire. Il est vrai que le christianisme paulinien du Pape n’est pas le christianisme.

  • 12
    Yvette RAMON
    16 octobre 2018 à 23:47 / Répondre

    Sans doute Emmanuel, les avortements ne sont pas tous liés aux viols, et leurs causes sont très diverses.
    La question n’est pas seulement là: elle est que, jusqu’à maintenant, ce sont les femmes qui enfantent, et que leur voix n’est toujours pas entendue. La contraception n’est toujours pas acceptée par les intégristes de tout poil, et pas un réflexe chez toutes les femmes…bonjour l’éducation!
    Qui est criminel? le médecin qui pratique l’avortement afin que les femmes n’en meurent plus? les femmes qui savent que leur vie et celle de leurs enfants non désirés ne sera surtout pas un long fleuve tranquille, ou ceux, comme les papes, qui les condamnent?

    • 14
      Emmanuel
      17 octobre 2018 à 10:09 / Répondre

      Pour ma part je ne vois nulle contradiction entre nous sur ce sujet? ?

  • 11
    Emmanuel
    16 octobre 2018 à 23:00 / Répondre

    Il faudrait peut être ramener les choses à leur juste proportion. Dieu merci (si je puis dire) les avortements suite à un viol ne constituent pas loin de là la principale motivation des femmes qui avortent (il n’ a pas 250 000 viols chaque année en France). Les causes économiques, sociales, familiales …sont de loin les plus nombreuses. 9a ne retire évidemment rien à l’horreur du viol ni à celle de l’avortement consécutif.

    PS à mon message précédent n° 3 aux motifs de poursuites contre le pape on pourrait ajouter celui d’incitation à la violence et à la désobéissance civile. en fait les éructations de ce sale bonhomme ne sont l’expression de son dépit de voir des pays « très chrétiens » adopter l’IVG et les lois de protection qui lui sont propres.

    • 13
      chicon
      17 octobre 2018 à 09:20 / Répondre

      @11- mon prêtre-confesseur et ami m’en a bouché un coin :
      Si l’Église place la barre aussi haute c’est pour que ses exigences soient respectées en partie.

  • 9
    luciole
    16 octobre 2018 à 18:51 / Répondre

    Il, y a quelques années en Amérique du Sud une fillette d’une dizaine d’années avait été été violée plusieurs semaines par son beau-père et ,enceinte, avait été avortée.Elle même et les médecins ont été excomunniés mais pas le violeur
    .
    La nouvelle mode pour les papes est de se faire canoniser le plus tôt possible.
    Pie 12,Paul 6, Jean-Paul 2, on sent que l’actuel se fera peut être même canoniser de son vivant dés qu’il aura démissioné (Benoit 16 est sur les rangs.) Ce que c’est que d’avoir des relations tout de même.

  • 7
    PATOU
    16 octobre 2018 à 16:57 / Répondre

    C ‘EST CERTAIN QU’AVEC LES PÉDOPHILES DANS L’ÉGLISE CE PROBLÈME D’AVORTEMENT NE SE POSE PAS .
    POUR REVENIR AU SERIEUXE DU SUJET LES VENTRES DES FEMMES NE SONT PAS DES COURS POUR RECEVOIR TOUS LES DELIRES SEXUELS DES HOMMES QUI LES VIOLENT ET GARDER UN ENFANT DE CE GESTE ATROCE DOIT POUVOIR ETRE PRIS EN COMPTE PAR LA SOCIETE EN REFUSANT CETTEFECONDATION SUITE A UN CRIME RELEVANT DU DROIT ET PUNI PAR LA LOI

  • 5
    toto
    16 octobre 2018 à 12:05 / Répondre

    Avorter c’est tuer, le Pape à bien raison
    quant au choix des femmes d’avoir un enfant qu’en est il du choix de l’enfant de vivre, ce n’est pas à la femme de décider à la place de son enfant

    • 8
      Brumaire
      16 octobre 2018 à 17:55 / Répondre

      Parce qu’à quelques jours, un foetus est capable de dire qu’il veut vivre? Arrêtez vs délires, SVP et pensez à quoi va ressembler la vie d’une jeune femme qui s’est fait violer et qui va avoir un enfant issu de ce viol?
      Toto n’est pas une femme, et ne pense qu’à lui, comme souvent, hélas…

    • 10
      lazare-lag
      16 octobre 2018 à 19:46 / Répondre

      Et l’enfant qui se fait violer par le pédophile, il en pense quoi Toto?
      Pour paraphraser cet excellent auteur qu’est Toto,: ce n’est pas au pédophile de décider à la place de l’enfant, non?
      Et je suis pour ma part ravi qu’une grande dame comme Simone Veil honore de sa présence féminine, de sa classe élégante, et de son intelligence fine le Panthéon bien trop masculin.
      D’ailleurs on a bien compris que le Pape est venu parler de ces questions d’avortement pour mieux faire oublier la très grosse responsabilité de l’Eglise romaine en cette matière de pédophilie.
      Double responsabilité, celle des prêtres pédophiles eux mêmes bien entendu et celle des hiérarques catholiques qui ont couvert et hélas couvrent encore. Piètre et déplorable image renvoyée à la communauté humaine.
      En espérant que la justice des hommes condamne mieux ce que la justice de Dieu semble absoudre.
      J’ai dit.
      signé un frère du G.O.D.F., qui tient à préciser qu’il a été baptisé en cette religion catholique, a fait ses deux communions, marié à l’église, et très écoeuré du nombre d’imbéciles et d’intolérants qu’elle contient.
      Je ne parle pas ici d’hypothèses, mais d’expérience.
      La religion rend obtus et bien trop souvent éloigne de l’intelligence et de l’échange spirituel.

    • 17
      yasfaloth
      18 octobre 2018 à 00:23 / Répondre

      « Toto » votre post est sans doute une pure provocation, mais il n’est pas inintéressant car il soulève la question qu’il est impossible de soulever ici sans se faire traiter de papiste et de liberticide : quel est l’aspect moral, voire métaphysique, de l’avortement vis à vis de l’enfant à naitre.
      .
      Et la société doit elle accepter, sans, au moins, chercher à l’informer y compris sur ces plans, la décisions de femmes souvent jeunes ou immatures de mettre fin à la vie de l’enfant qu’elles portent au risque d’en porter ensuite le regret et la culpabilité toute leur vie ?

      • 18
        brumaire
        18 octobre 2018 à 14:40 / Répondre

        Yasfaloth, même si on connaît certains de tes points de vue, personne n’irait te traiter de « papiste » ou de « liberticide ».
        Tu as raison de souligner la question de la décision d’avorter par des femmes jeunes et souvent immatures,qui ont recours à l’avortement, faute d’avoir été, soit informées convenablement de ce qu’est la contraception, soit d’avoir eu « la tête ailleurs ».
        Mais il n’y a pas que celles-là! il y a toutes celles dont les maris, compagnons, etc…ne permettent pas à un médecin de les conseiller, ou même de les regarder, les victimes de viols conjugaux dont personne ne parle, les femmes des hommes qui ont les enfants que « Dieu leur envoie »…et tant d’autres cas, surtout ceux de femmes qui en ont assez d’être mal traitées(en un ou deux mots)
        Quand cette « civilisation » d’hommes irresponsables et de femmes sous-éduquées évoluera-t-elle de manière à ce que les avortements ne deviennent plus qu’exceptionnels, mais autorisés sans culpabilité, de la part de la femme, ou du médecin ? En attendant ces jours sans doute bien lointains, il reste que l’avortement ne doit pas être pénalisé, et les lois qui le permettent, protégées, sans falsification.
        Le « manifeste des 343 s… » est toujours d’actualité…et l’existence d’un foetus de quelques millimètres fait de cellules non différenciées, ne peut décemment pas être considérée comme une vraie vie!

        • 19
          Désap.
          18 octobre 2018 à 23:03 / Répondre

          Oui, il faudrait faire le choix d’un organisme cellulaire purement fonctionnel au détriment d’un être sensible doué de sentiments, ceci sous prétexte que l’organisme cellulaire serait une création de Dieu.
          Ce postulat est faux, il n’y a que le principe de l’organisme cellulaire qui peut être considéré comme de la responsabilité d’une transcendance, tout ce qui lui est postérieur n’existe que par nécessité ou conséquence.
          Sans aller plus loin, je fait le choix de protéger une femme face à tout type de nécessité ou conséquence.
          Quant à l’impact psychologique de l’avortement, certes, il n’est ni négligeable, ni évitable, il n’est en revanche aucunement insurmontable et, en effet, il devra être assumé par la femme concernée ; je pense que c’est incomparablement plus « simple » que d’assumer la conséquence d’un viol ou les conditions de la misére sur un enfant.

  • 3
    Emmanuel
    16 octobre 2018 à 10:20 / Répondre

    On pense ce qu’on veut de ce vieillard qui croit encore que son dieu est né d’une vierge fécondée par un esprit et qui le serait encore après son accouchement opéré par le même esprit céleste. Qui est contre tout ce qui est progrès… de la laïcité à la contraception. Mais la question n’est pas là. Elle est très bien mise en évidence par E Badinter.

    A quand Madame la constitution d’un collectif d’avocats et d’une plainte au TPI pour insulte et diffamation des femmes, des médecins, des législateurs, des institutions…. des pays favorables aux lois donnant aux femmes le droit de choisir elles-mêmes le moment pour elles d’être mères???? Sachant bien sûr que l’avortement reste, pour le moins, un drame humain.

  • 2
    chicon
    16 octobre 2018 à 09:47 / Répondre

    @1 – La  » rigidité  » des Papes n’est pas si surprenante que cela. Il convient de défendre le  » fond de commerce  » de l’Église face à la  » concurrence « . Sinon l’Église serait « diluėe » dans le mouvements d’opinion et  » s’auto-diviserait « 

    • 4
      speculum
      16 octobre 2018 à 11:37 / Répondre

      2 – les Papes et leurs copie-conforme, les Ayatollahs,

      • 6
        Brumaire
        16 octobre 2018 à 15:22 / Répondre

        Exact « Speculum », et on peut ajouter les gynéco hommes, et bien d’autres machos, qui se donnent(qui ont) le droit de dicter aux femmes ce qu’elles doivent penser et faire. L’avortement, tout autant que la contraception n’est pas une affaire d’hommes, ni même de couples hétéro, mais seulement de femmes, qui doivent, comme les hommes, disposer de leur corps comme elles l’entendent.
        Les papes, ayatollahs et autres, que disent-ils lorsqu’une femme s’est fait violer et qu’elle est enceinte?que c’est ne tueuse? que c’est -encore- de leur faute, et qu’elles n’ont qu’à assumer! seules, de préférence, leur vie et celle de l’enfant qu’elles n’aimeront pas, parce qu’il n’a pas été fait dans l’amour, mais dans la violence.
        De quoi je me mêle, devrait-on dire aux papes de toutes sortes et à leurs commis voyageurs qui traînent dans les couloirs bruxellois ainsi que de toutes les assemblées!
        Madame Badinter a bien raison de dire aussi que le Pape tente de détourner le regard des histoires de pédophilie qui ne cessent de pourrir la Sainte Eglise catholique romaine.

  • 1
    Condorcet
    16 octobre 2018 à 09:07 / Répondre

    En matière d’élimination il s’y connaissent un peu dans l’église, l’inquisition et tous ses éliminés, la fuite des nazis via les couvents pour l’Amérique du sud, l’omerta pendant des années sur les curés pédophiles, la mise à l’index de nombreux ouvrages mais paradoxalement (?) toujours pas de Mein Kampf, el papa serait mieux inspiré de balayer devant sa porte et fraternellement je lui conseille de foutre la paix aux femmes.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous