Enquête chez les francs-maçons

Publié par Géplu

Le journal l’Indépendant de Narbonne nous présente le dernier roman de Manuel Garcia, un ancien gendarme qui revient sur les investigations qu’il mena au sein de la franc-maçonnerie narbonnaise suite à une mort suspecte…

Le point de départ de l’affaire est digne d’un scénario de film ou de polar, et démontre à qui en douterait encore que la réalité dépasse bien souvent la fiction. Comme les précédents, le sixième roman de Manuel Garcia relate en effet une enquête bien réelle. (…) Au départ, donc, il y a la mort de Paul de Montfort dans sa riche villa narbonnaise un beau matin de juin 1988. L’enquête officielle conclut à une crise cardiaque et l’affaire est vite classée… mais pas pour les parents de la victime, convaincus que leur fils a été assassiné par sa femme Agnès. Ils s’en émeuvent auprès de Manuel Garcia : à l’écoute des faits, l’OPJ va d’abord dans le sens des conclusions de ses collègues. Mais grattant un peu, l’homme met le doigt sur plusieurs détails troublants. (…) « Le vendredi soir, la victime avait fait l’objet d’une initiation en franc-maçonnerie ; elle a perdu la vie le lendemain matin ». (…) Manuel Garcia décide de poursuivre ses recherches. Ce qui implique d’intégrer le milieu maçonnique. « Il se trouve qu’un très bon ami à moi était franc-maçon », indique-t-il. Grâce à lui, l’OPJ participe incognito à une soirée entre « frères ». Elle lui ouvrira les yeux sur ce qui s’est réellement passé… « J’ai effectivement découvert un monde secret, mais dont les membres se consacrent à la recherche du bien-être de l’humanité. » À travers cette enquête, Manuel Garcia s’emploie donc aussi à dépasser les clichés, démarche dictée par les impératifs d’intégrité et de probité émanant de ses anciennes fonctions. 

L’histoire ne dit pas si le gendarme a rejoint la franc-maçonnerie à la suite de son enquête et de ses « découvertes »…  🙂

jeudi 25 juin 2020

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif