épées, glaives & poignards

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 22 janvier 2021
  • 4
    Doctus cum libro
    24 janvier 2021 à 21:48 / Répondre

    Un ouvrage de fond de bibliothèque, mais surtout un livre d’art original et d’une indiscutable qualité : il est effectivement magnifique. Je sais déjà à qui je vais l’offrir…

  • 3
    Mateo
    23 janvier 2021 à 13:21 / Répondre

    Rappelons tout de même que stricto sensu, l’épée n’est pas un symbole maçonnique. Comme l’explique l’auteur, c’est un symbole d’importation aristocratique propre à la FM française. Comme on peut tout faire dire à un symbole, le contenu symbolique de l’épée a été largement fantasmé. Fondamentalement cela reste une arme de guerre qui détonne dans la démarche maçonnique ! Mais cela fait partie de notre histoire et il faut bien l’accepter !
    Ceci dit ce livre est magnifique avec une très belle iconographie qui témoigne de la qualité artistique du travail artisanal de notre frère Michel qui en a fait son second métier et en est devenu un expert reconnu.

  • 2
    Pierre Mollier
    22 janvier 2021 à 19:02 / Répondre

    Quelle tristesse, je ne savais pas que Michel nous avait quitté. Je l’avais longuement reçu rue Cadet et, en travaillant avec lui, avais appris plein de choses sur notre collection de glaives. Impatient de découvrir ce livre superbe qu’il nous laisse.

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    22 janvier 2021 à 04:24 / Répondre

    Effectivement, un très beau-livre de notre Frère Michel Renonciat, restaurateur en objets d’art anciens et passeur de techniques ancestrales, qui a rejoint l’Orient Éternel le 22 mars dernier.
    Rappelons que plus de soixante épées pour la Coupole sont passées dans ses mains expertes.
    Il était déjà l’auteur d’un ouvrage, en 1999, en collaboration avec Gérard Lautissier, sur la biographie de l’arquebusier Casimir Lefaucheux (1802-1852), qui a développé le concept du chargement par la culasse, aux éditions du Portail.

    Ce remarquable livre, de la collection « Expressions Images et Spiritualités », qui porte le sous-titre « de la chevalerie à la franc-maçonnerie en Europe aux XVIIIe et XIXe siècles », mérite de concourir dans la catégorie Beau-Livre des prix littéraires de l’Institut Maçonnique de France (IMF) pour le 18e Salon Maçonnique du Livre de Paris, à l’automne prochain.

    D’autre part, il est écrit en 4e de couverture « … Quand, dans les années 1725-30, la franc-maçonnerie apparut en France… » En fait, dès 1725, une Loge est fondée à Paris, rue des Boucheries, dans le quartier Saint-Germain, par quelques Anglais, Écossais et Irlandais.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous