Fraternité libertaire

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 22 juillet 2007
  • 9
    Jacques Cécius
    25 juillet 2007 à 14h46 / Répondre

    Il faut lire, effectivement « Le drapeau noir, l’équerre et le compas », lequel ne contient qu’une seule erreur, que commettent la plupart des anarchistes, et à laquelle j’ai cru longtemps, celle que Jean Baptiste Clément, auteur du « Temps des cerises », fut anarchiste. En fait il ne se réclama pas de cette philosophie politique, mais d’une des fractions du Parti socialiste, postérieurement à la Commune.
    Quant à Montéhus il se convertit au catholicisme, et composa une chanson, que malheureusement je ne possède plus, en hommage à Jésus.

  • 8
    Yvca
    23 juillet 2007 à 1h28 / Répondre

    Parmi les auteurs de chansons anarchiques; en dehors de : Mac Nab, Aristide Bruant, Charles d’Avray, Bertal et, Leo Taxil, avant qu’il ne vire de bord, il faut épingler, tres haut, Gaston Brunswick, dit Montéhus qui se qualifia, lui-mème, de « chansonnier humanitaire ». Il écrivit de nombreuses chansons anarchistes , antimilitaristes, anti-cléricales … anti tout !
    Montéhus mourut Chevalier de la Légion d’Honneur pour avoir, par la suite, glorifié le Soldat Inconnu et la victoire de 1918…..Comme quoi l’homme, mème
    anarchiste, reste un homme !!!

  • 7
    Fox
    22 juillet 2007 à 21h57 / Répondre

    Il me semble qd même que la Marseillaise Anticléricale est l’oeuvre d’un certain Léo Taxil…

  • 6
    Philippe
    22 juillet 2007 à 20h25 / Répondre

    Mon mea culpa vise les individus « croyants » qui à titre individuel peuvent être tolérants.
    Mais l’humain est un être vivant en société.
    Les croyances politiques parfois athées ou les croyances religieuses génèrent au plan social des structures qui les organisent. Ces structures sont rarement tolérantes aux autres, aux différents, aux en-dehors … point n’est besoin de citer des exemples hélas trop nombreux.
    On retrouve cette tendance y compris entre les structures maçonniques.

  • 5
    Yvca
    22 juillet 2007 à 17h24 / Répondre

    Etant « actif » dans la région Mons-Borinage, fief protestant, s’il en est, je confirme le commentaire de Jacques Cécius.
    Je recommande, d’autre part, la lecture de l’incontournable ; « Le drapeau noir, l’équerre et le compas » de l’ami Léo Campion, réedité en 1996 par : » Maison de la Solidarité et de la Fraternité (Evry) « et « Alternative Libertaire » (Bruxelles).

  • 4
    Philippe
    22 juillet 2007 à 11h42 / Répondre

    exact, mea culpa …

  • 3
    Jacques Cécius
    22 juillet 2007 à 10h48 / Répondre

    Faux ! Le libertaire n’irrite que les croyants intolérants, et ils ne le sont pas tous.
    Pour ma part je suis protestant et libertaire. J’en connais d’autres.

  • 2
    Philippe
    22 juillet 2007 à 8h44 / Répondre

    Comme Alain je visite très régulièrement ce site.

    Il ne me semble pas pessimiste, mais il s’agit d’une question tenant à la personnalité de chacun sans doute.

    Mais il est vraisemblable que le regard libertaire soit un peu plus proche de la nature humaine ni ange ni bête ou mi ange mi bête que ne l’est le regard des croyants même francs maçons.

    Il me semble qu’une grande partie de la littérature dite maçonnique est écrite surtout par des « passionnés » qui regardent trop souvent la FM et ses oeuvres avec des yeux de croyants et non avec des yeux de penseurs !!!

    Le libertaire irrite les croyants quelle que soit cette croyance.

  • 1
    Alain
    22 juillet 2007 à 0h13 / Répondre

    Bonsoir,
    Le site est plus facilement accessible via l’adresse ci-après.

    http://jccabanel.free.fr/

    L’auteur est parfois trop pessimiste selon mon opinion.
    Je visite régulièrement.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous