Philippe Charuel
Philippe Charuel. (photo GLDF)

GLDF : Le convent a parlé

Publié par Jean-Luc Maxence

La chronique de l’éternel apprenti – 3

Jean-Luc MaxenceLe convent a parlé : c’est Philippe Charuel, VRP expert en portefeuille commercial, demeurant à Annecy depuis 33 ans, marié et père de deux filles, qui a été élu Grand Maître de la Grande Loge de France, succédant au danseur, journaliste, psychologue et célibataire Marc Henry (ce dernier l’avait battu il y a trois ans en dernière instance !).

Un businessman multicarte à la Grande Maîtrise ? Pourquoi pas ? Faut-il se réjouir ? Une évidence : Philippe Charuel est un « cadre » de l’Art Royal, un transmetteur expérimenté et éloquent en maçonnerie puisqu’il fut trois fois Conseiller Fédéral et cinq années Grand Orateur de la Grande Loge de France. De plus, Philippe Charuel (60 ans) a lu Le Petit Prince, sans aucun doute, et il connaît par cœur le symbole fort de la quatrième planète, celle de ce bureaucrate très occupé « qui ne leva même pas la tête à l’arrivée du petit prince » (sic) et qui n’avait pas le temps de flâner.

Quoi qu’il en soit, réjouissons-nous, mes Très Chers Frères de Lyon, d’Annecy, de Paris et d’ailleurs. Au nom de la bienveillance, bien entendu. Et reprenons nos travaux avec force et vigueur. Un « multicartes » ne saurait être maladroit, ou timoré. Un homme qui a « servi » 5 Grands Maîtres aussi différents et disparates que l’humaniste Jean-Claude Bousquet, l’efficace et chaleureux Yves-Max Viton, le fraternel et prolixe Alain Pozarnik, l’habile Alain-Noël Dubart et l’erratique Marc Henry, ne saurait être pâle et fonctionnaire. Après tout, il n’est pas nécessaire de connaître la poésie contemporaine sur le pouce ou d’avoir fait une école de commerce, à Lyon ou sur la lune, pour s’avérer être un meneur d’hommes avides de spiritualité, un réconciliateur des opposés, un éveilleur d’apprentis, de compagnons ou de Maîtres ad hoc. Un homme debout, en somme.

Quand un mandat de trois ans s’ouvre, l’espoir et même l’espérance sont de rigueur. Tout peut se rêver même le meilleur. L’attention respectueuse et fraternelle s’impose et l’on s’imagine soudain participer à un renouveau possible de la Franc-Maçonnerie Universelle, œuvrer à un rapprochement cordial des Obédiences, des plus petites aux plus peuplées, des plus laïques aux plus spiritualistes, à une façon nouvelle de s’éclairer mutuellement, de se respecter en dépit de ses divergences, de participer à l’Union, dirions-nous pour tout résumer de l’Essentiel.

De toute façon, c’est souvent la fonction nouvelle qui révèle l’homme élu, pour le meilleur et pour le pire. Tout pronostic pour l’avenir est une crétinerie absolue. Les souhaits, en revanche, peuvent être formulés sans peur. Parmi eux, j’ose ici recommander, en « électron libre » et éternel apprenti, celui de voir le nouveau Grand Maître de la GLDF devenir audacieux en se libérant vraiment de la tutelle impérieuse et hypocrite d’un Suprême Conseil de France devenu tristement célèbre, in situ, pour sa raideur de pensée et sa prétention intellectuelle faite de suffisance homéostatique.

L’heure est venue pour Philippe Charuel de se souvenir de la phrase éclairante de son Très Cher Frère Pierre Simon, passé à l’Orient Éternel : Apprendre à voir autrement sa vie, apprendre à conjuguer le verbe être en lieu et place du verbe avoir pour cesser d’être quelque chose et enfin devenir quelqu’un …

Jean-Luc Maxence

lundi 22 juin 2015
  • 3
    Néné
    29 juin 2015 à 06:59 / Répondre

    Dans son commentaire l’éternel apprenti, manifestement a oublié l’humilité. Toutefois comme aux testicules de monsieur le pape on peut lui décerner sans aucun détour, le grand prix de l’inutilité.
    Philippe Charuel a été reconnu Grand Maître comme tel par les députés de la GLDF, c’est une reconnaissance absolue.Nul besoin de discours superfétatoire et bobo, d’un intellectualisme qui se fait plaisir, avant tout, on l’a compris… à lui même.
    Et autant qu’un homme puisse en juger d’un autre, dans les qualitatifs de danseur et de célibataire attribués au Respectable Grand Maître Marc Henry, passé Grand Maître, je n’ose y lire une pointe de critique fort déplacée ici et ailleurs…
    Il existe des fondamentaux qui disent que le Franc-Maçons est un homme libre !
    Que diable l’apprenti, les Francs-Maçons pratiquent la vertu, c’est à dire, la tolérance, la tempérance et la générosité et non de mots à veau-l’eau pour faire intéressant sur les blogs.
    Et voici nos Grands Maîtres passé à la moulinette d’une psychologie de troquet. La parole doit circuler mais encore doit elle et reposer sur des valeurs de respect, non de dénigrement et de jugement à l’emporte pièce d’une littérature certes ciselée mais un tantinet mal odorante (alimentant une volonté de mal dire pour mal faire et faire mal ? )
    Le VRP multi carte, concernant Philippe Charuel relevant de plus d’un certain mépris, c’est évident.
    Si l’apprenti veut cracher dans la soupe, c’est son droit absolu, mais qu’il le fasse et ce sera sans aucun souci dans sa loge, aux congrès, aux convents, qu’il écrive, planchent..mais en Franc-Maçon digne de la GLDF (qui comme chacun sait est un ordre initiatique universel, fondé sur la fraternité). On rappela aussi que les serments sont fait pour être tenus…que de parjures dans le texte du jour !

  • 2
    WOLSEM
    24 juin 2015 à 08:48 / Répondre

    Je me permets de faire remarquer que ce texte n’est pas très fraternel. Il est même quelque peu insidieux avec ces remarques totalement déplacées ; danseur et célibataire ! Je ne suis absolument pas membre de la GLDF, mais par ma résidence secondaire dans le Sud-Ouest, j’y ai de nombreux amis. Même si je suis un agnostique, nous devons respecter tous nos Frères.

  • 1
    jean-louis corcos
    22 juin 2015 à 07:18 / Répondre

    Bonjour BAF Jean-Luc,
    J ai apprécié ce texte faisant le point sur l’actualité maçonnique, très mouvementée de nos jours; j’observe avec un certain désappointement dérives et perversions ce qui doit rester une belle utopie concrète …
    Mais la FM est un microcosme certes mais les courants « porteurs » de notre temps ne peuvent manquer de la traverser.
    A nous de maintenir le cap dans les tempêtes d’une rare violence qui traversent notre époque et nos sociétés.
    Ravi d’avoir via ton billet des nouvelles de mon ancienne loge.
    Un titulaire des hauts grades de mon obédience actuelle (GLTMF) m’a fait remarquer à juste titre que les passions, les schismes, la conflictualité ont toujours caractérisé la FM au cours de sa longue (et belle) histoire.
    Je me dis souvent: quoi qu’il en soit, essayons de rester dignes de nos illustres prédécesseurs de jadis et de naguère, d’ici et d’ailleurs
    jean louis corcos
    secrétaire
    GLTMF

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif