GLNF. Journaliste relaxé malgré une violation du secret de la correspondance parce que…

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 22 novembre 2011
  • 2
    georges
    25 novembre 2011 à 5h30 / Répondre

    L’infraction visée est reconnue caractérisée par la justice. Monsieur Kock emploie des méthodes qui ne sont pas conformes au code de déontologie des journalistes, ni admises par le Code Civil. L’interprétation qu’il en donne est évidemment très différente. Partisan de la liberté d’expression, je lui en reconnais le droit d’interpréter les choses comme il le souhaite mais je note qu’il y a bel et bien eu une violation de la correspondance privée. Et ça me choque. amitiés à tous, Georges.

  • 1
    drXu
    22 novembre 2011 à 9h25 / Répondre

    En effet, il était intéressant pour les Frères de la GLNF de comparer ce texte (qui expliquait à Stifani comment conserver le contrôle alors qu’il était déjà rejeté par une nette majorité de Frères) avec les propos d’une noble élévation que tenait le sieur Bodson à la précédente tenue de GL.
    « Au bal des faux-culs, il ne ferait pas tapisserie », dit la sagesse populaire…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous