GLNF. Selon la Cour d’appel, le Grand Maître, président démissionnaire, n’est plus GM!

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 13 janvier 2012
  • 5
    Philippe
    15 janvier 2012 à 10h43 / Répondre

    Si c’est vrai que M. Stifani n’est plus GM et si c’est vrai que  » Toutes les décisions de Stifani après la date du 21 janvier 2011 seraient donc sans valeur.. », cela voudrait sire aussi que M. Stifani va devoir rembourser tous les frais qu’il a occasionne a la GNLF? Rembourser tous les voyages, cadeaux, … ?

    >

  • 4
    Vieux Julien
    14 janvier 2012 à 14h16 / Répondre

    Jiri: cela ne nous étonnerait même pas de l’administratrice judiciaire (surnommée parfois « secrétaire de François Stifani »).
    Mais il semblerait néanmoins qu’elle ait senti le vent tourner dernièrement, puisqu’elle a remboursé son million (et plus) à l’association, réalisant probablement son incurie.

    Cet arrêt nous redonne confiance dans la justice de notre pays.

    Enfin pour ceux qui ne le savent pas, le « Grand Conseil » n’a aucune existance dans les statuts officiels de notre Obédience ni dans aucun texte la régissant.

  • 3
    QOHELETH
    13 janvier 2012 à 20h59 / Répondre

    Certes cher Jiri… mais les avocats de la Glnf, Pardo et Baloup (grand orateur de cette obédience déviante)-, eux vont tout faire pour faire mentir la justice et cela en perversion assumée ! Et il sont certainement bien payés par la gouvernance pour cette mission !

  • 2
    Jiri Pragman
    13 janvier 2012 à 19h53 / Répondre

    L’administratrice judiciaire va-t-elle laisser un « Grand Conseil » imposer sa lecture d’une décision de la Cour d’appel ?

  • 1
    GANDALF
    13 janvier 2012 à 19h33 / Répondre

    Voici ce reçoivent via la gouvernance actuelle de la Glnf les membres de l’association…La Bête n’est pas encore morte, danger; ils ont des ressources aux plus haut niveau de la perversion…:

    Communiqué du Grand Conseil

     » La Cour d’Appel de Paris a statué ce jour sans trancher sur la validité de l’assemblée civile du 16/10/2011 et en renvoyant l’affaire à l’audience de la Mise en État du 2 février 2012 à 13 heures.

    Elle a estimé que François STIFANI en qualité de membre de l’Association ne pouvait intervenir en cause d’appel dans le cadre de l’instance en cours qui a trait au fonctionnement de la Grande Loge Nationale Française, en tant qu’Association loi de 1901 en s’appuyant sur des moyens et arguments que Maître LEGRAND es-qualité de représentante de l’Association avait abandonnés en s’en remettant à la sagesse de la Cour sur les mérites des arguments respectifs des parties.

    La Cour n’a pas statué sur la qualité de Grand Maître et n’a pas fait droit à la demande des Consorts Bret-Douvry et autres relative à la ratification du Président entendu par eux « comme voulant signifier Grand Maître, puisque c’est le Grand Maître qui est ratifié par assemblée générale en application de l’article 2.3 du règlement intérieur de la Grande Loge Nationale Française ».

    La Cour statuera au terme de la procédure d’appel et dira le droit.

    Le Secrétaire du Grand Conseil  »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous