GODF : La République française et les nouveaux enjeux en Méditerranée

Publié par Géplu
Dans Divers

Il est bon d’écouter le replay de l’émission de ce dimanche 4 octobre « Divers aspects de la pensée contemporaine » sur France Culture, où pour le Grand Orient de France Alexis Lacroix a reçu l’historien Benjamin Stora, président honoraire du conseil d’Orientation du Musée de l’Immigration et spécialiste du Maghreb, qui expose les grands axes de la mission de réconciliation entre la France et l’Algérie que le Président de la République lui a confié, étendant son propos aux « fractures graves qu’il y a dans la société française, qui peuvent mettre en péril l’unité nationale ». Et il cite « les replis identitaires, des oppositions et des guerres de mémoire, très violentes ».

A la question d’Alexis Lacroix « Y a-t-il une place, dans une collaboration France/Algérie à définir, à une convergence sur un certains nombre de principes essentiels à la démocratie, et notamment la défense d’une certaine idée de la laïcité ? », Benjamin Stora répond : « Ça c’est une question franco-française, que les français doivent régler avec eux-mêmes. Ce n’est pas une question qui est soulevée aujourd’hui dans la société algérienne. La société algérienne soulève d’autres types de questions, comme liberté de la presse, le statut des femmes, le problème de la nature du pouvoir politique, celui des minorités et la question berbère. La question de la laïcité, elle se pose surtout en France, où sans arrêt existent des débats qui n’en finissent pas sur le sens à donner à cette laïcité, à la fois dans son origine historique de 1905 mais aussi dans son présent, dans le rapport à de nouvelles religion, bien sûr on pense à l’Islam. Il y a sans arrêt des débats et des questions qui tournent autour de la laïcité alors que pour moi la question est relativement simple : c’est tout simplement d’observer que la laïcité c’est la neutralité pour les fonctionnaires, mais pas le fait que dans l’espace public on n’ait pas le droit d’abdiquer sur ses convictions personnelles.

___________________________________
Une mémoire algérienne, par Benjamin Stora, aux Editions Laffont collection Bouquins, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 978-2221246443

mardi 6 octobre 2020
  • 3
    Désap.
    6 octobre 2020 à 17:57 / Répondre

    Laissons les débats s’établir, c’est très sain, c’est la respiration de la République, et conservons intacte la loi de 1905, c’est le blindage indestructible de la République.
    Si la matière n’est jamais indestructible, l’esprit l’est.

  • 2
    Bernard Dublanche
    6 octobre 2020 à 09:48 / Répondre

    Monsieur Stora est-il franc-maçon au GODF?
    N’y-a-t-il pas, parmi les milliers de Frères et de Soeurs qui ornent les colonnes de nos temples, suffisamment de compétences diverses pour prendre la parole, une fois par mois sur les ondes de France-Culture, sans devoir faire appel à des profanes qui assènent leurs vérités, mais qui sont loin de détenir. la Vérité, tout spécialiste « connu et reconnu » qu’il soit?

    • 4
      Lazare-lag
      6 octobre 2020 à 19:54 / Répondre

      Il me semble que la question pourrait être posée autrement, j’allais presque dire à l’envers.
      Benjamin Stora vient où on l’invite et j’aurai tendance à penser qu’au vu de sa notoriété il peut se permettre de choisir les invitations qu’il souhaite honorer de son passage ou non.
      La question est alors: pourquoi est-il invité à cette émission de France-Culture?
      Qui décide des invitations?
      Et sur quels motifs?
      Le fait que Benjamin Stora soit ou ne soit pas franc-maçon, personnellement m’indiffère assez, c’est le motif de l’invitation et du questionnement dont il fera l’objet, surtout s’il n’est absolument pas maçonnique, qui peut éventuellement interroger.
      On sait que l’émission « divers aspects… » est une fenêtre mise à disposition des obédiences. Elles en font ce qu’elles souhaitent, quitte à s’exposer à certains questionnements évidemment.
      De mon point de vue ce n’est pas l’invité et ce qu’il a à dire qui pose problème, c’est la « puissance invitante » qui doit pouvoir être à même de s’expliquer si des questions lui sont posées, à elle.

      • 5
        Jean_de_Mazargues
        7 octobre 2020 à 08:48 / Répondre

        @ 4 lazare-Lag. C’est évident : si le GODF (l’émission mensuelle est confiée à la direction) invite Benjamin Stora, que j’apprécie beaucoup (je m’intéresse pour des raisons diverses et certaines personnelles à l’Algérie dans la durée), c’est son choix. Ce choix soulève un problème : pourquoi ne pas parler de franc maçonnerie dans une émission à vocation spirituelle (la matinale du dimanche de France culture est consacrée aux religions (la messe, une émission musulmane, une protestante, etc.) et à d’autres courants spirituels (du coups, « Divers aspects » fait se succéder les laïcards et quelques obédiences mais pas la GLNF il me semble qui a dû décliner). En bonne logique, le GODF devrait lever un peu le voile et insister sur le parcours spirituel qu’il propose à ses FF. Mais non !

  • 1
    Jean_de_Mazargues
    6 octobre 2020 à 08:42 / Répondre

    Le GODF a 18 minutes par mois sur France culture et les gaspille en thèmes fort intéressants, soit, mais non maçonniques. Quand le GODF va-t-il tomber le tablier, abandonner les rites et devenir un cercle de pensée ? Ce serait mettre fin à une certaine hypocrisie …

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif