Guenon

Guénon dans Critica Masonica (1)

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 25 juin 2016
  • 61
    SEMPER
    6 septembre 2016 à 11:09 / Répondre

    Devise de l’illustre famille de Ligne :
    « Quo res cumque cadunt, stat semper linea recta ».
    Que ceux qui ont des oreilles entendent.
    Belle illustration des débats cafouilleux dits « métaphysiques » que Guénon engendre de façon récurrente…

    • 63
      Gaëlle
      9 septembre 2016 à 11:11 / Répondre

      Ce n’est pas du tout le sens de cette phrase qui vient des Evangiles et signifie que ceux qui ont des oreilles pour entendre la vérité l’entendent, et pas les autres.

    • 64
      Gaëlle
      9 septembre 2016 à 11:57 / Répondre

      Il est très facile de rabaisser ce qui dérange à ce qu’il n’est pas, pour le rendre rebutant aux yeux du monde. Pour dire comme je l’ai lu ici que Guénon était quelqu’un qui se complaisait dans l’occultisme, il faut vraiment ne l’avoir jamais lu ou ne rien y comprendre, et avoir en plus une hargne naturelle contre toute affirmation d’une réalité qui dépasse la seule matière. Mais comme vous l’avez dit très justement :  » Que ceux qui ont des oreilles pour entendre entendent ! « 

  • 52
    LINEA RECTA
    5 septembre 2016 à 11:12 / Répondre

    « L’important n’est pas le but, mais le chemin ».
    Vous me permettrez d’interrompre ici définitivement ce qui tourne au monologue et à la logorrhée..
    Je n’ai jamais rien eu à retirer intellectuellement d’affirmations péremptoires. .
    L’Eglise, par ses condamnations, interdictions, excommunications, exécutions, guerres de religions récurrentes, etc.. a rendu tout dialogue impossible. Notre Ordre est proscrit depuis 1738, avec nombre de rappels successifs. La Vérité n’échange pas avec l’Erreur.
    Adieu. Soyez heureuse dans votre univers qui n’est pas le mien

    • 53
      Gaëlle
      5 septembre 2016 à 20:36 / Répondre

      Ok. Vous aussi vous ne parlez au fond que de VOUS et de VOTRE point de vue, mais d’une manière mieux enveloppée que le mienne. Quand on parle de soi ça va pas, quand on prétend parler d’un point de vue universel ça va pas non plus. La raison insipide est certainement la seule qui puisse vous satisfaire au fond.

      • 55
        yasfaloth
        5 septembre 2016 à 22:32 / Répondre

        Vous vous attendiez à quoi Gaëlle en vous essayant à des échanges métaphysiques avec une « ligne droite » ?…
        .
        Cf le « Symbolisme de la croix » 😉 !

        • 59
          Gaëlle
          6 septembre 2016 à 07:15 / Répondre

          Je m’attendais à rien mais j’aimerais bien que chacun s’occupe de ce qui le concerne.

    • 54
      Gaëlle
      5 septembre 2016 à 21:25 / Répondre

      C’est vrai que l’homme moderne ne fait pas de guerres de religion, lui il détruit la nature, c’est encore autre chose. Mais c’est une autre forme de meurtre parce qu’on va mourir avec. C’est con hein … Et puis c’est vrai que dans l’acceptation et la compréhension de l’autre, même à l’échelle du seul voisinage, on brille c’est impressionnant ! Enfin bref, il n’y a pas que la souffrance physique qu’il faut prendre en compte si on veut entreprendre une réflexion sur l’homme avec un minimum de profondeur. On vit dans un état de paix avec des gens qui se détestent ou s’ignorent. Moi j’appelle pas ça la paix. Vous me parlez de monologue mais vous croyez que vous faites quoi tous là sur ce blog à part parler avec vous-même ? Sérieux c’est du gros foutage de gueule. Quand on lit tous les commentaires on voit bien que chacun est dans son truc, chacun donne son avis, chacun est content d’avoir pu dire ce qu’il pensait sur l’œuvre de Guénon. C’est bien. Et après ? En quoi on a avancé d’entendre votre point de vue ou le miens. En rien, effectivement. C’est la raison pour laquelle Guénon dit qu’il faut sortir de l’individualité si on espère accéder à la vérité, et tous autant que vous êtes vous en êtes la preuve.

    • 56
      Gaëlle
      5 septembre 2016 à 23:15 / Répondre

      Je suis pas d’accord avec « l’important n’est pas le but mais le chemin. » Essayez de vous dire ça en rentrant à pieds chez vous sous la pluie. Je ne crois pas que vous arriverez à vous en convaincre.

    • 57
      Gaëlle
      5 septembre 2016 à 23:37 / Répondre

      Ma logorrhée, oui c’est dur à supporter. Mais moi j’avais pas envie de lire toutes ces conneries sur ce blog, ni ces critiques de merde, et pourtant je supporte. Qu’est ce qu’il vous a fait ce pauvre homme ? Qu’est ce qui fait que vous éprouvez à ce point le besoin de le descendre ? Parce que ça blesse votre égo ? Vous le savez qu’il est hors-norme, laissez-le tranquille. Passez à autre chose, parlez de quelqu’un d’autre, je sais pas. A un moment donné il faut s’en remettre. S’il est si fantasmagorique que ça alors pourquoi tu perds ton temps à parler de lui ? C’est débile. Parce qu’il est aimé ? Et alors qu’est ce que ça peut te faire ? Fais ta vie.

      • 58
        yasfaloth
        6 septembre 2016 à 00:21 / Répondre

        Pas d’accord non plus, Guenon est dérangeant, il peut même paraître dangereux, pensez donc, si ça se trouve il peut entrainer ceux qui le lisent à penser différemment et parfois radicalement en dehors du « socialement correct » d’aujourd’hui…
        .
        De plus en plus, quand je les lis, ici ou ailleurs, je me dis que la génération de ceux qui ont à peu près mon âge reproduisent exactement les même schémas et comportements face à l’altérité que ceux de mes parents qui s’offusquaient devant les cheveux longs, les barricades de 68 et la « contestation » de l’époque…

        • 60
          Gaëlle
          6 septembre 2016 à 09:58 / Répondre

          Je crois que c’est pas exactement la même chose. Là c’est la toute-puissance illusoire de la raison qui est remise en cause. Et les hommes paniquent dès qu’ils ont le sentiment que quelque-chose échappe à leur maîtrise, ils ne le supportent pas et ont donc tendance à le nier.
          Mais oui on peut dire que la haine de la différence a toujours existé et existera toujours, et qu’elle ira au contraire en se renforçant.

    • 62
      Gaëlle
      9 septembre 2016 à 11:08 / Répondre

      J’aimerais que vous me disiez ce qu’est pour vous le but de la franc-maçonnerie, à quoi ça sert d’être franc-maçon ? Je ne connais pas et comme vous prétendez savoir ce dont elle a besoin, je me dis que vous devez le savoir.

  • 47
    LINEA RECTA
    4 septembre 2016 à 16:08 / Répondre

    @ Gaëlle 45
    Et voici donc que nous sommes parfaitement d’accord ! Je n’irai pas jusqu’à vous demander en mariage comme le juvénile Yasfaloth, mais je me réjouis de lire sous votre plume active que « l’homme raisonnable et raisonnant doute de tout ». Cela est bien mon opinion. Cela n’est en aucune façon celle de Guénon, qui affirme, refuse toute discussion, abomine la contradiction, récuse tout changement et garde ses sources pour lui seul.
    Je vous rappelle que l’auteur de « Contre Guénon » avait fait l’éloge de deux de ses ouvrages, dont l’un est hélas posthume, et qu’il n’a rejeté que les aspects métaphysiques qui ne relèvent nullement du doute, mais de la seule imagination non contrôlée. Je n’évoque même pas le Roi du Monde et autres Aggarttha…
    Mais je suis bien aise d’être d’accord avec votre dernier post.

    • 48
      Gaëlle
      4 septembre 2016 à 20:37 / Répondre

      Imagination imagination, ça c’est vous qui le dites. Mais bon, comme on dit, chacun voit midi à sa porte.

    • 49
      Gaëlle
      4 septembre 2016 à 21:31 / Répondre

      J’ai rien à répondre. Soit on a en soi cette idée que la vérité est Une, et que l’Unité est vérité en tant qu’elle dépasse les dualités. Ce qui est logique à mes yeux puisque plusieurs vérités s’annuleraient entre elles. L’idée de vérité suppose en elle-même qu’il n’y en ai qu’une, ça s’impose à l’esprit avec une telle évidence que c’est sensé mettre beaucoup de monde sur la piste … Je ne sais pas comment expliqué mais si plusieurs choses étaient la vérité, il y aurait inévitablement concurrence entre elles et alors il n’y aurait plus de vérité. J’ai beaucoup aimé le Roi du Monde, c’est celui que je préfère même si je ne les ai pas tous lu. Peut-être parce qu’il y parle de l’eucharistie et que je suis catholique.

    • 50
      Gaëlle
      4 septembre 2016 à 21:33 / Répondre

      Soit on a pas cette idée en soi et dans ce cas on croit à ce qui est à mes yeux, néant et imaginaire. En rien.

    • 51
      Gaëlle
      4 septembre 2016 à 21:54 / Répondre

      Je crois que ce qui me fais le plus croire en Dieu, c’est justement ceux qui ne croient pas. L’homme ne sait pas où il va, il croit qu’il sait mais il ne sait même pas ce qui va lui arriver demain, il ne sait même pas la suite et il prétend savoir s’il y a un Dieu ou pas. On cherche quelque-chose dans la vie mais on ne sait même pas ce qu’on cherche au final. Cet espèce de néant en l’homme me dégoute. Ca me dégoute chez moi et chez les autres.

  • 44
    LINEA RECTA
    3 septembre 2016 à 12:02 / Répondre

    « Il faut qu’intervienne un élément qui leur donne un sens »… »Il faut »… »Les besoins de l’âme humaine »…
    Mais, comme disait Amiable, ne peut-on laisser ces « augustes fadaises » à ceux qui, en effet, en ont besoin. La franc-maçonnerie n’a aucun besoin des cogitations de Monsieur Guénon, ni de Saint Germain, ni de Cagliostro, ni de Saint-Martin, ni de Leo Taxil, ni de tous ceux qui cherchent à se donner des disciples sous le couvert orgueilleux de l’extrême humilité.

    • 45
      Gaëlle
      4 septembre 2016 à 10:43 / Répondre

      Je vais vous dire au fond ce qui me dérange. C’est même pas qu’on s’attaque à Guénon, c’est même pas lié à lui au final. Ce qui me blesse en revanche c’est cette espèce d’attitude sceptique à propos de tout, de tout ce qui affirme les limites de la raison toute-puissante de l’homme. Comme ça déstabilise ou irrite un homme de savoir qu’il ne maîtrise pas tout, on préfère rejeter tout en bloc directement plutôt que de creuser un peu. L’homme raisonnable et raisonnant doute de tout, sauf de l’existence de sa raison puisque c’est par elle qu’il sait qu’il raisonne. C’est une enclave par l’impossibilité qu’elle suppose à envisager quelque-chose en dehors d’elle.

  • 38
    réboussié
    2 septembre 2016 à 15:33 / Répondre

    la France n’est pas une démocratie mais une ploutocratie oligarchique mafieuse ……et réciproquement , j’exagère à peine Point deux ? les sciences humaines ? comparaison avec la bagnole ?c’est la mécanique , l’informatique , la chimie …… on peut ignorer , ensuite il y a celui qui se met au volant , un âne ou un champion , la mécanique dit comment ça marche , pas pourquoi , ni ce que l’on peut faire de l’outil , et là ? pas de limites , mais combien de charlatans la dedans ? et d’ateliers de mécanique avec les outils très neufs , jamais servi , bien rangés sur le râtelier, La dégénérescence ? celui qu’on appelait jadis le maître , dans nos vieilles écoles ? Elève en terminale un peu dissipé , prof de philo me conseillant en privé , des livres , la pensée sauvage Claude L-S , le château , la 25 ème heure enfin le meilleur des mondes ???? bref , les statistiques , c’est de la comptabilité , pas une science humaine , d’ailleurs nos « zélites? » , des comptables , se baptisant économistes , pas de cap ? ils évitent même les bilans , alors , tes allusions ? on en débat autour d’une table , parfois ..en loge ? plus délicat ….sur un blog ? risque de passer pour …….mais peut être comprends tu ? je le pense …..âme curieuse qui va ,cherchant ton paradis …..

    • 40
      Gaëlle
      2 septembre 2016 à 19:59 / Répondre

      Risque de passer pour quoi ? Une folle ? 🙂
      C’est pas grave ça. On a toujours tendance à considérer comme fou celui qui agit ou pense différemment.

  • 35
    LINEA RECTA
    3 juillet 2016 à 12:56 / Répondre

    Je pense qu’il faut considérer le domaine des hypothèses invérifiables pour ce qu’elles sont. Un exercice pour l’esprit, la satisfaction fort partielle d’une ignorance anxiogène et une exploration à tâtons du fonctionnement du cerveau humain.
    Il me paraît dangereux de transformer ces trois occupations honorables en vérités dogmatiques, primordiales (dans les deux sens de ce mot), éternelles et universelles.
    Cette attitude témoigne d’une morgue sans bornes et d’un besoin de confort peu mature. Elle émane de toute façon de cerveaux humains pesant en moyenne 1.250 grammes.
    Ceci à l’aune de l’univers infini et du temps cyclique, voire même linéaire…. ce qui implique la CROYANCE IRRATIONNELLE et teilhardienne en un alpha et un oméga. Hypothèse invérifiable etc…

  • 33
    Ahasverus
    29 juin 2016 à 11:10 / Répondre

    Je n’ai pas écrit que Guénon faisait tourner les tables ! Mais bien qu’il vivait à l’époque où nos ancêtres se livraient notamment à ce sport, dans le cadre du spiritisme.
    Il faut étudier les nombreuses phobies de Guénon, notamment celle qui porte sur toute forme de changement, qu’il abhorre. C’est un leit motive qui est présent partout dans son œuvre. Au bénéfice de l’immuable et de l’immutable.

  • 30
    Ahasverus
    28 juin 2016 à 15:03 / Répondre

    Guénon est un Penseur.
    Il remue de nombreuses matières qui vont bien au-delà de ce qu’on « enseigne » dans les loges ordinaires et bourgeoises.
    Le manque de Penseurs dans notre Ordre fait que ceux qui ont de réelles exigences dans ce domaine se rabattent sur cette rareté : un maçon qui pense. Avec un décalage énorme, car rien n’est plus démodé que Guénon, les tables qui tournant et Ossendowski…. Mais en matière d’art, il en va de même. Voir le succès d’André Rieu auprès des foules. O sole moi…..Funiculi funicula…
    Guénon est le Sole Mio de la maçonnerie !!!

    • 31
      Lamouline
      28 juin 2016 à 22:13 / Répondre

      Etant de ceux qui ne font pas tourner les tables et n’ont jamais lu un seul mot de Guénon et Ossendowski, je me classe très volontiers dans cette énorme majorité de maçons qui ne pensent pas. Fraternité tout de même. Roger Lamouline. Bruxelles.

      • 32
        Désap.
        29 juin 2016 à 09:35 / Répondre

        Et bien justement mon Cher Roger, il ne faut pas écouter et retenir tout ce que l’on dit et écrit,
        il faut lire Guénon, qui n’a jamais fait tourné la moindre table, il a même écrit deux critiques très dures à ce sujet, où il exprime son erreur de jeunesse.
        Ce n’est pas donné à tout le monde de reconnaitre ses errements, n’est-ce-pas mes Frères ?
        Ne serait-ce que pour cette objectivité, cette capacité à se remettre en question, Guénon est un exemple.

        1921 – Le Théosophisme – Histoire d’une Pseudo Religion
        1923 – L’Erreur Spirite

        Je conseille ce site : http://www.index-rene-guenon.org/
        Toute l’oeuvre de Guénon s’y trouve, inclus l’ensemble de ses articles parus dans les revues ainsi que sa correspondance.
        Une merveille

  • 28
    JEAN VAN WIN
    28 juin 2016 à 11:35 / Répondre

    @witloof post 26
    tu es peut être sévère à l’égard de la grande nation française, mise à part la surprenante et incomparable tête de l’Etat actuelle.
    Les Belges suivent chaque soir « C dans l’air’ avec une sorte de jubilation effarée. De toute façon, mieux vaut être Français en ce moment que Grand Breton. Pauvres Charlemagne, Napoléon, Adolf, Schumann et tutti quanti. Ils n’ont connu qu’une devise : « Unir ce qui est, et pars ».
    Vouloir « unir » l’Europe alors que la Belgique n’arrive même pas, ab initio, à coller ensemble ses deux tribus… Et voir le détricotage actuel des nations du XIXe siècle et le retour aux régions-cocons.
    Il ne faut jamais laisser prendre des décisions territoriales au lendemain des grandes batailles. Elles ne tiennent JAMAIS. Voir 1830 et 1848 ; je vais écrire sur la puissance invincible de la Muette de Portici dans toute l’Europe romantique. Sujet méconnu et plus réjouissant que Guénon…

    • 29
      Lamouline
      28 juin 2016 à 13:02 / Répondre

      J’attend avec impatience ta prose sur notre muette de Porticci nationale. Il faut lui donner la parole!

  • 25
    Patrice des Serres
    28 juin 2016 à 06:39 / Répondre

    J’ai lu également TOUT Guénon, non pas seulement comme un auteur « intéressant », que l’on discute (ou ne discute pas !) en bonne compagnie, mais, bel et bien, comme un providentiel éveilleur.
    A titre personnel, je ne suis pas à proprement parler un « guénonien », et quand je l’ai abordé, il a… longtemps, c’était dans un esprit totalement libéré de préjugés académiques. Je ne peux même pas dire pourquoi il a m’a tout de suite « plu », agissant sur moi comme une incantation, et que, au fil du temps, je n’ai jamais cessé de le prendre en haute considération… ce qui ne m’empêche pas d’exercer mon esprit critique, et de cultiver la noble vertu de discernement…
    Maintenant, je vois aussi que, dans les milieux maçonniques, on tire à « hue » et à « dia », et, personnellement, je déplore de voir que des frères discutent contre Guénon, avec parfois beaucoup de virulence, en le méconnaissant. Car mieux vaut ignorer un auteur que de le méconnaître…

    • 27
      Lionel MAINE
      28 juin 2016 à 11:32 / Répondre

      « incantation » ; on ne peut plus sincère !

  • 24
    Désap.
    27 juin 2016 à 17:24 / Répondre

    Etre initié n’est-ce pas avant tout savoir distinguer, séparer le subtil de l’épais ?

    Les descriptions de Guénon concernant :
    l’Homme universel
    l’Être et ses états multiples
    l’infini et l’indéfini
    l’espace et le temps
    les direction de l’espace
    ce qu’est et n’est pas l’initiation
    les grands et petits mystères
    Les Principes du Calcul infinitésimal (l’ouvrage en entier)
    etc,
    c’est à dire ce qui attrait purement à la métaphysique, loin de ses considérations et opinions personnelles,
    tout cela n’a-t-il jamais fait progresser votre réflexion ?

    Certes, ses digressions sur les centres initiatiques sont un peu fumeuses, c’est épais.
    Mais enfin, c’est sur le fond de ses écrits qu’il faut porter la critique, sur ce qui est en relation avec la Maçonnerie.
    Or, à ce sujet, rien.
    Manifestement on reste un peu dans la facilité, dans l’épais.

  • 22
    JEAN VAN WIN
    27 juin 2016 à 13:12 / Répondre

    @Chicon et les autres
    Guénon n’est pas mon ennemi. Il est représentatif de son époque et d’un certain milieu dont les garde-fous intellectuels sont peu solides, mais dont les tables Louis-Philippe tournent..
    J’ai lu TOUT Guénon, et j’ai lu la plupart de ses détracteurs, croyants ou non, maçons ou non.
    J’ai écrit tout le bien ( en 2008 puis en 2010) que je pensais de ses « Symboles fondamentaux de la Science sacrée » ainsi que de l’œuvre posthume « Etudes sur la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage », qui contient des aperçus érudits et pénétrants sur la maçonnerie de l’époque, et sur les débuts de notre institution.(qu’il a le tort de croire opératifs, amha).
    Guénon lisait bien la presse étrangère, surtout anglo-saxonne, et c’était un homme intelligent et prodigieusement imaginatif. Il affirme impérativement et ne cite aucune source, dans une débauche de Majuscules, comme s’il était « la Source ».
    Pour le reste, petit auteur belge, je me suis fait cracher dessus et battre comme plâtre, de la plus ordurière des façons, parce que des chefs d’œuvre tels La Crise du Monde moderne, la Grande Triade , Initiation et Réalisation spirituelle, et, cerise sur le gâteau, le Roi du Monde me font vraiment préférer la relecture de Tintin au Tibet et quelques autres racontars du même tabac, lorsque la maladie me cloue au lit.
    Ne comptez pas sur moi pour alimenter une nouvelle controverse, car on ne convainc pas des fanatiques au cerveau lavé.
    Nous apprenons dans le Roi du Monde que les Rose-Croix ont quitté l’Europe pour se retirer en Asie ; nous découvrons le siège souterrain de l’invisible Agarttha, le Centre Suprême caché pendant le Kali-Yuga, et autres romans à majuscules impératives.
    Je ne remonterai pas sur le pilori, d’où j’ai découvert avec stupéfaction la capacité de fureur et de haine des disciples du Penseur. Il rallie un certain monde à lui.
    Peut-être parce que la « maçonnerie sociale » manque quelque peu de penseurs, avec un petit p.

    • 26
      Chicon
      28 juin 2016 à 09:15 / Répondre

      Donc tu n’es pas un anti – Guenon con et vaincu. Je l’ai lu EN PARTIE et relu car j’avais du mal à comprendre. Je me souviens que c’était vraiment intéressant dans ma quête maçonnique.
      Quant à ton état – civil de « petit » auteur belge ce n’est pas si grave, la preuve , je t’ai lu et j’envie le bon sens belge qui nous manque souvent.

    • 36
      Gaëlle
      2 septembre 2016 à 13:15 / Répondre

      On se fiche éperdument de savoir si les Rose-Croix sont partis en Asie, en Inde, au Tibet ou en Amérique. Ce n’est pas ça qui compte. Il cite beaucoup de lieux dans le Roi du Monde mais il dit surtout que l’Agartha est un lieu symbolique, qu’il est totalement vain de chercher quelque-part sur la planète. C’est la connaissance initiatique, c’est quelque-chose de spirituel. Un état à atteindre pour nous, et c’est aussi le symbole du Pôle spirituel. Mais peut-être que ces mots ne vous parle absolument pas, c’est la raison pour laquelle vous ne comprenez pas pourquoi on y met des majuscules. Pour la même raison que l’on met une majuscule au mot Dieu, pour signifier qu’il s’agit de quelque-chose qui dépasse l’être humain. Si pour vous il n’y a rien à atteindre et que l’humanité est une fin en soi, au dessus de laquelle il n’y a rien, alors il est évident que vous ne pouvez y voir qu’une grossière fiction.

  • 20
    réboussié
    27 juin 2016 à 10:05 / Répondre

    deux types de cherchant : non trois , ceux qui ne savent pas quoi ils cherchent , ce sera la surprise , ceux qui se cherchent , et qui risquent donc de tourner en rond , ceux qui ont une idée , lue ou entendue ? qui a fait écho dans quelques groupes neuronaux , et qui veulent en savoir plus …Je n’évoque pas les gens heureux , le groupe le plus nombreux , abonné à « l’équipe » et tiercé magazine …..à l’exclusion de tout le reste …en résumé ? un cherchant , c’est une entité qui n’a pas encore trouvé , ce qu’il cherche , qui ne risque donc pas d’imposer sa vérité , mais si vous perdez vos lunettes la nuit dehors , vaut mieux les chercher sous un lampadaire , car il y a de la lumière ..

  • 18
    Imbert
    27 juin 2016 à 09:43 / Répondre

    Pauvre Guénon, coincé entre Occultisme, Esotérisme et Religions Révélées (pas du tout coincé dans la F.°. M.°. et s’auto-propulsant 33ème). Il manque un quatrième Non, celui qu’il proféra contre son propre milieu, en attaquant Spiritisme, Théosophie ou même Maçonnerie (il n’était jamais avare de critiques). N’étant pas médium lui-même –il semble avoir cherché toute sa vie cette voie qui demandait un lâcher-prise– il fit des choix hasardeux dans les mauvaises traductions, les études partielles et le gouroutisme de son époque. Une pensée datée, le sommet de ce qu’on pouvait faire à une époque. Du bas supra-mental, tout comme il existe du bas astral…

    • 41
      Gaëlle
      2 septembre 2016 à 20:32 / Répondre

      Son immersion dans le spiritisme, qui était son milieu dans le sens où c’était effectivement l’environnement de son époque et du lieu où il vivait, lui a beaucoup servit. Car lorsqu’on veut s’attaquer à quelqu’un ou à quelque-chose, c’est toujours un atout de connaître son ennemi. Je crois, sans penser me tromper, que cette immersion lui a servit à épuiser ses propres possibilités inférieures, un peu comme de la plongée sous-marine, c’est toujours enrichissant d’observer et de comprendre le fonctionnement de son environnement, qu’il soit bas ou non. Mais il ne faut pas s’y tromper, ce n’est pas parce qu’on parle d’une chose qu’on y adhère, et la connaissance de ces dangers, de tous ces courants déviés lui a permis d’aborder des points qu’il n’aurait sans doute pas aborder parce qu’il n’en aurait pas vu l’utilité d’un point de vue métaphysique, mais qui ont une utilité à plus d’un égard pour ceux qui sont en quête de vérité et pourraient courir le risque de se laisser égarer. Par exemple, lorsqu’il parle du syncrétisme cela lui permet de mettre en garde contre la dangerosité de pratiquer plusieurs formes rituelles à la fois, à cause des influences psychiques qui interviennent simultanément, différemment et peuvent causer des désordres. Ce qui peut effectivement être une tentation aujourd’hui quand on voit la tendance actuelle qui consiste à dire qu’on peut adhérer à plusieurs religions pourvu qu’on croit. C’est donc très utile et c’est pour ça qu’il faut veiller à voir le fond de son œuvre. Non, cette œuvre n’est pas dépassée, elle est toujours actuelle parce que la connaissance n’est pas limitée dans le temps et dans l’espace, et qu’elle sert toujours à celui qui veut s’en emparer.

  • 11
    JEAN VAN WIN
    26 juin 2016 à 18:29 / Répondre

    Seulement trois ?
    « C’est un peu court, jeune homme ».
    « On pourrait dire bien d’autres choses, en somme… »

    • 21
      Chicon
      27 juin 2016 à 12:12 / Répondre

      @j.v.win – tu saurais faire le synthese de la pensée de ton ennemi Guénon, en trois lignes maximum.

  • 7
    Chicon
    26 juin 2016 à 10:05 / Répondre

    @desap – La « Tradition » est ce qui caché, ne se démontre pas mais qui s’impose à la raison.
    C’est cela ?

    • 12
      Désap.
      26 juin 2016 à 19:10 / Répondre

      Je ne pense même pas que la Tradition soit cachée,
      elle est entiérement devant nos yeux qui ne savent plus la voir.
      Sa comprehension mène à sa démonstration et c’est ainsi qu’elle s’impose à la raison
      ou bien nous sommes dans le dogme qui mène a la secte.
      Que ceux qui soupçonnent Guénon d’un intégrisme quelconque y réfléchissent à deux fois avant de l’en accuser et surtout qu’ils cherchent avant tout à comprendre la métaphysique et non de s’arrêter à une critique sociétale dont on peut imaginer qu’elle s’initia au regard des horreurs de la 1ére guerre mondiale et le désespoir de voir que ce sacrifice ne servit à rien et était entrain de se reproduire élevé à une puissance égale à la profondeur de la bêtise humaine

  • 6
    Arsène
    25 juin 2016 à 19:51 / Répondre

    Tradition primordiale, âme du monde, concepts fumeux
    Quant à mettre Guénon au dessus de la science à commencer par les sciences humaines, c’est renversant, mais permet de balayer la démocratie pour peu qu’on se dise  » cherchant ». Désolant.
    Donc, merci à Stéphane François pour son oeuvre patiente et constante de salubrité.

    • 8
      Chicon
      26 juin 2016 à 10:14 / Répondre

      @arsene – d’accord mais il y a encore beaucoup d’ombres dans notre origine et notre devenir. La science n’a fait que repousser ces ombres mais elles restent.

    • 10
      Lamouline
      26 juin 2016 à 15:14 / Répondre

      Après quarante ans de maçonnerie ,je n’ai jamais compris ce que certains appellent « cherchant ». Evidemment, je me pose des tas de questions, suis-je dans cette catégorie?

      • 13
        Arsène
        26 juin 2016 à 22:17 / Répondre

        C’est assez simple, un cherchant c’est quelqu’un qui par anti intellectualisme primaire ne veux pas se qualifier de chercheur

        • 16
          Lamouline
          27 juin 2016 à 06:30 / Répondre

          Merci de ta réponse. Cela doit ressembler à cela.

      • 15
        lazare-lag
        26 juin 2016 à 22:33 / Répondre

        J’avoue aussi ne pas être non plus très à l’aise avec ce mot, en plus je ne le trouve pas très heureux.
        Mais effectivement se poser des questions, être en quête de, voire enquête sur, c’est cela la démarche.
        C’est le jour où l’on a réponse à tout qu’il faut commencer à s’inquiéter…
        Dans cet ordre d’idées il me revient une formule, dont je ne sais plus l’auteur:
        « Ne demande pas ton chemin à celui qui le connait, car tu prends le risque de ne pas t’égarer ».
        Pensée livrée un dimanche soir et qui peut occuper toute une semaine!

      • 17
        Chicon
        27 juin 2016 à 09:14 / Répondre

        @lamouline – Tu es dans cette catégorie car tu cherches ce qu’est un cherchant. Si tu continues tu seras persévérant dans ta recherche. Et si tu n’arrives pas à tout comprendre tu seras souffrant de persévérer à chercher.
        Si tu n’as pas compris, relis un coup, c’est pas de moi.

        • 19
          Lamouline
          27 juin 2016 à 09:45 / Répondre

          J’ai relu. Je crois que c’est bien cela .Je ne suis pas souffrant (pour le moment).

          • 23
            Luciole
            27 juin 2016 à 14:50 / Répondre

            Tout dépend du Rite..

    • 37
      Gaëlle
      2 septembre 2016 à 13:42 / Répondre

      Marine le Pen élue aux prochaines élections, c’est vrai que la démocratie est vraiment le régime politique idéal ! Même si elle ne passe pas aux élections, les attitudes actuelles de nos responsables politiques laissent pressentir que nous glissons doucement mais surement vers une dictature. Il n’y a qu’à voir à quel point le discours de nos politiques est pesé, chaque mot, chaque rythme, ça fait de plus en plus lavage de cerveau, mais avec des idées qui semblent somme toute très banales, et qui pourtant sont loin de l’être…
      Etre cherchant. Si vous vous sentez bien dans votre état et que vous n’éprouvez ni l’aspiration ni le besoin d’en sortir, tant mieux pour vous. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Les sciences humaines c’est vide, vide archi vide. Ce sont des coquilles creuses. Vous croyez vraiment que c’est en mesurant la proportion d’individus dans un groupe quelconque qui adoptent les mêmes comportements ( les statistiques ), qu’on peut comprendre l’homme ? Qu’on peut comprendre les mouvements de l’âme humaine, leur cause et leur finalité. Etes-vous réellement naïf ou éprouvez-vous le besoin de vous rassurer quant à la valeur d’une telle connaissance ? Elle est vraiment superficielle, parce qu’elle ne s’intéresse qu’aux effets alors que tout esprit logique sera forcé d’admettre que ce n’est pas en se bornant aux effets qu’on peut avoir une action véritable sur les choses, mais par la connaissance de leur cause. On part de la cause qui n’est généralement pas visible pour aller aux effets normalement, l’inverse, partir des phénomène pour retrouver la cause, est absurde et ne mènera jamais à rien. L’état du monde le prouve. On tente d’expliquer mais on a aucun remède pour guérir l’humanité de l’état de dégénérescence extrême dans lequel elle se trouve.

      • 39
        yasfaloth
        2 septembre 2016 à 18:46 / Répondre

        Bonsoir Gaëlle,
        .
        J’étais parti pour vous demander en mariage : votre petite remise en place de JVW ci dessus est un chef d’œuvre, (même si elle ne sert à rien avec lui).
        .
        Mais franchement, là, à la fin de ce post, vous vous prenez méchamment les pieds dans le tapis !
        .
        Le principe même du paradigme de la recherche dite « scientifique », c’est de partir des effets (accessibles par l’observation ou l’expérience) pour essayer de remonter aux causes.
        .
        Après, évidemment, et notamment avec Guenon, on peut concevoir d’autres paradigmes, comme la « connaissance », qui pourrait s’acquérir par « infusion », contrairement à la science…

        • 42
          Gaëlle
          2 septembre 2016 à 21:31 / Répondre

          Oui je sais que c’est la méthode scientifique, le tout est de savoir dans quel ordre agissent les résultats obtenus. En ce qui concerne la science, on sait que les résultats permettent d’agir sur la matière. Mais pour les sciences humaines, c’est déjà plus difficile à déterminer. Oui parler à un psy ça peut faire du bien quand on souffre, mais quand vous regardez vraiment de quoi est constitué la psychologie, vous vous apercevez que c’est un mélange de différentes théories que le psychologue utilise en fonction de sa propre sensibilité. Si la psychologie a besoin de prendre des théories à droite et à gauche, à mi-chemin entre le scientisme, la biologie dont on se demande ce qu’elle vient faire là, les statistiques des sociologues et les théories douteuses des psychanalystes, c’est parce qu’au fond en elle-même elle est rien. Les sociologues à part parler entre eux du peuple sans être capable de résoudre ses problèmes, je ne vois pas trop à quoi ils servent. Les philosophes on en parle même pas, même si certains sont intelligents ils se sont efforcé de détruire toute forme d’accès à la connaissance Universelle, à mes yeux c’est rédhibitoire et pire encore … Mais d’ailleurs les sciences humaines sont issues de la philosophie. Ce sont les philosophes qui pensaient qu’il n’y avait pas de connaissance de l’Universel possible et qui ont voulu constituer une science dont l’objet serait seulement l’humain. On l’oublie souvent. C’est une tentative vaine, puisque l’humain détaché de son principe transcendant c’est rien, de même qu’une connaissance constituée de l’extérieur et détachée de tout principe, c’est vide.

        • 43
          Gaëlle
          2 septembre 2016 à 21:54 / Répondre

          En fait ça me semblait logique parce que je pensais à l’exemple de la maladie. Quand on est malade on voit les symptômes, mais la cause elle est cachée. Le médecin ne peut pas uniquement observer les symptômes pour poser son diagnostique, sinon tout le monde pourrait être médecin. Il faut qu’en plus de son observation il aie la connaissance du corps humain, des maladies et de leurs causes pour pouvoir faire le lien entre ce qu’il voit et ce qu’il sait. On peut jamais partir des effets bruts en quelque sorte, il faut qu’intervienne un élément qui leur donne un sens, et cet élément c’est la connaissance, dans tous les ordres de réalité. Ca me semble être la contradiction de ce fameux paradigme. Après on peut objecter que cette connaissance, le médecin l’a grâce à la science qui a elle-même observé les effets. Mais je ne crois pas que ça puisse fonctionner uniquement comme ça. Même dans la science la plus matérialiste il faut partir d’une hypothèse, et cette hypothèse vient toujours d’un esprit humain. Il y a un corpus d’interprétation des phénomènes en fonction de différentes lois qui ne sont pas données d’emblée par la nature, mais qui ont été pensées par des hommes. Après on pense ce qu’on veut de ce que je dis, que ces lois sont celles de la nature elle-même, ce n’est qu’une réflexion personnelle.

  • 4
    Luciole
    25 juin 2016 à 11:17 / Répondre

    Ce qui est un peu déconcertant c’est qu’au-delà de l’attraction du « merveilleux »que nous véhiculons tous plus ou moins il y ait encore une telle « Guénonlatrie » dans des loges maçonniques où simplement paraitre discuter Guénon est un véritable sacrilège!
    Mais à chacun son opinion.

    • 14
      Arsène
      26 juin 2016 à 22:21 / Répondre

      Quelles loges?
      Il n’y qu’à pas les fréquenter.
      C’est le seul penseur que les spiritualistes puissent invoquer, donc y toucher relève effectivement du sacrilège.
      Pas si merveilleux que ça, du reste…

      • 34
        lulu
        3 juillet 2016 à 10:40 / Répondre

        C’est méconnaître le domaine de la spiritualité (Maître Echart, Lao Tseu, Ibn Arabi, etc.)

  • 3
    Désap.
    25 juin 2016 à 11:07 / Répondre

    Soupçonner Guénon d’intégrisme religieux, notamment catholique (sachant qu’il s’est converti à l’Islam et qu’une grande partie de ses ouvrages est consacré aux Védas et au Védenta !), comme l’accuser d’être contre la démocratie d’un point de vue profane est à mon sens symptomatique d’une incompréhension notoire de ses textes.
    Guénon ne place sa réflexion que du point de vue traditionnel, objet d’étude et de réflexion de l’initié, proprement hors de toutes notions politiques puisque ne se proposant pas d’étudier l’organisation de la Citée, mais de comprendre les Principes qui régissent la mécanique de l’Univers ; on comprendra ainsi aisément que toutes notions démocratiques, fondamentalement profanes, ne peuvent trouver une quelconque application sans pour autant emporter la moindre signification d’un quelconque esclavage du cherchant.
    En substance, ce que reproche Guénon à la Science est de limiter son champ d’étude de l’Univers à sa mécanique sans n’être jamais en mesure de décrire ce qui l’anime, et pour cause, tout en contestant toute explication qui sortirait de ce champ sans pour autant apporter le moindre fondement à sa contestation, la moindre preuve pourtant principe sur lequel elle-même se fonde.
    Bien heureusement et depuis que la science maîtrise un peu mieux la notion de Gravité, les scientifiques confrontés au risque de voir s’arrêter la possibilité d’établir de nouvelles théories permettant de faire progresser pratiquement leur compréhension de l’Univers, ont pris en considération les principes de la Physique Quantique dont, lorsqu’on les examine, on s’aperçoit que cette science s’appuie presque intégralement, voire totalement, sur la métaphysique et ses principes tels que décrits par Guénon ; une reconnaissance en quelque sorte.
    Dans le même raisonnement, je conseille à l’auteur de cet article de se pencher sur la vie de Pythagore, les raisons qui le menèrent à établir son Ecole, mais également à prendre connaissance du fait que celui-ci n’est ni mathématicien ni scientifique d’aucun ordre, c’est un initié aux principes de la Tradition qui définie les propriétés du triangle à partir de notions purement symboliques et montre ainsi que la Géométrie est un Art et non une science, qu’il est possible, sans que cela soit l’objet d’une quelconque chance ou d’un hasard opportun, d’établir des vérités géométriques, mathématiques et physique à partir de l’étude et surtout de la compréhension des Principes exprimés par la Tradition ; il est de plus fort probable, même évident, que Pythagore redécouvre ce qui était connu des Constructeurs du Plateau de Gizeh, 2000 ans auparavant.

  • 2
    Blazing Star
    25 juin 2016 à 10:53 / Répondre

    Cette « tradition primordiale » dénoncée par les athées, est quand même le terreau de toutes les religions.

    • 5
      lionel maine
      25 juin 2016 à 14:06 / Répondre

      Le terreau … plutôt le fumier !

      • 9
        Speculum
        26 juin 2016 à 12:17 / Répondre

        @lionel maine . Supprimons les questions sans réponses dirait Epictete et corollaire plus de Tradition primordiale. Plus d’axiomes mathematiques, plus de questions scientifiques sans fin. La sérénité de l’esprit.é

  • 1
    Kitusai
    25 juin 2016 à 08:28 / Répondre

    Très intéressant !
    C’est en outre courageux car il a fallu lire Guénon ce qui est une réelle épreuve tant ses écrits sont ampoulés, agressifs et confus.
    L’opposé du lumineux ovni Valentin Tomberg.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous