Humanisme309

Humanisme N°309, encore du lourd

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 13 décembre 2015
Étiquettes : ,
  • 6
    Samuël Tomei
    14 décembre 2015 à 18:43 / Répondre

    Bonjour, je me permets de préciser les quatre points suivants à propos de l’éditorial de la dernière livraison d’ « Humanisme » :

    1 – Il n’est pas à débiter en tranches, aucune partie ne pouvant valoir pour le tout. Or, à considérer ses quatre paragraphes, il ne fait que plaider pour une Europe démocratique et humaniste et une meilleure articulation entre le particulier et l’universel (dont l’Europe est une étape).

    2 – Dire qu’il est antieuropéen ou europhobe n’a aucun sens en soi (PMF, hostile à la Ve République, était-il par le fait même antirépublicain ?) dans la mesure où il s’agit de proposer une réflexion sur le modèle politique européen. Jamais il n’a été question d’imposer un modèle unique, de substituer un dogme à un autre, ce qui n’aurait aucun sens, les avis n’étant pas uniformes sur cette question au sein du GODF.

    3 – Cet éditorial se fait l’écho des inquiétudes exprimées par nombre de délégués au dernier convent et tire les conséquences de la ligne impulsée par le sommet de l’obédience, les membres du GODF étant invités par D. Keller à s’ « impliquer davantage » sur le sujet. Ce qui est du reste logique puisque le conservatisme consistant à considérer que tout va pour le mieux paraît difficilement compatible avec le méliorisme propre aux maçons.

    4 – Je conçois qu’on s’en prenne à l’édito – plus exactement à telle ou telle phrase -, qui ne saurait certes être assimilé à une bulle fulminée d’on ne sait quel ciel, et qui, comme tout texte, doit être soumis à la critique (pour peu qu’elle soit rationnelle et non passionnelle), mais qu’on ravale Humanisme à une « revue sociétale » est pour le moins désobligeant pour l’ensemble des contributeurs, pourquoi diable cette mesquinerie ?

    J’y insiste donc, pour finir : la revue reste ouverte à la controverse dans les termes définis dans l’éditorial du n°304 (août 2014) et en ce sens elle est bel et bien la revue des FFMM du GODF.

    Salut et fraternité.
    Samuël Tomei

    • 7
      Joab'n
      15 décembre 2015 à 10:04 / Répondre

      Cher Samuel. En effet, je ne réagis qu’au commentaire de Geplu sur ton article, pardon si ce n’est pas toujours pertinent vis à vis de ton article … mais surtout sur la mode europhobe qui gagne notre société.
      Le problème des critiques de l’état de l’Europe actuel, à améliorer en effet, est qu’elle n’en concluent qu’à une seule issue : renoncer à l’Europe.
      Pourquoi pas ? si les reproches faits à l’Europe n’étaient justement « pas assez de fédéralisme » !
      Il me parait important que des voix s’elevent pour defendre ce qui est un bel objectif pour notre jeunesse, plutôt que cette propagande assénée du renoncement, repli, fataliste si bien relayée dans les medias.

  • 3
    joab'n
    13 décembre 2015 à 13:26 / Répondre

    je n’ai pas lu l’article, mais je lis le commentaire qu’en fait Geplu.
    Il est un phénomène classique, totalement contradictoire mais mediatiquement efficace dans les discours europhobes. Les principaux reproches faits à l’Europe sont … pas assez d’Europe :
    – L’Europe absente en matiere de politique etrangere.
    – L’Europe pas assez democratique
    -L’Europe pas assez sécuritaire…
    – pas asses sociale
    etc.
    Et ce sont les mêmes
    – qui s’opposent aux initiatives du ministre européen des affaires etrangeres …
    – qui s’opposent à une election directe d’un president, un parlement réellement fédéral et non multi-national
    – qui s’opposent au developpement d’une police fédrale
    – qui ont voté contre en 2005 un developpement minimal social

    Apres tout, europhobe est une opinion, mais on ne peut que noter l’incoherence des arguments.
    Rationnellement, tous s’accordent à reconnaître que les solutions de sécurité, d’economie, sociales, environnementales n’ont de sens et efficacité qu’à une ehelle européenne. Si justement on se concentrait sur ce qui a un sens au niveau national ou régional et laissait ce qui a sa place au niveau fédéral …

    • 4
      357
      13 décembre 2015 à 16:28 / Répondre

      Tout à fait d’accord.

  • 2
    Jean Despels
    13 décembre 2015 à 12:02 / Répondre

    L’éditorial anti européen de S. Tomeï nous impose sa vision partiale. C’est incroyable que la revue sociétale du GODF ait une ligne éditoriale si clivante qui ne peut, à l’évidence, que diviser les FM et perturber nos valeurs de rassemblement.

    • 5
      357
      13 décembre 2015 à 16:30 / Répondre

      Le problème est Qu’humanisme n’a jamais été ce qu’elle a toujours prétendu être: la revue du GODF

    • 8
      Lamouline
      20 décembre 2015 à 10:08 / Répondre

      En effet. Roger . Bruxelles.

  • 1
    ANCELIN jean-guy
    13 décembre 2015 à 11:29 / Répondre

    TT*CC*FF* et SS*,

    Merci pour cet extrait. L’article signé du F* Samuel Tomei est des plus intéressants et devrait être diffusé dans la presse .( ce qui ne veut pas dire que les autres sujets soient secondaires…)

    Fraternelles pensées.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous