Jean Dumonteil et les Cahiers de l’Alliance

Publié par jissey
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 24 avril 2021
  • 6
    lazare-lag
    25 avril 2021 à 13:34 / Répondre

    Je suis de ceux qui ne connaissent absolument pas Jean Dumonteil.
    Étant d’une autre obédience (GODF) et étant fort peu parisien, surtout depuis le printemps 2020, un vrai provincial géographique donc, je ne l’ai jamais rencontré, .
    Je n’ai pourtant pas dit être un reclus imperméable à l’autre, un ermite solitaire qui serait uniquement cloisonné et formaté dans son seul vécu et et dans sa seule approche maçonniques, comme on peut parfois en croiser.
    Mais je suis aussi de ceux qui s’efforcent d’avoir l’esprit ouvert, maçonnique mais pas que, avec il me semble un peu de curiosité sur ce qui peut se passer maçonniquement en dehors de sa propre maison.
    Curieux de voir, et de savoir, ce que les « Cahiers de l’Alliance » et la GL-AMF pouvaient écrire sur l’Honneur, je me suis procuré le numéro intitulé « Le sens de l’Honneur », mais en y ajoutant également deux autres cahiers, ceux consacrés à « L’humanisme en question » et « Vérités et Vérité ».

    C’est ainsi que j’ai découvert Jean Dumonteil.
    En sa qualité de directeur de la rédaction des « Cahiers de l’Alliance » et comme auteur d’articles dans chacun des trois numéros mentionnés.

    Dans le cahier sur l’humanisme (n°2, février 2019), j’extrais, exhaustivement, peut-être m’en fera-t-on reproche, ce passage :
    « Écoutons enfin dans la critique contemporaine le théologien protestant Jacques Ellul pour qui l’humanisme ne serait que « la plus grande parade contre la réalité ». En effet, « se justifier soi-même est la plus grande entreprise de l’homme, avec l’esprit de puissance, ou plutôt après la manifestation de cet esprit. Car l’homme ayant agi ou vécu selon cet esprit ne peut pas se contenter d’avoir réalisé sa puissance, il faut que encore qu’il se proclame juste ». Jacques Ellul écrit que ce n’est pas la technique qui nous asservit, mais le sacré transféré ».
    Que Jean Dumonteil cite aujourd’hui Ellul, qui semble hélas un peu atteint par l’oubli, en tout cas par une certaine discrétion, est déjà réconfortant en soi.
    Et, pour ma part, j’ai apprécié également la photo insérée au milieu (p 77) de cet article, celle d’une statue (ou statuette?) de Daniel Daviau, intitulée « Singe doré ». Un sculpteur inconnu de moi, mais dont l’œuvre mérite attention.
    C’est ça aussi l’intérêt de rechercher de nouvelles connaissances, c’est y trouver ce qu’on ne venait pas chercher.

    Dans le cahier n°5, de février 2020, on peut y savourer son accroche au « Post-scriptum » pour un article exposant une « méditation sur la vérité » :
    « Qu’est-ce que la vérité ? Je ne sais pas. Je pense même, en vérité, c’est-à-dire aussi sincèrement que possible, que c’est peut-être une fausse question. Je sais ce qu’est le mensonge. Je peux définir une erreur, je perçois la réalité et j’essaie de distinguer la réalité de la perception que j’en ai, sans être sûr que tout cela n’est qu’une vaste illusion. Mais la vérité ?
    Quelle est la vérité du vitrail ? (…)
    Quelle est la vérité de la foudre ? (…) ».
    Le reste de l’article est, j’espère que l’intéressé ne prendra pas ombrage de la tournure épistolaire, mijoté dans ce même jus sans jamais perdre de sa saveur en cours d’élaboration.

    Enfin, il en est de même avec le « Post-scriptum » du numéro sur l’honneur (cahier n°6, juin 2020) :
    « Il y a des mots qu’on hésite à écrire et à brandir comme des oriflammes. L’honneur est un de ceux-là comme l’humilité dont le philosophe et théologien Maurice Bellet disait qu’elle est « la seule vertu, absolument sûre parce que c’est la seule dont on ne peut pas se vanter. Honneur au singulier qui s’articule avec l’humilité mais aussi avec le courage, avec la force et la paix, avec la fraternité et avec le serment. Honneur, dont notre société moderne est oublieuse et qui pour nous est un précipité de valeurs maçonniques ».
    Etc, etc.

    Dans son message n°4 , Ergief estime que ce numéro 8 sur les voies du Silence est « tout bonnement excellent ».
    Si la plume de Jean Dumonteil y est aussi en forme que précédemment, et si ses « co-équipiers » avec ce dossard de numéro 8, sont aussi solidaires que ceux des autres parutions, il n’y a aucune raison d’en douter.

  • 4
    ERGIEF
    25 avril 2021 à 01:37 / Répondre

    Ce cahier n° 8 est tout bonnement excellent.

  • 3
    Désap .
    24 avril 2021 à 20:28 / Répondre

    Le silence me fatigue, surtout venant des maîtres, une bien réelle condescendance.
    Morel est génial ! 😂😂

  • 2
    GépluAdministrateur
    24 avril 2021 à 18:55 / Répondre

    Notre ami François Morel me suggère ce dessin pour illustrer « les voies du silence »… 🙂

    https://www.hiram.be/app/uploads/2021/04/silence-et-commentaire.jpg

    • 5
      lazare-lag
      25 avril 2021 à 12:01 / Répondre

      S’agissant déjà de ce numéro 8 des Cahiers de l’Alliance, et s’agissant déjà de François Morel, nous avons déjà eu l’occasion de goûter à un de ses dessins sur le sujet, intitulé « L’éloge du Silence ».
      Et publié le 15 février dernier ici:
      https://www.hiram.be/leloge-du-silence/
      Pour ma part, j’observe que cette illustration de février sur « l’éloge du silence » a été vue bientôt 1740 fois, en ne recevant strictement aucun commentaire en environ 2 mois 1/2.
      Aucun commentaire sur un tel sujet, soit un silence total, n’est-ce pas là le meilleur hommage que nous pouvions rendre à ce dessin de février de François Morel?

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    24 avril 2021 à 04:13 / Répondre

    À un moment de l’interview, notre TCF Jean nous dit que « nous sommes entourés de bruit ».
    Cela me ramène à une phrase de Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève : « Le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit. »
    Cette magnifique revue de l’Alliance répond aux attentes de Francs-Maçons épris de spiritualité…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous