Le rassemblement des Frères de la Grande Loge de Turquie devant le mausolée d'Atatürk à Ankara en 2019

La franc-maçonnerie en Turquie aujourd’hui

Publié par Géplu

par Remzi Sanver, Ancien Grand Maître de la Grande Loge de Turquie

L’évolution historique de la franc-maçonnerie en Turquie peut être analysée en trois périodes distinctes. La première, du milieu du 18e. siècle au milieu du 19e., représente une franc-maçonnerie qui est principalement un « club privé » pour les étrangers. Dans diverses régions de l’Empire Ottoman, nous voyons des loges Européennes, principalement anglaises et écossaises essentiellement réservées aux étrangers et qui initient rarement les citoyens Ottomans, qu’ils soient musulmans ou non.

La deuxième période, qui commence vers le milieu du 19e. siècle, est beaucoup plus intéressante pour comprendre la franc-maçonnerie turque actuelle. Nous y voyons des loges d’Europe continentale – principalement des Grands Orients d’Espagne, de France et d’Italie – commencer à initier des citoyens Ottomans de toutes confessions. Ces francs-maçons turcs sont l’élite intellectuelle Ottomane, impressionnée par les valeurs de la Révolution Française. Beaucoup d’entre eux font partie du mouvement des Jeunes Turcs et de son parti politique – Union et Progrès – qui lutte pour remplacer la monarchie absolue par une monarchie parlementaire. Fait intéressant, les valeurs de la franc-maçonnerie attirent également les gens du palais, y compris le prince Murat qui deviendra plus tard le sultan Ottoman, avec un règne très court. Le fait que le Calife des Musulmans ait été un franc-maçon est à noter. C’est une période où la franc-maçonnerie et la politique Ottomane sont étroitement liées. De nombreux francs-maçons musulmans turcs étaient aussi membres de diverses fraternités soufies qui reflètent l’ésotérisme islamique. Les similitudes entre les rituels de ces fraternités et ceux de la franc-maçonnerie sont intéressantes à observer.

La troisième période commence en 1909 avec la fondation du Grand Orient Ottoman, la première Grande Loge nationale sur le territoire turc. Cette nouvelle institution est formée par les loges dont les membres sont comme nous l’avons déjà dit l’élite intellectuelle Ottomane, héritant ainsi d’une culture et d’une spiritualité éclairée où des hommes de confessions différentes travaillent ensemble dans un esprit de fraternité. Après l’effondrement de l’Empire Ottoman et la fondation de la République Turque par Mustafa Kemal Atatürk en 1923, le Grand Orient Ottoman change de nom et devient la Grande Loge de Turquie. La fondation de la République de Turquie en tant qu’état laïc basé sur les valeurs occidentales représente le sommet du mouvement des Lumières dans la société turque. Bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’Atatürk ait été initié, beaucoup de ses amis qui ont contribué aux changements révolutionnaires dans la société turque étaient des francs-maçons. C’est d’ailleurs plutôt les francs-maçons en tant qu’hommes éclairés qui ont été impliqués dans ce processus de transformation sociale de la Turquie d’alors que la Grande Loge de Turquie en tant qu’institution.

De nos jours, la Grande Loge de Turquie se compose de plus de 260 loges qui rassemblent environ 17 000 francs-maçons. Toutes les loges utilisent le même rituel, appelé « le Rituel Turc », qui est une combinaison de rituels anglo-saxons, de rituels du Rite Ecossais Ancien et Acceptés et d’éléments locaux. La langue principale de travail est bien évidemment le turc, mais il existe des loges qui travaillent en allemand, en anglais, en français, en grec et en italien. Le Suprême Conseil de Turquie, organisation indépendante qui compte environ 4 000 membres recrutés au sein la Grande Loge de Turquie travaille au Rite Ecossais Ancien et Accepté.

La Grande Loge de Turquie est la seule représentante de la franc-maçonnerie dite « regulière », mais deux autres Grandes Loges qui opèrent en Turquie méritent d’être mentionnés. La première est la Grande Loge Libérale de Turquie, d’environ 4 000 membres, créée en 1966 à la suite d’un schisme au sein de la Grande Loge de Turquie, et la seconde est la Grande Loge Féminine de Turquie, d’environ 2 000 membres, créée en 1991. Les intervisites sont permises entre ces deux Grandes Loges, qui ne sont pas reconnues par la Grande Loge de Turquie. Il faut quand même noter l’existence d’échanges au niveau des administrations de ces trois Grandes Loges qui savent maintenir des relations cordiales au-delà de la politique maçonnique.

La culture qui a fondé la Grande Loge de Turquie a certainement évolué, mais s’est maintenue dans son esprit. Aujourd’hui les francs-maçons turcs représentent toujours une part importante de la classe intellectuelle du pays. La politique n’est pas admise dans les loges des trois Grandes Loges, mais leurs membres sont bien évidemment libres de leurs opinions politiques personnelles. Et les valeurs de la République de Turquie telles qu’établies par Mustafa Kemal Atatürk restent une source d’inspiration commune à la franc-maçonnerie, qui est toujours un centre d’attraction pour l’élite intellectuelle turque, en particulier pour la jeune génération. En conséquence l’âge moyen ne cesse de baisser, et est actuellement inférieur à 50 ans. Et il y a une expansion des loges dans tout le pays. Pendant de nombreuses années la franc-maçonnerie était limitée aux grandes villes comme Istanbul, Ankara et Izmir, mais il y a maintenant des loges dans des villes plus petites, même dans certaines très conservatrices où la culture sociale locale n’est pas très accueillante envers la franc-maçonnerie.

La question de la perception de la franc-maçonnerie par les turcs aurait une réponse mitigée. Ceux qui rejettent ce qu’Atatürk a accompli n’aiment pas la franc-maçonnerie, et une autre partie de la société voit les choses à travers les théories classiques du complot. Mais une partie non négligeable de la société, toutes classes sociales confondues, semble avoir du respect envers la franc-maçonnerie. J’avais fortement ressenti cela en 2010 après un entretien en tant que Grand Maître de la Grande Loge de Turquie sur une chaîne nationale de télévision.

La franc-maçonnerie turque est capable de s’investir dans la société. Par exemple, la Grande Loge de Turquie accorde des bourses aux étudiants des universités, tout étudiant pouvant postuler via leur site internet. Elle a aussi construit deux écoles publiques qu’elle a offertes au Ministère de l’Éducation Nationale. Elle a également diverses organisations sociales qui servent de points de contact avec la société. Il faut citer en particulier la visite annuelle d’Anitkabir, le mausolée d’Atatürk, à l’occasion de la Fête de la République où chaque Frère est invité avec sa famille et ses amis. Cela fait un rassemblement d’environ 4 000 personnes qui apporte une forte visibilité à la franc-maçonnerie. Il est à noter que partout les loges se réunissent dans des bâtiments qui sont ouvertement déclarés comme locaux des francs-maçons. Bien évidemment toute l’activité maçonnique est parfaitement légale en Turquie, et chacune des trois Grandes Loges est une association qui fonctionne selon la loi turque des associations (comparable à loi de 1901 en France).

Je terminerai en abordant une question à laquelle je suis fréquemment confronté, et qui porte sur la relation entre la franc-maçonnerie et la politique turque actuelle. Si l’analyse de la politique turque dépasse le cadre de cet article, il convient de noter que la situation là-bas est bien plus complexe que celle présentée par la presse en France (où je vis maintenant), même s’il est vrai que la Turquie traverse une période inhabituellement mouvementée où la société est extrêmement polarisée. Malgré cette forte polarisation la franc-maçonnerie a été capable de se positionner au-dessus des tourbillons de la politique quotidienne. Bien entendu, cette position n’implique pas une indifférence des valeurs. Tout au contraire. Aujourd’hui en Turquie, comme cela était le cas aux siècles précédents, la franc-maçonnerie forme un centre de tolérance, de fraternité et d’harmonie pour des hommes de croyances et d’ethnies différentes. Cette pratique de la franc-maçonnerie comme tradition d’initiation, de spiritualité et de fraternité universelle, continue à contribuer à la formation et au maintien d’une élite intellectuelle éclairée dans la société turque.

.
Remzi Sanver est professeur de math appliqué à l’Université de Paris Dauphine et directeur de recherche au CNRS depuis 2015.
Turc, il vit à Paris. Avant de rejoindre le CNRS, il était professeur des universités à Istanbul où il a été recteur de l’Université Bilgi de 2011 à 2015. Il est membre des comités de rédaction de plusieurs revues scientifiques internationales, notamment Mathematical Social Sciences, Social Choice and Welfare, Theory and Decision. Né en 1970 il a été initié en 1991 à la Grande Loge de Turquie dont il a été Grand Maître de 2010 à 2013, et dont il est toujours membre. Il est aussi membre de la GLNF.  

dimanche 30 août 2020
Étiquettes : , , ,
  • 49
    Remzi Sanver
    10 septembre 2020 à 19:41 / Répondre

    Bonjour mes très chers frères,

    Je viens de réaliser qu’il y a eu plusieurs échanges suivant quelques uns que j’avais eu juste après la publication de mon article. Je m’excuse de m’en avoir rendu compte si tardivement. En tout cas, je ne suis pas très capable de poursuivre des échanges sur internet mais craignant que ma silence peut être interprétée comme une sorte d’arrogance, je vais essayer d’exprimer mon point de vue en toute sincérité.

    Quand le blog Hiram m’a demandé de faire un article sur la FM en Turquie aujourd’hui, j’ai été heureux et honoré de cette opportunité. Avec toute mon attention, j’ai essayé de produire un texte qui

    (i) est correcte;

    (ii) est d’une généralité permettant de décrire les lignes principales tout en restant dans la limite des nombre de mots que le site exige;

    (iii) ne contient pas de propos politiques.

    Évidemment la pondération de (ii) et (iii) nécessite un jugement subjectif et je comprends que certains des mes frères trouve le mien trop « incolore ». Je le respecte. Je suis sur que mes frères vont aussi comprendre mes réflexes d’un maçon venant d’une tradition Maçonnique qui exclue la politique même sous une définition très générale. De plus, par un souci pratique, on ne peut pas parler de la politique dans quelques lignes, sans rendre l’analyse trop simple et superficielle. Il va sans dire que la politique Turque est beaucoup plus complexe qu’elle est présentée par la presse. Sans entrer dans l’allégorie blanc-noir-gris, je voudrais rappeler que jusqu’à 2010 la presse en France avait épuisé tous les compliments possibles pour Erdogan, la meme personne qu’elle maudit maintenant. Tandis que moi, je pouvais publier ce même article en 2007. Franchement, même au risque d’être qualifié «hypocrite du point de vue de la vérité » , j’aime cette FM qui se situe au-delà de l’éphémère.

    Mon article est aussi critiqué de ne pas référer aux deux guerres mondiales. J’ai sincèrement relu l’article sous l’éclairage de ce critique mais je pense encore que ces sujets, bien qu’ils soient intéressants, n’ont pas leur place dans un article de cette taille.

    Voilà ma réaction aux critiques et commentaires des quels j’ai bénéficié et pour lesquels je suis reconnaissant.

    Bien fraternellement

  • 45
    de Flup
    9 septembre 2020 à 15:22 / Répondre

    43: il faut être aveuglé pour voir du négationnisme dans le commentaire Métin Ansen. Je conseille le remède classique contre l’aveuglement à notre cher frère Désap: pas de discussions politiques dans le milieu maçonnique…

    • 46
      de Flup
      9 septembre 2020 à 16:50 / Répondre

      45: le même conseil devrait inspirer également le frère Métin qui éviterait ainsi des auto-contradictions du genre 41- 42.

  • 43
    Désap.
    9 septembre 2020 à 11:25 / Répondre

    Mes frères Lazare-Lag et Ergieff, qui n’ont pas hésité à exprimer la honte que leur inspire ma prudence, que pensez-vous du commentaire (42) révisionniste et négationniste du passé Grand Maitre de la Grande Loge Libérale de Turquie, Monsieur Métin Ansen ?
    Moi il m’écœure, une crainte bien comprise n’oblige pas à de tels propos.
    Je rappelle que nombre d’historiens ont démontrer l’organisation de la déportation des Arméniens de Turquie, le travail forcé, la famine organisée, l’élimination systématique des inaptes au travail et enfin la volonté d’élimination totale, tous actes caractérisant un génocide.

    • 47
      ERGIEF
      9 septembre 2020 à 17:49 / Répondre

      MTCF DESAP, je te renvoie à mon commentaire n°44. Par ailleurs je ne renie en rien mes interventions précédentes qui étaient destinées à Remzi Sanver. Les propos de l’autre grand maître m’ont conduit à réagir différemment. Pour De Flup j’ajoute que cette discussion dépasse le simple contexte politique et que le 30ème degré du REAA chez Memphis et Misraim aborde sciemment ce domaine des crimes contre l’humanité .

      • 48
        ERGIEF
        10 septembre 2020 à 01:54 / Répondre

        Désolé, c’est un lapsus calami. Il faut lire 30ème degré chez MM.

  • 41
    Metin Ansen
    6 septembre 2020 à 16:28 / Répondre

    Dans la situation actuelle de tensions dans laquelle se trouve internationalement, à tort ou à raison, la Turquie, je vois que les attaques dont elle constitue l’objet ne manquent pas, même dans un sujet plus ou moins anodin comme la FM, sans rapport direct avec la situation politique de ce pays.

    Je tiens à remercier mon très cher frère Remzi Sanver pour ses informations objectives concernant la FM turque. Lui et moi, nous avons exercé en même temps nos mandats de GM, lui de son obédience, moi de la mienne, la GL Libérale de Turquie. L’entente parfaite régnait entre lui et moi, ainsi qu’entre nos deux obédiences.

    De mon côté, j’aimerais apporter ma contribution au débat qui, apparemment, suscite pas mal de questionnements.

    A propos de l’existence des loges mixtes en Turquie, je précise qu’elles existent. L’obédience se nomme La GL Mosaïque. Elle n’est malheureusement pas reconnue par la GL Féminine, car créée à la suite d’une scission survenue chez elle. Elle n’est pas reconnue non plus par la GL Libérale, qui a fondé la GL Féminine. Elle est en revanche reconnue par la GL d’Italie qui est en train de créer ses Hauts Grades. Cette situation de non-reconnaissance entre les obédiences sont malheureusement monnaie courante sur le plan universel et je suis persuadé que la GL mixte finira par être reconnue sur le plan local. Ceci dit, l’existence des loges mixtes en Turquie ne dépend absolument pas du bon vouloir d’Erdogan, ni de sa politique. Le prétendre, c’est la preuve que l’on ne connaît pas suffisamment la situation en vigueur.

    A propos de la supposée collaboration de la maçonnerie turque avec la politique de Hitler pendant la Seconde Guerre, elle était tout simplement inexistante, car la FM turque était interdite de pratique pendant les années 1935-1948.

    Cette maçonnerie a été perdante, ensemble avec l’Empire Ottoman, du fait de l’alliance de celui-ci avec l’Allemagne de Kaiser. La maçonnerie ottomane de l’époque était incapable de tenir ses réunions, beaucoup de ses frères ayant perdu la vie au front, dont son GM, Süleyman Pacha.

    Cette guerre 14-18 n’a pas seulement causé la mort de milliers d’arméniens (on ne connaît pas le chiffre exact) pendant le génocide, mais la mort aussi de milliers ottomans (on ne connaît pas le chiffre exact) pendant la Grande Guerre. Le génocide en était une, puisqu’elle épouse toutes les formes d’une guerre civile entre les deux communautés.

    A propos de cette question, la position de la FM turque de nos jours en tant qu’obédiences existantes est inexistante , puisqu’elle s’interdit, toute obédience confondue, de prendre part dans les discussions politiques. En revanche, ses membres sont libres d’avoir des opinions individuelles et de les étaler, de les exprimer à titre personnel. Je suis un de ceux-là. Je me suis rendu en Arménie lors de l’allumage de feu de la première loge maçonnique à Erivan. Ceci a donné comme suite la visite de nos FF de l’Arménie à mon obédience. Ils ont assisté à l’initiation d’un profane dont on a appris par la suite que ses parents avaient été assassinés par le mouvement terroriste Asala à Lisbonne. Malheureuse coïncidence. Nous recevons par ailleurs régulièrement les frères arméniens de France ou de Liban. Le courant passe dans une entente très fraternelle et je mets tout cela à l’actif de la FM universelle. Il est inutile d’ajouter que nous comptons beaucoup de FF arméniens parmi nos membres, issus de la minorité arménienne locale. Ils ont été mes fervents supporters lors de mon élection à la grande maîtrise.

    Je considère que tout pays où la FM se livre à ses activités, cette dernière comporte une pratique qui lui est propre. Ceci est démontré dans le livre de NF Zarcone, Le Croissant et le Compas. Il serait donc illusoire de ramener toute la méthodologie maçonnique à travers l’univers maçonnique à un modèle unique. Nos problèmes ne manquent hélas pas et j’ose croire que nos différences nous enrichissent.

    Très fraternellement,
    Metin Ansen

    • 42
      Metin Ansen
      9 septembre 2020 à 08:50 / Répondre

      En relisant mon intervention précédente, je me suis rendu compte que celle-ci prêtait à confusion.

      J’ai malencontreusement utilisé le terme de génocide à propos des événements passés, à l’image de quelques intervenants qui m’ont précédé, alors que ce terme a toujours été celui que j’ai récusé quand je me suis trouvé dans des débats aussi bien en Turquie qu’à l’étranger. Le tir a dévié de sa trajectoire et j’aimerais le rectifier.

      Pendant la Guerre de 14-18, l’Empire Ottoman s’est trouvé occupé par les puissances étrangères qui le convoitaient, l’Angleterre au Nord et à Istanbul, les Grecs à l’Ouest, la France au centre et au Sud, la Russie à l’Est. Pendant ce temps, une guerre civile continuait de produire ses effets à l’Est entre la population turque et celle arménienne.

      Pour éviter de prolonger les dégâts entre les deux parties prenantes, de même que pour prévenir tout contact de sympathie et de collaboration entre la Russie et la population arménienne, les dirigeants de l’’Empire ont pris la décision de déporter la population arménienne de la région de l’Est vers les provinces éloignées de l’Empire, la Syrie et le Liban. Le manque de moyens et de structures adéquates de l’époque n’ont pas permis le déroulement de cette déportation dans de bonnes conditions, causant ainsi de nombreux victimes et dommages auprès de la population déportée.

      Cette vision a toujours été celle que j’ai défendue et soutenue chaque fois que je me suis trouvé dans des débats mettant en cause la responsabilité de l’Empire Ottoman dans ce chapitre douloureux de l’histoire. Puisse la franc-maçonnerie jouer son rôle pour voir l’amour fraternel l’emporter parmi ses frères et sœurs, quelque soit leurs prises de position et engagement.

      Metin Ansen

      • 44
        ERGIEF
        9 septembre 2020 à 11:51 / Répondre

        41-42 METIN ANSEN. Mon frère, d’un commentaire à l’autre je constate un changement de ton et et de vocabulaire surprenant. Le déplacement d’une population contre son gré est un acte criminel. Si en plus celui ci repose sur des critères ethniques et si quelle qu’en soit la cause ( l’impréparation n’est pas une circonstance atténuante) il débouche sur la mort d’une part importante de cette population, il devient un populicide donc un crime barbare.
        On sait que le comportement d’ensemble des troupes turques qui encadraient le déplacement à été violent, déshumanisé voire ignoble. Il y a eu des meurtres gratuits, des viols, des actes innommables ayant abouti à l’éradication d’une part importante de ce peuple: plus d’un million de morts.
        Les témoignages d’occidentaux présents sur place, d’arméniens victimes de violences et des turcs eux-mêmes concordent.
        Par ailleurs la confiscation des biens et des terres des déportés confirment qu’il y avait bien existence d’un plan concerté d’erradication.
        Le donneur d’ordre était directement l’Empire Ottoman et l’exécutant des basses œuvres fut son armée notamment au travers de milices. Le peuple turc savait et sa passivité émanait à la fois de son nationalisme et de son inculture.
        On ne peut aujourd’hui reprocher aux fils les errements de leurs pères mais on doit exiger d’eux la reconnaissance de ce génocide. Le refus systématique de la Turquie contemporaine de se livrer à cet acte de contrition est une faute grave au regard de la Loi Morale Universelle.
        L’Amour fraternel que je porte aux francs-maçons de ton pays ne m’aveugle pas car le pardon ne m’impose pas l’oubli.
        Avec ma triple accolade fraternelle
        Ps: un magnifique ouvrage à lire et relire si on veut comprendre l’âme du peuple d’Arménie: « Le bateau sur la montagne » de Gostan Zarian.

  • 40
    Artie Schaw
    6 septembre 2020 à 13:08 / Répondre

    Parmi tous les posts que j’ai lus sur ce sujet, une chose me frappe.
    S’agissant de la 3ème période commençant en 1909 avec la fondation du GO Ottoman, les qualificatifs élogieux font ici florès, parmi lesquels je relève  » une élite intellectuelle musulmane, « une culture et une spiritualité éclairée »; ‘un mouvement des Lumières »; « un centre de tolérance, de fraternité et d’harmonie » (sic).
    Le mouvement Jeunes-Turcs, placé sous la houlette (sans doute éclairée) d’Enver Pacha, comptait alors de très nombreux franc-maçons dans tous les cercles du pouvoir. Aux commandes en 1915, ils n’ont pas tremblé lorsqu’il s’est agi d’organiser la déportation puis le génocide dans lequel périrent plus d’un million d’hommes, femmes et enfants. Leur responsabilité est objective et les qualificatifs ci-dessus employés par l’auteur de l’article sont dénués de sens.
    Ce rappel, facilement vérifiable pour qui s’intéresse à l’histoire turque, est ici pudiquement passé sous silence.
    Mais tous ceux qui sont dans le déni auront tôt fait de rétorquer que je suis bien sûr un ‘complotiste’.

  • 38
    de Flup
    3 septembre 2020 à 13:29 / Répondre

    3-Tout en constatant que Désap ouvre une discussion politique et donc pas très maçonnique, je voudrais faire remarquer que l’ Etat turque n’ était nullement allié à Hitler mais neutre et que ses soldats n’ avaient rien à voir avec la SS. Les » Osttürkische Waffenverbände der SS » ,la « Türkestanische Legion » et le « 450 Türkestanisches Bataillon » étaient composés de prisonniers de guerre soviétiques de peuples d’ Asie centrale. La suggestion para anti- maçonnique turque de Désap semble donc d’être plutôt d’ordre désinformatique, je veux bien involontaire…

    • 39
      Désap.
      3 septembre 2020 à 14:22 / Répondre

      38 – Oui mon frère, involontaire et je te remercie de me l’accorder.
      J’ai fait une confusion avec la division SS Handschar composée presque entièrement de musulmans de Bosnie.
      S’il faut présenter des excuses, je le fais bien volontiers maintenant.

  • 36
    Désap.
    1 septembre 2020 à 22:00 / Répondre

    Suffit les qualificatifs hasardeux, suffit les offuscations de bazar.
    Prix Nobel et député n’engagent qu’eux mêmes, et non le peuple turc en son entier (comment le pourraient-ils d’ailleurs ?) et heureux qu’ils soient là et quelques autres ou bien nous n’aurions d’estime à l’égard de la Turquie que celle égale au néant.
    Erdogan gouverne depuis suffisament d’années, est régulièrement réélu et pas avec 50,01%.
    La franc-maçonnerie n’est pas tolérée en Turquie, elle aussi libre d’exercice qu’en France.
    Il y a matière à s’interroger et à interroger.
    Si tu es au fait précisemment de son intégrité, c’est bien mon cher Lazare-Lag mais j’en doute.
    En l’occurrence, les donneurs de leçons ne sont pas ceux que tu désignes, mais l’auteur des certitudes que tu exprimes qui ne tiennent à rien d’autres qu’a une politesse mielleuse, infondée et naïve.

  • 34
    Désap.
    1 septembre 2020 à 20:35 / Répondre

    31 – Mon frère Gokcehan Plevne, la reconnaissance explicite ou implicite de l’Holocauste est la condition sine qua non de la confiance, de la fraternité et de la paix.
    J’ai pris note de ton commentaire, je t’en remercie et t’assure ainsi que nos frères Turcs de mes sentiments fraternels.
    .
    Mon frère Ergieff, je ne te comprends pas. D’autant moins que nous partageons, il me semble, nombre de points de vue maçonniques et profanes, notamment s’agissant des valeurs.
    Quand à t’assurer de ma fraternité, ce serait un pléonasme.

  • 33
    Lazare-lag
    1 septembre 2020 à 20:26 / Répondre

    @ Ergief (25 et 30):
    D’abord, et tu le sais, quand je ne suis pas vraiment d’accord avec tes propos, je n’hésite pas à te le signaler, tout le monde ici a pu s’en rendre compte.
    Mais je sais également, sans forcément lire le journal où cet adage a longtemps trôné, et peut-être trône encore, que « Sans la liberté de blâmer, il n’y a pas d’éloge flatteur ».
    Je tenais à dire que je me retrouve dans quasiment la totalité de ce que tu dis dans ces deux messages, et j’approuve tes excuses présentées à Remzi Sanver. Et, si tu le permets, je souhaiterai m’y joindre.
    Elles démontrent une délicatesse et une élégance, une expression de fraternité qui, ici, a manqué à d’autres frères.
    – – –
    Mais tu me connais, je ne saurais terminer sans exprimer un bémol, une réserve, une légère dissonance.
    J’ai le sentiment à te lire que délicatesse, élégance et fraternité ne seraient l’apanage que de frères pratiquant la franc-maçonnerie régulière et tes excuses pourraient être interprétées, aussi, comme celles d’un frère régulier français venant au secours d’une autre frère régulier, turc celui-ci.
    Je ne parle qu’en mon nom propre, je ne suis que le 1/53000 millième du G.O.D.F., mais j’ai l’intime conviction que nous sommes très nombreux à nous associer à tes excuses.
    Ces excuses doivent être celles de francs-maçons les plus nombreux, et de tous horizons maçonniques.
    Elles doivent même dépasser le seul cadre maçonnique, et être celles de ceux qui ne supportent pas l’arrogance, l’impolitesse, le manque de courtoisie et le savoir-vivre minimal, d’où qu’il vienne.
    Et j’ai plaisir à te citer: « Quand un frère s’invite à votre table il est coutumier de l’accueillir avec bienveillance. Le contraire se nomme la goujaterie ».
    Dans un autre style, j’ajouterai qu’en Franc-Maçonnerie, surtout avec un frère étranger qui en plus nous instruit sur le contexte maçonnique de son pays, on ne se conduit pas comme un goret ou un bourrin.

    • 35
      ERGIEF
      1 septembre 2020 à 21:57 / Répondre

      Mon TCF Lazare Lag, je tiens à te rassurer tout de suite: si dans mon premier post j’ai parlé de « maconnerie dévoyée », je me suis dans le second rattrapé en citant les « maçons dévoyés ».
      Je ne voulais jeter l’opprobre sur aucune obédience en particulier. J’appartiens aujourd’hui à une toute petite d’entre-elles qui n’est pas « reconnue ». J’ai des amis à la GLNF, au GO, à la GLDF, des amies à la GLFF et je ne fais aucune différence entre eux ou elles quand à leur légitimité maçonnique. Dans le rite que je pratique, dans la chaîne d’union on parle « d’amitié fraternelle ». Cette association sémantique n’est pas sans signification…
      Voici pourquoi le manque de savoir vivre m’insupporte et je te remercie de t’être associé à mon propos et je m’en félicite.
      A Désap qui nous lira sans doute, je dis sans rancune, mais je lui demande de réfléchir sérieusement à ces échanges et à son attitude.
      Bien Fraternellement

  • 32
    Lazare-lag
    1 septembre 2020 à 19:53 / Répondre

    Je me demande….
    Je me demande si certains commentateurs, j’entends parmi les commentateurs français, ont vraiment une connaissance sérieuse et véritable du contexte actuel de la Turquie et une appréhension réelle de ce qui s’y passe vraiment.
    Là-bas et maintenant.
    Je me demande s’ils connaissent seulement jusqu’aux noms de Orhan Pamuk et de Ahmet Altan, pour ne citer que ces deux-là.
    Il s’agit d’écrivains turcs.
    Je me demande même si seulement ils en ont lu ne serait-ce qu’une ligne….
    – – –
    Orhan Pamuk reçoit le prix Nobel de littérature en 2008.
    En Turquie, il passe pour contestataire pour avoir refusé le titre « d’artiste d’État ».
    Il se met à dos le pouvoir politique, bien avant le prix suédois, avec ses écrits critiques à l’égard d’une liberté d’expression restreinte et surveillée, de la montée sur l’islamisme et pour avoir été le premier écrivain notoire du monde musulman à condamner publiquement la fatwa islamique contre Salman Rushdie en 1989.
    Et surtout, surtout, surtout il reconnaît la culpabilité de la Turquie dans le génocide arménien. Et dans les massacres kurdes…
    Mais il dira, dans un journal suisse, que sur cette question-là, en Turquie, personne d’autre que lui n’ose le dire, ne peut le dire.
    D’ailleurs il fait aussitôt l’objet de poursuites judiciaires et de menaces personnelles non équivoques.
    Il faut la pression internationale, puis le prix Nobel pour que ces poursuites judiciaires cessent.
    Sa notoriété et son énorme audience le protège. L’ont protégé. Le protègent-elles encore ?
    – – –
    Je suis en train de lire un livre de Ahmet Altan dont le titre même est évocateur : « Je ne reverrai plus le monde » (Actes Sud, septembre 2019, ISBN : 978-2-330-12566-0, 18,50 €).
    Et sous-titré : « textes de prison ».
    1138 jours de prison, plus de 3 années, et en étant âgé de 70 ans. Son éditeur français, Actes Sud, s’était réjoui de sa libération survenue le 04 novembre 2019.
    Mais pour être malheureusement à nouveau arrêté, huit jours après, le 12 novembre….
    1138 jours de prison, auxquels s’ajoutent ceux débutés depuis novembre 2019. Uniquement pour déplaire au régime.
    – – –
    Et pendant ce temps, ici le spectacle navrant de quelques commentateurs imbus de leurs certitudes, infatués de leçons à donner, satisfaits de leur arrogance et boursouflés de leur bon droit qui refont le Monde et la Turquie depuis leur canapé, en charentaises, à peu de frais.
    C’est tellement plus simple de défendre la liberté d’expression sans risque de perdre ni l’expression ni la liberté . Ni son travail, ni sa santé, ni sa famille.
    Des commentateurs libres dans un pays libre, ils peuvent parler.
    Je me demande : ne sont-ils pas assez libres jusqu’à ne pas même se rendre compte que le luxe de leur liberté de parole est de pouvoir en abuser, se croyant messager de je ne sais quelle vérité faite d’idées toutes faites.
    Je me demande, s’ils devaient être menacés dans leur propre liberté de parole, ce que je ne leur souhaite pourtant pas, ils ne seraient pas plus économes de celle-ci, plus prudents, plus attentifs.
    Je me demande.

  • 31
    Gokcehan Plevne
    1 septembre 2020 à 19:00 / Répondre

    Bonjour mes frères,

    Je n’ai ni l’autorité ni la compétence sur le métier surtout pour les sujets qui intéressent la juridiction des GL.
    Mais j’aimerais bien partager certaines informations pour mes frères qui ont des soupcons sur les sujets en toute rapidité.

    1- La reconnaissance de l’Holocauste, Les Turques le reconnaissent meme avant la 2ieme guerre mondiale .
    La Turquie est un des pays qui a pu sauver des milliers des juifs a s’échapper des Nazis par la préparation des passeports turcs, arrêts des trains par les diplomates, arrangement des passages a Palestine etc. malgré les menaces de Hitler.

    Les scientifiques, commerçants etc qui ont choisi de vivre en Turquie ont aidé énormément à la développement et l’éducation du pays, ils sont considérés parmi les fondateurs du modernisme en Turquie. Et historiquement ça ne doit pas être surprenant car l’empire Ottoman avait ouvert ses portes aux juifs espagnols qui cherchaient le refuge pendant l’exile espagnole en 1492. (les Ladino’s)

    2- L’allégation qui dit que les Nazis sont inpirés par la Turquie en 1921: Pas vrai et illogique.
    La république turque est fondée en 1923 et entre 1920-23 c’était le période de la guerre d’indépendance.
    S’il y aurait une corrélation entre la nouvelle république Turque et le 3rd Reich ça serait une corrélation négative.
    La nouvelle république Turque passait du possession du pouvoir du sultan a la démocratie occidentale avec les petites pas du bébé, et Hitler déjà préparait les plans de la possession du pouvoir des Sultans.

    Et au sujet nationalisme la différence est beaucoup plus, la nationalisme Turque bien défini en 1919-1920 rejetait la race/origine et se basait à l’appartenance volontaire. « Heureux celui qui dit qui est Turc », parole d’Atatürk est toujours le motto de la Turquie. Vous pouvez imaginer comment ca doit irriter Adolf Hitler…

    3- « Jeter les Grecs à la mer » une expression qu’on peut traduire comme « Jeter (balayer) l’armée grecque à la mer »
    Cette expression prend sa référence de la grande offense de l’armée turque pendant la guerre gréco-turque de 1922. L’armée Turque avait poussé l’armée grecque en 14 jours de Ankara à Izmir et ils avaient quitté l’Anatolie par des bateaux. En faite hier était l’anniversaire de cette victoire (30 Aout)
    Cette expression n’est jamais utilisé dans le sens raciste et seulement destiné à l’armée grecque.

    4- Sujet de la Chrome; la Turquie est le 4ieme plus grand producteur de Chrome. Les deux parties de la guerre devaient l’acheter en occasion. Le fer des Nazis venait de la Suède, le crédit bancaire de la suisse, et ils faisaient la commerce avec toutes les pays qui n’étaient pas (encore) en guerre.

    5- Turquie Germanophile. La Turquie était plutôt francophile avant la première guerre mondiale. L’éducation, commerce, art, technicalités, tout venait plutôt de la France.
    Mais « l’homme malade de l’Europe » savait que ses terres était déjà partagé sur les plans avant la guerre par le Royaume Uni, France et Etats Unis, le gouvernement ottoman a trouvé la solution de se rapprocher les Allemands. L’entrée en 1ere guerre mondiale est le résultat d’un complot et d’un fait accompli que même le sultan n’était pas vraiment au courant. C’est une histoire très intéressant je voudrais le voir comme un film de cinéma….

    6- Khalife a mille chambre ? Alors on insulte les présidents des pays des autres?

    Et dernièrement, Je dirais non, plus le mensonge est gros ca passe pas mieux.

    Avec mes Salutations fraternelles,
    G.Pilevne
    Istanbul not Constantinople

  • 30
    ERGIEF
    1 septembre 2020 à 15:27 / Répondre

    Bernard @ 29. Frere semi-anonyme, il est certain qu’au vu de l’accueil que vous lui réservez notre frère turc a dû apprécier a leur réelle valeur l’amour, l’humilité, et l’humanisme dans lequel toi et tes congénères vous drapez.
    Si mon propos t’a blessé je suis persuadé que ce n’est rien en comparaison de l’agression en règle qu’a subi de votre part le TCF REMZI SANVER.
    Il sera facile à nos lecteurs de déterminer ou sont les « macons dévoyés ». .

    Ceci précisé, rien ne justifie les génocides auxquels s’est livrée la Turquie par le passé et ceux qu’elle entamé aujourd’hui avec les kurdes, par exemple.
    Mais ce sujet n’est pas à sa place dans les commentaires du texte que notre frère a publié.
    Il est du domaine de la place publique.

    Quand un frere s’invite à votre table il est coutumier de l’accueillir avec bienveillance. Le contraire se nomme la goujaterie.

  • 29
    Bernard
    1 septembre 2020 à 13:54 / Répondre

    En réponse au TCF anonyme ergief, je dirai simplement et ce sera ma dernière intervention : qui es-tu pour oser porter un jugement définitif ? Qui es-tu pour te permettre de présenter des excuses qui ne t’ont pas été demandées ? Qui es-tu pour affirmer que ta voie est la seule possible ? Qui es-tu pour qualifier des FF et des SS à l’oeuvre de « pratiquant une fm dévoyée »? Du haut de ton Aventin, considère avec amour et humilité celles et ceux qui travaillent à construire un humanisme ouvert. J’ai dit.

  • 25
    ERGIEF
    1 septembre 2020 à 00:25 / Répondre

    Un Franc Macon turc, ancien GM, vient sur ce site nous parler de la Franc Maconnerie dans son pays. Son discours pondéré et fraternel est immédiatement jaugé, par une série d’intervenants coutumiers du fait, à l’aune de l’histoire passée et de la politique actuelle du dit pays. C’est là l’expression d’un des pires aspects de la mentalité d’une partie de la population française qui se croit exemplaire et se fait, sans vergogne, donneuse de leçons.
    Brother Remzi Sanver, j’ai honte pour l’image que ces gens là, issus d’une forme dévoyée de la Franc Maconnerie, donnent de la France.
    Je vous présente des excuses au nom de tous les frères qui respectent votre appartenance à notre Ordre commun, dont la vocation est de transcender les différences et de rejetter l’entrée des considérations vulgaires, venues du monde profane, dans l’espace sacré où nous œuvrons tous ensemble.
    C’est avec plaisir que je vous ai lu et avec beaucoup d’intérêt que j’ai appris que la Franc Maconnerie, à laquelle nous appartenons tous deux, est bien vivante chez vous.
    Merci
    Très fraternellement.

    • 26
      Désap.
      1 septembre 2020 à 08:23 / Répondre

      25 – Mais non, mais non ! Comment peux-tu avoir honte, prétendant que nous aurions l’outrecuidance d’évoquer un sujet aussi grave ? Je me permets de te rappeler que la France reconnait le génocide arménien perpétré par la Turquie. Qu’y a-t-il de plus grave qu’un crime contre l’humanité ?
      Au moins la France n’est pas coupable de génocide.
      D’autre part, comment veux-tu que la paix règne si les hommes ne se disent pas la vérité ?
      Et les maçons devraient faire preuve d’hypocrisie ?
      Toutes questions que tu ferais bien de te poser avant de prononcer des sentences et te draper des signes des trois singes.

      • 28
        ERGIEF
        1 septembre 2020 à 12:47 / Répondre

        Mon pauvre DESAP, tu auras beau t’emporter, crier, tempêter, etc tu n’as aucune chance de devenir un jour mon Jimminy Cricket.
        Par ailleurs, tu t’adresse a un pur occitan, alors en matière de génocide, je te renvoie aux Cathares.
        Et les Vendéens, c’est pas mal non plus? Tu en veux d’autres?
        N’est-ce pas?
        Conversation terminée.

    • 27
      pierre noel
      1 septembre 2020 à 12:01 / Répondre

      La GLRB est heureuse d’avoir une loge composée de FF Turcs, expatriés temporaires ou permanents (reprise dans le site public de l’obédience, dont la loge dépend).

  • 24
    FERARU
    31 août 2020 à 22:30 / Répondre

    Bonjour a vous ,
    Je voie beaucoup d’interrogation sur le passé ,mais que pensez vous du pressent et du futur ? concernant l’humanité .
    la vie est une rivière, l’être humain est le seul être vivant capable de la séché , déviée ou débordé.
    nous sommes tous de passage dans la vie, est il possible d’arrêter les cycles naturellement crées par le Créateur ?
    la fraternité humaine a l’échelé planétaire sera elle concrétisée pendant un de ces cycles contrôler par le temps, la nature et la dénature?
    Fraternellement
    Vasilicâ FERARU

  • 23
    bernard
    31 août 2020 à 15:55 / Répondre

    en conclusion, je garderai de cet échange l’étrange impression, sinon la certitude, que génocide et dictature peuvent faire bon ménage avec la fm. Me voici fort loin de ce qu’ont voulu et accompli de si nombreux fm à l’oeuvre dans le chantier de l’humanité : la liberté et la fraternité, c’est-à-dire l’amour ou, pour reprendre le Chevalier de Ramsay « le Dieu de l’amitié ». La fm qui ne s’accomplit qu’en chaque fm hors de toute perception de l’humain au dehors du temple, me paraît ne pas vraiment correspondre avec les Constitutions fm et nos serments. Telle est ma position.

  • 20
    David Constantinople
    31 août 2020 à 13:24 / Répondre

    Le modèle de Kemal Atatürk est une source d’inspiration pour le mouvement nazi en Allemagne, sous la République de Weimar et durant le Troisième Reich.

    Adolf Hitler déclare qu’il se considère lui-même comme un “étudiant” de Kemal, qu’il nomme son “étoile dans l’obscurité”, Kemal Atatürk et sa politique nourrissent la formation de l’idéologie nationale-socialiste et se retrouvent intensément apparente dans la littérature nazie où Kemal Atatürk et sa nouvelle Turquie de 1923 constituent l’archétype du “parfait Führer” et des “bonnes pratiques nationales” du nazisme.

    Les médias du IIIème Reich mettent en avant le modèle turc et n’ont de cesse de louer les bienfaits du nettoyage ethnique et du génocide.

    Le Parti national-socialiste d’Adolf Hitler, dès ses premiers pas, s’inspire des méthodes de l’État turc. Le journal officiel nazi Völkischer Beobachter, dans son numéro de février 1921, souligne avec admiration dans un article intitulé Le rôle modèle que: La nation allemande n’aura un jour d’autre choix que de recourir aux méthodes turques.

    Une publication nazie de 1925 exalte le nouvel État turc pour sa politique de purification, qui “jette l’élément grec à la mer”.

    La majorité des écrivains du IIIème Reich souligne que le double génocide (contre les Grecs et les Arméniens) est une condition préalable au succès de la nouvelle Turquie comme le mentionne cette publication du Parti national-socialiste: Ce n’est que par l’anéantissement des tribus grecque et arménienne en Anatolie que la création d’un État national turc et la formation d’un corps social turc sans faille au sein d’un État ont été possibles.

    En savoir plus sur: https://jeretiens.net/le-genocide-grec-pontique-1914-1923/

    • 21
      David Constantinople
      31 août 2020 à 13:31 / Répondre

      En 1919, les Pontiques sont environ 600 000 dans les provinces ottomanes riveraines de la Mer Noire. En 1924, 400 000 ont été expulsés vers la Grèce en application du Traité de Lausanne de 1923 prévoyant des « échanges de populations » sur la base du nouveau découpage des frontières. Seuls 260 000 sont arrivés à destination. A l’instar du sort réservé dès 1915 aux Arméniens, le régime a organisé un génocide : 350 000 disparaissent entre 1919 et 1923, succombant aux massacres, aux travaux forcés ou aux déportations. Les 50 000 survivants doivent la vie à leur conversion à l’islam et à l’abandon de leur langue au profit du turc. La Turquie n ‘a jamais reconnu ce génocide, pas plus que le génocide arménien.

  • 18
    Désap.
    31 août 2020 à 10:51 / Répondre

    11 – C’est très interessant …
    Non seulement nous n’obtenons aucune position claire s’agissant du génocide arménien, de plus il est fait état d’une zone, ou couleur, grise s’agissant de sa réalité.
    Une manière subtile de sous entendre que les victimes auraient une part de responsabilité dans leur malheur et une manière plus subtile encore de nier le caractère génocidaire de ce qu’il s’est passé à partir de 1915 en Turquie.
    Parlant de la franc-maçonnerie régulière turque et de ses membres qui s’accommodent de la politique de Erdogan et des positions de l’Etat turc sur le sujet, je ne pensais pas être si exact.
    Par ailleurs, il me semble nécessaire de préciser une chose purement maçonnique.
    On associe généralement le Pavé Mosaïque à l’expression de la réalité humaine, et on affuble malheureusement ce symbole d’une couleur grise qu’il ne contient nulle part est ne saurait contenir sauf à le vider de toute sa substance.
    On considère généralement et à tord que le Pavé Mosaïque exprimerait la vérité par ses pavés blancs et l’erreur par ses pavés noirs.
    Or il n’en est rigoureusement rien !
    L’erreur n’a aucune expression dans la loge, l’erreur est hors la loge au même titre que le mal est hors la Cathédrale. Représenté par les gargouilles pour cette dernière et par la houppe dentelée du Tableau pour la première.
    Le Pavé Mosaïque exprime qu’il n’y a qu’une seule vérité et que celle-ci, parce que l’Homme est capable du mal, est soit blanche soit noire, mais qu’en aucun cas (c’est l’objet du symbole) celle-ci pourrait être grise.
    La vérité est la vérité et elle ne souffre ni ne peut souffrir d’aucune interprétation.
    La zone ou couleur grise, si chère à Mr. Remzi Sanver, du point de vue de la vérité n’est jamais que la démonstration de l’hypocrisie humaine et donc du mensonge que l’on se fait à soi-même.

  • 17
    BERNARD
    31 août 2020 à 10:26 / Répondre

    TRAncien GM, mon TCF Remzy. Evidemment chaque fm, dans le monde entier, est engagé dans un chemin de perfectionnement personnel de nature spirituelle. Il me semble, sauf erreur ou omission de ma part, que chaque fm s’engage également à travailler à la construction du bonheur de l’humanité. Si tel est bien la nature du serment fm, nous avons donc tous l’obligation ardente de travailler à faire émerger les vertus et valeurs qui fondent l’humanisme, c’est-à-dire le respect de la dignité humaine. Si tel n’est pas le cas, alors les obédiences, les loges et tous les fm se content de suivre le chemin spirituel de l’initiation individuelle. Est-ce bien le cas dde ce que tu décris ? Alors, je vous souhaite bon courage ! Quant au génocide arménien, ce n’est pas et ne sera jamais un « débat social » ou alors qu’est-ce que la Shoah ? Les historiens neutres ont montré que le génocide arménien a inspiré le génocide perpétré par les nazis. De même que nul ne peut nier la relation entre les Frères Musulmans en Egypte avec les nazis. 1 500 000 arméniens morts en 1917 et les descendants des rescapés réclament seulement une reconnaissance comme l’a fait l’Allemagne. Comment un fm pourrait-il s’opposer à cette reconnaissance ???

    • 22
      Remzi Sanver
      31 août 2020 à 15:08 / Répondre

      Un maçon, par définition, est éclairé par la lumière de la FM et comme tel, il porte sans doute la responsabilité de la répandre autour de lui. Par contre, chacun est libre dans sa manière de répandre cette lumière. Autrement dit, la FM propose une méthode – notamment la méthode initiatique – pour qu’un individu puisse recevoir la lumière mais pas de méthode pour la répandre.
      De plus, tout cela est au niveau de l’individu puisque la loge est l’environnement qui assure le travail initiatique et la grande loge n’est qu’un appareil administratif pour la coordination des loges. Bref, je ne vois pas la FM comme une philosophie (beaucoup moins une idéologie) qui s’exprime à travers des obédiences qui agissent comme des ONGs. Bien évidemment, tout ce que je viens de dire est pour clarifier ma conception personnelle de la FM. Mais je suis bien au courant de l’existence d’autres conceptions, comme font témoignage certains commentaires sous mon article. En tout cas, publier cet article sur Hiram.be m’a été une expérience inédite et enrichissante. Merci pour tous les commentaires.

  • 16
    Gökçehan Plevne
    31 août 2020 à 00:24 / Répondre

    Bonsoir cher frère,
    La 2 ème guerre mondiale était déjà prévisible en 1936-37. Atatürk avait mis la politique de neutralité en marche avant son décès. La raison était simple, l\’armée et l\’économie Turquie ne pouvait pas survivre une autre guerre après la guerre d\’indépendance.
    İsmet İnönü qui lui a succédé a suivi cette politique au lettre. La Turquie n\’était pas une alliée de Hitler (Atatürk le détestait) et biensur elle pouvait pas collaborer avec les auteurs de la traitée de Sèvres. Donc İnönü a joué chaque jour le jeu d\’échec pour s\’échapper des actions des deux côtés qui tirait la Turquie dans cette guerre. Dans les derniers jours de la guerre la Turquie a déclaré la guerre contre l\’Allemagne et le Japon.
    Durant la guerre la Turquie a continué les relations commerciales avec les deux côtés mais accuser la Turquie a se battre avec Hitler est fausse.
    Il existe des photos des soldats turques avec le fameux \ »stahlhelm\ » mais il existait des bataillons avec \ »Brodies\ » ou \ »Adrians\ » car on achetait/recevait par don de tout de tout le monde…
    Et pour le sujet de la politique contemporaine, je me sens béni d\’être initié GL de la Turquie qui nous interdit de discuter ces sujets dans les lieux maçonniques réel ou virtuel… Mais une petite indication, on parle de la président élu de la République Turque, donc par notre serment sacré, personnellement je suis derrière de toutes les institutions légales et officielles de notre pays.
    Dernièrement je sens pas mal de préjugé dans vos commentaires, j\’aimerais bien partager des infos ensemble a istanbul ou durant ma prochaine voyage en Belgique avec un peu du bon vin a côté.

    Avec mes meilleures salutations fraternelles
    G. Plevne
    İstanbul

  • 8
    Désap.
    30 août 2020 à 18:35 / Répondre

    Si j’ai fait l’erreur de qualifier d’ « alliée » d’Hitler la « NEUTRE » Turquie très germanophile de la seconde guerre mondiale et principal, voire unique, fournisseur de chrome de l’industrie militaire nazie,
    on appréciera en revanche la réponse de Remzy Sanver qui place le génocide arménien au rang de « débat social ».
    C’est donc ça être régulier, on massacre à côté de toi, mais tu n’a rien à dire parce qu’il s’agit là d’un problème sociétal.
    Et pour la Shoah ? Pareil, pas d’avis ?

    • 11
      Remzi Sanver
      30 août 2020 à 20:53 / Répondre

      Si j’ai appris une chose de la FM, c’est l’impossibilité d’analyser, de comprendre, d’exprimer l’homme et l’humanité par le dualisme “blanc – noir”. (J’avais appris cela pour l’univers matériel de la physique.) Je reconnais être quelqu’un qui se promène sur la couleur grise. Donc, veuillez m’excuser de ne pas prendre part dans un échange fortement dualiste.

    • 12
      pierre noel
      30 août 2020 à 21:37 / Répondre

      La Turquie était un état neutre pendant la 2° guerre mondiale, comme la Suède, la Suisse ou l’Irlande. C’est un fait qu’on ne peut nier.

  • 6
    Van Worden
    30 août 2020 à 17:12 / Répondre

    Il serait peut-être bon que certains, avant de demander hautement des comptes à la franc-maçonnerie de Turquie évitent les grosses bourdes : lors du second conflit mondial la Turquie est NEUTRE… Et plutôt que de parler dans le vide, on pourrait par exemple lire quelques ouvrages très et bien documentés sur cette maçonnerie, comme les ouvrages de Thierry Zarcone par exemple.

    • 9
      Lazare-lag
      30 août 2020 à 19:35 / Répondre

      @ Van Worden (6):
      De Thierry ZARCONE, fais-tu allusion à: « Le Croissant et le Compas, Islam et franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation », Ed. DERVY, octobre 2015, 366 pages, ISBN: 979 10 242 0119 1.
      Prix imprimé en 4è de couverture: 26€.
      Remarquable bouquin.

  • 5
    e Bernard
    30 août 2020 à 13:38 / Répondre

    En tout respect fraternel, une question : quelle est la position de la GLT et autres GL sur le génocide arménien ? Une constatation : la fm turque semble vivre sereinement la politique d’Erdogan, du moins selon l’ancien GM., bien que les valeurs et vertus humanistes soient mises à mal par le Calife aux 1000 chambres. Le nier ou l’ignorer favorise l’inhumanité d’un potentat agent du totalitarisme islamiste. Alors, seconde question : la fm turque résiste-t-elle ou se soumet-elle ?

    • 7
      Remzi Sanver
      30 août 2020 à 17:51 / Répondre

      Vos questions sont intéressantes mais s’appliquent peu au cas de la Turquie où toutes les trois grandes loges conçoivent la FM comme une méthode de perfectionnement individuel. Il ne serait pas élégant de ma part d’évaluer publiquement les deux autres grandes loges mais la GLT appartient à la tradition de la FM spirituelle et rejette formellement les prises de position institutionnelles dans des débats sociaux. Bien entendu, cela ne veut pas dire une indifférence des valeurs. Tout au contraire et sans aucun doute, la FM en Turquie, est un endroit où on cultive des valeurs humanistes. C’est une conception qui place l’institution au dessus de la dichotomie “résister” ou “se soumettre”. Je comprends que ce n’est pas une position très appréciée dans le monde Francophone de la FM où une FM societale est prédominante.

    • 19
      Davut
      31 août 2020 à 12:29 / Répondre

      Sur l’histoire de la FM en Turquie, c’est seulement « le problème arménienne » qui vous intéresse?

  • 4
    Philippe FOUSSIER
    30 août 2020 à 12:56 / Répondre

    Pour nuancer cette description un peu lapidaire (1), il faut préciser que TOUTES les Loges de la Grande Loge libérale de Turquie reçoivent des Soeurs en visite et que TOUTES les Loges de la Grande Loge féminine reçoivent des Frères en visite. La référence au chef de l’Etat turc est infondée en la matière.
    Salutations fraternelles.

    • 14
      Brumaire
      30 août 2020 à 22:27 / Répondre

      Cher Philippe, certes, je sais cela. Il y a une sacrée nuance entre recevoir des SS d’une obédience dont les FF savent qu’elles ne seront pas des leurs et créer des loges mixtes. Les rapports entre les loges turques, quelles que soient l’obédience libérale et le DROIT HUMAIN, par exemple, sont excellents, il y a eu des visites, et même un garant d’amitié entre le DROIT HUMAIN et la GLFT, ainsi qu’avec le SCFT.
      Tant que ça s’arrête aux visites, tout va bien.
      Avis lapidaire de ma part, certes, mais je ne pense pas que le chef de l’état turc tolèrerait la création de loges mixtes, pas sauvages.

    • 15
      Remzi Sanver
      30 août 2020 à 22:27 / Répondre

      En Turquie, les décisions d’intervisites sont prises par la GL, et cela s’applique à toutes ses loges. Les loges n’ont individuellement pas le choix. Je sais que ce n’est pas le cas pour toutes les obédiences en France, donc je devais l’indiquer. Merci beaucoup pour votre précision.

  • 3
    Désap.
    30 août 2020 à 12:00 / Répondre

    TCF Remzy Sanver, ainsi la franc-maçonnerie turque s’accomode de la politique de Erdogan qui ne cesse de se durcir et sera bientôt une démocrature islamique.
    Les nouveaux Duci et Caudillos sont plus intelligents que les originaux. Ils savent accepter ce qu’ils honnissent, exècrent même, pour mieux les vassaliser. Et ça fonctionne ! Partout, dans tous les pays où s’intalle le fascisme réformé ; et non le néo-facsisme parce qu’il s’agit bien d’appliquer sous une forme bien plus intelligente, et donc performante, les principes fondamentaux du fascisme, ou du franquisme on choisira entre les jumeaux.
    Cependant la Turquie a une Histoire, récente et significative, qui pourrait nous éclairer.
    La Turquie est l’alliée du Kaiser en 1914. Quelle fût l’attitude de la franc-maçonnerie turque ?
    La Turquie est l’alliée du Führer Hitler, ses soldats combattront sous l’uniforme de la Waffen SS. Quelle fût l’attitude de la franc-maçonnerie turque ?
    Bien Frat.
    Patrick Bourdillon

  • 2
    Burcak Zorlu
    30 août 2020 à 10:48 / Répondre

    Merci beaucoup pour votre récit complet et votre analyse profonde de la franc-maçonnerie turque. Il est très important pour le monde d’aujourd’hui que les sources françaises sur la maçonnerie turque soient multipliées et disponibles. Avec mes plus sincères salutations

  • 1
    Brumaire
    30 août 2020 à 10:42 / Répondre

    Notre F précise que, dans les villes plus petites que les grandes métropoles, la FM n’est pas forcément bien accueillie…je crois qu’elle l’est de moins en moins.
    Vous avez remarqué qu’il existe 2 obédiences masculines, une féminine, mais de mixte, nenni, et pour cause: sous Erdogan, pas question de mélanger des hommes et des femmes.

    • 10
      Remzi Sanver
      30 août 2020 à 20:34 / Répondre

      Je ne peux dire si la FM est de moins en moins bien accueillie dans les petites villes puisque la qualité d’accueil est peu tangible. Par contre, le nombre de villes où il y a des loges augmente avec le temps. Évidemment, il faut comprendre cela dans les conditions sociales propres au pays. Après tout, ni le niveau moyen ni la variance d’éducation en Turquie ne sont pas comparables à la France. Bref, nous essayons de faire le meilleur possible et espérons faire mieux! Quant à la non-existence d’une grande loge mixte, cela est relié à l’histoire de la FM en Turquie et je ne vois pas du tout la relation avec la situation politique. En effet, il y a des loges indépendantes mixtes (donc on peut espérer une obédience mixte bientôt) et les loges des deux obédiences non-mixtes intervisitent régulièrement.

    • 37
      MarcosTestos
      2 septembre 2020 à 21:19 / Répondre

      Pas de mixité. Et alors ?

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif