La Franc-Maçonnerie souvent se déchire…

Publié par Jiri Pragman
Dans Humour

Le dessinateur SaT a été « inspiré » par les dissensions au sein de certaines Obédiences. Pour rappel, SaT vient d’illustrer le Petit dictionnaire philosophique de la franc-maçonnerie.

(la reproduction du dessin ci-dessus a expressément été autorisée par l’auteur, SaT)

dimanche 5 décembre 2010
Étiquettes : , ,
  • 3
    yonnel ghernaouti
    5 décembre 2010 à 19:03 / Répondre

    quelques infos sur cette belle chanson, pas si enfantine que cela…(tirée du site : http://www.chanson.net) (…)
    Au clair de la lune.
    C’est une des chansons les plus populaires de France, et tous les petits enfants la connaissent dès l’âge de trois ans.
    L’air est une contre-danse (du mot anglais « country-danse », littéralement « danse campagnarde ») connue depuis les années 1775-1780. La légende comme quoi Lully en serait l’auteur est sans fondement. Quant aux paroles, elles sont apparues dans Paris vers les années 1790, et le succès depuis ne s’est pas démenti, surtout chez les petits. La chanson est pourtant probablement coquine, et « battre le briquet » signifiait également pour les initiés « faire l’amour »… Quant à ce qui ce qui se passe une fois la porte fermée…!
    Une autre interprétation m’a été suggérée par un visiteur érudit : le mot « plume » serait une déformation de « Lume » qui signifait en latin « Lumière », « flambeau » et tout ce qui était flamme pour s’éclairer. Le sens de la chanson devient alors plus clair : Lubin n’a plus de bougie ou de quoi s’éclairer, et vient en demander une, bien tardivement, chez son ami Pierrot…

  • 2
    EMEREK
    5 décembre 2010 à 14:02 / Répondre

    Bien vu SAT ,dans la Loge de Maîtres il n’y a plus qu’un compagnon sans Lumière ….

  • 1
    thot.hermes
    5 décembre 2010 à 12:14 / Répondre

    La chandelle est morte , je n’ai plus de FEU . Une petite chanson bien prophétique qui peut s’adapter à la Maçonnerie . C’est bien dommage .

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif