La grenouille écossaise dans la mare

Publié par Alain Bauer

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 12 juillet 2020
  • 16
    ARTIST
    15 juillet 2020 à 22:30 / Répondre

    « Être exigeant, c’est montrer de l’intérêt. » — André Maurois.

  • 12
    Emerek le Fol
    13 juillet 2020 à 11:58 / Répondre

    à  » la souris de Nancy »,
    – 1 : Sur la forme il est pour le moins « savoureux » qu’une souris écrivant sous pseudonyme reproche à l’auteur des « Chroniques du Mercure » d’utiliser un pseudonyme. J’invite d’ailleurs la souris verte à s’interroger sur la signification du pseudonyme « Emerek Le Fol » ; un Président d’une loge « REAA de AHMG » ne devrait pas avoir de difficultés à interpréter la signification de ce pseudo, n’est-ce pas ? Elle a gravi tellement d’échelons que ce nom devrait lui évoquer quelque chose ….
    Après avoir convoqué le grand « Jean de la Fontaine », je me permets, en guise de réponse, de citer l’Evangile de Saint-Thomas : « La paille qui est dans l’oeil de ton frère, tu la vois/ Mais la poutre qui est dans ton oeil, tu ne la vois pas./ Lorsque tu ôteras la poutre qui est dans ton oeil, alors tu verras clair pour ôter la paille qui est dans l’oeil de ton frère
    2/ Sur le fond, la poutre qu’a dans l’oeil la souris de Nancy est tellement grosse qu’il ne voit pas que c’est un seul homme, Grand Commandeur, qui a pris en otage 8000 ff des hauts grades de rite écossais par son orgueil, son ego, son autoritarisme, son entêtement ; ce n’est pas le Conseil de l’Ordre de l’Obédience.
    Conclusion : la mémoire de la souris de Nancy, Président d’une loge de REAA de AHMG, étant défaillante, je l’informe qu’Emerek est le nom du Grade de Sublime Chevalier Elu , 11ème degré du REAA et lui souhaite des vacances apprenantes où il pourra aborder l’herméneutique des grades qu’il dirige.

  • 10
    Mai 68
    13 juillet 2020 à 03:06 / Répondre

    Je suis déçu par la réponse de « La souris de Nancy » dont la teneur n’est pas à la hauteur des LM ( Lettre Mensuelle ) de notre SGC dont la compréhension était réservée aux seuls distingués hellénistes ou latinistes … Que de poussière et d’égo pour des Ateliers du 21ème siècle : ne pas confondre tradition et immobilisme …Il est temps que la souveraineté de nos Ateliers du SC du REAA soit élargie et réelle …

  • 8
    La Souris de Nancy
    12 juillet 2020 à 19:46 / Répondre

    Haro sur le baudet
    Puisque Emerek Le Fol convoque La Fontaine, « Haro sur le baudet » me semble une réponse appropriée. Bravo pour cet humour de lâche.

    Un modèle du genre… où méchanceté, appel clanique, simplification, généralisation et tirs croisés sur l’ambulance ne rivalisent en rien avec le courage de l’anonymat. Un parfum de « vichy » qui souffle de Belgique et qui sent bon la dérision facile en ne retenant que le moins. Encore Bravo pour cet exercice maîtrisé .

    Président d’une loge «REAA de AHMG » je vous prie de noter que votre publication ne concilie ni intelligence ni connaissance en nous stigmatisant comme de simples exécutants aux ordres. Dans tous les cas veuillez bien agréer avec votre humour qu’un Atelier comme le notre est à ce jour suspendu . Rigolez en avec les valeurs qui sont les vôtres.

    Bref ! Bien vu Emerck (sous la houlette de Geplu) pour cette production très constructive, à la hauteur du relai des articles haineux et dirigés du Figaro que vous osez relayer. Je comprends bien que le buzz alimente vos compteurs belges du site hiram.be. Il faut bien vivre.

    Profitez … et même un peu d’audace supplémentaire SVP et vous serez vite en lien avec le pire.

    Bien à vous

    • 9
      GépluAdministrateur
      12 juillet 2020 à 21:11 / Répondre

      Je m’étonnais de ne pas avoir reçu plus tôt une réaction de ce genre, même si celle-ci est particulièrement confuse et montre une mauvaise compréhension de la situation et de l’article.
      Cette souris de Nancy (tiens, elle ne se présente pas non plus ?) accuse le thermomètre, mais ce n’est pas en le cassant que la fièvre tombera et que la crise se résoudra. Le thermomètre ne fait que montrer qu’il y a effectivement un vrai problème et de la fièvre.
      Car l’article d’Emerek ne fait qu’ironiser sur les causes et les conséquences de faits connus et non contestables (la décision du Conseil de l’Ordre et les mails, disons exagérés, de Jacques Oréfice qui en sont le déclencheur). Emerek n’invente rien et surtout ne stigmatise en aucun cas les 8 000 Frères et Sœurs qui travaillent au REAA (où ?), et qui sont effectivement les victimes de cette affaire, mais les victimes du conflit entre leur SGC et le Conseil de l’Ordre du GO. C’est le comportement du seul SGC du GCRE qui est responsable de cette situation et donc de la fermeture des Ateliers de sa Juridiction, pas Hiram.be.
      Il faudrait apprendre à lire et réfléchir avant d’écrire, petite souris…

      • 15
        Luciole
        14 juillet 2020 à 20:55 / Répondre

        Bonnes vacances Géplu,reste prudent.Luciole

  • 7
    J. P. Bouyer
    12 juillet 2020 à 19:07 / Répondre

    En marge de cette peu réjouissante histoire, une constatation qui me semble tout aussi consternante : de même qu’il existe encore des catholiques pour vénérer les innombrables reliques qui emplissent leurs églises, il existe encore des maçons qui croient dévotement à l’importance et à la valeur des patentes détenues par leurs Obédiences …

  • 6
    Lazare-lag
    12 juillet 2020 à 13:40 / Répondre

    Avec cette intervention de Emerek, il nous est rappelé que « Docteur Jack » (sic) a des racines vosgiennes, plus précisément en la bonne ville d’Epinal.
    Du coup, il me revient fortuitement que j’ai personnellement appris l’existence de Jacques Oréfice, donc du ci-devant « Docteur Jack », en juin 2016, ici-même sur le site d’Hiram.be, avec une série de trois articles à propos des Imaginales d’Epinal, manifestation annuelle annoncée chaque année ici-même par Géplu.
    Cette année-là, les Imaginales peut-être aussi, et en tout cas le Landerneau maçonnique, au moins à travers ces trois articles publiés ici-même, sur Hiram.be, (1er juin, 04 juin et 09 juin 2016) avaient été pour le moins troublés par un des événements de ces Imaginales, à savoir une séance de bodypainting maçonnique.
    En conséquence de quoi, en tout cas pour ce qui me concerne, chaque fois que je vois la signature de Jacques Oréfice au bas d’un document, il m’est vraiment difficile de ne pas penser à ce fameux bodypainting d’Épinal et à toutes les réactions qu’il a pu susciter pendant une quinzaine de jours.
    Au final, je me demande s’il n’y a pas une question à se poser, le Docteur Jack évoqué ici sous la plume d’Emerek le Fol, et surtout évoqué par les récents incidents qui l’opposent au G.O.D.F., et à son Conseil de l’Ordre, n’est-il pas déjà tout contenu dans cette curieuse affaire de bodypainting maçonnique de 2016 ?
    J’avoue que c’est une question pour laquelle j’ai du mal à définir si je dispose de l’entière réponse.
    – – –
    Pour qui ne connaîtrait pas cette affaire du bodypainting de 2016, ou souhaiterait se rafraîchir la mémoire à ce sujet, voici les liens pour accéder aux trois articles d’Hiram.be mentionnés plus haut :

    1er juin 2016 : « Un BodyPainting maçonnique aux Imaginales d’Épinal » :

    https://www.hiram.be/bodypainting-maconnique-aux-imaginales-depinal/

    04 juin 2016 : « Le BodyPainting des Imaginales : Jacques Oréfice répond aux commentaires »

    https://www.hiram.be/bodypainting-imaginales-explications-de-jacques-orefice/

    09 juin 2016 : « Après le body-painting d’Épinal, l’analyse d’une prof de philo » :

    https://www.hiram.be/apres-bodypainting-depinal-lanalyse-dune-prof-de-philo/

  • 5
    Marcel Dupion-Grouchard
    12 juillet 2020 à 11:25 / Répondre

    Benjamin Rathery, qui est sûrement médecin, comme l’indique son pseudonyme, devrait lire les textes qu’il cite avant de les citer. Le docteur Knock ne dit jamais dans la pièce : « dites 33″…

  • 4
    Benjamin Rathery
    12 juillet 2020 à 10:48 / Répondre

    « Dites trente-trois » fait dire Jules Romains à son Docteur Knock. Le Docteur Oréfice essaie lui aussi de faire dire 33 à son Suprême Conseil mais il semblerait qu’ils ne sont plus que neuf à le soutenir encore. On ne voit pas dans ces conditions comment le Grand Commandeur va pouvoir conserver son titre longtemps.
    Que le Conseil de l’Ordre, en responsabilité, ait été amené à sanctionner 8000 Frères à cause des dérives d’un seul en dit long sur les dérives comportementales de ce dernier .
    La démission s’impose. La lucidité et la sagesse l’exigent. Le Docteur Jack a joué et il a déjà perdu. Ce serait « maçonnique » et « fraternel » qu’il en tire la conclusion

  • 3
    Mai 68
    12 juillet 2020 à 10:16 / Répondre

    Très bel article : il me semble fortement souhaitable que le mamamouchi Jack descende de charge et que l’on dépoussière les HG du REAA du GO où la souveraineté des Ateliers est par trop théorique car cadenassée par les caciques du SC …

    • 11
      Marsure
      13 juillet 2020 à 11:18 / Répondre

      Le ridicule ne peux nous mettre en danger tant nous sommes des fossiles antédiluviens.
      Nous sommes associés à la démesure du chef dont on découvre la personnalité connue des seuls initiés aux travaux du SC.
      Agacés par ses excès, la rumeur courait que certains, après s’être aplatis peureusement devant ses discours et ses diktats, relevaient la tête pour retrouver un peu de dignité.
      Il a voulu « réveiller » le Rite écossais et ses « administrateurs « assoupis » avec des méthodes autoritaires, sans diplomatie, encourageants les effets de cours…
      Las, comme dans l’Histoire, les « oubliés », les déchus, ont profité de son oubli volontaire qu’il n’était que le gérant d’une concession accordée par L’Obédience, pour organiser une fronde contre leur dominateur.
      Je ne peux que réclamer un changement de gouvernance à la mesure de notre parcours initiatique, une amélioration personnelle au profit de tous, au sein d’une Obédience Adogmatique, Fédération de Loges Souveraines, librement encadrée par une règle commune et au profit de tous.
      Toutefois, il faudra établir les limites de la souveraineté pour l’ensemble des rites…
      Comme les autres Rites, le Rite Ecossais ne doit être qu’un outil philosophique et non une arme de conquête de pouvoir personnel.
      Tout s’écroule autour de nous et nous sommes encouragés par un mégalo à trouver des solutions pour un monde qui disparaît.
      Nous serions bien inspirés d’imaginer les solidarités à construire pour que la Fraternité ne soit pas un vain mot sans quelques semaines…

      • 13
        Brumaire
        13 juillet 2020 à 12:34 / Répondre

        Cela fait un certain temps que les maçons spinaliens et au-delà, (ça va même jusqu’à Nancy, Souris) sont plus qu’ « agacés » par les « excès » de Dr Jack, et ne se sont pas contentés de le dire suffisamment haut. Un seul exemple, cité par Lazare-lag: les peinturlures (pardon, l’Art) des Imaginales n’ont pas été du goût de tout le monde maçonnique spinalien, entre autres, et ils ne se sont pas contentés de râler en silence.
        Il faut espérer maintenant que pour les excès, ce sera terminé, et que les FF et SS du REAA-GODF pourront travailler sans problèmes de personnalités à l’ego surdimensionné.

  • 2
    Emile Eudes
    12 juillet 2020 à 10:08 / Répondre

    Depuis la chanson « les bourgeois » de Jacques Brel, on sait que dans toutes les villes de Province des « Jojo » se prennent pour Voltaire et des « Pierre » pour Casanova. Dans ces conditions pourquoi n’y aurait-il pas un F Maitre Ô qui se prend pour Hiram et un Docteur Jack qui se prend pour le Duc de Wharton ? Après tout la démarche initiatique maçonnique n’est-elle pas une série de « jeux de rôles » ? Le problème commence lorsque le « Chevalier Kadosh » se prend pour un « Chevalier Kadosh », lorsque le F confond le « comme si » et le « pour de vrai ».
    Au niveau individuel, cela montre que l’individu a mal interprété le sens de l’enseignement initiatique et de sa symbolique : cela peut se résoudre par une bonne psychanalyse, ce n’est pas grave. Mais lorsqu’un Grand Commandeur se prend, réellement, pour LE Grand Commandeur, et confond le fictionnel et le réel, on fait quoi ? C’est grave, donc on fait ce qu’ont fait les Conseillers de l’Ordre et le Grand-Maître…

    • 14
      Jodel
      13 juillet 2020 à 16:15 / Répondre

      Personne & persona, l’acteur & le rôle, l’être & le paraître, le salarié & la fonction, le FF & la Charge… Dans le monde du « en même temps » beaucoup se perdent. Ne plus discerner l’un et l’autre n’est -t- il pas symptôme de psychopathie? Dans ce cas deux actions me semble -t-il : 1. éviter au mégalo-parano-psychopathe de nuire en lui ôtant tout pouvoir 2. faire comprendre au F. (ou à la S.), très fraternellement, qu’il (elle) doit se soigner.

  • 1
    Anwen
    12 juillet 2020 à 07:54 / Répondre

    Complément indispensable à la version de la troisième fable du livre I de Jean de La Fontaine, cet extrait tiré d’un des antiques Livres sacrés des chinois, le Yi King :
    « Le dragon s’est révolté, il a lieu de s’en repentir ; l’orgueil l’a aveuglé ; il a voulu monter dans le ciel et il a été précipité dans les abîmes ».
    C’est l’éternelle légende d’Icare, finalement.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous