Laïcité : Jean-Louis Bianco répond à Daniel Keller

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 15 décembre 2014
  • 9
    Franca
    17 décembre 2014 à 7h21 / Répondre

    L’éducation civique est de toute façon obligatoire, pour les cours de religion, ils sont imposés à ce que je sache, en Alsace Moselle, il faut se désinscrire pour les éviter, et non s’y inscrire. La loi de la République s’impose partout en France; où alors l’Alsace Moselle n’est pas en France.

  • 7
    Franca
    16 décembre 2014 à 19h24 / Répondre

    En Alsace-Moselle les cours de religion sont obligatoires, les inscriptions sont a priori, mais les parents peuvent y désinscrire leur(s) enfant(s) pour le cours d’éducation civique. Il existe même un Capes de religion, ce qui est une aberration. Je suis contre le Concordat d’Alsace Moselle, la République est indivisible et laïque, et l’Alsace Moselle est hors la loi.

    • 8
      Rainette
      16 décembre 2014 à 21h37 / Répondre

      Pourtant, mon fils est allé en éducation civique sans que j’en fasse la demande.(moi j’ai eu moins de… chance, j’ai du passer par la case « religion ») L’Alsace Moselle ne sont pas hors la loi, elles sont dans la leur de loi ! Normal, elles étaient allemandes quand l’abrogation a été votée en 1925 !) Mais on y arrivera… peut être plus facilement que de supprimer le régime local de la sécurité sociale (mais ça, c’est un autre débat)

  • 6
    Rainette
    16 décembre 2014 à 18h56 / Répondre

    Je me trompe ou les cours de « religion » à l’école ne sont pas obligatoires ?
    Même en Alsace ( région sous le régime du fameux Concordat) les parents ont le choix entre le cours de religion catholique ou le cours de « morale » qui est un début d’instruction civique pour leurs enfants.
    Pour ce qui est de la sortie du Concordat… hum, le côté laïque sera moins problématique que les « avantages sociaux » liés . Vendredi saint et St Etienne jours fériés et non déductibles des congés payés… j’avoue que ce n’est pas désagréable.
    Mais si c’est la condition pour une république laïque (et qui fonctionne), alors, je renonce volontiers à ces deux jours (au moins je pourrai manger du pain blanc frais AUSSI le dimanche) !

  • 5
    Raingeval
    15 décembre 2014 à 20h05 / Répondre

    Les djiadhistes, ne croient qu’ils sont les jouets d’homme dont le but avéré est de disposer de pouvoirs.Ils croient mais comme l’ont cru avant eux de multiples révoltés, être l’objet d’une injustice illégitime et, se croyant sans avenir, ils sont prêts à mourir pour vivre le présent..Bien que minoritaire en pourcentage de population, leur nombre ne cesse de grandir et pour enrayer ce phénomèneil me semble qu’il convient de ne pas multiplier leur base de recrutement en mettant en oeuvre des dispositions qui touchent l’ensemble des populations d’origine islamique
    Je me rappelle que lorsque j’étais enfant, les religieux étaient habillés de telle manière qu’on les reconnaisse et à part quelques rares cris de corbeaux émis sur leur passage cela paraissait ne gêner personne pourtant leur but reconnu était et est encore, comme aujourd’hui pour l’Islam, le prosélytisme. Par ailleurs lorsque je voyage au moyen-orient les tenues des autochtones ne me choquent pas et j’en ai vu même de particulièrement seyantes
    En définitive ce qui me parait choquant c’est uniquement l’obligation de se cacher le visage qui témoigne d’une soumission de la femme considérée illégitime par notre civilisation occidentale alors qu’à sa manière elle pratique encore le traitement inégalitaire des sexes.
    Alors interdire le voile quant la sécurité le nécessite mais pas plus et tentons de promouvoir le respect mutuel et l’égalité des chances pour que ce qui a de bon dans la nature humaine puisse s’épanouir

  • 4
    LAÏKOS
    15 décembre 2014 à 17h14 / Répondre

    BIANCO et KELLER se trompent sur la réalité des établissements scolaires. Je suis professeur certifié depuis 22 ans, d’abord 19 ans dans l’Académie de Versailles, puis depuis 3 ans dans l’Académie de Paris. Avec l’autonomie des établissements et autres « mesures », les chefs d’établissement sont au moins à 80% idiots et appliquent au détriment des professeurs n’importe quoi résumé dans Le Code de l’éducation, alors que seul le terme enseignement public, laïque et gratuit est Constitutionnel (1946). Il faut donc un Code de l’enseignement et non un Code de l’éducation.

  • 3
    Philodeme
    15 décembre 2014 à 10h55 / Répondre

    Et si on essayait de parler sans langue de bois.
    Les signes religieux ostentatoires à mon avis vont disparaître du paysage.
    Je m’explique.
    L’Islam politisé dans sa version violente actuelle semble avoir pour stratégie de provoquer une réaction populaire de rejet à l’égard de l’Islam en général dans les pays dont la tradition n’est pas musulmane (Europe, Amériques, Australie etc.) Les musulmans qui désirent rester et s’intégrer vont devoir gommer leurs spécificités extérieures.
    La prise d’otages en cours en Australie et le fait que des attentats y aient été déjoués récemment donne corps à cette interprétation. (décapitation au hasard!!!!)
    Source
    https://fr.news.yahoo.com/prise-dotages-dans-un-caf%C3%A9-sydney-060805735.html
    Si vous êtes un bon musulman venez faire le djihad ou faîte le où vous êtes.
    Cette folie va entraîner des réactions de « survie » dans les populations visées malgré les bonnes paroles officielles, sans doute même des réactions irrationnelles.
    C’est d’ailleurs ce qui est recherché me semble-t-il par les stratèges de cette nébuleuse politique terroriste. violent

  • 1
    Vercauteren
    15 décembre 2014 à 9h29 / Répondre

    Bianco a raison sur le point qu’il évoque (chacun a le droit d’avoir sa liberté de pensée tout en étant accompagnateur) mais la question de fond repose sur le repérage en amont de ces personnes qui risquent d’être les prosélytes de leur pensée.

    • 2
      GépluAdministrateur
      15 décembre 2014 à 10h00 / Répondre

      Bianco n’y est pour rien, il rappelle les prises de position du Conseil d’Etat.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous