Koch
François Koch, tel qu'il se présente sur son blog "La lumière"

Le gros bidonnage de monsieur Koch

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 30 août 2018
Étiquettes : , ,
  • 21
    Claude de Nardi
    3 septembre 2018 à 14:29 / Répondre

    Koch est aussi fâché avec l’orthographe.  » 30 conseillers de l’ordre lui ont apporté leurS suffrageS. » à ma connaissance chacun ne dispose que d’un suffrage….!

  • 20
    Jean_de_Mazargues
    3 septembre 2018 à 11:48 / Répondre

    Jamais je ne comprendrai cette guerre picrocholine entre Geplu et Koch. La plupart ce ceux qui recherchent des nouvelles sur la FM consultent les deux sites, en plus de tous les autres, et se font leur jugement librement sur la qualité des informations ainsi disponibles. Paix et sérénité.

  • 18
    ERGIEF
    30 août 2018 à 21:45 / Répondre

    Je rejoins tout à fait Desap quand il revendique la liberté d’expression du journaliste F. Koch mais je ressens une immense tristesse a l’égard de ses sources, de tous ces macons et maçonnes qui, malgré qu’ils aient fait voeu de discrétion, alimentent les ragots que celui ci rapporte sur son blog. Il est vrai que celles et ceux qui fréquentent, en jean’s, tee shirts et autres leggins, les colonnes de leurs loges dites « liberales » ont depuis longtemps oublié qu’en tenue nous oeuvrons au sein d’un espace réservé ou les profanes n’ont pas leur place. Quand on confond franc-maçonnerie et syndicat, parti politique ou café philo il ne faut pas s’étonner de voir un médiocre journaliste faire son beurre sur le dos d’un Ordre ancien dont il ne perçoit que la surface et ignore totalement la profondeur. Un de mes amis et frère, qui repose aujourd’hui à l’orient éternel, a il y a quelques années renvoyé le dénommé Koch à sa condition d’ignorant. Alors qu’il paradait devant un parterre de 200 personnes en se décrivant comme un « maçon sans tablier » notre frère lui a simplement expliqué toute la différence qu’il pouvait y avoir entre lui qui se rendait à Compostelle en hélicoptère et le pèlerin qui y allait à pied. Je me souviens de cette scène et à voir sa figure de minus habens, je ne crois pas que Koch ait compris grand chose aux propos de notre frère.
    En conclusion, let it be……

  • 14
    Terminator II
    30 août 2018 à 17:41 / Répondre

    Il est bien allumé là le fouilleur de poubelles. Quant on veut donner des leçons aux autres il faut être soi-même irréprochable et là le grand journaliste il a fait quelque chose de pas bien.
    .
    Il balance n’importe quoi pour faire l’intéressant et jouer à monsieur je sais tout (il aime bien). Et pan. La grosse tuile, ca c’est pas passé comme il l’a écrit. Aille ! Que faire ? Bon, personne n’a rien vu, on efface et on fait comme si j’avais jamais écrit cette connerie. Pas de pot quelqu’un avait fait une copie d’écran….

  • 11
    jean hubar
    30 août 2018 à 14:43 / Répondre

    Il faudrait trouver la taupe de Koch et radier ce F.:.

    • 12
      luciole
      30 août 2018 à 15:49 / Répondre

      CES ff ! Pouquoi est-il invité?

    • 13
      Yves HURE
      30 août 2018 à 16:45 / Répondre

      tu dois taper trés haut mais si tu cherches bien tu devrais trouver

      • 16
        Désap.
        30 août 2018 à 18:05 / Répondre

        La franc-maçonnerie ne peut pas s’affranchir de la liberté de la presse et proposer une information qu’elle contrôlerait, d’une
        .
        de deux, Koch est à peu près le seul journaliste à s’être spécialisé sur le sujet, la presse semble le considèrer comme tel, la franc-maçonnerie ne peut se permettre d’exiger de choisir les journalistes qui la suive
        .
        de trois, Koch est parfaitement libre d’écrire rigoureusement ce qu’il veut, y compris des conneries : c’est le principe de la liberté de la presse ; s’il fait de la désinformation, des erreurs, etc, charge à ceux qui sont concernés de démentir, de commenter, de contester, etc : c’est la liberté d’expression ; et si Koch allait trop loin, il y a les tribunaux en dernier ressort.
        .
        Je me permet de vous rappeler qu’au même titre que la Justice, la Presse est un contre-pouvoir.
        .
        Bastât la parano SVP, nous sommes ridicules !
        Merci.

        • 17
          GépluAdministrateur
          30 août 2018 à 21:10 / Répondre

          Je ne peux qu’être d’accord avec ton rappel des grands principes Désap. La liberté de la presse est un des éléments constitutif de ce qui fait une démocratie, et la France est un des pays où cette liberté est des mieux respectée, encadrée par les grandes règles toujours valables de la loi sur la presse de 1881.
          Rien à dire donc à ce que Koch « s’exprime ».
          Mais cette liberté d’expression n’a de sens que si la critique envers cette presse est tout aussi libre, ce qui est aussi le cas en France. 🙂

    • 15
      Oscar
      30 août 2018 à 17:56 / Répondre

      Ah… oui alors!

  • 7
    Pierre-Philippe Baudel
    30 août 2018 à 12:13 / Répondre

    Au-delà de cette joute, Chers confrères, soyons sérieux ou pas justement, et conservons malice. Quel lecteur n’aura pas été invité à « l’exploration souriante d’une bibliothèque imaginaire consacrée à des écrits dont l’originalité est sujette à caution ? A partir d’une idée, d’une formule ou d’une histoire jusqu’à la copie – volontaire ou non d’ailleurs -, sans qu’on en oublie le hasard aussi, de l’oeuvre d’un autre. Quand il permet, in fine, de lire ou de relire des choses oubliées. Plus détestable, c’est entendu, l’homme de plume qui oublie subtilement de l’annoncer.

  • 6
    Matt
    30 août 2018 à 12:11 / Répondre

    Je ne connaissais pas le personnage – je débute, j’apprentise …. :o) – et me voilà donc prévenu. Merci pour l’avertissement, même si apparemment redondant et répétitif pour d’autre. Les p’tits nouveaux ne peuvent avoir connaissance de l’historique « juste comme ça ».

    • 8
      Désap.
      30 août 2018 à 14:15 / Répondre

      Mais les p’tits nouveau peuvent deviner qu’il est préférable de s’en remettre à un maçon plutôt qu’à un profane pour ce qui concerne la franc-maçonnerie.

      • 10
        Matt
        30 août 2018 à 14:31 / Répondre

        Certes. Mais difficile de savoir qui l’est de qui ne l’est pas pour (à nouveau) un p’tit nouveau résident dans un autre pays …..

  • 5
    Durruti
    30 août 2018 à 11:39 / Répondre

    Un exemple de plus du sérieux de ce monsieur. Il importe de rappeler régulièrement son peu de crédibilité. Ceci n’étant pas connu de tous.

  • 4
    Désap.
    30 août 2018 à 11:35 / Répondre

    Pourquoi un franc-maçon se sent-il obligé de comparer, voire de justifier, l’information qu’il diffuse, notamment à propos de la franc-maçonnerie, face à celle diffusée par un profane qui, par définition, ignore TOUT de la franc-maçonnerie ?
    Quand, de plus, ledit profane est ignorant et imbus au point de se prétendre « franc-maçon sans tablier », donnant ainsi la preuve définitive que le concept n’a jamais et on l’espère n’existera jamais, on se dit, mon cher Géplu, que tu perds ton temps.
    Voltaire disait : la vertu s’avilit à se justifier
    et un dicton populaire dit : le silence est le plus grand des mépris.
    J’ai dit !

    • 19
      Natale
      31 août 2018 à 03:25 / Répondre

      Semblant contrevenir à la règle élémentaire de ne pas offrir d’informations sur ses frangins, c’est qu’il s’agit dès lors de quelques artefacts nés des circonvolutions des hiérarchies comme il en est dans le monde profane, de la «com’» tel qu’il se dit, loin donc de la Franc-Maçonnerie au sens sacralisé du terme, l’outil de l’ouvrage ayant été confondus. Aussi, conclure d’un j’ai dit exclamatif cependant que les travaux n’ont pas commencé, me paraît, lorsque l’on se veut initié, plus imbu encore que les délires de gloriole de quelque profane que ce soit. Une chance d’être passé au travers des mailles du modérateur qui précise « Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises ». C’est dire le reste (et que, si l’info circule, c’est qu’elle ne fait pas parti du tableau). Tentez d’oubliez les dictons populaires: certains, au nord, vous conteraient combien ils vous éloignent d’autres silence.

  • 3
    Brubsbeck
    30 août 2018 à 10:41 / Répondre

    Franchement – quel intérêt autre que celui d’un énervement infantile.
    Loin de l’idée initiatique, les maçons s’enfoncent tout doucement vers une redoutable stupidité régressive.
    A lire cet article nous en avons la confirmation.

    • 9
      Charles G.
      30 août 2018 à 14:21 / Répondre

      C’est vrai que ça fait un peu cour de récréation : il a fait çi, oui mais il avait fait ça.
      Néanmoins ce monsieur Koch me semble un bien curieux personnage, pas très clair dans ses motivations à être, comme il se présente, un journaliste profane spécialiste de la franc-maçonnerie.
      Quant à ses prétentions à être un « maçon sans tablier », c’est bien abusif. D’accord avec ce qu’a dit Désap à ce sujet, mais pas sur tout. Si le silence est le plus grand des mépris, c’est vrai, il y a aussi des abus qu’il faut dénoncer, et tout le monde ne peut pas le faire.
      Merci donc à Géplu pour cet éclairage.

  • 2
    alain jourdan
    30 août 2018 à 10:38 / Répondre

    bien vu ,,,, merci hiram.be

  • 1
    Yves HURE
    30 août 2018 à 10:00 / Répondre

    Francois KOCH a éviter, qu’en penses LAZARE ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous