Le Maçon démasqué ou le vrai secret des Francs-Maçons

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 14 octobre 2010
  • 11
    van win jean
    23 octobre 2010 à 11:46 / Répondre

    Bien d’accord avec Zorba. Le RER est une remarquable exception à la règle. Mais remarquons néanmoins qu’il existe cinq ou six versions des rituels bleus de ce rite, comportant chacune suppressions, ajouts et modifications, qui sont tous de la main de Jean-Baptiste Willermoz lui-même, et que personne n’est à même de dire aujourd’hui si c’est la plus ancienne ou la plus récente rédaction qui incarne vraiment la pensée évolutive de JBW, et donc la ligne droite véritable du RER. (Sans vouloir mêler au débat les variations historiques du MESA et des rituels de l’Ordre Intérieur).

    Certaines loges se réfèrent aux rituels bleus « approuvés » à Wilhelmsbad. C’est leur choix, qui n’est pas celui d’autres. Les remaniements constants apportés par JBW lui-même datent de Lyon 1776, Lyon 1778, Wilhelmsbad 1782, Lyon 1785, Lyon 1788, Lyon 1809 (MESA). Je ne mentionnerai pas les amputations ( essentiellement celle de « la Sainte Religion chrétienne » !) qu’une maçonnerie dite régulière doit imposer aux rituels rectifiés pour les rendre acceptables aux anglo-saxons, ni les innovations récentes qui adaptent les rituels willermoziens à la mixité, ce que ne prévoit nullement le Code Maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées de France, 5779.

    Mais je suis bien d’accord que, en dehors de ces adaptations multiples, certains RER restent attachés aux usages originels. Il en va de même à d’autres rites, notamment le Rite Français qui s’efforce d’y revenir, rites déchristianisés pour la plupart, dont certains isolats fidèles tentent de freiner la déglingue spirituelle et d’en restaurer le charme, la pertinence initiatique et l’éclat. Adhuc stat.

  • 10
    zorba06
    23 octobre 2010 à 08:52 / Répondre

    « Quant aux rituels, vous devriez comparer les rituels de diverses époques pour constater qu’ils sont loin d’être immuables. « 

    travaillant au RER les modifications souvent « politiques », les plus notables étant les inversions de colonnes, de mots, sans compter la suppression du GADLU au G.O, ne me « touchent » pas.

    A mon sentiment (purement personnel je conçois et respecte les autres visions) on ne peut pas se recommander de la tradition et tripoter règle et Rituel sinon où va-t-on??

    Pour moi le Rituel est sacré et la rigueur en fait partie

  • 9
    Pilou
    18 octobre 2010 à 18:09 / Répondre

    sweetheart ? amoureuse ou amoureux ?

  • 8
    van win jean
    18 octobre 2010 à 17:28 / Répondre

    La coutume consistant à remettre au néophyte une paire de gants destinée « à la femme que l’on estime le plus » est attestée en Ecosse, dès le XVIIe siècle, et à diverses reprises. Elle est heureusement préservée en Belgique, et sans doute ailleurs en Europe. Le rituel écossais précise du reste  » to your wife or sweetheart  » ! Aucune autre catégorie de destinataire n’est envisagée. Je développe ce point particulier, avec références, dans mon prochain  » Voltaire franc-maçon ?  » qui paraîtra un jour ou l’autre…
    jean van win

  • 7
    Xavier
    15 octobre 2010 à 23:32 / Répondre

    L’édition de 1751, publiée à Londres « chés Owen Temple Bar. » (sic) en texte français, est facilement trouvable sur le net en format numérique (PDF). Avis aux curieux.

  • 6
    Pilou
    15 octobre 2010 à 11:46 / Répondre

    Pardon mais encore un mot. La formule n’est pas:

    la FM n’initie pas les femmes, voici donc une paire de gants… mais je vous remets deux paires de gants…

  • 5
    Pilou
    15 octobre 2010 à 11:43 / Répondre

    Certes zorba06 l’homosexualité a toujours existé mais elle n’était pas acceptée. A partir du moment où l’on initie quelqu’un dont on connaît les affinités sentimentales, est-ce une hérésie que de changer un rituel ?

    Anderson ou Desaguilliers, peu importe:

    Les personnes admises en tant que membres d’une loge doivent être des hommes bons et sincères, nés libres, d’âge mûr et pleins de sagesse, ni esclaves, ni femmes, ni hommes immoraux ou de scandale, des hommes de bonne réputation.

    Qu’est donc un homme immoral ou à scandale au XVIIIe s. et/ou maintenant ?

    Quant aux rituels, vous devriez comparer les rituels de diverses époques pour constater qu’ils sont loin d’être immuables.
    Et certains frères voudraient les nettoyer des références bibliques et en ce y compris ceux des grades dits de perfection… mais c’est là un autre débat.

  • 4
    zorba06
    14 octobre 2010 à 20:40 / Répondre

    « L’expression « personne » tient compte de l’évolution des moeurs évidemment et, dans ma loge, alors que nous avions remplacé le mot « dame » par « personne », le vénérable actuel est revenu à l’utilisation de « dame ». »

    Ah?

    Ce me semble l’homosexualité a toujours existé donc il est un peu ridicule de modifier un rituel qui doit par définition puisqu’il suit la règle être immuable par peur de froisser des susceptibilités. la formule originale est peu ou prou:

    la FM n’initie pas les femmes, voici donc une paire de gants…

  • 3
    Pilou
    14 octobre 2010 à 14:49 / Répondre

    Effectivement et comme tu l’écris, Jiri, cette pratique existe toujours chez nous en Belgique. Selon la sensibilité du vénérable maître voire du conseil, on parle de « la personne » et non plus de la Dame. L’expression « personne » tient compte de l’évolution des moeurs évidemment et, dans ma loge, alors que nous avions remplacé le mot « dame » par « personne », le vénérable actuel est revenu à l’utilisation de « dame ». Que fera le suivant ?

  • 2
    François Masson
    14 octobre 2010 à 10:21 / Répondre

    Effectivement Jiri, Ph. Langlet doit être contredit, car le Rituel d’Apprenti du Rite Français (GLNF) actuel et pratiqué fait ainsi s’exprimer le Vénérable : « Voilà, mon cher Frère, des gants que vous donnerez à la femme que vous estimez le plus » !
    (…)

  • 1
    Apprenti
    14 octobre 2010 à 09:08 / Répondre

    Je confirme. En France aussi. J’ai bien reçu deux paires de gants dont une pour mon épouse.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous