Le syndrome du pachyderme

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 15 mars 2020
  • 3
    Jacques Huyghebaert
    15 mars 2020 à 16:25 / Répondre

    Face a l’espoir optimiste de la liberation definitive des éléphants du joug de la servitude qui leur est imposé par l’homme, il est utile se savoir qu’au Sri Lanka, en Thailande et ailleurs en Asie, depuis des siècles, les éléphants en captivité font l’objet de maltraitance. Ces animaux intelligents et paisibles sont attachés en permanence non pas par une simple corde, mais retenus impitoyablement par de lourdes chaînes fixées au cou et aux chevilles qui leur causent des blessures douloureuses. https://www.guide-srilanka.fr/elephants-enchaines-et-maltraites/2019101940239/ Je crains hélàs que la prédiction d’un basculement sociétal imminent résultant d’un changement inexorable de valeurs et l’arrivée d’un système économique éthique et durable, bien meilleur que celui que nous avons aujourd’hui, n’est ni pour demain ni garanti. S’il est vrai que le monde change, rien hélàs n’est gagné en ce qui concerne ni nos libertés fondamentales, ni les droit de l’homme, ni non plus l’arrivée de la bonne santé, de prospérité, de la justice et du bonheur pour tous. Qu’est ce qui nous permet, je vous le demande, d’affirmer que la situation en Chine, en Corée du Nord et hélàs dans de nombreux autres pays soumis à des régimes totalitaires fondamentalement repressifs de type militaro-policiers est sur le point de basculer ? Nombreux sont ceux qui connaissant la réalité concrete sur place prétendent au contraire que les avancées technologiques, notamment en matière d’informatque et d’internet, sont avidement mises à profit par des tyrans ivres de pouvoir pour enchaîner encore un peu plus leurs propres citoyens à travers une censure de plus en plus efficace des medias sociaux , du blocage arbitraire des sites web et des blogs, mené de concert par les autorités avec une surveillance automatique généralisé, effectuée à l’aide des technologies du dernier cri : reconnaissance faciale par caméra, suivi des mouvements des personnes via GSM, introduction de la carte d’identité sociale à points, fichage complet individuel dans des mégas-bases de données gouvernementales, et même s’il faut en croire certains d’une collecte secrete de nos cos codes ADN dans certains pays sous prétexte de test Coronavid-19. La réalité non seulment dans ces pays qui sont devenus des goulags en plain air, mais aussi de manière insidieuse peutêtre même chez nous via Google, Twitter, Facebook, Whatsapp etc. dépasse-t-elle aujourdh’hui la situation imaginée par George Orwell ?

  • 2
    Luciole
    15 mars 2020 à 12:19 / Répondre

    Amen.En attendant cet heureux jour il y a encore beaucoup de travail.Courage à tous (et à moi même!)

  • 1
    Anwen
    15 mars 2020 à 07:06 / Répondre

    À propos des grands bouleversements mondiaux de ces dernières années, rappelons ce que René Guénon écrivait en 1927, dans son ouvrage « La Crise du monde moderne » :
    Rien ni personne n’est plus à la place où il devrait être normalement ; les hommes ne reconnaissent plus aucune autorité effective dans l’ordre spirituel, aucun pouvoir légitime dans l’ordre temporel ; les « profanes » se permettent de discuter des choses sacrées, d’en contester le caractère et jusqu’à l’existence même ; c’est l’inférieur qui juge le supérieur, l’ignorance qui impose des bornes à la sagesse, l’erreur qui prend le pas sur la vérité, l’humain qui se substitue au divin, la terre qui l’emporte sur le ciel, l’individu qui se fait la mesure de toutes choses et prétend dicter à l’univers des lois tirées tout entières de sa propre raison relative et faillible. « Malheur à vous, guides aveugles », est-il dit dans l’Évangile ; aujourd’hui, on ne voit en effet partout que des aveugles qui conduisent d’autres aveugles, et qui, s’ils ne sont arrêtés à temps, les mèneront fatalement à l’abîme où ils périront avec eux.
    Et il précisait : Ne sommes-nous pas arrivés à cette époque redoutable annoncée par les Livres sacrés de l’Inde « où les castes seront mêlées, où la famille même n’existera plus » ? Il suffit de regarder autour de soi pour se convaincre que cet état est bien réellement celui du monde actuel, et pour constater partout cette déchéance profonde que l’Évangile appelle « l’abomination de la désolation ». Il ne faut pas se dissimuler la gravité de la situation ; il convient de l’envisager telle qu’elle est, sans aucun « optimisme », mais aussi sans aucun « pessimisme », puisque, comme nous le disions précédemment, la fin de l’ancien monde sera aussi le commencement d’un monde nouveau.
    Effectivement, le « point de basculement » cité par M. Franck Fouqueray, et que ressent un certain nombre d’individus, c’est en réalité la fin du Mal : ce terme c’est la Rédemption.
    C’est le renversement de la marche actuelle des choses, le triomphe de l’Esprit sur la Force, lutte qui dure depuis la jeunesse de l’humanité mais qui est sur le point de prendre fin, ramenant l’humanité dans la voie du Bien, la voie de l’Evolution progressive.
    Ce grand événement qui doit, tout d’un coup, renverser l’œuvre de destruction du passé, a été prévu et annoncé depuis longtemps. L’antiquité l’a aperçu comme un phare brillant dans un avenir lointain, et ce n’est pas là une vision surnaturelle, la marche forcée des choses devait amener ce résultat.
    Il pouvait même être calculé avec une précision mathématique.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous