Photo : DDFO/Carsten Schwartz - Histoires Royales

les 275 ans de la loge Zorobabel og Frederik

Publié par Géplu

C’est par le très aristocratique site Histoires Royales que l’on apprend que la princesse Benedikte de Danemark a célébré les 275 ans de la fondation de la loge Zorobabel og Frederik qui, créée en 1745, fut la première loge du pays. Elle appartient à la Grande Loge du Danemark, appelée aussi l’Ordre danois des francs-maçons (Den Danske Frimurerorden en Danois), qu’elle a rejoint à sa création, en 1858.

« La princesse Benedikte a visité le Stamhuset, le siège de l’obédience régulière, situé non loin du parlement, à Copenhague. Après avoir visité le temple, la princesse Benedikte a eu droit à un aperçu de l’histoire, de la culture et de la vie intellectuelle de l’ordre. Par la suite, la princesse a assisté à l’attribution de prix maçonniques, notamment à l’Association nationale contre les troubles de l’alimentation et l’automutilation, qui bénéficie du haut patronage de la sœur de la Reine. »

Le site précise aussi que « Trois rois danois (Frédéric VII, Frédéric VIII et Christian X) ont été membres de l’Ordre maçonnique danois et même grands-maîtres de l’Ordre. L’Ordre maçonnique danois, qui est la plus importante obédience danoise avec plus de 7500 membres, indique également que Christian VIII était lui aussi franc-maçon et membre d’une loge, à une période avant que cette obédience soit fondée. Le dernier roi franc-maçon avéré est Christian X. Le roi Frédéric IX, le père de la princesse Benedikte et de la reine Margrethe II, n’a pas voulu être initié. Le dernier membre de la famille royale à avoir été grand-maître de l’ordre est le prince Harald, le frère de Christian VIII. Aujourd’hui, aucun membre de la famille royale danoise n’est franc-maçon. » Ci-contre le portrait de Christian X, dernier souverain danois à avoir été grand-maître de l’Ordre danois des francs-maçons.

mercredi 28 octobre 2020
  • 8
    yonnel ghernaouti, YG
    15 novembre 2020 à 16:26 / Répondre

    Voici la réponse, reçue ce dimanche 15 novembre, du Frère Secrétaire et Directeur de l’information de la Grand Lodge of Denmark :
    « Den Danske Frimurerorden (Grand Lodge of Denmark) was founded in 1858 (Swedish Rite). The First lodge in Denmark (Logde St. Martin) was founded in 1743 ».

  • 7
    pierre noel
    28 octobre 2020 à 12:35 / Répondre

    La Franc-maçonnerie au Danemark connut trois périodes successives et très différentes, anglaise, allemande, « rectifiée » et enfin «suédoise »
    1. La période anglaise.
    De 1743 à 1765, les loges danoises utilisèrent le « rite » anglais, c’est à dire approximativement les rituels de Pritchard de 1730.
    En novembre 1743, un baron G.O. Münnich et quatre autres FF créèrent la 1° loge à Copenhague. Cette loge prit le nom « Saint-Martin » le 13 janvier 1745. Arguant l’absence de « patente » de St Martin, deuxs FF s’en retirèrent pour créer la loge « Zorobabel », le 26 mai 1744, dont le F Nielsen devint le premier Vénérable Maître. Elle obtint une patente de Londres, signée le 25 octobre 1745, signée par Lord James Cranstoun, Grand Maître (des « Moderns »). Elle apparaît comme la Nouvelle Loge, Copenhague, dans la liste officielle de cette obédience, datée de 1750.
    En 1749, la loge Saint-Martin obtint, elle aussi, une patente anglaise, signée par le Grand Maître, Lord Byron, le 9 mai de cette année. Elle reçut le n°139 sur la liste des loges anglaises de 1750. La même année, Byron octroya une patente de GM provincial pour le Danemark et la Norvège au comte Danneskiold Laurvig. Les deux LL travaillèrent en bonne amitié, partageant le même local, jusqu’à ce qu’elles se réunissent en 1767 sous le nom Zorobabel zum Nordstjernen, toujours en activité. En 1778, le nombre de FF ne parlant que le danois augmentant, une L germanophone fut créée. Friedrich zur gekrönten Hoffnung, fut crée tandis que Zorobabel til Nordstjernen employait alternativement l’allemand et le danois.
    2. La période allemande
    En 1765, après le voyage de Schubart, ambassadeur infatigable de von Hund, les LL danoises adoptèrent le système de la Stricte Observance et la Grande Loge provinciale anglaise devint la préfecture (templière) de Binin. Il n’y eut au début que la capitale, mais ensuite une autre à Altona puis à Odensee. Elles travaillèrent, après le convent de Kohlo de 1772, sous l’autorité du duc de Brunswick et la protection particulière de Charles de Hesse (1744-1836).
    3. La période rectifiée.
    Elles suivirent la SO jusqu’en 1782, année qui vit le passage non seulement au Rite Ecossais rectifié, Rite templier revu à Wilhelmsbad, mais aussi à l’abandon total de l’allemand pour la langue locale.
    3. La période suédoise après 1855.
    Je n’ai jamais entendu parler de problème de « date de fondation » revendiquée par les uns contre les autres comme on a pu le voir en F et en B.

  • 5
    J. P. Bouyer
    28 octobre 2020 à 12:06 / Répondre

    A ceux qui lisent l’allemand mieux que moi, je recommande l’article « Dänemark » de l' »Allgemeines Handbuch der Freimaurerei » :
    https://archive.org/stream/allgemeineshand03unkngoog#page/n181/mode/1up
    Si j’ai bien compris, il y eut des Loges au Danemark dès 1743, mais ce n’est que bien plus tard qu’elles se regroupèrent en Obédience.
    Vous pouvez trouver sur
    http://mvmm.org/c/docs/div18/odense.html
    un intéressant chansonnier bilingue danois/diverses langues (surtout l’allemand) publié en 1788 par la Loge St Knud au dragon d’or à l’Orient d’Odense.
    Le Loge Zorobabel, fondée en 1744, a également édité de nombreux chansonniers en 1749 :
    http://mvmm.org/c/docs/ge18.html#s
    et à partir de 1776 :
    http://mvmm.org/c/docs/ge18.html#c

  • 2
    pierre noel
    28 octobre 2020 à 10:13 / Répondre

    La visite du Stamhuset à Copenhagen est une expérience qu’on n’oublie pas. Le bâtiment est spacieux, les temples nombreux, le musée remarquable et la bibliothèque l’est encore plus. Ce qu’on omet souvent de dire c’est que la maçonnerie danoise pratiqua une forme de RER de 1782 (convent de W’bad) à 1855, sous la grande maîtrise de Charles de Hesse-Cassel (1744-1836), correspondant de Willermoz et successeur du duc de Brunswick à la tête de la SO. Charles de Hesse, beau-frère du roi Christian VII, fut l’exemple même du maçon « mystique » du XVIII° siècle (malgré une carrière militaire et diplomatique bien remplie). Il adopta pour les loges danoises le système de W’bad et ce n’est qu’après sa mort (en 1836) que la fm danoise adopta le rite suédois, en 1855.
    Autant dire que le musée et la bibliothèque sont une mine pour qui s’intéresse au RER autrement qu’avec un oeil hexagonal.

    • 4
      yonnel ghernaouti, YG
      28 octobre 2020 à 11:23 / Répondre

      TCF,
      TC Pierre,
      La Grande Loge du Danemark pratique-t-elle exclusivement le Rite Suédois ?
      Merci, par avance, de ta réponse.
      Très fraternellement.

      • 6
        pierre noel
        28 octobre 2020 à 12:15 / Répondre

        Non ! Elles comptent aussi des loges qui pratiquent des rituels bleus différents (plutôt de style anglais, je crois mais n’en suis pas sûr). Celles-ci dépendent de l’ordre danois des fm et leurs membres poursuivent leur chemin dans les hg « suédois ».
        C’est le seul pays scandinave où cette possibilité existe.

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    28 octobre 2020 à 05:50 / Répondre

    L’ouvrage de référence en matière de Grandes Loges régulières « 2020 List of Lodges Masonic » (Pantagraph printing & Stationary Co.,2020) donne les éléments suivants concernant la Grande Loge du Danemark :
    The Danish Order of Freemason – Grand Lodge of Denmark, fondée le 11 novembre 1743, et non 1858 comme indiqué dans cet article ou sur Wikipédia.
    Le Très Respectable Frère Walter Schwartz en est le Grand Maître. Cette Grande Loge compte bien « plus de 7500 membres » comme précisé dans l’article, puisque le nombre officiel est de 8607 Frères. Elle compte 46 Respectables Loges de saint Jean.

    • 3
      Christophe Dioux
      28 octobre 2020 à 10:13 / Répondre

      L’article de Wikipédia en Danois donne lui aussi 1858 comme date, accompagné de deux références assez précises, dont une au moins semble être une source indépendante des intéressés. Sur le site du Danske Frimurerorden en revanche, je n’ai pas trouvé de revendication de date. Peut-être ai-je mal cherché.

      Quoi qu’il en soit, la date de 1743 me semble étonnamment ancienne.

      Elle m’évoque l’absurde « guéguerre des dates » à laquelle nous avons assisté il y a un peu plus de 20 ans en France (j’ai eu la tristesse de l’observer de très près) et qui a vu entre autres la GLdF et le GOdF revendiquer successivement, y compris sur leurs sceaux officiels, les dates de 1738, puis 1728, à la place des dates historiquement attestées de 1894 et 1773.

      Mais bon, rien de nouveau dans tout ça, seulement la mauvaise habitude qu’ont les francs-maçons depuis toujours, partout dans le monde, de mélanger leurs origines légendaires et autres « filiations spirituelles » avec leurs origines historiques et d’entretenir ces confusions dans des querelles de préséances qui gonflent quelques-uns d’orgueil et font rougir de confusion beaucoup d’autres.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif