Les rites en usage au sein du GODF

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 26 janvier 2011
  • 3
    Le Bourbonnais
    26 janvier 2011 à 13:18 / Répondre

    Je sais nomination ,c’est mieux avec un « m », ce mercredi, je tape sur mon clavier avec des moufles

  • 2
    Le Bourbonnais
    26 janvier 2011 à 12:52 / Répondre

    Il semble que je me sois trompé …
    Je voulais mettre mon commentaire dans cae qui concernait la nommination d’un administrateur judiciaire à la GLNF

  • 1
    Le Bourbonnais
    26 janvier 2011 à 12:50 / Répondre

    Je trouve cela plutôt sain qu’une femme soit nommée administrateur ou -tatrice judiciaire afin de régler nos problèmes Stifaniens!
    Dans les faits, je dissocie évidemment la nomination administrative en qualité d’administrateur judiciaire de la fonction maçonnique de « Grand Maître ».
    Pourquoi la nomination d’une femme est-elle intéressante? Tout simplement que par souci de transparence, la justice a certainement jugé (avec sans doute un léger cynisme circonstanciel) qu’une femme dans les affaires de la GLNF ne pourrait en aucun cas être soupçonnée de collusion avec quelque partie que ce soit et en particulier avec Stifani, JCF et leurs troupes. Bien sûr , j’aurais aimé ne pas en arriver là, mais je pense sincèrement que c’était la meilleure solution afin de mettre le nez dans les placards de Pisan.
    Il ne nous reste plus qu’à reconstruire posément et patiemment

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous