40 ans sources

Maître, et après ?

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 6 novembre 2017
  • 4
    DELACOURT Bruno
    12 novembre 2017 à 11:52 / Répondre

    Bonjour,
    Vous indiquez: Jacques OREFICE T.P.S.G.C. du Grand Collège des rites Écossais du G.O.D.F.
    Il me semblait qu’il n’y avait plus de Grand Collège des Rites au GODF.?

  • 3
    Diderot
    8 novembre 2017 à 16:50 / Répondre

    « Sous initiés  » et « HAUTS GRADÉS »
    Qu’un maçon veuille enrichir son perfectionnement dans les hauts grades cela est louable. Le problème vient de l’idéologie quasi sectaire qui se manifeste au sein de certaines juridictions qui tend à formater voire à « zombifier » les membres devenus des adeptes d’une religion de substitution. Ainsi ces organisations peuvent fabriquer des dévots soiumis. On pense ainsi au SCDF et au SCPLF dont on a une excellente description parue dans « Myosotis Septimanie » en avril 2015.
    Aussi aux jeunes Maîtres qui sont contactés par les sergents recruteurs pour une escalade « initiatique » « la seule authentique » qui dévalorise le travail fait dans les loges symboliques, nous leur disons de bien se documenter sur la « terre inconnue » qu’on leur présente comme un éden . La lecture de ce qui suit est un moyen pour se poser les bonnes interrogations.

    « Oublions pour l’instant les dangers que font courir à la Franc-maçonnerie les détournements parasitaires de l’activité maçonnique, et penchons-nous maintenant sur une autre fragilité, tout aussi nocive, bien que très peu commentée en Franc-maçonnerie.
    Elle concerne l’hégémonie que les Rites de « hauts grades » prétendent exercer sur la Franc-maçonnerie de tradition régulière.
    Certains Rites en effet vendent le parcours de leurs « hauts grades » comme la seule et véritable initiation, laissant implicitement (et même parfois ouvertement) entendre, que l’initiation de maçonnerie régulière n’est qu’une sorte de propédeutique maçonnique, un débroussaillage sommaire sans véritable portée initiatique, une fabrique de sous-initiés en quelque sorte. De telles attaques mettant en doute les capacités initiatiques des Loges symboliques, et pour le moins, renvoyant la Franc-maçonnerie de l’Ordre traditionnel à une dimension initiatique indigente ne sont pas nouvelles, puisqu’elles furent à l’origine de la querelle des « Ancients et des Moderns » survenue en 1751, peu après la constitution de la Franc-maçonnerie obédientielle anglaise de la Grand Loge de Londres en 1717. » fin de citation (extrait) – Myosotis Septimanie – avril 2015

  • 1
    DURRUTI
    7 novembre 2017 à 21:26 / Répondre

    Arėopage SVP

    • 2
      Lionel MAINE
      8 novembre 2017 à 12:32 / Répondre

      Moins pratique, … pour s’envoyer en l’air !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous