Michel Maffesoli : un livre peut en cacher un autre

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 7 janvier 2015
  • 4
    cosmonaute
    7 janvier 2015 à 14:50 / Répondre

    L’initiation existait, certes, encore qu’il faille trouver les mots qui correspondaient,
    mais pour ce qui est de la FM, ce n’est que tardivement, avec la montée de la connaissance des autres civilisations et une certaine spiritualisation parallèle à une montée du rationalisme que des maçons, de manière réactive et sans jamais qu’une décison ne soit prise par quelque groupe que ce soit, ont donné priorité à cette expression sur celle de réception, faisant du coup passer au premier plan le lien à l’imaginaire, qui exsitait déjà, par rapport à l’aggrégation à un groupe.
    Quelque part il s’est agi d’une individualisation qui aujourd’hui se fond dans l’idée de développementnt personnel et une narcissisation généralisée, alors que l’urgence est bien de restaurer le rapport à l’autre.

    • 5
      aixcalibur
      7 janvier 2015 à 16:27 / Répondre

      Je ne pense pas que l’initiation, concept et réalité, nous coupe de l’Autre, bien au contraire !

  • 2
    cosmonaute
    7 janvier 2015 à 12:13 / Répondre

    l’idée d’initiation n’est pas post moderne, mais romantique. Faut-il rappeler une fois de plus que la maçonnerie, Ancients et Moderns confondus, n’initiait pas, mais recevait et ceci jusqu’au début du XIXe siècle?
    Quant à l’éducation, sauf erreur, elle existait dans l’antiquité.

    • 3
      aixcalibur
      7 janvier 2015 à 13:45 / Répondre

      L’initiation existait aussi dans l’Antiquité.
      Dans ton commentaire, faut-il comprendre que lorsque l’on « recevait », il n’y avait aucune notion d' »initiation » derrière ? Entre la sémantique et la réalité, il y a la place pour de nombreux degrés.

  • 1
    aixcalibur
    7 janvier 2015 à 09:27 / Répondre

    Oui et non.
    Oui, la technologie peut mettre en danger l’éducation si celle ci est un carcan obligatoire tenu par des hiérarques sûrs de leur savoir. Aujourd’hui, on ne peut plus se croire Pic de la Mirandole et la masse d’informations disponibles ne peut plus contenir dans un seul cerveau.
    Non, car seule la relation vraie du maître au disciple peut assurer à la fois l’éducation respectueuse de l’un et de l’autre ET l’initiation à la Tradition.
    L’évolution actuelle mêlant éducation et technologie permet de démasquer plus facilement les Tartuffes mais n’initie pas.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous