Moi, franc-maçonne

Publié par Géplu
Dans Edition

Rose Hébrard est née il y a presque un siècle. Pour être actuellement épanouie, elle a dû sans arrêt se confronter aux pensées et vie du moment et tant bien que mal elle s’est adaptée. Très jeune Rose Hébrard s’est trouvée seule, malade, sans amour, sans métier, sans avenir. Elle s’est battue pour obtenir le CAPES et un poste de professeur de lycée à Nice où elle a vécu 10 ans. Dans le Languedoc, près de son second mari elle a connu la franc-maçonnerie féminine : c’est son bâton de pèlerin, sa canne de vieillesse, son arbre de vie, l’essence d’elle même. On dit que la franc-maçonnerie est une auberge espagnole « on y trouve ce qu’on y apporte ». L’auteure y a trouvé le meilleur d’elle même. Et c’est ce besoin d’Absolu qu’elle voudrait transmettre.

Dans son livre elle raconte à la première personne, son enfance heureuse au milieu d’une famille attentive, soucieuse de morale en ce début du XXe siècle, ouverte au monde et à la liberté de penser maçonnique. Puis, jeune femme, elle aborde les souffrances de la vie. Sa personnalité prend corps petit à petit et s’épanouit lors de son entrée en Grande Loge Féminine de France.

Le récit continue alors à la troisième personne, ce qui le distancie obligatoirement des évènements et personnages réels. Pleine d’idéal, elle s’insère progressivement dans une société de femmes, où les peurs inconscientes et surtout les incompréhensions douloureuses, alternent avec de grands bonheurs spirituels et fraternels. Son âme s’élabore, devient exigeante, s’affine, la lance vers l’infini des philosophies anciennes, rejoignant les avancées éblouissantes des sciences modernes. Le passé reste l’ADN de son présent. Et c’est une vieille dame de 93 ans, qui désire partager avec ses lecteurs, sa recherche incessante d’équilibre, dans un monde qui la bouscule sans cesse.

_____________________________
Moi, franc-maçonne, par Rose Hébrard. Aux Editions St Honoré, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 978-2407014996

mercredi 16 septembre 2020
Étiquettes :
  • 2
    Patrice Deriémont
    16 septembre 2020 à 11:21 / Répondre

    Sans connaître vraiment Rose, j’ai eu la chance de la rencontrer et de parler avec elle de la maçonnerie et de son rôle pour chacun et chacune d’entre nous. Pour moi elle représente un modèle tant sa bienveillance m’a émerveillé.

  • 1
    Désap.
    16 septembre 2020 à 09:51 / Répondre

    « vers l’infini des philosophies anciennes, rejoignant les avancées éblouissantes des sciences modernes. Le passé reste l’ADN de son présent. » Merci Geplu pour la justesse de cette phrase.
    Les sciences modernes prennent leurs sources et leur esprit dans la Philosophie grecque puis gréco-romaine que le Christianisme, dès sa naissance (le Christ et ses apôtres n’ont pas de mots assez durs contre les Ecoles, les philosophes et le fait de s’instruire), n’a eu de cesse de chercher à détruire. La bonne nouvelle est que, nous seulement il n’y est pas parvenue, mais il est en déclin et la Philosophie reprend ses droits, notamment celui de nourriture de l’intellect qui produit l’intelligence.
    Etienne Klein, scientifique et philosophe, explique cette filiation, cette continuité ininterrompue.
    Merci Madame, ma Soeur.
    Il est tout à fait indispensable de lire nos anciens, de te lire.
    Reconnaissance et sentiments très fraternels.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif