Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances

Rendez-vous le lundi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,
et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 14 160 articles y sont stockés !

Le plan maçonnique pour détruire la sainte Église catholique

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 21 juin 2021
  • 6
    Désap .
    23 juin 2021 à 09:59 / Répondre

    5 – Non, je ne crois pas.
    D’autant que Jannet prends certaines précautions (lire les renvois) et met en doute un certain nombre d’idées reçues.
    Le chapitre est plutôt juste.
    Encore une fois, il convient de distinguer l’opinion de l’auteur, sans intérêt, de ce qu’il expose de l’Histoire des courants philosophiques et de la Réforme qui est juste et dont il présente les sources.

    • 7
      Pierre Noël
      23 juin 2021 à 12:23 / Répondre

      Suffit de lire le chap VI (La confrérie des Rose-Croix) (pp 17-24) pour se rendre compte que l’auteur ne parle nulle part des Manifestes mais bien des commentaires ou des réactions des contemporains, Meyer, Naudé, Richelieu, Fludd… Impossible d’avoir une idée de leur contenu dans cet écrit qui reste une attaque en règle du protestantisme et des idées nouvelles (dont la franc-maçonnerie) et un rabâchage du catholicisme traditionnel et de l’antisémitisme qui l’accompagne.

      • 8
        Désap .
        23 juin 2021 à 17:31 / Répondre

        7 – Vous polémiquez ma parole !
        Et vous étiez prof d’université ? Pauvres étudiants.

      • 9
        Pierre Noël
        23 juin 2021 à 22:50 / Répondre

        Il est remarquable que Jannet cite très justement l’ouvrage de Gustav Adolf Schiffmann (un pasteur protestant de Poméranie), Die Entstehung der Rittergrade in der Freimaurerei um die Mitte des 18. Jahrhunderts (Leipzig 1882, cité p 2, note 2 !). Ce livre de 192 pages, jamais traduit en français à ma connaissance, retrace magistralement l’émergence, fabuleuse au sens propre, des grades chevaleresques dans la fm du XVIII° siècle, en décortique les étapes, en analyse l’importance (relative) des acteurs (Ramsay, le prétendant Stuart, Marschall, Hund, Eckleff, Charles de Sudermanie, Nettelblatt et bien d’autres) et conclut au caractère imaginaire de tout cela, conclusion qui lui avait valu d’être exclu de la Grosse Landesloge von Deutschland en 1876. Dans cet ouvrage, Schiffmann démontre mieux que personne l’inanité de la fable templière.

  • 4
    Désap .
    21 juin 2021 à 21:47 / Répondre

    3 – Pierre Noël a raison.
    De mon côté je n’ai pas prêté attention au caractère pamphlétaire du livre, inintéressant, mais plutôt à la description -quasi exhaustive- des cercles philosophiques de la Renaissance, leur implantation en Europe et leur influence sur les idées, ainsi qu’aux arguments développés par C. Jannet pour établir la thèse selon laquelle la FM de 1717 en serait l’aboutissement.
    Très bien construite et convaincante, appuyée sur les principes développés en 1723.
    J’arrivais à cette même conclusion il y a quelques années.

  • 3
    Pierre Noël
    21 juin 2021 à 16:50 / Répondre

    Livre très polémique écrit par un professeur à Institut catholique de Paris, Claudio Jannet, en 1887. Décrit tout le mal que pouvaient penser les milieux catholiques du XIX° siècle en général et les Bollandistes en particulier de la franc-maçonnerie et du Protestantisme (c’est à dire l’incarnation du mal !). Cité par Fesch qui en énumère les grands thèmes : Les Traditions manichéistes et templières, les Rose-Croix, les Athéistes de Toulouse, le Compagnonnage, les Sociniens, Le rôle des Juifs dans la Maçonnerie … Trente des 80 pages de l’ouvrage sont consacrées à ce seul sujet et sentent l’antisémitisme de l’époque (quelques années avant « L’Affaire ») , le reste étant une condamnation sévère de tout ce qui n’est pas catholique romain. Une grosse erreur factuelle p. 6 attribue à Anderson la visite (1721) de Désaguliers à Mary’s Chapel (E’bourg). A souligner l’éclectisme des auteurs cités, tant anglais (Samper, Anderson, Gould, Halliwell) qu’allemands (Andreae, Findel, Schifmann)

    • 5
      Pierre Noël
      22 juin 2021 à 21:03 / Répondre

      Faut lire le chap VI sur les R+ !
      Gorceix en tomberait sur son sus.

  • 2
    ERGIEF
    21 juin 2021 à 10:54 / Répondre

    Par curiosité, il faut aller faire un tour sur le site de la revue québécoise En route « revueenroute.jeminforme,org ». Dans l’onglet Société et religion, les arguments développés contre les vaccins Covid 19 : à base de fœtus avortés et destinés à diminuer la population, ou Harry Potter satanisme sont irrésistibles 🤣 !!!
    Les rédacteurs dont un certain Rosaire Raymond ne sont pas de doux dingues mais des fous furieux. Le site est bien fait, très complet et il doit bénéficier, vu sa qualité technique, de financements généreux.

  • 1
    Désap .
    21 juin 2021 à 10:29 / Répondre

    Bon, c’est vraiment idiot.
    .
    En revanche, je suis entrain de lire Claudio Jannet – Les Précurseurs de la Franc-maçonnerie au XVIè et XVIIè Siècle.
    http://www.glbet-el.org/bet-el%20livres/Les_précurseurs_de_la_Franc-maçonnerie_au_XVIème_e%5B1%5D.pdf
    Ouvrage anti-maçonnique de 1887 très intéressant, toutes les assertions historiques non-maçonniques sont attestées aujourd’hui et pour ce qu’il est de la Franc-maçonnerie une grande majorité des assertions sont très cohérentes.
    De mon point de vue elles relèvent de la réalité cependant qu’elles viennent en parallèle de la doxa des historiens maçons, notamment GLUA/LNF, Histoire sur laquelle les universitaires se plaignent de ne pouvoir travailler faute de possibilité d’accéder à l’ensemble de la documentation.
    Entre autre dans le livre de C. Jannet, ce qui concerne les Rose-Croix et les cercles alchimiques est corroboré par les travaux de l’historien germaniste Bernard Gorceix, décédé en 1984 à l’âge de 47 ans et faisant autorité sur le sujet.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous