Propos antimaçonniques au Conseil municipal d’Hirson

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 20 avril 2021
  • 2
    lazare-lag
    22 avril 2021 à 10:05 / Répondre

    En complément utile, s’agissant de la fable le Serpent et la Lime on peut consulter ce lien:
    https://www.hiram.be/quelle-est-lorigine-des-preceptes-maconniques/
    Sous un article de Jean-Michel Mathonière du 28/05/2020, on en apprendra beaucoup sur ce thème et, dans un commentaire que j’avais laissé à l’époque, on y retrouve l’intégralité de la fable de Jean de la Fontaine.

  • 1
    lazare-lag
    22 avril 2021 à 09:49 / Répondre

    Osons un commentaire à la manière de….

    En la bonne ville de Hirson, les mœurs ne sont pas toujours affables.
    On nous rapporte que, voulant honorer la mémoire de Jean de la Fontaine,
    Pourtant natif de Château-Thierry, ailleurs dans ce département de l’Aisne,
    Les édiles souhaitaient édifier une fresque en faveur de l’auteur des fables.

    Mais un élu du cru, un rustre, s’y oppose. Traitant le peintre de franc-maçon,
    Il s’imagine que tel est une insulte à même de ternir et d’atteindre autant le projet
    Artistique que son auteur. Mais c’est là piètre argument exposé devant cette assemblée.
    Le maire s’en indigne, se scandalise, donne de la voix ; chacun de ses mots est un son

    Qui se veut défense de la démocratie et des opinions émises par chacun de ses citoyens.
    On peut certes s’opposer à un tel projet, arguant d’une possible hypothèse de gaspillage,
    Mais une basse attaque à la personne, à ses croyances, et c’est ouvrir la porte au pillage
    Des idées de chacun, à ce qu’il est, à ce qu’il lit, c’est bientôt l’autodafé comme moyen

    De faire taire l’autre, de l’asservir. « Il y a des mots que l’on n’emploie pas par hasard »,
    Dit le bourgmestre, pardon, le maire de la municipalité, Hirson n’est pas la proche Chimay.
    Une frontière les sépare de la Belgique voisine, mais c’est en notre terre de France qu’émet
    Cette putride éructation antimaçonnique. La haine de l’autre est là, dès le départ.

    L’intolérable peut-il être toléré ? Que doit-on répondre à l’intolérant élu ?
    Et si Jean de la Fontaine, à travers ses écrits, lui répondait lui-même ?
    Une de ses fables, le Serpent et la Lime, pourrait tout à fait convenir même.
    Elle s’adapte parfaitement, mais l’injurieux conseiller l’a-t-il au moins lu ?

    Il y est question d’un serpent affamé (de pouvoir?) désespérant de trouver à manger,
    Se rabattant en guise de pitance, sur ce qu’il trouva, une lime d’acier chez un artisan.
    La lime s’en amusa et s’adressant au reptile attablé, mais passablement ignorant,
    L’apostropha : « Tu te prends pour plus dur que toi ? », Ce serpent eût pu être l’élu hirsonnais.

    Et la lime, c’eût pu être le maire outragé, traitant l’importun de : « Petit serpent à tête folle »
    Lui prédisant même de se rompre toutes les dents à vouloir ainsi tout bousculer, tout avaler.
    « Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages ? », continua doctement la lime d’acier,
    « Sur tant de beaux ouvrages ? ». Au risque de déplaire à l’opposant hardi qui se haussait du col.

    Mais pour une conclusion tout à fait exacte, et en respectant le texte même de la fable dans tous ces mots, la parole doit rester intégralement à La Fontaine :

    « Ceci s’adresse à vous, esprits du dernier ordre,
    Qui n’étant bons à rien cherchez sur tout à mordre.
    Vous vous tourmentez vainement.
    Croyez-vous que vos dents impriment leurs outrages
    Sur tant de beaux ouvrages ?
    Ils sont pour vous d’airain, d’acier, de diamant. »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous