MLE Marseille

Saint Jean d’Ecosse, mère loge écossaise de Marseille

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 16 juin 2016
  • 4
    François Masson
    18 juin 2016 à 08:27 / Répondre

    J’ai repris l’ouvrage de Pierre Mollier « Le Régulateur du Maçon ».
    En page 4 de couverture on peut lire ceci : « Celui-ci (le GOdF) émit d’ailleurs de vives protestations et tenta de limiter l’audience du livre sacrilège » ; celui publié en 1801.
    Alors, qu’en est-il ?

  • 3
    Michel Lecour
    17 juin 2016 à 20:36 / Répondre

    On voit ici s’esquisser ce que seront les tables-rondes d’ICOM 2017 : des sujets pointus pour des conférenciers de grande qualité, qui ont des choses à dire et des arguments à avancer sur des aspects précis, et, surtout, la possibilité de discuter avec eux et avec les autres participants, de questionner, de contredire, d’évoquer les lumières et les zones d’ombre des sources et des hypothèses.
    Et ICOM 2017 publiera les Actes en version audio et en version papier.

  • 2
    François Masson
    17 juin 2016 à 18:57 / Répondre

    « le Régulateur du Maçon, recueil des degrés symboliques, publiés par le Grand Orient en 1801 »

    Il me semblait que cette publication n’avait pas été autorisée par le GO ?
    Du moins c’est ce que j’ai toujours entendu dire ou lu.

  • 1
    Chicon
    16 juin 2016 à 16:33 / Répondre

    Les apports évoqués sont multiples fin du XVIIIeme siècle. C’est une période où la franc-maçonnerie française s’est façonnée indépendamment de l’Angleterre, de l’Écosse et des pays germaniques. La province de Provence à ete active et laisse sa signature sur des rituels encore pratiqués.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous