Strasbourg : Inadmissible subvention à une mosquée proche des Frères Musulmans

Accès libre
Publié par Géplu
Dans Divers

Communiqué du Grand Orient de France

 

Mosquée de Strasbourg :
faire respecter les principes de la République partout,
même dans les territoires concordataires 

La municipalité de Strasbourg vient d’accorder une subvention publique de 2,5 millions d’euros à l’association Milli Görüs pour la construction de l’une des plus grandes mosquées d’Europe, alors même que la Préfète du Bas-Rhin l’avait alertée sur les positions inacceptables de cette association. 

Cette association proche des Frères Musulmans s’oppose à certains principes de la République, comme en témoigne par exemple son refus récent d’approuver la « Charte des principes pour l’Islam de France ». Ce mouvement a également milité ces derniers jours pour la sortie de la Turquie de la Convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes. 

Cette décision d’une municipalité de notre République est inacceptable. En effet, le respect des principes de la République doit être une condition essentielle et vérifiable d’obtention de subventions publiques, même dans les territoires concordataires. 

La suppression du Concordat comme le demande le Grand Orient de France depuis des décennies et la constitutionnalisation des deux premiers articles de la loi de 1905 auraient permis d’éviter cette nouvelle entaille dans l’indivisibilité de la République. 

Les Francs-Maçons du Grand Orient de France, aujourd’hui, exhortent le gouvernement et les parlementaires à mettre fin à l’atteinte qui est faite à la République par la persistance de ce « hochet institutionnel » qu’est le Concordat artificiellement maintenu au détriment de la loi de 1905, alors qu’il serait au demeurant aisément détachable du reste du droit local. 

Fait à Paris, le 26 mars 2021 

samedi 27 mars 2021
  • 4
    marcorel
    27 mars 2021 à 20:40 / Répondre

    Oui je suis bien d’accord avec MORTIMER. Parlez du concordat et de l’islam est bien méconnaitre l’Histoire. Nul n’est besoin de tout rattacher à l’Alsace -Moselle car bon nombre de municipalités ont depuis pas mal d’années franchit la ligne rouge pour des subventions publiques accordées à des associations « faux nez » permettant la construction de mosquées ! Souvenons -nous du Frère COLLOMB à Lyon !
    Même si cela peut paraitre non « maçonniquement correct », j’invite cependant à visionner l’émission du jeudi 25 mars sur CNews avec ZEMMOUR qui fais une analyse sans concession sur les compromissions et la position plutôt trouble du pseudo Frère MELENCHON.
    La pêche aux voix en eaux troubles a commencé. Inaccepteble !

  • 3
    Mortimer
    27 mars 2021 à 17:41 / Répondre

    Ce communiqué est étonnant d’amateurisme ! Le concordat n’a absolument rien à voir avec la décision de la ville de Strasbourg, puisque l’islam n’est pas une religion reconnue par le concordat.
    Il eut été plus intéressant d’analyser les prises de position de la Maire de Strasbourg qui justifie cette subvention par une interprétation de l’esprit du concordat. En clair la mairie de Strasbourg vient d’étendre le concordat au culte musulman, ce qui est absolument illégal.
    Faut-il rappeler la décision du Conseil Constitutionnel validant le concordat, mais le limitant strictement aux quatre cultes qu’il reconnaît, et en interdisant toute extension géographique au delà des trois départements d’Alsace-Moselle ?
    Le Conseil de l’Ordre du GODF devrait tourner son stylo sept fois autour de sa feuille avant d’écrire un communiqué…

  • 2
    Benjamin Rathery
    27 mars 2021 à 16:11 / Répondre

    Certes , la subvention de la municipalité de Stasbourg pour la construction de cette mosquée est inacceptable et le GODF a raison de communiquer son indignation.
    Mais cette affaire n’a STRICTEMENT RIEN A VOIR avec le Concordat en Alsace-Moselle. Le concordat concerne l’église catholique, l’église réformée, l’église luthérienne, la religion juive et pas l’Islam.
    S’indigner, c’est bien. Le faire sur des bases juridiques exactes serait plus sérieux.
    Je laisse au GM et à son Conseil de l’Ordre le soin de trouver sur quelles bases légales la municipalité de Strasbourg a pu attribuer cette subvention, et l’invite à s’intéresser au Droit local d’Alsace-Moselle qui ne concerne pas que le seul concordat.
    N’y a-t-il pas des juristes au Conseil de l’Ordre ? Cette approximation est pour le moins gênante.

  • 1
    Luciole
    27 mars 2021 à 13:27 / Répondre

    La pêche aux voix est ouverte.Pleurons.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous