Tambouille mexicaine, suite…

Publié par Géplu
Dans Divers

Le Suprême Conseil du Grand Orient de Mexique (le vrai, celui fondé en 1868 à Mexico) n’a pas été long à réagir. Après l’annonce samedi de la décision du Conseil de l’Ordre du GODF de suspendre le traité d’amitié qu’il avait signé en 2019 avec le GODM de Samuel Aguilar de 2018, il a rédigé dès dimanche un communiqué « à tous les Grands Maîtres et Querridos Hermanos » (Chers Frères), dans lequel il exprime « sa très grande satisfaction » à l’annonce de cette nouvelle.

Et, pour trancher définitivement la question de savoir qui est le véritable Grand Orient du Mexique, il propose la création d’une commission d’enquête extérieure et indépendante, à laquelle il s’engage à apporter tout son concours en lui donnant accès à tous les documents qu’elle souhaitera consulter.

Télécharger le communiqué : U. .T.. O. A..A..G..1

Voir les précédents épisodes :
le 10 juin : Tambouille mexicaine au Clipsas
le 13 juin : Tambouille mexicaine au Clipsas : Droit de réponse de Samuel Aguilar

lundi 29 juin 2020
Étiquettes : ,
  • 3
    Jacques Huyghebaert
    1 juillet 2020 à 07:50 / Répondre

    Le Suprême Conseil du Grand Orient de Mexique dont il s’agit a été fondé en 1860 à Veracruz par le Frère Charles Laffon de Ladebat, mieux connu pour son rôle important dans l’histoire du REAA, du SC de Louisiane et de ses liens suivis avec Albert Pike, SGC du SC de la Juridiction Sud des États-Unis. Reconstitué en 1868 à Mexico ce SC du Mexique fait partie aujourd’hui de la maçonnerie libérale adogmatique http://supremoconsejo1860.org/breve-historia-de-la-masoneria-y-su-desarrollo-en-mexico . Comme dans de nombreux pays dans le monde, il y au Mexique d’autres Suprêmes Conseils de tendances diverses, qui se revendiquent tous du 33e et dernier degré du REAA, qui apparaissent et disparaissent, souvent au gré des rivalités de personnes qui secouent régulièrement les juridictions, rendant difficile de tenir à jour leur liste, d’évaluer l’importance numérique de leurs effectifs et de connaître avec quelles obédiences maçonniques ils ont conclu des accords.

    • 4
      GépluAdministrateur
      1 juillet 2020 à 10:02 / Répondre

      Le SC auquel fait ici référence Jacques Huyghebaert est celui présidé par le F Carillo, proche de Samuel Aguilar, qui entretient avec talent la confusion des noms…

  • 2
    réboussié
    29 juin 2020 à 18:03 / Répondre

    ce qui est en haut …….on appelle ça aussi principe de Peter ….un peu comme la crème et le lait …..on n’enfouit plus les déchets ? on les valorise .. Se méfier quand même d’une autre tendance forte , la jalousie …..Personnellement , pendant la guerre , j’aurais pu être un héros , si les copains m’avaient suivi …..ils ont foutu le camps …..alors j’ai suivi les copains …..

  • 1
    templum
    29 juin 2020 à 09:08 / Répondre

    Les SC REAA sont tous et toujours atteints d’une maladie systémique (mot à la mode).
    je vie plutôt du côté traditionnel (sic!) c’est kif kif.
    Si comme « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » je crains le pire.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif