TBF. La France et l’Afrique. Identité nationale

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 30 avril 2012
  • 1
    W.Schaw
    1 mai 2012 à 17:54 / Répondre

    A l’occasion de cette TBF, je suggère à nos Frères et Soeurs de la GLMF de se pencher sur les itinéraires maç de plusieurs chefs d’état africains qui ont su conférer une véritable identité nationale à leur action, au nombre desquels :
    – Ali , le fils du père, intronisé Grand Maître de la GL du Gabon pour le plus grand bien de ses Frères, le bonheur bien compris de son peuple, et la prospérité de son clan familial.
    La rente pétrolière y est depuis des décennies systématiquement détournée au profit d’intérêts privés donnant lieu à des poursuites judiciaires internationales pour biens mal acquis. Vous avez aimé le père, vous adorerez le fils.
    – Au Congo-Brazzaville, le président DS-N, GM de la GL du Congo, est accusé des mêmes pratiques de prévarication, et a été épinglé comme feu son gendre Omar au Gabon, dans la liste des dirigeants corrompus. Au Congo, l’indice de pauvreté humaine atteint 70% de la population de Brazzaville et de Pointe Noire ; 70% des congolais n’ont pas accès aux soins, et 86% des ruraux n’ont pas l’eau potable.

    En tant que de besoin, les sus-nommés savent diligenter des actions drastiques envers leurs opposants, dont parmi ceux-ci plusieurs de leurs Frères.

    Du Niger, en passant par le Tchad et la Centrafrique, c’est au moins une douzaine de présidents du continent qui oeuvrent dans le même sens.
    Très souvent pour le plus grand malheur de leurs pays. Car à l’opposé de leurs « frères » occidentaux, qui participent à la consolidation de la démocratie dans leurs pays respectifs, les francs-maçons des cercles de pouvoirs africains, pour la plupart, tiennent leurs pays d’une main de fer, et dépouillent la veuve et l’orphelin.
    Depuis de nombreuses années, leurs parrains des grandes obédiences françaises ferment les yeux sur ces pratiques fort peu maçonniques, quand ils n’en profitent pas.

    C’est de la part de la GLMF une sage décision que d’organiser une TBF, contribuant ainsi à ce que ces pratiques se perpétuent en toute discrétion.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous