Un livre, un auteur: Jean-Michel Mathonière

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

L’auteur du Plan secret d’Hiram, Jean-Michel Mathonière, est connu pour son expertise du compagnonnage. Il est aussi le commissaire de l’exposition La Règle et le Compas organisée au Musée de la Franc-Maçonnerie à Paris. Jacques Carletto l’a interviewé à la librairie Detrad de la rue Cadet à Paris. Mathonière essaie de mettre en valeur une vision opérative qui vient nourrir la vison spéculative qui a souvent été négligée. Il explique la différence de perception mutuelle entre Francs-Maçons et Compagnons.  Les outils, leur utilisation, leur emplacement dans le Temple, la bonne compréhension de ces outils et de leur usage ( la hache sur le sommet d’une pierre cubique à pointe plutôt qu’un marteau taillant), le glissement des symboles, l’évolution des Tableaux de Loge, l’exposition La Règle et le Compas, l’art de la mémoire,… autant de points abordés dans cette interview d’ailleurs plus longue qu’à l’accoutumée (près de 12 minutes).

 

  • Le plan secret d’Hiram. Fondements opératifs et perspectives spéculatives du tableau de loge de Jean-Michel Mathonière (Dervy, 254 pp., 2012) disponible chez Amazon ou à La Cale Sèche
jeudi 27 juin 2013
  • 3
    Jean-Michel Mathonière
    28 juin 2013 à 13:17 / Répondre

    Merci à Jacques Carletto et à Jiri Pragman de m’offrir généreusement et fraternellement cet espace d’expression.

    Il y aurait mille choses à dire concernant les liens, supposés et/ou réels, sur divers plans (pas nécessairement organico-historiques), entre compagnonnages (au pluriel) et franc-maçonnerie (au singulier ?). Ce n’était pas l’objet de l’interview, juste une incise. Sur cette question, je vous invite à lire mon article à paraître à la rentrée dans « Franc-maçonnerie magazine ».

    Une précision qui me tient à cœur car j’ai eu quelques retours négatifs ces dernières semaines qui me chagrinent un peu, tant du côté maçonnique que compagnonnique : ceux qui ont d’ores et déjà apprécié « Le Plan secret d’Hiram » apprécieront sans nul doute tout autant l’exposition « La Règle et le Compas ». Le fait que ce soit le musée de la franc-maçonnerie (GODF) qui l’organise, ne doit pas laisser à penser que cette exposition n’accorderait pas une place importante à une approche « symbolique »… Je m’efforce dans l’ensemble de mes travaux de trouver un équilibre constructif entre la « rigueur » d’une approche historique et la « miséricorde » d’une vision plus sensible, plus intérieure. J’espère dans cette exposition qui, pour une fois, est plus centrée sur le monde maçonnique que compagnonnique, y être pas trop mal parvenu.

    Je préciserai également, puisque la question m’a été posé à de nombreuses reprises ces derniers temps, de manière plus affirmative qu’interrogative, que je ne suis pas membre du GODF et que, resté « en sommeil » depuis mon départ de la GLNF il y a plus de 15 ans, j’apprécie au plus haut point le fait que cela n’a pesé à aucun moment dans la décision de me confier le commissariat de cette exposition… Et j’apprécie également qu’il ne m’a pas été une seule fois proposé de « repiquer » à la Maçonnerie de ce côté-là !

    A noter aussi, pour ceux qui ne pourront pas venir à Paris voir cette exposition, que le catalogue, très copieusement illustré, offre, pour seulement 10 euros, une riche matière à réflexion et à prolonger sur certains points ce qui est dit dans « Le Plan secret d’Hiram ». En attendant mes prochaines publications (patience !), je vous encourage vivement à vous y plonger.

    (…)

  • 2
    Flupke
    27 juin 2013 à 14:58 / Répondre

    Le lien entre compagnonnage et FM en France est sans doute douteux.
    Mais la FM spéculative a plutôt son origine en Angleterre et en Ecosse et il semble que certaines loges d’Ecosse actuellement spéculatives soient passées progressivement de l’opératif au spéculatif entre le 17ème et le 18ème siècles.
    Du moins selon certains historiens comme Stevenson etc..

  • 1
    dld
    27 juin 2013 à 09:19 / Répondre

    Venez voir l’exposition aussi bien évidemment (catalogue disponible au Musée à Paris, au Musée Belge à Bruxelles, chez Detrad et par correspondance)

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif