Vers une Grande Loge Mixte de Belgique ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 21 janvier 2009
  • 15
    Ait Taleb Kamel
    25 mars 2011 à 11:55 / Répondre

    Ma conscience ( le bien et le mal)
    Je pense que le bien et mal doivent malheureusement coexister pour garder une certaine harmonie et un équilibre cosmologique.
    C’est étrange mais je le vivais souvent auparavant car lorsque je faisais des choses qui me semblaient bien, j’étais en attente, en attente d’un retour bénéfique. Ne voyant rien arriver à l’horizon, j’étais comme poussé à l’inverse à me comporter mal pour combler le manque de retour de bien si attendu.
    Le problème est de savoir après cela où dois je me situer ?
    Dans le bien ? Dans le mal ? ou entre les deux ? Je suis devenu le régulateur de ces deux états et maintenant comment réguler cela ?
    A vrai dire, je n’ai pas de solution miracle ou de théorie toute faite. Je suis également à la recherche de moi-même , là où je ne me suis encore jamais aventuré.
    Par contre, je sais que c’est elle qui m’oriente vers l’un ou l’autre, ma conscience. La conscience, un mot souvent utilisé en philosophie, psychologie et même en théologie, décrite et défini autrement mais au fond sa fonction reste inchangée, le libre arbitre. Et c’est ce même libre arbitre que je considère comme étant la conscience. De cette façon, les religions ne rendent pas coupable dieu de tel ou tel malheur par contre nous sommes tous responsables en tout état de cause.
    Ma conscience, celle qui me guide et m’aide à décider sur mes actes et me souffle à l’oreille ce dont je dois faire et penser.
    Après une longue analyse personnelle du monde, des personnes qui m’entourent et surtout de moi-même, celle-ci, je continue à l’appliquer car elle m’aide aussi à avoir un esprit critique et de discernement.
    En somme, cela aura été une autothérapie ou autopsychanalyse. Me voilà revenu aux secrets magiques de la vie, à ses arcanes, aux vrais valeurs, si pauvres en apparences et pourtant si riches et magiques lorsqu’on y est confronté.
    Un bien être vous envahit, un apaisement et de la gratitude vous englobent et vous êtes comme déconnecter, comme si le temps cessait de s’écouler et l’espace de changer.
    Dans cet état, je vois comme si tout autour de moi était figé, immobile, je n’entends plus rien par contre j’écoute.
    J’écoute la nature, la terre et le cosmos me parler.
    De part leurs signes, leurs sons, leurs images, un sentiment de paix en moi surgit et dès lors je comprends ces significations.
    Nous, être humain, nous sommes à la fois grand et à la fois si petit et insignifiant à l’échelle du cosmos, ce qui m’amène penser que la vie est si courte, alors pourquoi se la compliquer ?
    Laissons la suivre son cour et laissons nous être entraîné par elle sans vouloir lutter contre elle.
    Soyons en harmonie avec elle, sachons l’écouter, la sentir et profiter de chaque instant, de chaque heure, minute et seconde.
    Le fait de ne pas prêté attention à touts ces moments qui passent en fermant les yeux, nous fait passer devant beaucoup de choses auxquels nous serions heureux et émerveillé de les voir si nous n’étions pas aveuglés par ces angoisses, ces frustrations et ces tristesses.
    L’angoisse de savoir qu’il aura tôt ou tard une fin pour nous tous, nous désirons toujours voir plus loin comme si nous voulions repousser le jour de notre départ.
    Faisons-nous une raison car ceci fait également parti de la vie.
    Nous ne sommes pas éternels du moins d’un point de vue matériel, mais l’énergie reste se transforme et va …….
    Alors profitons de chaque moment, de chaque personne et de la beauté qu’est la nature qui pleure actuellement, aidons là , l’aider c’est nous aider, nous toutes éspèces vivantes. Prendre soin de la terre, c’est prendre soin de l’univers.
    Apprenons à être ce que nous sommes et pas ce que le système veule que nous soyons. Conditionnés sur nos actes, conditionnés sur nos pensées mais où est notre place dans tout cela ?
    Suis-je juste un produit à penser ce qu’ils pensent ?
    Mes pensées et mes idées n’ont peut être pas beaucoup d’importances pour beaucoup de personnes mais ce n’est pas grave car maintenant je sais.
    Je sais que je ne peu être en accord avec tout le monde et tout le monde ne peut être d’accord avec moi-même .
    On revient là à parler d’harmonie, d’opposés qui s’attirent et de complémentarité.
    L’essentiel n’est pas de se fixer sur l’idée d’une ou d’une autre personne mais de prendre en considération chacune d’elles, toutes les pensées et idées de tous et toutes et ce malgré les divergences d’opinions.
    A terme, la somme de toutes ces divergences amènera à converger vers un même idéal, une pensée commune, un compromis, un accord.
    Nous pouvons être si différents les uns des autres, que cela soit culturel, cultuel, races, politiques, éthniques et pourtant être en accord sur un ou plusieurs points.
    L’unité, le tout qui englobe tout, une infinitude d’idées et de pensées qui jaillit de rien car je pense que pour qu’il y ait, il faut dans un premier temps qu’il n’y ait pas.
    Là encore nous voici devant deux parfaits contraires, là où la matière existe et là où la matière n’est pas.
    Les contraires s’attirent et engendrent autre chose qui à son tour trouvera son contraire pour engendrer également. Comme si c’était cyclique, une éternelle perpétuation et transformation……..L’œuvre Divin .
    Je vais dés lors fermer cette parenthèse pour revenir à l’analyse de soi et aux angoisses qui nous poussent à ne pas prendre conscience du présent.
    L’épanouissement, le bonheur commencent par le fait de ne pas vouloir être malheureux ou plutôt, il serait plus judicieux de dire qu’il commence par le fait à vouloir être heureux.
    Il est vrai que nous ne devons pas nous préoccuper de ce que nous ne désirons pas mais de ce que nous voulons et désirons au plus profond de notre être.
    Tel est le secret pour mettre ses rêves, ses projets en applications, la penser et la matérialiser.
    Le bonheur, c’est être aussi en harmonie avec la vie que l’on mène. Alors soyons plus intelligents et soyons plus sereins.
    Concentrons nous sur notre devenir , celui de l’humanité et toutes espèces vivantes.
    Apprenons à nous connaître, à nous écouter sans préjugés. Oublions et jetons ces clichés si absurdes et de surplus totalement éronnées.
    Respecte toi et tout ce qui est autour de toi, cette phrase est tellement simple et pourtant si vrai et authentique qu’elle renferme à elle seule une vérité qui ne touche pas ceux qui veulent l’entendre, le comprendre et l’appliquer.
    Elle est pourtant fondamentale et on la retrouve sous toutes ses formes dans les philosophies et les religions du monde entier.
    Mais l’individualisme a pris l’âme et le cœur des hommes de nos jours.
    Chacun se retrouve replié sur lui-même, ne voulant plus partager, donner et ne s’attend même plus à reçevoir.
    L’homme de nos jours est persuadé qu’il ne peut compter que sur lui-même, aide-toi et le ciel t’aidera. Il est vrai que le plus gros travail doit venir de nous, qu’il faut se donner les moyens pour y arriver. Or il oublie néanmoins malgré cette vérité que nous formons tous une chaîne d’universelle d’humanité qui nous même faisons partie de cette terre mère qui nous a donné la vie et qu’elle-même a été engendré du cosmos et le cosmos de sa création ou de sa transformation.
    En somme tout est UN. L’unité qui renferme tout. La matière, l’antimatière et l’information universelle.
    Dieu est en toi et tout autour de toi, l’énergie est en toi et tout autour de toi. Respecte toi et tout autour de toi.
    Le destin de l’humanité nous appartient à tous, chaque être humain est concerné de prés ou de loin par cela.

  • 14
    violette
    5 mars 2009 à 20:11 / Répondre

    Initiée au REAA à la GLFB, puis ayant travaillé au RF dans cette même obédience, puis de nouveau au REAA à la GLFF, je travaille maintenant au RF dans une Loge de la GLMF;Je me réjouis du projet de création de Loge dépendant de la GLMB. Cela aurait l’avantage très important d’offrir aux futures initiées la possibilité de travailler EN MIXITE à un autre rite que le REAA. Jusqu’à présent, les obédiences mixtes en Belgique n’offrent aux femmes que le REAA ou le rite de MM. Pour les femmes souhaitant travailler au RF, seule était possible la GLFB ‘qui n’est pas de vocation ‘mixte’!!! Donc c’est une ouverture de plus pour la Maç; belge, La GLMF n’est pas issue de Loges du DH, mais de Loges de la GLMU (Grande Loge Mixte Universelle), elle-même issue du DH.Elle offre la pluralité des rites : Rite français sous ses différentes formes, REAA, RER, Rite de M.M., Rite Emulation. C’est une Obédience tout à fait indépendante qui entretient d’excellents rapports avec les autres Ob; françaises.Donc bravo pour cette initiative, je souhaite bien sûr connaître l’avancement de ce projet.

  • 13
    Flora
    27 janvier 2009 à 14:02 / Répondre

    En soeur du DH belge, obédience que je trouve pleine de qualités, je constate qu’il est vrai que beaucoup de loges sont quasi féminines.
    Que ce soit clair, j’ai le plus profond respect pour les loges féminines ou masculines
    C’est une question de choix de vivre sa maçonnerie, mais il est clair que le DH fait état d’une mixité qui est très déséquilibrée.
    Je crains qu’il le soit de plus en plus, car la présence, par exemple dans ma loge (où nous sommes nombreux), d’une large majorité de soeurs (90%), a pour conséquence l’initiation d’une plus large majorité de soeurs.
    Je crains donc que ce mouvement se perpétue en s’accélérant, par simple phénomène mathématique et par le jeu des attirances légitimes.
    Dès lors, une obedience vraiment mixte et équilibrée de ce point de vue, serait une autre version de la mixité, plus paritaire, et sans doute plus salutaire à la mixité elle-même, car cette mixité est constructive quand elle est réelle.

  • 12
    Lux
    27 janvier 2009 à 09:34 / Répondre

    Attention: à propos du Rite français, il existe, ce que l’on sait, le RFA et le RFM, comme pratiqué, par exemple, par toutes les loges de la GLB, les loges de la GL de F etant fédérées autour du REAA.
    Il est exact que le RFM est une sorte de mi-chemin entre le RFA et le REAA, ce qui est de nature à plaire au plus grand nombre, dans le souci de rassembler la diversité.
    Il ne manque d’ailleurs pas d’exmples de soeurs ou de frères qui travaillent au RF bleu et au REAA ensuite, ou l’inverse.
    Je ne sais pas ce que la future GLMB fera, si elle sera une fédération de loges ou de rites; la seconde solution marque une plus grande ouverture d’esprit, à condition de se concentrer sur les rites essentiels sans s’éparpiller.
    Le GOB fonctionne d’ailleurs comme fédération « raisonnable « de rites, comme la GLFB.
    Mais il n’est pas « déraisonnable » de ne fonctionner qu’à un seul rite comme fédération de loges, comme le DH ou la GLB.
    A chacun de trouver sa satisfation dans son mode de fonctionnement, et c’est tout ce qui compte, finalement, non?
    L’Histoire a connu de nombreux grades épars et de nombreux rites tout aussi épars, mais la raison, alliée à la liberté, en a réduit le nombre au fil du temps, pour une plus grande clarté et une plus lumineuse logique; on peut imaginer que tout continuera en ce sens.

  • 11
    Hermès
    27 janvier 2009 à 09:22 / Répondre

    Je lis les commentaires au sujet du GOB, de linfluence , de linstrumentalisation,…
    Rien n’est plus farfelu.
    Il est d’évidence que la future GLMB se veut aussi proche et amie que possible avec les obediences liées par des traités d’amitié ou des déclarations communes, mais qu’elle sera indépendante, qu’elle ne sera et qu’elle n’est pas l’instrument de qui que ce soit, ou de quelque obedience que ce soit.
    Le GOB a peut être un projet de tolérance de mixité dans sa pratique; c’est fort bien, mais ce sera toujours le GOB, ce qui n’est pas négatif du tout.
    Selon mes sources, la GLMB sera elle-même, avec sa spécificité, ses objectifs, dans un esprit constructif, et je fais confiance à la parole de celles et ceux qui portent ce projet maçonnique; mais, encore faut-il constater que, sauf information erronée, cette obédience n’existe pas; il ne s’agit que d’une loge, même si elle a vocation a engendrer des filles, ce qui pourrait conduire à la naissance d’une obédience rapidement.

  • 10
    phm
    23 janvier 2009 à 12:05 / Répondre

    A lire les commentaires, je suis heurté par les « sous ceci » , « sous cela » , les « dépendences de », les « doublons avec »…. tout ceci me fait penser à des remises en causes, justifications mais aussi à des sous entendus politiciens.
    Ma perception personnelle de la FM:. est que chaques FF ou SS ont le droit de choisir leur chemin. N’est ce pas cela être libre aussi?
    Enrichir notre paysage n’est il pas le signe justement que la maçonnerie est bien vivante; au service de valeurs fondamentales telles que l’ouverture, la tolérance et l’amour?
    Accepter, refuser, mais pas juger…
    J’ai dit.

  • 9
    Brüderschaft
    23 janvier 2009 à 10:44 / Répondre

    Selon vérifications, la Grande Loge Mixte de France n’est pas une sous marque du GOF, ni du DH, ni de qui que ce soit; elle est libre et positive.
    A ce jour , il n’y a pas de Grande Loge mixte de Belgique, et même si l’intention est bien là, il semble qu’il ne faille pas douter de l’indépendance de cette obedience dans le respect des autres obédiences reconnues

  • 8
    Brüderschaft
    23 janvier 2009 à 10:38 / Répondre

    Au sujet d’une éventuelle Grande Loge Mixte en Belgique…
    On peut s’interroger sur les points de savoir si cette éventuelle GLMB est utile, superflue, le fait de farfelus ou ouvrant la voie à une mosaïque d’obediences en Belgique.
    De source bien informée, il s’agit d’une initiative répondant à un besoin manifesté par de nombreux FM de toutes obed, d’une initiative de SS et de FF expérimentés, ayant bonne réputation en maç et ambitionnant de faire oeuvre sérieuse durable et constructive dans l’ouverture d’esprit.
    Il est question, non pas d’ouvrir la porte à une mosaïque en tous genres, mais d’apporter une option qui est perçue comme manquant à la maçonnerie belge : une fédération regroupant des loges aussi paritairement mixtes que possible, travaillant avec le GADLU et le Livre de la Tradition ouvert à Jean ( que ce soit au RFM ou au REAA).
    Il est difficile à ce stade de savoir si cette nouvelle future obed ( qui n’existe pas; faut-il le rappeler) sera une fédération de loges ou de rites; qui vivra verra, et , le but de cette initiative apparait clairement aussi comme une volonté de ne se fâcher avec personne, d’être positif et dès lors fraternellement cohérent.
    L’option est apparememnt spirituelle mais ouverte, et, pas sociétale pure. Déjà une sorte de mixité dans des traux de qualité et d’ouverture.

    La raison et le coeur fraternel pourraient être nos balises maçonniques à tous.
    L’initiative de cette éventuelle GLMB semble salutaire, et est constructive et ouverte.
    Sans doute ne faudrait-il pas faire à autrui ce que l’on n’eut pas aimé vivre soi-même.
    Etouffer dans l’oeuf l’initiative d’une future éventuelle GLMB serait-il vraiment maçonnique?

    Pour le plus grand bonheur de la liberté, car n’oublions pas que ce qui compte quand on fréquente une loge, c’est d’y être heureux, la GLFB est née en 1981 de deux loges travaillant d’abord sous les auspices de la GLFF, avant de grandir; la GLB est née en 1959 de quelques loges quittant le GOB, avant de grandir. La GLRB est née de la GLB en 1979; Lithos est plus récent et voit son chemin fort parsemé d’embûches.
    Le GOB était historiquement antérieur est mérite tout le respect, même s’il n’est pas la seule manière de vivre un cheminment maçonnique.
    L’initiative GLMB, dont il est question, est issue non pas de SS et de FF négatifs, mais de constats positifs éclairés sur la maçonnerie belge et son paysage possible au 21 ième siècle.
    Il s’agirait d’apporter une pierre constructive à ce paysage.

    La GLMB serait, si elle grandit dans la bienveillance des autres obed, une obédience dont toutes les loges seraient , répétons-le, mixtes et paritaires, ET uniquement , bien sur, aux trois premiers degrés symboliques.

    Il ne s’agit pas d’un second DH ou d’un second Lithos: pour rappel, le DH fonctionne sur 33 deg et sa mixité est de 80 % de SS et de 20 % de FF, la parité étant , selon le dernier convent du DH de 2008, espérée pour 2098 ! ; Lithos est une autre formule puisque comportant des loges féminines, masculines ou mixtes vraiment.

    L’initiative répond à un besoin, tant interne qu’externe.
    Interne, il s’agit de la volonté de SS et FF de travailler ensemble, tout en restant pour un certain nombre, attachés à leur choix ou obed d’origine, et c’est fort bien.
    Externe: un homme profane dispose de plus de possibilités d’obédiences ( GO, GL, GLF, DH, Memphis,…), mais une femme de moins ( DH, GLF, deux loge de Memphis,…); nous sommes en 2009 et la société humaine évolue, comme doit le faire la maçonnerie, moteur de réflexion et laboratoire de pensée consrtuctive.
    La GLMB créera une possibilité supplémentaire, et c’est fort bien ainsi.

    Il est évident que l’embryon d’une obédience peut faire craindre une mosaïque maçonnique en Belgique, mais il n’en est rien.
    La Belgique mérite d’avoir une seconde version de maçonnerie mixte, actuellement seulement matérialisée par le DH , globalement.
    L’essence de l’éventuelle future Grande Loge Mixte de Belgique répond à ce besoin manifesté souvent de façon discrète par les FF et les SS, celui qu’il existe en Belgique une obédience paritairement mixte fédérant soit des rites, soit des loges, ce qui ne peut gêner personne.
    Formons une chaine d’union ouverte à de nouveaux maillons; ne fermons pas notre esprit sur ce qui est et devrait resté figé seculi seculorum en dépit de l’évolution inéluctable.
    Acceptons cette initiative d’amour fraternel qui ne naît pas dans le mécontentement ou la douleur, mais dans la gentillesse, l’altruisme et lé désir d’avancer.
    La GLB et le GOB pourraient même s’en réjouir car cette initiative pourrait aussi éteindre un débat interne sur la fréquentation de leurs loges par les maçonnes, même si par écrit, leur position officielle a évolué.
    Le DH pourrait se réjouir de voir apparaître une autre mixité, créant ainsi une alternative constructive pour tous.
    La GLFB pourrait se réjouir d’avoir une possibilité supplémentaire de faire des tenues communes.
    Et les motifs motifs de satisfaction sont multiples, si on regarde les choses avec la réalité du grand angle.
    Merci aux SS et aux FF d’oser ce qui est beau, bien et juste, de vouloir créer du bonheur et une plus value maçonnique belge.

  • 7
    Flupke
    22 janvier 2009 à 12:57 / Répondre

    à Emerek

    le mot « sous marque » c’est comme le mot « tradition »
    On met le curseur de l’an zéro à quelle date ?
    La date de l’an zéro est une fiction permettant un classement.
    Si je mets l’année comme an zéro 1717 ben le GODF est une sous marque de la grande loge de Clermont, sous marque de la première grande loge d’Angleterre etc
    Mais si je le place vers 1650 la première grande loge d’Angleterre est une sous marque de Mary Chapel ou de Kilwinning loges écossaise !!!!
    C’est ainsi que certains en arrivent au paradis terrestre ……
    Le terme « sous marque » a peu de sens si ce n’est celui de vouloir être volontairement méprisant !!!

  • 6
    Raphodon
    22 janvier 2009 à 08:19 / Répondre

    En poursuivant sur le commentaire d’EMEREK , la GLMF n’est-elle pas l’instrumentalisation de la mixité future au sein du GODF ( ou GOMDF) ?

  • 5
    EMEREK
    21 janvier 2009 à 22:01 / Répondre

    La Grande Loge Mixte de France étant une « sous marque « du GODF.
    De facto cette « Grande Loge » deviendra une « expansion » du GODF .
    Comprenne qui pourra……

  • 4
    Stéphane
    21 janvier 2009 à 13:25 / Répondre

    Je ne comprends pas trop l’utilité d’une nouvelle Obédience qui va être un « doublon » soit du DH, soit de Lithos. Quant à créer une « Maçonnerie belge aussi paritaire que possible », à part en instaurant des quotas, comme sur les listes électorales, je ne vois comment y arriver.

  • 3
    Flupke
    21 janvier 2009 à 11:38 / Répondre

    Dans la mesure où les visites réciproques sont possibles, sans ségrégation quelque en soit la nature (on en est encore éloigné), peu importe le nombre d’obédiences, n’est-ce pas essentiellement dans sa loge que l’on « travaille » le plus ?

  • 2
    nicolas dupond
    21 janvier 2009 à 09:39 / Répondre

    Le rite français moderne est bien celui de 1955 (travaillant notamment à la gloire du grand architecte). Il est très peu pratiqué en France mais j’ai eu l’occasion de fréquenter une loge du Grand Orient travaillant à ce rite. C’est un rite se rapprochant en partie du rite écossais ancien et accepté.

    Je suis donc étonné du rapprochement des deux rites dont il est fait mention dans le post puisqu’il se ressemble assez.

    A moins qu’en Belgique il existe un rite ayant le même nom et n’ayant rien à voir.

  • 1
    Raphodon
    21 janvier 2009 à 08:20 / Répondre

    Quid de l’initiative de  »Lithos » ?
    La Belgique serait-elle contaminé par le virus multi-obédienciel français ?
    D’où ma nouvelle formule : « Eparpiller encore plus ce que l’on tente avec beaucoup de mal à rassembler »…..

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous