Catherine Kintzler
Catherine Kintzler

À la mémoire de Samuel Paty, professeur, par Catherine Kintzler

Publié par Catherine Kintzler

Une remarquable analyse de Catherine Kintzler des causes et conséquences du meurtre de Samuel Paty, publiée samedi 17 dans son blog Mezetulle et qu’elle m’a autorisé à vous offrir. Ce texte a aussi été repris hier lundi par Causeur.
Géplu.

______________________________________________
.

À la mémoire de Samuel Paty, professeur

Vendredi 16 octobre, Samuel Paty, professeur, a été décapité parce qu’il enseignait. Réduire cet assassinat à un crime revient à esquiver le caractère politique de la visée hégémonique qu’il véhicule. Car cette atrocité se présente comme une exécution menée au nom d’un ordre supérieur qui devrait supplanter non seulement les lois de l’association politique, mais aussi tout rapport autonome à la connaissance, à la pensée. Elle révèle aussi que la guerre menée contre la République a dépassé la période des tests politiques, puis celle des commandos organisés terrorisant la société civile, pour atteindre un niveau alarmant de diffusion. En étendant les poches d’aisance où il il se meut « comme un poisson dans l’eau », le terrorisme islamiste contamine le corps social et menace de le submerger.

Si l’école est laïque, ce n’est pas seulement comme institution et parce qu’elle est un organe du dispositif républicain, c’est aussi parce qu’elle tire (ou devrait tirer) son autorité de la constitution des savoirs, laquelle échappe à toute transcendance, à toute imposition d’une parole ou d’un livre unique, et ne peut se construire qu’avec des esprits en dialogue. Voilà ce que tout professeur est chargé de travailler et de défendre, non pas dans la célébration d’un « vivre-ensemble » incantatoire et abstrait, mais avec et par le segment du savoir qu’il maîtrise et qu’on n’ose plus appeler « discipline ».

Installer chaque esprit dans ce dialogue fructueux et inquiet qui a pour condition première le dépaysement, la distance avec soi-même, voilà ce que faisait Samuel Paty, professeur. Il aurait dû pouvoir le faire normalement, en expliquant, en illustrant [1], en argumentant dans une ambiance de sérénité assurée par l’institution : en somme en professant, protégé des pressions et mettant de ce fait ses élèves, avec lui, à l’abri du tourbillon social. Mais, comme des milliers de professeurs aujourd’hui et depuis bien des années, il le faisait malgré, contre les assauts qui renvoient sans cesse l’école à son extérieur, il le faisait en dépit des pressions qui, au prétexte de mettre les élèves (et les parents) au centre du dispositif scolaire, l’assujettissent à la férocité et à la fluctuation des demandes sociales. Ce qui devrait être un travail serein et somme toute ordinaire est devenu un acte d’héroïsme.

Samuel Paty a été assassiné et décapité pour avoir exercé sa fonction, parce qu’il enseignait : c’est en sa personne le professeur qui a été massacré. Par cette atrocité, sommation est faite à tous les professeurs d’enseigner et de vivre sous le régime de la crainte. Des groupes qui encouragent ces manœuvres d’intimidation à sévir au sein même de l’école s’engouffrent dans la brèche ouverte il y a maintenant trente ans, laquelle s’acharne à assujettir l’école aux injonctions sociales. On ne voit que trop à quelles extrémités celles-ci peuvent se porter. Non l’école n’est pas faite pour « la société » telle qu’elle est. Sa visée est autre : permettre à chacun, en s’appropriant les savoirs formés par l’humaine encyclopédie, de construire sa propre liberté, dont dépend celle de la cité. Il faut cesser de convoquer les professeurs à leur propre abaissement. Réinstaurer l’école dans sa mission de transmission des savoirs et protéger ceux qui la mettent en œuvre, voilà ce qu’on attend d’une politique républicaine. Sans cet élargissement qui appelle une politique scolaire exigeante et durable, l’hommage national qui doit être rendu à la personne martyrisée de Samuel Paty restera ponctuel.

Il est faux de dire que l’auteur de cet assassinat était un « solitaire », comme s’il fallait éviter de dire qu’il s’agit d’un acte de guerre. Un homme isolé n’est pas nécessairement un « solitaire ». En l’occurrence il se nourrit au fast food bien garni des exhortations, imprécations, intimidations et autres menaces qui, diffusées sur internet et dans certaines mosquées, partout étalées [2], complaisamment relayées, font de chaque assassin se réclamant de la cause islamiste un vengeur héroïque. Il y a bien longtemps que cette guerre a commencé. Elle a posé un jalon dès 1989, en s’attaquant déjà à la laïcité de l’école républicaine [3]. Elle a ensuite dépassé la période des tests politico-juridiques, puis celle des commandos organisés terrorisant la société civile à coups meurtriers de Kalashnikov pour atteindre aujourd’hui un niveau d’extension tel qu’aucune parcelle de la société ne peut assurer qu’elle est à l’abri de sa présence et de sa menace [4]. Pratiquant avec virtuosité le retournement victimaire et la culpabilisation à l’ »islamophobie », convertissant l’accusation impertinente de « blasphème » en pleurnicherie des « sensibilités offensées », tissant ses liens avec le « décolonialisme » et le néo-racisme, la forme idéologique de cette guerre gangrène l’université et se diffuse dans la société civile [5].

En étendant les poches d’aisance où il il se meut « comme un poisson dans l’eau », le terrorisme islamiste contamine le corps social et menace de le submerger. Un ordre moral féroce s’installe par accoutumance à tel point qu’il devient « normal » et « compréhensible » pour un homme de songer à en assassiner un autre pour avoir osé une opinion contraire à une parole prétendue absolue, qu’il devient « normal » et « compréhensible » pour un groupe d’appeler à la vengeance. La banalisation des marqueurs religieux s’étend et prétend non pas simplement à la liberté pour elle-même, mais au silence de toute critique et de toute désapprobation la concernant. Et il se trouve de bonnes âmes pour comprendre, excuser et encourager cette abstention. L’appel au « respect de l’autre » est-il à ce point nourri de haine de soi qu’il doive prendre la forme d’une autocensure s’interdisant toute critique publique ? Est-il à ce point méprisant et paternaliste à l’égard de ceux qu’il prétend prendre sous son aile qu’il se croie obligé de leur épargner cette critique ? Est-il à ce point retors qu’il faille en son nom faire fonctionner la liberté d’expression à sens unique ?

Le sursaut nécessaire n’appartient pas qu’au politique : devant l’infusion sociale qui répand et banalise le totalitarisme islamiste, les nécessaires mesures politiques, juridiques et judiciaires qui sont appelées aujourd’hui de toutes parts, si fermes soient-elles, seront sans effet sans un mouvement civil issu des citoyens eux-mêmes. Cessons de courber l’échine ou de regarder ailleurs devant la culpabilisation, devant l’insolence et la violence du « République bashing » qui convertit la haine du colonialisme en haine de la République, qui confond universalisme et uniformisation, qui est prêt à sacrifier les individus sur l’autel antique des communautés et des ethnies, qui fétichise les appartenances et ne voit pas que sans la liberté de non-appartenance, il n’est pas d’appartenance valide. Aucun régime n’a été aussi libérateur que le régime laïque, aucune religion placée en position d’autorité politique ou ayant l’oreille complaisante de cette autorité n’a produit autant de libertés : osons la laïcité, osons la République. « Il nous faut reconquérir tout ce que la République a laissé faire » [6].

[1] – L’expression « il a montré des caricatures de Mahomet » est un raccourci. Aucun professeur ne « montre » quoi que ce soit sous le régime épatant de l’exhibition. « Montrer », pour un professeur c’est, soit recourir à une illustration, utiliser un document, une ressource en l’incluant dans un ensemble explicatif et progressif, soit exécuter un geste, un exercice afin d’exposer et d’expliquer un modèle ou un exemple dont les élèves pourront s’inspirer.
[2] – J’ai eu la surprise, en téléchargeant il y a deux jours l’édition de 1929 de L’Ethique de Spinoza (Garnier, traduction Appuhn) sur Amazon en accès libre, de la voir précédée et suivie de deux textes de propagande islamiste.
[3] – Affaire dite des « foulards » au collège de Creil. Voir le manifeste dit « des Cinq » « Profs ne capitulons pas », Le Nouvel Observateur du 2 novembre 1989 sur le site du Comité laïcité République http://www.laicite-republique.org/foulard-islamique-profs-ne-capitulons-pas-le-nouvel-observateur-2-nov-89.html
[4] – On se reportera, entre autres, aux deux ouvrages collectifs dirigés par Georges Bensoussan, Les Territoires perdus de la République (Paris, Mille et une nuits, 2004) et Une France soumise (Paris, Albin-Michel, 2017) ainsi qu’au collectif dirigé par Bernard Rougier Les territoires conquis de l’islamisme (Paris, PUF, 2020).
[5] – Voir sur ces sujets le dossier sur la liberté d’expression https://www.mezetulle.fr/sur-lexpression-droit-au-blaspheme-dossier-sur-la-liberte-dexpression/ et l’article sur liberté de recherche et sur la liberté de recherche dans Causeur  https://www.causeur.fr/antiracisme-society-for-seventeenth-century-music-178960
[6] – Citation extraite du discours prononcé par Emmanuel Macron, président de la République, aux Mureaux le 2 octobre 2020. Voir une brève analyse et la référence sur ce site : https://www.mezetulle.fr/discours-des-mureaux-sur-le-separatisme-e-macron-brise-un-tabou-ideologique-mais-la-politique-suivra-t-elle/ .

mardi 20 octobre 2020
  • 32
    Luciole
    24 novembre 2020 à 15:41 / Répondre

    Ce confinement a des effets pervers. Certains nous quittent et nous laissent encore plus isolés. Bien sûr nous n’avons pas toujours le même avis et heureusement. Nous nous disputons et avec véhémence parfois mais nous nous informons, nous partageons, nous évoluons petit à petit et n’est-ce pas l’essentiel ? Nous devrions remercier Géplu de nous laisser cet espace de liberté quelquefois divergent de ses propres sentiments. Je n’abandonnerai paa, en ce qui me concerne, le plaisir de vous lire, de m’opposer, de vous rencontrer tant que je le pourrais. (moi aussi je suis né avant la guerre et croyez moi nos petits différents sont peu de choses devant l’essentiel.

  • 31
    Lazare-lag
    24 novembre 2020 à 02:42 / Répondre

    @ Jean, de Mazargues (3),
    Cela fait un mois maintenant que tu as pris cette décision, soudaine, inattendue, surprenante, de rompre les amarres, de fermer le clavier.
    Elle nous a laissé, elle m’a laissé, sans voix, ou plutôt sans réaction, je veux dire sans réaction immédiate..
    Pour moi, ce n’était pas possible de réagir dans l’instant, et mon silence n’était certainement pas désintérêt.
    Chacun son tempérament, MTCF Jean.
    C’est comme ça, je ne suis pas dans les réactions épidermiques, spontanées, en général je préfère donner du temps au temps.
    C’est irrationnel de ma part peut-être, mais j’ai comme dans l’idée que tu continues à nous lire, que tu es là avec nous. Même silencieusement, même de façon muette.
    Aucune utilité de participer à ce blog, dis-tu?
    En es-tu vraiment persuadé?
    J’ai tendance à penser, surtout en cette année curieuse ou, pandémie et confinement obligent; nous ne pouvons plus être en tenue, nous ne voyons plus beaucoup nos frères, ce blog propose quelques compensations des plus utiles.
    Et je ne vois pas très bien l’aspect narcissique que tu mentionnes.
    Le narcissisme, me semble-t-il c’est rapporter le maximum à soi. A soi, avec un désintérêt pour les autres.
    La participation à un blog, à ce blog, me semble être tout à fait autre chose qu’une activité ego-centrée.
    Il y a partage.
    Certes, il peut y avoir des oppositions, des confrontations, des exaspérations aussi, des malentendus également, mais ce magma de bulles, ce bouillon d’interventions, ce mélange d’ingrédients les plus variés n’est-il pas des plus positifs?
    Elle est là l’utilité. Elle existe. Tu l’as rencontrée.
    Chacun de nous vient ici quoi faire?
    D’abord s’abreuver d’informations à travers les articles publiés. D’informations, d’actualité, de culture aussi, maçonnique, mais pas que.
    Ici rien n’est monolithique, rien n’est standardisé, et chacun apporte sa pierre.
    Alors oui, les ouvriers, les bâtisseurs, en un mot les maçons, auront des conceptions différentes sur la construction de l’édifice, sur le tracé du plan, mais l’essentiel (mot qui semble curieusement revenir à la mode) n’est-il pas que l’édifice progresse?
    Et donc, MTCF Jean, si malgré tout tu vois quelque narcissisme dans le fait de déposer ici des messages, alors dis-toi que la satisfaction ne peut pas y être, je te cite, « vaine et limitée ».
    Pourquoi?
    Parce que c’est alors la multiplication de nos narcissismes qui échafaude l’oeuvre commune.
    Chaque fois que tu t’exprimes ici, tu dis. J’ai dit.
    Et persuade-toi que ton J’ai dit n’est pas l’expression d’un narcissisme esseulé.
    Ton J’ai dit a quelque chose de pluriel.
    Ton J’ai dit n’est pas, comme tu sembles le croire, l’expression de ton seul Ego,
    Ton J’ai dit, nos J’ai dit, sont l’expression du fait que nous sommes tous Egaux.
    Et que nous avons donc tous besoin les uns des autres.

  • 30
    Claude de Nardi
    3 novembre 2020 à 11:13 / Répondre

    Claude de Nardi
    29 LAZARE…et26 MARCOSTESTOS
    Claude de Nardi est UN FM…vieux, né avant-guerre!´
    LAZARE, j’ai retenu les trois points entre quatrains et tercets….mais il me semble que ça ne marche qu’après ton opportune intervention! Alors je vérifie avec un autre sonnet ( après l’abandon du projet de voyage à Auschwitz).
    ….
    2020…AUSCHWITZ: 75 ans…

    Costa Gavras un jour signifia Amen.
    L’an 1215 le concile de Latran
    Au juif attribua une histoire d’errant
    Pour Pape et Grand Mufti jusqu’à Jérusalem.

    Primo Levi a vu Venise et son ghetto:
    Si c’est un Homme enfin pourquoi tant de dédain?
    Le Christ et Pie XII à Eboli pour rien?
    Au Vel. d’hiv. à Paris, Pétain incognito?

    De Rome à La Mecque en passant par Moscou
    Cette Terre est pleine de dieux et de leurs fous:
    Prédateurs hypocrites de nobles utopies…

    Mais l’Hoome révolté rejette le gourou,
    Il veut tout simplement ne plus vivre à genoux.
    À Camus et Ferrat disons un grand merci

    Claude de Nardi.

  • 29
    Lazare-lag
    1 novembre 2020 à 17:50 / Répondre

    Merci Claude ( @message 28)pour la dédicace, mais il n’y avait pas lieu.
    Après tout, je n’ai fait que « dépanner » par un simple moyen technique afin que quatrains et tercets soient bien mieux perceptibles.
    Pour la versification, ce n’est pas de mon ressort, ici le mérite ne me revient pas.
    A propos, n’oublie pas de répondre à Marcos Testos (cf. son message 26), il s’interroge sur qui est l’auteur du sonnet paru dans ton message 15.
    J’ai imaginé que ça pouvait être toi, mais n’est-ce pas mieux de le dire toi, en personne?
    Enfin, un doute m’assaille, es-tu un F:. ou une S:.?
    Je suis parti de l’idée que tu pouvais être un F:. (influence cinématographique j’imagine: Sautet, Lelouch, Brasseur, Brosset, Autant-Lara, Berri, Chabrol, Pieplu…), mais peut-être suis-je parti d’un mauvais pied.
    – – –
    Quoiqu’il en soit, très bien les petits effets de rime.
    En ces périodes tragiques où agissent de sombres brutes,
    Bienvenue à de telles initiatives qui recentrent vers un but.
    Il y a beaucoup mieux que la violence à quoi on s’arrime.
    – – –
    C’est la culture notre rempart; cela passe par les libraires,
    A condition de ne pas vouloir, par excessive précaution, les fermer.
    Nous avons besoin de livres à foison, des écrits il en faut une armée.
    Aucun sang coulé, aucune victime innocente ne nous fera taire.
    – – –
    Il en est ainsi au moins depuis le lâche attentat contre Charlie Hebdo,
    Sous couvert d’une religion, un peu facile de nous mettre sur le dos,
    Toutes les ignominies, surtout en s’attaquant à de faibles innocents.
    – – –
    Alors oui, tu as raison de donner au Soleil et à la Lune la parole,
    Car, que nous soyons ou non franc-Maçons, c’est bien de notre rôle,
    De la faire circuler, vivre, se multiplier. En un mot comme en cent.

  • 28
    Claude de Nardi
    1 novembre 2020 à 15:36 / Répondre

    À Lazare- lag. Je t’ai lu… le confinement inspire…
    Le déconfinement de l’Univers
    ….
    Le Soleil dit alors à la Terre ahurie:
    « Je te donne la vie, éternelle, sans retour.
    Partageons à moitié et la nuit et le jour:
    De minuit à midi, de midi à minuit. »
    ….
    Tout allait pour le mieux dans ce monde sidéral
    Mais la nuit et le jour se meurent de jalousie.
    La Lumière triomphe et s’approprie la Vie
    Par une course folle dans l’éther primordial.
    ….
    Zeus qui passait par là se mêla de l’affaire.
    Non content d’être Dieu, il voulut être père:
    De la terre fit les os et de l’air les poumons,
    ….
    De l’eau tira le sang et la tête du feu,
    À Pandore il permit de l’amour tous les jeux
    Pour engendrer un Homme promis à tous les dons.
    …..
    Claude de Nardi.

  • 24
    Icare
    26 octobre 2020 à 11:51 / Répondre

    Mon intervention visait à informer qu’une partie de la presse (Paris Match, BFMTV…) présente le général de Villiers comme un éventuel candidat à la présidentielle.
    Il ne s’agit pas de mettre en doute le patriotisme et le savoir-faire du chef militaire ou de lui faire de la pub mais quand il évoque l’humanisme et la fracture sociale avec des solutions pour les jeunes des quartiers, son analyse devrait s’appuyer sur le pacte républicain, être exhaustive et prendre en compte toutes les situations pour apporter des réponses à tous les citoyens.
    Comme l’évoquait Michelet :  » la nation n’est pas un héritage à défendre mais un mode d’universalisation à approfondir ».

    • 25
      Lazare-lag
      26 octobre 2020 à 14:01 / Répondre

      Merci Icare, on y voit désormais un peu plus clair.
      Et cela corrobore mon point de vue précédent, à savoir ne pas avoir vu cette info dans les organes de presse sérieux qui me sont habituels.
      Quant à la famille De Villiers, ma foi (humour pas tout à fait involontaire…) ils font comme ils l’entendent.
      Je croyais qu’il n’y avait qu’un seul agité du bocage (cf. « Canard enchaîné », tous droits réservés s’agissant de Philippe), irions-nous vers un deuxième?
      Je n’écris pas un second, la famille est nombreuse.

  • 20
    Icare
    26 octobre 2020 à 05:48 / Répondre

    Nous sommes revenus au XIXe siècle et la tradition laïque de notre République n\’est plus défendue. Merci à Catherine de rappeler les regles d\’un vivre ensemble qu\’un certain Erdogan veut détruire. C\’est aujourd\’hui la seule attitude humaniste face à ´obscurantisme. La voie est étroite et les partisans d\’\’une société anglo-saxonne sont nombreux y compris dans nos rangs. La presse n\’est pas toujours du côté des Lumières et ne montre pas toujours l\’exemple. Aujourd\’hui, elle met en avant un général qui pour lutter contre la fracture sociale et l\’islamisme se tourne vers une autre religion et met en avant le travail d\’\’une association catholique dans les quartiers. Ce n\’est pas le chemin qui construit des esprits libérés et qui permettra de rassembler ce qui est épars.

    • 21
      Lazare-lag
      26 octobre 2020 à 09:03 / Répondre

      Quelle presse met en avant un général?
      Pas toute me semble-t-il.
      En disant « la presse » ou « les medias » on peut comprendre toute la presse; et ce faisant on peut s’imaginer que le dit gégène reçoit un écho bien supérieur à sa réelle influence.
      Et le dire ainsi c’est participer ainsi, même involontairement, à un rayonnement qu’il n’a pas.
      L’emploi et le choix des mots est important.
      J’ajoute, et pourtant je crois lire un certain nombre de choses, n’avoir personnellement rien aperçu de tel dans les organes de presse que je consulte.
      Et, sauf erreur, il s’agit ici sur Hiram.be, de la première allusion à cette autorité militairement étoilée.
      Sommes-nous là pour parler de lui et lui faire quelque publicité? Car le mentionner, même sans le citer, n’est-ce pas lui ouvrir un espace?
      (j’ajoute que, m’intéressant un peu au milieu de la défense, et y réfléchissant un peu, ce n’est pas un nom de général qui me vient à l’esprit, mais peut-être même deux ou trois).
      Les trois étant à la retraite, il n’en manquerait plus qu’un quatrième pour pouvoir évoquer, au hasard: « un quarteron de généraux à la retraite ».
      Citation dont je rappelle que l’auteur était lui-même général, mais bien autrement méritant.

      • 22
        MarcosTestos
        26 octobre 2020 à 10:13 / Répondre

        21-Lazare-Lag
        J’ai dû louper qqchose. C’est quoi cette histoire de Général sois disant mis en avant dans la presse ? Merci de m’éclairer.

        • 23
          Lazare-lag
          26 octobre 2020 à 11:21 / Répondre

          C’est justement mon interrogation, c’est ce dont parle Icare dans son message 20, sans voir vraiment de quoi il s’agit.
          D’où mon questionnement. D’où quelques supputations de ma part, mais comme elles proviennent de sources qui ne sont pas franchement favorables à la FM, il ne m’appartient pas de développer et de leurs faire écho.
          C’est donc à Icare de bien vouloir nous en dire davantage, pour le moment c’est assez opaque et ça manque de visibilité.
          Et quand Icare manque de visibilité… gare à l’aterrissage.

  • 17
    joab's
    22 octobre 2020 à 10:49 / Répondre

    ne tentative de réflexion un peu plus distante de l’évènement à chaud. Peut être Geplu pourrait ouvrir un sujet où nous aurions des controverses plus intéressantes que la litanie des communiqués d’obediences.
    La question du crime puisque c’est ce dont nous parlons et sujet sur lequel nous FMaçons avons déjà travaillé.
    Et plus particulierement, je vois une formule connue par tous en FM sur le but de notre entrée en loge : « vaincre nos passions, soumettre … etc … je ne cite pas en totalité, les FM connaissent).
    Ainsi, lorsque l’echange est guidé, influencé par l’émotion, les offuscations, le débat s’appauvritn chacun restant dans son couloir … alors que comme on le constate, un once d’ouverture permet de se retrouver sur certains points. Ainsi, j’apprecie(mais oui) avec surprise une position de marcotestos sur une défense absolue de la République comme un emmanuel sur une défiance des grandes messes compassionnelles. Ce qui ne m’empechera de rester impitoyable sur les dérives contre-maçonniques de la GLNF.
    Mais revenons à l’approche que je suggère :
    L’examen du crime, quelqu’il soit :
    – Il s’agit d’arrêter la vie d’autrui, la capacité d’un être humain de s’enrichir plus longtemps, dans sa vie personnelle et spirituelle comme des vies massives dans des holocaustes ou guerres. Ainsi sur ce point, il y a une curieuse indulgence pour des crimes guerriers pourtant bien plus conséquents que des crimes individuels.
    – Le mobile du crime : il est souvent une differentiation entre des crimes passionnels, crapuleux ou terroristes.
    ET finalement, je propose de déplacer le problème en disant qu’il nes’agit dans tous les cas que de crimes passionnels, mais que la passion diffère.
    – Ainsi la passion peut provenir de la jalousie ou d’un amour fou.
    – Ou alors d’une conviction politique d’extermination de ceux qui s’opposent au systeme politique idéal que l’on défend.
    – Ou alors une volonté orgueilleuse de s’identifier et participer à des gagnants (conquérants ou separatistes). Pourquoi glorifie-t-on Napoleon et les kaisers allemands qui ont mené des politiques de conquête similaire.
    – un conditionnement nationaliste ou religieux qui pousse à fermer les ecoutilles à toute empathie extérieure etcentrer, tronquer toute existence à la réalisation d’un ideal de réussite d’une partie de l’humanité au dépens des autres.
    En l’espèce, manifestement le criminel de Paty est passionné à l’extrème par un ideal qu’il a acquis : la défense de la réussite d’un islam conquérant et qui doir régir les libertés, les relations entre humains. Ne portons pas, provisoirement, de jugement de valeur et considérons simplement qu’il est mené par une passion qui lui fait dépasser toute consideration humaine de preservation de sa vie, de respect de vie d’autrui, d’empathie humaine, sans parler bien sûrdu repect des lois républicaines et laïques, et civilisation occidentale qui sont d’evidence sans valeur pour lui. (C’est pourquoi leur brandir celà est sans efficacité).
    Interrogeons- nous aussi si la défense de nos valeurs occidentales ne serait pas aussi une forme de « passion ». SVP de ne pas construire immédiatement un mur d’offuscation pour se dispenser d’y réfléchir. En maçons, considerons la 2e expression de « soumettre … ». Ne craignons pas et (là c’est mon affirmation) nous decouvrirons que justement les passions vaincues (y compris celles-là) amène à une approche résolue, ferme et efficace. Le monde européen est en effet guidé par une approche progressiste et libérale tout en ayant des populations attachées à des approches regressives(au sens figées sur des textes millénaires) spirituelles. Et justement par notre maxime maçonnique nous amène à cesser les approches belliqueuses de defendre chacun sa passion et à miser sur justement ce qui permet un « vivre ensemble » des ses passions dans des sphères où elles ne s’affrontent pas, voire même se respectent (ne pas confondre avec s’allier pour attaquer d’autres).
    La franc-maconnerie elle même n’est elle pas une passion ? On peut répondre categoriquement non, puisqu’officiellement elle nous pousse à vaincre les passions : Hormis le militantisme obédentiel(par conséquent non maçonnique), la francmaconnerie est donc hors-passions … Pour autant nous devons toujours nous méfier de nous même.
    Et pour ce qui est du « crime rituel », nous ne pouvons en parler qu’en tant que maîtres maçons.
    Pardon de « mettre les pieds dans le plat ».

    • 18
      MarcosTestos
      22 octobre 2020 à 14:45 / Répondre

      Nouvelle tentative de justification de l’injustifiable …

  • 16
    Claude de Nardi
    21 octobre 2020 à 17:54 / Répondre

    Dommage, c’était un sonnet….!

    • 19
      Lazare-lag
      23 octobre 2020 à 19:50 / Répondre

      @ Claude De Nardi (16):
      Si je puis me permettre, voilà ton sonnet rétabli dans ses grade et qualité:
      – – –
      Claude de Nardi
      21 octobre 2020 à 17:21 / Répondre
      – – –
      Des dieux et de l’Homme
      – – –
      Dieu! Qu’as-tu fait de l’Homme? Homme! Qu’as-tu fait des dieux?
      Tour à tour inventeur, tour à tour inventé;
      Du pire et du meilleur, chacun sa vérité;
      Pour le bien et le mal, également douteux.
      – – –
      La Terre est à prendre, mais pas au mieux-disant.
      Hasard, nécessité, chacun est convoqué
      Pour une course folle, et Darwin a tranché:
      À Dieu l’éternité, au bipède le vivant.
      – – –
      De Lucy à l’Olympe, l’Homme s’efforce d’avancer,
      Mais sa mère Nature ne peut plus soulager
      Son Sisyphe impétrant de l’énorme boulet.
      – – –
      L’Homme devient conscient de ce hasard cosmique
      De qui il tient la vie, et, seul et sans supplique,
      Il doit pour sa survie, toujours recommencer.

      • 26
        MarcosTestos
        26 octobre 2020 à 18:15 / Répondre

        19- Lazare-Lag
        Peux me donner le nom de l’auteur de ce sonnet. Merci d’avance.

        • 27
          Lazare-lag
          26 octobre 2020 à 19:48 / Répondre

          @ Marcos T (26):
          Sauf à avoir compris de travers, il me semble que l’auteur est tout simplement Claude de Nardi lui-même.
          Personnellement, j’ai compris ceci:
          1/ Par son message 15, Claude de Nardi nous adresse le sonnet.
          Mais la publication ici sur le site de Hiram.be n’a pas respecté les espacements.
          2/ Raison pour laquelle, dans son message 16, le même Claude de Nardi s’exclame:
          – « Dommage, c’était un sonnet….!
          Moi lisant cela, j’ai supposé qu’il voulait dire par là que c’était dommage que les espaces étant absents, le sonnet n’était plus visuellement marqué à la publication.
          3/ Et raison pour laquelle je suis intervenu par message 19.
          Je n’ai absolument pas touché au texte, ni au nom de l’auteur, j’ai juste créé les espaces qui permettent de mieux voir le sonnet, à savoir 14 vers en 2×4 +2×3 (règle du sonnet, souvenir de collège…).
          Et en les espaçant, on voit mieux les terminaisons et les sonorités (eux/té/té/eux dans le premier quatrain, (ant/é/é/ant dans le 2nd) puis é/é/é sur les trois vers suivants, pour terminer en ique/ique/é.
          Conclusion: quand on veut créer un espace ici, il faut le signaler comme je l’ai fait, par des petits traits, ou tirets.
          Finalement, seul Claude de Nardi (que je ne connais absolument pas) pourrait nous dire s’il s’agit d’un sonnet de sa composition, ou s’il s’agit d’un emprunt.
          Je n’en sais donc pas plus que toi…. et j’aimerai savoir aussi!
          Claude le poète, si tu nous lis, n’hésite-pas!

  • 15
    Claude de Nardi
    21 octobre 2020 à 17:21 / Répondre

    Des dieux et de l’Homme

    Dieu! Qu’as-tu fait de l’Homme? Homme! Qu’as-tu fait des dieux?
    Tour à tour inventeur, tour à tour inventé;
    Du pire et du meilleur, chacun sa vérité;
    Pour le bien et le mal, également douteux.

    La Terre est à prendre, mais pas au mieux-disant.
    Hasard, nécessité, chacun est convoqué
    Pour une course folle, et Darwin a tranché:
    À Dieu l’éternité, au bipède le vivant.

    De Lucy à l’Olympe, l’Homme s’efforce d’avancer,
    Mais sa mère Nature ne peut plus soulager
    Son Sisyphe impétrant de l’énorme boulet.

    L’Homme devient conscient de ce hasard cosmique
    De qui il tient la vie, et, seul et sans supplique,
    Il doit pour sa survie, toujours recommencer.

  • 13
    joab's
    21 octobre 2020 à 08:42 / Répondre

    @Asterix.
    Décréter « constat » ton opinion ne fait pas un argument.
    Le courage n’est pas de clamer, simplifier, appeller, etaler des morts. Et encore moins de pousser à des pulsions vengeresses.
    C’est justement de s’opposer avec serieux, apllication, opiniatreté aux velleités terroristes, d’où qu’elles viennent.
    Quant à l’aspect politique, chaque parti se vante de plus-plus.
    Et si tu ne vois aucun parti (doctrine populiste du « tous pourris ») pour qui voter, c’est la porte ouverte à la prise de pouvoir autoritaire.
    DAns les faits, nombre de partis ne voient dans les attentats qu’une opportunité pour pousser leurs idées xenophobes pour flatter les pulsions et prendre ainsi le pouvoir.
    @yasfaloth.
    Je déplore que tu boudes le blog. Si nous sommes en desaccord souvent sur des sujets comme le sexisme en FM ou l’omnipotence obédentielle, on est sur une ligne proche sur le sujet du jour. Evidemment pas sur la defense de la religion mais en FM ca se discute. Il est pour le moins étonnat et de plus devant un public profane que nous montrions ce ver de la FM constitué par une incapacité à échanger, considérer les opinions contraires et aussi cette calamité des divisions entre franc-maçons causées par un « communautarisme » obédentiel. Sinon, faut pas être susceptible à se faire « traiter » … comme tu le constates, je me fais copieusement insulter, calomnier par plusieurs ici (dont toi, si je me souviens) … Je n’y vois que colère, faiblesse et dépit de l’insulteur.
    @geplu
    Le fait que l’auteure de cet article publie sur Causeur, site d’extrême-droite au public apellant régulièrement aux crimes devrait attirer l’attention de geplu.

    • 14
      Désap.
      21 octobre 2020 à 09:58 / Répondre

      13 – « Evidemment pas sur la defense de la religion mais en FM ca se discute. »
      Non !! Principe maçonnique.
      .
      « Le fait que l’auteure de cet article publie sur Causeur, site d’extrême-droite au public appelant régulièrement aux crimes devrait attirer l’attention de geplu. »
      Non ! le support n’a aucune importance, seul le texte doit être jugé, et en l’occurrence il est très juste.
      Cf. Guénon publiait dans « La France Antimaçonnique » pour y défendre la maçonnerie.

  • 12
    Revauger Cécile
    20 octobre 2020 à 21:38 / Répondre

    Merci Catherine pour cette remarquable analyse. Tout est dit! Il est temps d’être lucide et rationnel, de ne rien céder au communautarisme, de défendre une laïcité sans complaisance.

  • 7
    réboussié
    20 octobre 2020 à 11:14 / Répondre

    pourquoi ces débats ? et ici ?? ne pourrait on plus débattre dans nos ateliers ??? à part les fachos bien sur ?
    excommunication facile ? ou répondre? – le lieu ? J’en reviens à Zemmour , et ses tracas judiciaires : on entend ces jours ci que ces gens restent au dessous des radars ….j’en déduis mais arrêtez moi si je me trompe que l’erreur de Zemmour c’est sa parole , sa médiatisation , ses livres ….je continue .. et quel est le danger le plus grave ? quel est l’instrument qui a permis ce développement ?? tout pointe vers la Justice : les réseaux sociaux ?? la muleta !, les textes existent , le mur des cons ? pour nous qui aimons les symboles ? imaginez une classe maternelle , avec au tableau le mur des cons de l’école ? tous ces enseignants avec leur laïcité , leur racisme ?? pardon , on dit racialisme , à quand le néo racialisme , car le ventre est fécond , et la charogne de Baudelaire au détour du chemin n’a pas fini sa décomposition , j’ai failli écrire sa déconstruction déridienne ….
    Osons …oublier ce blog ? j’en ai abandonné d’autres ..oublier la FM ? après plus de 30 ans ? de rencontres merveilleuses ,de richesses diverses , de travail ..? le temps passe , la roue tourne , Ce qui me tiens encore ? c’est un besoin de comprendre …la Justice .. car la vengeance creuse son sillon à bas bruit , ce qui explique à mon sens les silences de frères et de soeurs …encore plus d’ex frères et d’ex soeurs …Oh , pas de violence en principe , on en connait le prix , la valeur , mais les barrages ? on n’est pas formé pour cela , formé ? de ce que l’on trouve ( en fait ce que l’on cherchait ) en FM c’est bien une forme , pour ne pas tomber dans l’informe , la brutalité , la bestialité , une forme , une identité qui facilite le vivre ensemble , non pas comme slogan actuel islamo fasciste mais comme bonheur partagé avec ses frères à condition bien sur que la décomposition du Verbe n’atteigne pas le mot de frère ..alors J de M , adieu , mais rien n’est destiné à perdurer éternellement , nous cherchons juste ensemble sur le chemin ….vers l’étoile ??

  • 6
    Désap.
    20 octobre 2020 à 10:59 / Répondre

    DROIT AU BLASPHEME
    Je mets en doute la parole de Moïse
    Je mets en doute la parole de Jésus
    Je mets en doute la parole de Mahomet
    Leurs discours sont incohérents et contradictoires. Ceci a été démontré.
    Comment des maçons peuvent-ils croire à ces sornettes, sauf à faire preuve de subjectivité identitaire ?

    • 10
      yasfaloth
      20 octobre 2020 à 13:18 / Répondre

      Comment peut on descendre aussi bas ?
      .
      Ce discours, comme les « caricatures », comme ce texte partisan et assez honteusement orienté et pro-zemmourien de Mme Kinzler (ah bon les criminels « non religieux » ne sont pas aussi les « produits » pervertis de leurs milieux ?); ne sont in fine que de la « propagande » du prosélytisme athée et anticlérical caractéristique, avançant sous le masque d’une « laïcité » dévoyée et d’un républicanisme qui fleure bon le « Petit père Combes » !.
      .
      Cela en serait presque parfois comique si les « fous de dieux » qui lisent ce blog, et qui ne sont au fond que des hommes perdus (tout comme certains ici); suivant les principes de généralisation, et pourquoi s’en priveraient ils puisque c’est celui, obligé, de la quasi totalité de l’intelligentia de notre pays en ce moment; n’allaient nous désigner, tôt ou tard, et en partie grâce à eux, comme cibles.
      .
      Je quitte aussi temporairement ce blog, de toute façon tout discours se voulant de paix et de conciliation est inaudibles par ceux qui sont gouvernés par la peur, l’anxiété (Covid) et les fantasmes de guerre et de mort… et il faut avouer aussi que j’en ai un peu marre de me faire traiter par des termes aussi abjects et injuste, pour ceux qui me connaissent, que celui de « révisionniste » simplement parce qu’on ne sait pas, ou ne veut pas lire ce que j’ai réellement écris…
      .
      Et pour ceux qui voudraient se sortir un peu la tête du marigot :
      .
      http://www.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20201003_enciclica-fratelli-tutti.html

  • 3
    Jean_de_Mazargues
    20 octobre 2020 à 10:02 / Répondre

    En tout cas, il apparaît clairement que participer à ce blog, pour moi le premier, n’a aucune utilité. Finalement, commenter les informations de Géplu n’est rien d’autre qu’un moyen simple pour moi d’éprouver une vaine et limitée satisfaction narcissique.
    Alors amis et FF blogeurs, adieu ! Dernier message, dernier post.

    • 4
      MarcosTestos
      20 octobre 2020 à 10:40 / Répondre

      3-Jean de Mazargues
      Je ne comprends pas. Tu as passé une mauvaise nuit ? Un pb personnel ? Les sujets de Géplu ne conviennent pas ? Tu as honte de tes satisfactions narcissiques ? …
      Allez Jean ne nous fait pas ce coup là ! On a besoin de toi, de tes coups de gueule. Et puis franchement, entre nous, ce n’est pas à ton âge que tu vas jouer au gamin !!!
      Avec ma F. Amitié

    • 5
      Désap.
      20 octobre 2020 à 10:45 / Répondre

      3 – Mais non !
      Nous avons tous besoin de toi, mon Frère.
      La chaire quitte les os.
      Ne savez-vous pas que vous ne pouvez rien sans moi et que nous pouvons tout à nous trois.

    • 8
      joab's
      20 octobre 2020 à 11:42 / Répondre

      @3. Serait-ce la difficulté d’accepter que des arguments contraires et solides s’opposent à tes tendances et désirs ?
      NOus sommes là sous pseudo, ce qui evite (ou dvrait eviter) les commérages de diversion sur les personnes.
      Donc dans ces conditions ca ne met pas specialement en valeur … Par contre le meilleur moyen d’aiguiser ses arguments ou idées est de les confronter à une opposition, même si c’est parfois déstabilisant. C’est aussi un des intérêts et ce que cultive la FranMaconnerie (la confrontation fraternelle) … à ne pasconfondre avec les groupes qui font dériver vers une dogmatique de division.
      Donc, JDM, mon F, je suis souvent en grand desaccord avec tes positions mais j’ai besoin de les lire pour les confonter aec les miennes.
      En celà, même si je suis parfois en desaccord avec geplu sur sa tolérance à l’egard de messages exclusivement de polemeique personnelle, souvent calomnieuse, l’espace qu’il a créé là est celui qui permet de sortir d’un enfermement ideologique. Même si les militants obedenciels ou politiques ne changent pas ouvertement, ils sont toutde même toûchés.
      Donc l' »utilité » est pour nous tous de connaître et de considérer fraternellement d’autres idées de nos FF.
      Donc si je respecte ta décision, je la regrette.

  • 2
    Astérix
    20 octobre 2020 à 09:09 / Répondre

    J’aurais pu ajouter à mes interrogations du précédent commentaire cette info vue dans ouest france de ce jour..;.Le droit au Blasphème…la lutte contre l’islamisme on rigole ou quoi?

    Ouest france 20 octobre 2020

    Des militantes féministes ont été arrêtées lundi soir par la police au cours d’une action de collage dans les rues de Toulouse d’une caricature de Charb représentant un postérieur nu à côté de l’inscription : « Et le cul de Mahomet, on a le droit ? »

    Armées de seaux remplis de colle et de brosses, les trois militantes avaient pour ambition de coller un millier d’affiches « pour inonder le centre-ville de Toulouse », et exercer leur « droit au blasphème », trois jours après la décapitation près de Paris d’un enseignant qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

    Interpellées par des passants curieux de la finalité de leur démarche, ou même agressifs, les militantes ne répondent pas ou très peu. « Il faut aller vite car ça reste une action risquée, on n’est pas là pour donner une conférence de presse », affirme l’organisatrice de l’action qui préfère garder l’anonymat.

    « Un homme a été égorgé, en France, pour avoir montré des caricatures », lance-t-elle finalement auprès d’un badaud très insistant.

    Une demi-heure à peine après le début de leur action, elles ont été interpellées par des policiers et emmenées au commissariat pour « délit d’affichage sauvage », notamment sur des sites classés.

  • 1
    Astérix
    20 octobre 2020 à 07:07 / Répondre

    Oui, et après ? je cite « Le sursaut nécessaire n’appartient pas qu’au politique », soit, mais il parait que ce Malheureux prof auquel sa direction aurait demandé « de ne pas faire de vagues » et qui selon certains médias, je n’ai pas les moyens de vérifier l’info, la hiérarchie s’apprêtait à prendre des mesures de sanction au nom du politiquement correct, comme les ARS pour la santé, tous ces grattes papiers des hiérarchies dans leur fauteuil sont les véritables responsables du laisser faire, laisser aller, et pour finir de la déliquescence de notre société.
    Avant d’améliorer la société il faut s’améliorer soi-même, slogan, car c’en est un comme bien d’autres, trouve ici ses limites même s’il demeure en partie valable, mais face au fanatisme il ne tient pas. Reste deux solutions, soit on courbe l’échine, soit on combat mais électoralement cela ne sera possible qu’avec un retour à la proportionnelle au moins pour partie. A défaut ce seront des minorité non agissantes qui dirigeront des majorités de soumis.
    J’attends de voir les mesures qui vont être prises pour lutter contre l’islamisation de la société, je crains qu’après les effets d’annonces, comme à chaque fois, nous en soyons au même niveau comme après le premier attentat.
    11 mars 2012 – Toulouse – 1 mort,
    15 mars 2012 – Montauban – 2 morts,
    19 mars 2012 – Toulouse – 4 morts,
    7 janvier 2015 – Paris – Charlie Hebdo- 12 morts,
    8 janvier 2015 – Montrouge – 1 mort,
    9 janvier 2015 – hyper cacher – 4 morts,
    19 avril 2015 – Villejuif – 1 mort,
    26 juin 2015 – St-Quentin-Fallavier – 1 mort,
    13 novembre 2015 -Paris/St-Denis – 130 morts,
    13 juin 2016 – Magnanville – 2 morts,
    14 juillet 2016 – Nice – 86 morts,
    26 juillet 2016 – St Etienne du Rouvray – 1 mort,
    20 avril 2017 – Paris Champs Elysées – 1 mort,
    1 avril 2017 – Marseille gare St Charles – 2 morts,
    23 mars 2018 – Carcassonne 1 mort de son héroïsme, selon la plaque commémorative posée à Paris
    23 mars 2018 – Trèbes – 3 mort,
    12 mai 2018 – Paris – 2 morts,
    11 décembre 2018 – Strasbourg – 5 morts,
    3 octobre 2019 – Paris – 4 morts,
    3 janvier 2020 – Villejuif – 1 mort,
    4 avril 2020 – Romans-sur-Isère – 2 morts,
    16 octobre 2020 – Conflans-Ste- Honorine- 1 mort
    Ils vont prendre des mesures j’attends de voir lesquelles…et surtout leurs suites, à défaut je crains que la funeste liste ne continue de s’allonger.

    • 9
      joab's
      20 octobre 2020 à 11:50 / Répondre

      Si tu prends comme élément de mesure « les morts » l’impact mortifère de l’islamisme est négigeable vis à vis d’autres fléaux . Par contre brandir ces morts a un effet d’excitation « du peuple ».
      Sur ce terrain, on pourrait te renvoyer les assasinats de BRavik en Nporvège, ceux de l’extrême droite à Christchurch, d’excités populistes dans les écoles aux US …., les crimes contrell’humanité des nationalistes serbes.
      Comme on le constate, les partis que tu souhaites voir arriver au pouvoir « par la proportionnelle » ont justement des ideologies similaires aux islamistes : culte de la brutalité, dogmatisme, haines, victimisation, agitation, communautarisme.
      Donc oui, il faut agir … pas pour satisfaire des pulsions de violence et en profiter electoralement, mais pour eradiquer l’islamisme.

      • 11
        ASTERIX
        20 octobre 2020 à 14:06 / Répondre

        A JOABS
        Excuse moi, je ne cherche à exciter personne je fais juste un triste constat résultat de la couardise de beaucoup. Jusqu’au F Beltrane que l’on accuse presque d’être victime de son héroisme, il fallait oser. Quant aux mesures qui doivent être prises j’imagine que le Quatar et l’Arabie vont jouer un peu de la fluidité monétaire et tout cela va vite se calmer.
        Les seuls partis que je souhaite voir arriver au pouvoir seraient ceux qui défendent un véritable humanisme pour l’instant je n’en vois aucun…aucun tant ils défendent des intérêts particuliers.
        Quant aux mesures qui vont être prises pour lutter contre l’islamisme, l’article d’ouest france relatant le militantisme excessif de quelques féministes, et là je sais que chez les féministes il y a des ultras, montre bien que la police a ses priorités.
        Qu’y puis-je ? Rien là encore un simple constat. Je crois tout simplement qu’on est mal barré et l’introspection et la recherche de la sagesse n’y suffiront pas…hélas.
        Quant à Jean de Mazargues, un seul mot: reste avec nous …l’échange est toujours une richesse et un autre éclairage est toujours bon à prendre..

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif