Katell Berthelot
Katell Berthelot

A la recherche des Esséniens

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 23 décembre 2022
  • 2
    Luciole
    27 décembre 2022 à 1h20 / Répondre

    Au sein de la GLdF le travail qui permet, comme avant 1717, à des personnes de religions différentes (ou absence de ) les discussions et les études des points de convergence ou de différences dans les textes et les idées,est la base de la bonne intelligence entre tous.
    La tentation religieuse même présente n’est qu’une option que nous aurions tort de mésestimer ou négliger.Elle est historiquement prégnante.

  • 1
    Anubis Rê
    25 décembre 2022 à 10h42 / Répondre

    Il me semble que les juifs rabbiniques sont les Pharisiens, Jésus est un essénien et les Saducéens sont à l’origine de l’Islam.
    En d’autres termes, juifs, chrétiens et musulmans pratiquent la même religion, le judaïsme, et se font la guerre, chacun prétendant laver plus blanc.
    Le Monothéisme peut critiquer les Égyptiens, les Grecs et les Romains, ils étaient au moins d’accord sur l’essentiel (l’essence du ciel, n’est-ce pas) et la réflexion progressait et se débarrassait de toutes les superstitions, une dépollution de la métaphysique en somme. Il faut lire Damascius, le dernier Diadoque de l’Ecole d’Athènes, avant que l’empereur chrétien Justinien ne la ferme en 529 au motif qu’elle était hérétique.
    Aujourd’hui, hors science, nous avons le choix entre trois superstitions, et l’athéisme qui mise tout sur le hasard. La troisième voie devrait être la Maçonnerie.
    Ce n’est que très timidement qu’elle s’exprime à la GLDF, la tentation religieuse restant très présente.
    Bref, la réflexion métaphysique patine.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous